L'artiste Mark Bradford et la «Chasse à la Licorne» comme métaphore raciale

Visiteurs à l'exposition "AGORA" de l'artiste américain Mark Bradford au Serralves Museum of Contemporary Art Art de Porto, au nord du Portugal, le 25 novembre 2021. (Patricia De Melo Moreira/AFP)
Visiteurs à l'exposition "AGORA" de l'artiste américain Mark Bradford au Serralves Museum of Contemporary Art Art de Porto, au nord du Portugal, le 25 novembre 2021. (Patricia De Melo Moreira/AFP)
Short Url
Publié le Samedi 27 novembre 2021

L'artiste Mark Bradford et la «Chasse à la Licorne» comme métaphore raciale

  • Réputé pour ses projets philanthropes, en faveur notamment des jeunes des quartiers du sud de Los Angeles où il a grandi, Mark Bradford refuse toutefois l'étiquette d'activiste
  • A Porto, une première série d'œuvres inédites s'inspire des tapisseries du début du XVIe siècle représentant "La Chasse à la Licorne".

PORTO, Portugal : Dans une grande exposition qui vient d'ouvrir à Porto, au Portugal, le peintre américain Mark Bradford s'interroge sur les clivages raciaux qui embrasent son pays et sur sa place d'artiste noir engagé, refusant les stéréotypes.

"Quand j'arrive, les gens réagissent d'abord à ma taille, puis à ma couleur, et après peut-être ils voient Mark... Ce corps dans lequel je suis né est toujours politique aux États-Unis", explique-t-il lors de la présentation de l'exposition "Agora", qui s'est ouverte vendredi au Musée d'art contemporain de la Fondation Serralves à Porto, dans le nord du Portugal.

"Je négocie avec les stéréotypes chaque jour de ma vie, mais je ne m'identifie pas à eux", ajoute cet homme affable mesurant plus de deux mètres, qui explique avoir dû cultiver sa capacité à "changer de forme".

Réputé pour ses projets philanthropes, en faveur notamment des jeunes des quartiers du sud de Los Angeles où il a grandi, il refuse toutefois l'étiquette d'activiste.

"Je ne suis qu'un artiste, mais nous devrions peut-être élargir l'idée de ce que peut être un artiste", dit-il, en appelant ses contemporains à cesser de se représenter les artistes "uniquement comme ces gens tragiques et romantiques qu'ils aiment parfois voir dans les films".

- Chasse à la licorne -

A Porto, une première série d'œuvres inédites s'inspire des tapisseries du début du XVIe siècle représentant "La Chasse à la Licorne".

Sur ces toiles abstraites de plusieurs mètres de large, le motif original est occulté sous plusieurs couches de papier, de peinture et autres matériaux qui forment une texture irrégulière et bigarrée.

"Dans ces tapisseries mondialement célèbres de la licorne, ce qui m'a frappé c'est qu'il s'agit essentiellement d'un carnage: quelque chose qui est pris en chasse, quelque chose d'inhabituel, de différent", dit-il.

Cela résonne avec "les débats qui avaient lieu aux États-Unis au sujet des libertés civiques, alors même que des Noirs américains étaient littéralement pourchassés", ajoute l'artiste de 60 ans.

Cité par le magazine Time parmi les cent personnalités les plus influentes de 2021, il n'avait pas monté une exposition aussi importante en Europe depuis qu'il avait représenté les États-Unis à la Biennale de Venise en 2017.

- Obsessions récurrentes -

Sur d'autres toiles, sa peinture épaisse, tantôt quadrillée ou lacérée, recouvre des cartes représentant les points chauds des émeutes raciales qui ont secoué Los Angeles dans les années 1960.

Là aussi, Mark Bradford trace des parallèles avec les récits entendus dans le salon de coiffure de sa mère, mais aussi avec les émeutes qu'il a lui-même vécues en 1992, l'apparition du sida ou la pandémie actuelle.

L'artiste trouve des points communs entre ces différentes crises: certains éléments de langage et, surtout, une "obsession intense" pour les cartes et les chiffres, "sans penser aux gens, seulement aux données".

Évoquant trois œuvres réalisées en plein confinement, seul dans son studio, il se rappelle aussi des jours de 1992 où il devait travailler en cachette comme coiffeur, métier qu'il a exercé avant d'entamer ses études d'arts à 31 ans.

L'exposition présentée à Porto jusqu'au 19 juin 2022 propose "une méditation d'un artiste engagé avec le monde, qui n'est pas isolé dans son studio, qui réagit, assimile et témoigne du temps que nous vivons", résume le directeur artistique du musée de Serralves, le Français Philippe Vergne.

Son titre, "Agora", référence à l'espace de débat public de la Grèce antique, joue sur le double sens d'un mot qui, en portugais, veut aussi dire "maintenant".


«Novembre», sur les attentats de Paris, triomphalement accueilli à Cannes

L'acteur vénézuélien Alejandro Nones et l'actrice mexicaine Geraldine Bazan arrivent pour la projection du film "November (Novembre)" lors de la 75e édition du Festival de Cannes, dans le sud de la France, le 22 mai 2022 (Photo, AFP) .
L'acteur vénézuélien Alejandro Nones et l'actrice mexicaine Geraldine Bazan arrivent pour la projection du film "November (Novembre)" lors de la 75e édition du Festival de Cannes, dans le sud de la France, le 22 mai 2022 (Photo, AFP) .
Short Url
  • L'histoire débute le 13 novembre 2015 au siège de la Sous-direction anti-terroriste
  • Le spectateur ressort assourdi et aveuglé après la scène de l'assaut final

CANNES: Le film policier de Cédric Jimenez sur les attentats de novembre 2015 à Paris, décrivant la traque des terroristes dans les jours ayant suivi le drame, a fait un triomphe dimanche soir au festival de Cannes, où il était projeté hors compétition.

Après "Bac Nord" (présenté à Cannes en 2021) sur la police de Marseille, et "La French", Cédric Jimenez s'inspire de nouveau de faits réels pour "Novembre", avec une nouvelle immersion chez les forces de l'ordre.

L'histoire débute le 13 novembre 2015 au siège de la Sous-direction anti-terroriste de la police judiciaire, quand une dizaine de téléphones se mettent à sonner simultanément.

Ce soir-là, en quelques heures à peine, des commandos jihadistes ont fait 130 morts et 350 blessés à Paris et en banlieue, près du Stade de France, sur des terrasses de la capitale et dans la salle de spectacle du Bataclan.

Plus de six ans après les faits, un autre long-métrage présenté à Cannes se consacre à la tragédie du 13 novembre 2015, "Revoir Paris", d'Alice Winocour, qui adopte lui le point de vue des survivants.

Dans le film de Jimenez, c'est le travail de la police qui est mis en lumière: sous les ordres d'Héloïse (Sandrine Kiberlain) et Fred (Jean Dujardin), ils entament une traque tous azimuts, en France, au Maroc, et sur internet, pour mettre la main sur les terroristes.

Cinq jours durant, les résultats espérés par la France entière se font attendre: les policiers luttent contre des accès de fatigue et de colère et accumulent les fausses pistes. Un témoignage d'une amie de la "logeuse" des islamistes va finalement s'avérer décisif. 

Le spectateur ressort assourdi et aveuglé après la scène de l'assaut final --déluge d'armes et de feu-- dans l'appartement de Saint-Denis où se terrent les terroristes.

A la fin de la projection dans le Grand théâtre Lumière, l'équipe du film, présente, a été très longuement applaudie, par un public debout.

En 2021, "BAC Nord", qui revenait sur des accusations de corruption dans la police marseillaise, avait été un gros succès en salles mais avait provoqué la polémique, quand un syndicat policier ainsi que des politiques de droite et d'extrême droite l'avait "récupéré" pour justifier leurs préoccupations sécuritaires, au grand dam de Cédric Jimenez.


Les top-modèles Alessandra Ambrosio et Naomi Campbell se démarquent lors d'un événement saoudien à Cannes

Alessandra Ambrosio, habillée par Elie Saab, lors du dîner de gala célébrant les femmes du cinéma (Women in Cinema), organisé par le Festival international du film de la mer Rouge. (Photo, Getty Images)
Alessandra Ambrosio, habillée par Elie Saab, lors du dîner de gala célébrant les femmes du cinéma (Women in Cinema), organisé par le Festival international du film de la mer Rouge. (Photo, Getty Images)
Short Url
  • Le Festival de Cannes, annulé en 2020 et tenu avec un strict protocole sanitaire en 2021, a fait un retour spectaculaire, plein de glamour, la semaine dernière
  • De nombreuses vedettes débarquent sur la Croisette, habillées de tenues à couper le souffle, créées par des designers du Moyen-Orient

DUBAÏ: En habillant certaines des stars – mannequins et actrices – les plus connues sur le tapis rouge, les créateurs arabes se sont illustrés au 75e Festival de Cannes, notamment lors de l'événement «Women in Cinema» organisé par le Festival international du film de la mer Rouge.

Samedi, à l'occasion du Festival annuel du film en France, Alessandra Ambrosio a fait une apparition fabuleuse sur le tapis noir lors de son arrivée à l'Hôtel du Cap-Eden-Roc. Le mannequin brésilien portait une robe en maille nue digne d'un conte de fées, ornée de bougainvilliers en organza et de bretelles argentées, créée par le couturier libanais Elie Saab.

1
L'ancien «ange» de Victoria's Secret a complété son look par des bijoux discrets, à savoir des boucles d'oreilles et une bague en diamants étincelants. (Photo, Getty Images)

La pièce florale est tirée de la dernière collection de couture printemps 2022 de Saab, qu'il a présentée à Paris en janvier lors de son premier défilé présentiel depuis deux ans.

La collection composée de 55 modèles représentait une ode à la Méditerranée et mettait en avant des silhouettes à jupe ample dans des tissus luxueux comme le taffetas et le tulle, ornés de plumes, de strass, de perles et de paillettes.

L'ancien «ange» de Victoria's Secret a complété son look par des bijoux discrets, à savoir des boucles d'oreilles et une bague en diamants étincelants.

Naomi Campbell était également présente à l'événement organisé par le PDG du Festival international du film de la mer Rouge, Mohammed al-Turki. Le top-modèle britannique a opté pour une robe rose vif de la collection automne-hiver 2022 de Valentino.

1
Naomi Campbell pose avec Mohammed al-Turki. (Photo, Getty Images)

Le Festival de Cannes, annulé en 2020 et tenu avec un strict protocole sanitaire en 2021, a fait un retour spectaculaire, plein de glamour, la semaine dernière.

Comme à l'accoutumée, les couturiers arabes s'imposent sur le tapis rouge: de nombreuses vedettes débarquent sur la Croisette, habillées de tenues à couper le souffle, créées par des designers du Moyen-Orient.

L'actrice américaine Larsen Thompson est apparue sur le tapis rouge de la première de «Triangle of Sadness» dans une élégante robe noire conçue par le label saoudien Ashi Studio. La pièce aux épaules dénudées était dotée d'une traîne asymétrique et d'une petite fente sur le devant. Thompson l'a associée à des escarpins noirs assortis et des bijoux délicats.

Les créateurs arabes ne sont pas les seuls à se distinguer lors du festival du film. Les personnalités régionales – dont l'actrice saoudienne Fatima Al-Banawi, la présentatrice de télévision libanaise Diala Makki et la star de la télé-réalité libanaise Alice Abdelaziz – ont une fois de plus volé la vedette à la Côte d'Azur avec des looks magnifiques.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


À Cannes, une version «féministe» de Don Juan, avec Tahar Rahim

L'acteur français Tahar Rahim arrive pour la projection du film "Forever Young (Les Amandiers)" lors de la 75e édition du Festival de Cannes à Cannes, dans le sud de la France, le 22 mai 2022 (Photo, AFP).
L'acteur français Tahar Rahim arrive pour la projection du film "Forever Young (Les Amandiers)" lors de la 75e édition du Festival de Cannes à Cannes, dans le sud de la France, le 22 mai 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • Seule particularité du Don Juan originel: le regard que porte Laurent sur les femmes
  • Pas tout à fait une comédie musicale, plusieurs scènes chantées par Tahar Rahim et Virginie Efira émaillent le film

CANNES: Oubliez le Don Juan de Molière ou de Tirso de Molina, place à la version 2022: présenté dimanche soir à Cannes, "Don Juan" de Serge Bozon réinvente le tombeur invétéré en un amant éconduit, incarné par Tahar Rahim. 

A l'ère post-MeToo, Don Juan ne serait-il pas un peu "has been" ? Pas pour le réalisateur Serge Bozon qui a complètement transformé le personnage. Dans sa version, sorte de comédie musicale avec le chanteur Alain Chamfort, Don Juan est un homme quitté, obsédé par son ex-compagne. 

Le film se centre sur l'histoire de Laurent (Tahar Rahim ; "Désigné coupable", "Le Serpent"), acteur de théâtre, abandonné devant l'autel par Julie (Virginie Efira ; "Benedetta"). La cause ? En arrivant à la mairie, l'ex-jeune mariée le surprend à regarder une femme depuis la fenêtre. Se sentant trahie par ce regard, elle le quitte sans dire le moindre mot. 

À partir de là, Laurent voit Julie partout et sombre dans la dépression.

En faisant de Don Juan un homme quitté plutôt qu’un briseur de cœurs, Serge Bozon renverse l'imaginaire attaché à ce personnage emblématique de la littérature.

"De ce point de vue, je pense qu'on peut dire que le film a un aspect féministe", explique son réalisateur à l'AFP. D'ailleurs, "ce Don Juan est un anti-héros. Il ne cesse de se prendre des vents et de se faire jeter par les femmes, même si dans le fond il ne brûle pour une seule femme: Julie".

Seule particularité du Don Juan originel que Serge Bozon a conservée: le regard que porte Laurent sur les femmes. Ce dernier ne peut s'empêcher de les regarder, voire de les fixer.

Pas tout à fait une comédie musicale, plusieurs scènes chantées par Tahar Rahim et Virginie Efira émaillent le film. "Pour moi, la musique prolonge le côté douloureux des personnages", précise Serge Bozon. 

Des scènes qui ont été un défi pour Virginie Efira et Tahar Rahim. "Ils ont été incroyables", salue le réalisateur, qui raconte s'être très bien entendu avec Tahar Rahim: "C'est un acteur qui n'a pas peur du ridicule et ça, pour un acteur, c'est quelque chose de plutôt rare".