De retour en grâce, le nucléaire tient salon près de Paris

Un ouvrier procédant au remplacement d'une barre d'uranium dans une centrale nucléaire française. (Photo, AFP)
Un ouvrier procédant au remplacement d'une barre d'uranium dans une centrale nucléaire française. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Samedi 27 novembre 2021

De retour en grâce, le nucléaire tient salon près de Paris

  • Le monde connait un regain d'intérêt pour cette énergie et ses promesses face à la crise climatique
  • Le «World nuclear exhibition» se tiendra du 30 novembre au 2 décembre au nord de la capitale

PARIS : L'industrie nucléaire mondiale tient son grand salon la semaine prochaine près de Paris en plein regain d'intérêt pour cette énergie et ses promesses face à la crise climatique, et à l'heure où la France s'apprête à construire de nouveaux réacteurs.

Le "World nuclear exhibition" (WNE) se tiendra du 30 novembre au 2 décembre à Villepinte, au nord de la capitale française, pour la première fois depuis trois ans, l'édition 2020 ayant été reportée en raison de la pandémie de Covid-19.

Les organisateurs attendent 18.000 participants et plus de 600 exposants venant de 65 pays (Corée du Sud, Etats-Unis, Royaume-Uni, Russie...) pour ce salon du nucléaire civil, un secteur qui revient sur le devant de la scène dix ans après l'accident de Fukushima qui lui avait porté un coup d'arrêt.

"Le contexte est beaucoup plus porteur sur le nucléaire", juge Sylvie Bermann, la présidente de WNE.

L'ancienne ambassadrice de France à Moscou, Pékin et Londres se félicite d'un "bon alignement des planètes" après la COP26 de Glasgow et les annonces d'une relance du nucléaire en France, sans compter l'intérêt marqué d'autres pays européens comme la Pologne.

La France, l'un des pays les plus nucléarisés au monde, s'apprête en effet à construire de nouveaux réacteurs sur son sol, une vingtaine d'années après la mise en service des derniers, a annoncé Emmanuel Macron le 9 novembre.

Le président français, qui n'a pour l'instant pas officiellement annoncé sa candidature à un second mandat, s'est ainsi emparé d'un thème phare de la pré-campagne pour la présidentielle française d'avril 2022.

Le projet vise "l'indépendance énergétique de la France, pour garantir l'approvisionnement électrique de notre pays et atteindre nos objectifs, en particulier la neutralité carbone en 2050", a fait valoir M. Macron.

Cet atout dans la lutte contre le changement climatique est aujourd'hui fortement mis en avant par le secteur. Le thème du WNE sera d'ailleurs cette année: "l'industrie du nucléaire, un acteur clé pour une société bas carbone et un avenir responsable".

"Le WNE est la preuve que la France est reconnue comme un interlocuteur parce que c'est le plus grand salon mondial du nucléaire civil. L'ambition est d'en faire un Bourget du nucléaire", en référence au grand salon aéronautique qui se tient près de Paris tous les deux ans, dit Sylvie Bermann.

Cela alors que le français EDF, outre les réacteurs qu'il construit en Angleterre, espère de nouveaux contrats en Pologne, en République tchèque ou en Inde.

La France reste pourtant sur un échec à domicile avec le chantier sans fin de l'EPR de Flamanville (nord). Outre les critiques anciennes sur la sûreté et les déchets, les opposants au nucléaire y voient le signe de l'incapacité du nucléaire à répondre en temps et en heure au défi climatique.

Greenpeace a jugé l'annonce d'Emmanuel Macron "totalement déconnectée de la réalité" alors que "l'industrie nucléaire enchaîne les fiascos".

La Cour des comptes en France vient aussi de souligner "une incertitude en termes de capacité à construire un nouveau parc de réacteurs dans des délais et à des coûts raisonnables."

"On a bien évidemment constaté et pris en compte les différentes difficultés qui sont apparues sur le chantier de Flamanville 3", répond Cécile Arbouille, la déléguée générale du GIFEN (Groupement des industriels français de l'industrie nucléaire), qui est derrière le WNE.

La filière - qui revendique 220000 employés en France - assure avoir travaillé à améliorer son excellence industrielle, notamment sous la houlette d'un plan lancé par EDF, et se dit prête.

Avec de quoi attirer les talents. "Pour les jeunes ou les gens en reconversion, c'est beaucoup plus attractif de venir dans une filière où il va y avoir des chantiers qui sont des opportunités exceptionnelles", souligne Cécile Arbouille.

"Pour aller encore plus loin et embaucher des personnes dans les entreprises, il faut vraiment que le programme soit défini plus en détail: qu'on ait un nombre de réacteurs et un planning", plaide-t-elle, attendant les détails qui doivent être bientôt fournis par le président de la République.


Collaboration Aramco-Yokogawa pour la fabrication de semi-conducteurs en Arabie saoudite

Aramco collabore avec l’entreprise japonaise Yokogawa pour localiser la fabrication de puces à semi-conducteur en Arabie saoudite. (Photo fournie)
Aramco collabore avec l’entreprise japonaise Yokogawa pour localiser la fabrication de puces à semi-conducteur en Arabie saoudite. (Photo fournie)
Short Url
  • En vertu de cet accord, Aramco doit étudier la possibilité d’utiliser les technologies Minimal Fab pour la fabrication de semi-conducteurs
  • L’entreprise japonaise offrira son expertise en déployant ces technologies dans les installations d’Aramco, et fournira des services de formation, de maintenance et d’assistance

RIYAD: L’entreprise Yokogawa Electric, basée à Tokyo, a conclu un premier accord avec Aramco afin de lancer et de localiser la fabrication de puces à semi-conducteur en Arabie saoudite et stimuler ainsi le développement du domaine des entreprises numériques industrielles.

En vertu de cet accord, Aramco doit étudier la possibilité d’utiliser les technologies Minimal Fab pour la fabrication de semi-conducteurs, selon un communiqué.

Minimal Fab est un système de production qui permet de fabriquer des semi-conducteurs et des systèmes microélectromécaniques en grande quantité et à faible volume sans avoir recours à une salle blanche.

L’entreprise japonaise offrira son expertise en déployant ces technologies dans les installations d’Aramco, et fournira des services connexes de formation, de maintenance et d’assistance pour garantir une réussite complète.

Cette annonce intervient alors que le monde est confronté à une pénurie de puces et, selon un récent rapport publié par le gouvernement américain, le problème pourrait perdurer pendant plus de six mois.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


USA: la consommation ralentit en décembre, les revenus des ménages augmentent peu

Un employé de Delta assiste un client à l'aéroport intercontinental George Bush le 13 janvier 2022 à Houston, au Texas.(AFP)
Un employé de Delta assiste un client à l'aéroport intercontinental George Bush le 13 janvier 2022 à Houston, au Texas.(AFP)
Short Url
  • Les revenus des ménages ont eux progressé de 0,3%, un peu moins que ce qui était anticipé par les analystes, et en ralentissement par rapport aux deux mois précédents
  • Par rapport à décembre 2021, la hausse des prix est au plus haut depuis 1982, à 5,8%. La hausse est de 4,9% pour l'inflation sous-jacente

WASHINGTON : La consommation a marqué le pas en décembre aux États-Unis, l'activité économique ayant été perturbée par le variant Omicron, tandis que les revenus des ménages ont progressé, mais moins qu'attendu, selon les données du département du Commerce publiées vendredi.

Les dépenses des ménages ont, comme prévu, reculé de 0,6% en décembre par rapport à novembre. La hausse des dépenses dans les services (+0,5%), et notamment en services de santé, n'a pas été suffisante pour compenser la baisse des achats de biens (-2,6%), plombée par le recul des ventes de voitures.

Par ailleurs, la consommation avait été forte les deux mois précédents, les Américains ayant réalisé leurs achats de fin d'année avec de l'avance par peur des pénuries.

Les revenus des ménages ont eux progressé de 0,3%, un peu moins que ce qui était anticipé par les analystes, et en ralentissement par rapport aux deux mois précédents.

"En décembre, les cas de Covid-19 ont entraîné des restrictions et des perturbations continues dans l'activité des entreprises dans certaines régions du pays", souligne le département du Commerce dans son communiqué.

Côté revenus, "les prestations sociales gouvernementales ont diminué, reflétant principalement la fin des programmes d'aide liés à la pandémie" et la hausse des revenus "reflète surtout une augmentation de la rémunération qui a été en partie contrebalancée par une diminution du revenu des propriétaires", est-il précisé.

L'inflation a par ailleurs ralenti sur un mois, selon l'indice PCE, celui que privilégie la banque centrale américaine (Fed), et les prix ont augmenté de 0,4% par rapport à novembre. En excluant les prix volatils de l'alimentation et de l'énergie, la hausse des prix sur un mois est stable par rapport à novembre, à 0,5%.

Par rapport à décembre 2021, la hausse des prix est au plus haut depuis 1982, à 5,8%. La hausse est de 4,9% pour l'inflation sous-jacente. 

Le département du Commerce avait communiqué jeudi, une autre mesure de l'inflation PCE, et qui comparait l'ensemble de l'année 2021 à l'ensemble de l'année 2020, et avait fait état d'une hausse des prix de 3,9%.

Il existe aux États-Unis deux indices mesurant l'inflation, l'indice PCE et l'indice CPI. Selon ce dernier, les prix ont grimpé de 7% en 2021.

Le PIB américain a enregistré une croissance de 5,7% en 2021, sa plus forte hausse depuis 1984, a annoncé jeudi le département du Commerce, après une contraction historique de 3,5% en 2020 à cause de la crise sanitaire. Sur le dernier trimestre, la croissance a été très forte, à 6,9% en rythme annualisé.

Les dépenses de consommation des ménages, qui représentent près des trois quarts de l'économie américaine, ont bondi de 7,9% sur l'année. Elles avaient chuté de 3,9% en 2020.

 


Salaire minimum dans l'UE : un écart de 1 à 7 entre Bulgarie et Luxembourg

Le commissaire européen à l'économie Paolo Gentiloni s'exprime lors d'une conférence de presse sur le rapport 2020 d'Eurostat sur les progrès vers les objectifs de développement durable dans l'UE, à Bruxelles, le 22 juin 2020.(AFP)
Le commissaire européen à l'économie Paolo Gentiloni s'exprime lors d'une conférence de presse sur le rapport 2020 d'Eurostat sur les progrès vers les objectifs de développement durable dans l'UE, à Bruxelles, le 22 juin 2020.(AFP)
Short Url
  • La question des bas salaires préoccupe Bruxelles qui a proposé en octobre 2020 un projet de directive visant à améliorer le sort des travailleurs les plus mal lotis
  • Seuls six pays disposent d'un salaire minium mensuel supérieur à 1.500 euros

BRUXELLES : Le salaire minimum au Luxembourg est près de sept fois plus élevé qu'en Bulgarie, et l'Union européenne reste marquée par des disparités très fortes, révèlent les derniers chiffres d'Eurostat publiés vendredi.

La question des bas salaires préoccupe Bruxelles qui a proposé en octobre 2020 un projet de directive visant à améliorer le sort des travailleurs les plus mal lotis. Le texte, actuellement examiné par le Parlement européen et les Etats membres, est l'une des priorités de la présidence française du conseil de l'UE qui espère le faire adopter avant l'été.

Au 1er janvier 2022, parmi les 21 pays de l'UE qui disposent d'un salaire minimum, treize sont sous le seuil des 1.000 euros mensuels (avant impôt et contributions sociales). Les plus faibles sont enregistrés en Bulgarie (332 euros par mois), en Lettonie (500) et en Roumanie (515), a indiqué l'office européen des statistiques dans un communiqué.

Seuls six pays disposent d'un salaire minium mensuel supérieur à 1.500 euros, les plus élevés étant au Luxembourg (2.257), en Irlande (1.775) et aux Pays-Bas (1.725). L'Allemagne (1.621) et la France (1.603) arrivent juste derrière la Belgique (1.658).

Les écarts se réduisent nettement, une fois prises en compte les différences de coût de la vie entre pays. En parité de pouvoir d'achat, le salaire minimum est évalué à 604 euros en Bulgarie, contre 1.707 au Luxembourg, soit tout de même un écart de 1 à 3.

Le projet de directive de Bruxelles prévoit des règles visant à favoriser l'augmentation des salaires minimums là où ils existent, mais ne fixe pas de seuil européen uniforme. Il n'obligera pas non plus à introduire un salaire minimum dans les six pays de l'UE qui n'en disposent pas (Autriche, Chypre, Danemark, Finlande, Italie, Suède).