Au «Coronahotel» d'Amsterdam, le libre-arbitre néerlandais face au variant Omicron

La maire d'Amsterdam Femke Halsema arrive pour le Conseil de sécurité à Utrecht le 29 novembre 2021. (Photo, AFP)
La maire d'Amsterdam Femke Halsema arrive pour le Conseil de sécurité à Utrecht le 29 novembre 2021. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mardi 30 novembre 2021

Au «Coronahotel» d'Amsterdam, le libre-arbitre néerlandais face au variant Omicron

  • Vendredi, quelque 600 passagers venant de Johannesburg et du Cap ont atterri à l’aéroport d’Amsterdam-Schiphol
  • Soixante-et-un d'entre eux étaient reconnus positifs à la Covid-19

BADHOEVEDORP : Alors que le monde se barricade contre le variant Omicron, les Pays-Bas, pariant sur la responsabilité de chacun, n'ont pas interdit aux cas suspects arrivés d'Afrique du Sud de quitter l'hôtel d'Amsterdam où ils ont été placés en quarantaine. Deux d'entre eux ont même décidé de s'enfuir.

À Badhoevedorp, dans la grande banlieue de la capitale néerlandaise, rien ne permet de deviner l'enjeu derrière les portes de l’hôtel Ramada, un rectangle de béton que Dicky, un chauffeur de taxi, surnomme désormais "le Coronahotel".

Vendredi, quelque 600 passagers venant de Johannesburg et du Cap ont atterri à l’aéroport d’Amsterdam-Schiphol, quelques heures à peine après que l’Afrique du Sud eut communiqué sur l’émergence d’un nouveau variant du coronavirus, jugé "préoccupant" par l'Organisation mondiale de la santé.

Tandis qu’un isolement était prononcé de fait contre l’Afrique australe, où Omicron a été identifié pour la première fois, nombre de pays interdisant les vols depuis et vers les pays de la zone, les Pays-Bas décidaient de tester dans l’urgence ces voyageurs.

Soixante-et-un d'entre eux étaient reconnus positifs à la Covid-19, la plupart étant placés en quarantaine dans l'hôtel de Badhoevedorp. Au moins quatorze passagers sont porteurs d'Omicron, ont précisé lundi les autorités sanitaires.

Dans un contexte d'inquiétude généralisée autour de la pandémie, et alors que les Pays-Bas connaissent eux-mêmes une flambée de la Covid-19, la petite bourgade cossue ne semble toutefois nullement affectée. Aucune présence policière n'est visible devant l'hôtel.

«Pas peur»

"Moi je n'ai pas peur du Covid", résume Anja, une comptable de 63 ans peu impressionnée par Omicron, bien qu'ayant perdu le goût et l'odorat pendant "huit à dix mois" l'an passé du fait du coronavirus.

Comme elle, son patron Adam, 37 ans, confesse être un "récalcitrant" de la piqûre, bien qu'il ait poussé sa mère à se faire vacciner. Il trouve pourtant "ridicules" les évènements ayant troublé Badhoevedorp dimanche soir.

Parmi les personnes placées en quarantaine, une Espagnole et un Portugais - initialement présentés par la police comme un Espagnol et une Portugaise -, ont en effet pris la poudre d'escampette, et ont été arrêtés après avoir embarqué dans un avion en partance pour l'Espagne, explique Robert van Kapel, porte-parole de la police des frontières à Schiphol.

Le couple, dont un membre seulement est positif au coronavirus, sans qu'on sache s'il est infecté par le nouveau variant - l'autre ayant choisi de l'accompagner en quarantaine - se trouve désormais en isolement "dans un hôpital", indique Petra Faber, une porte-parole de la municipalité de Haarlemmermeer, dont fait partie Badhoevedorp.

"Le ministère de la Justice enquête pour savoir si ce qu'ils ont fait constitue un crime ou non."

«Fou»

"Nous avons été traités comme des chiens", s'est plainte l'Espagnole, Carolina Pimenta, qui se présente comme une chercheuse biomédicale. Elle et son compagnon étaient tous deux négatifs juste avant le vol, affirme-t-elle. "Il ne me viendrait pas à l'esprit de faire quelque chose qui mettrait en danger la santé des autres", s'est-elle justifiée sur une télévision locale.

Le couple, malgré sa contagiosité présumée, n'était il est vrai pas obligé de rester dans l'hôtel. Sur les 61 contaminés, une cinquantaine effectue bien sa quarantaine sur place, observe Mme Farber. Les autres ont été autorisés à rentrer chez eux, à condition de ne pas prendre les transports publics et de ne mettre personne d'autre en danger.

"Nous espérions que les gens seraient raisonnables", explique la porte-parole a posteriori. "Il n'est pas illégal de sortir de chez soi quand on a été testé positif au Covid, mais monter dans un avion quand on sait qu'on l'est, c'est une autre question."

Aux Pays-Bas, où le libre-arbitre est une religion, toutes les mesures liées aux maladies infectieuses, "dont les quarantaines, se font généralement sur une base volontaire", note Harm Groustra, le porte-parole de GGD, l'une des autorités sanitaires néerlandaises.

"Ici, les gens pensent généralement qu'il est bon de suivre les règles que le gouvernement a décidées pour eux", poursuit-il.

Ce que le couple hispano-portugais a tenté de faire est donc "fou", remarque M. Groustra. "Ils ont mis en danger tous les gens autour d'eux et notre système de santé en général".

L'AFP n'a pas réussi à savoir dans quelle ville le couple se rendait, ni si l'Espagne a été avertie du risque pour les autres passagers.


Les pérégrinations d'un iceberg géant détaché de l'Antarctique

Une photo publiée par le British Antarctic Survey (BAS) le 21 février 2018 et prise le 22 novembre 2017 à partir de l'avion Twin Otter du British Antarctic Survey montre l'iceberg Larsen C. (Photo, AFP)
Une photo publiée par le British Antarctic Survey (BAS) le 21 février 2018 et prise le 22 novembre 2017 à partir de l'avion Twin Otter du British Antarctic Survey montre l'iceberg Larsen C. (Photo, AFP)
Short Url
  • La formation des icebergs est un processus naturel, mais le réchauffement de l'air et des océans contribue à l'accélérer, selon les scientifiques
  • En juin 2017, cet iceberg baptisé A68 s'était séparé d'une gigantesque plateforme de glace, nommée Larsen C, à la pointe de la péninsule antarctique

PARIS : Un iceberg géant détaché de l'Antarctique en 2017 a relâché plus de 150 milliards de tonnes d'eau douce mêlée à des nutriments lors de sa fonte à 4 000 km de son point de départ, un volume "énorme" risquant de modifier sensiblement un écosystème fragile, selon une étude publiée jeudi.

La formation des icebergs est un processus naturel, mais le réchauffement de l'air et des océans contribue à l'accélérer, selon les scientifiques.

En juin 2017, cet iceberg baptisé A68 s'était séparé d'une gigantesque plateforme de glace, nommée Larsen C, à la pointe de la péninsule antarctique. 

Ce géant de mille milliards de tonnes, deux fois plus grand que le Luxembourg, était le plus grand à s'être jamais détaché, mais il a été depuis rétrogradé à la 6e place, note l'étude publiée dans la revue Remote Sensing of Environment.

Il était resté ensuite pendant deux ans dans les eaux froides de la mer de Weddell près du lieu de son vêlage (séparation) avant de voyager vers le nord, vers des mers plus chaudes, entamant alors sa fonte jusqu'à sa disparition au printemps 2021 dans l'Atlantique Sud, près de l'île britannique de Géorgie du Sud, à 4 000 km de son point de départ.

A l'automne 2020, l'iceberg s'était dangereusement rapproché de cette île, faisant craindre que le bloc de glace dont la partie immergée mesurait encore quelque 140 mètres ne se retrouve coincé sur le fond marin, bloquant le passage de milliers de manchots et de phoques habitant les lieux.

Le désastre avait été évité, mais les chercheurs qui ont suivi toutes les étapes de la vie de l'iceberg via satellites, s'interrogent sur l'impact de la fonte de cette glace d'eau douce.

Lors des trois mois de 2020-2021 qui l'ont vu fondre complètement près de l'île de Géorgie du Sud, l'iceberg a libéré au total 152 milliards de tonnes d'eau douce mêlée à des nutriments dans cet écosystème fragile. Soit l'équivalent de 61 millions de piscines olympiques ou 20 fois le Loch Ness, note dans un communiqué le centre de recherche British Antarctic Survey, qui a participé à l'étude.

"C'est un volume d'eau énorme, et nous voulons désormais déterminer si cela a eu un impact positif ou négatif sur l'écosystème autour de la Géorgie du Sud", indique l'auteure principale de l'étude, Anne Braakmann-Folgmann, du Centre d'observation et de modélisation polaires.

L'étude souligne notamment que ce volume d'eau, libéré dans une mer où s'alimentent phoques, oiseaux et baleines, pourrait avoir affecté "les propriétés de l'eau et le plancton".

Il est d'autant plus important d'étudier cet impact que A68 "a pris un chemin classique", note Anne Braakmann-Folgmann. "Nous espérons en apprendre plus sur les icebergs qui prennent la même trajectoire, et sur la façon dont ils influencent les océans polaires".


Accord pour donner accès à l'anti-Covid de Merck à 105 pays démunis

Cette photo d'archive obtenue le 26 mai 2021, avec l'aimable autorisation de Merck & Co, Inc. montre des capsules de la pilule antivirale expérimentale Molnupiravir. (Photo, AFP)
Cette photo d'archive obtenue le 26 mai 2021, avec l'aimable autorisation de Merck & Co, Inc. montre des capsules de la pilule antivirale expérimentale Molnupiravir. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le contrat signé avec 27 entreprises réparties dans le monde fait suite l'accord de licence volontaire signé avec Merck en octobre 2021 pour faciliter l'accès mondial à un prix abordable au molnupiravir
  • L'accord donne aux entreprises retenues, qui répondent aux stricts critères de la MPP, l'autorisation de fabriquer soit les ingrédients en gros, soit le médicament lui-même

GENEVE : Un vaste accord a été signé jeudi avec la Communauté de brevets sur les médicaments (MPP) pour donner accès à 105 pays à faible et moyen revenu à la pilule anti-Covid du groupe pharmaceutique Merck, selon un communiqué de l'agence soutenue par l'ONU.

Plusieurs dizaines de fabricants de médicaments génériques ont signé cet accord.

 "C'est un pas crucial vers un accès universel à des traitements contre la Covid-19 dont on a cruellement besoin et nous sommes persuadés (...) que ces traitements très attendus seront rapidement disponibles dans des pays à faible et moyen revenu", a déclaré Charles Gore, le directeur éxecutif de MPP, cité dans un communiqué.

Le contrat signé avec 27 entreprises réparties dans le monde fait suite l'accord de licence volontaire signé avec Merck en octobre 2021 pour faciliter l'accès mondial à un prix abordable au molnupiravir, le médicament antiviral oral expérimental contre la Covid-19, mis au point par le groupe pharmaceutique américain, précise MPP dans son communiqué.

L'accord donne aux entreprises retenues, qui répondent aux stricts critères de la MPP, l'autorisation de fabriquer soit les ingrédients en gros, soit le médicament lui-même.

Cinq entreprises vont se concentrer sur la fabrication des ingrédients, 13 fabriqueront ingrédients et produit fini et 9 seulement la pilule.

Ces entreprises sont basées dans 11 pays (Bangladesh, Chine, Egypte, Jordanie, Inde, Indonésie, Kenya, Pakistan, Afrique du sud, Corée du sud et Vietnam).

Mi-novembre, le géant pharmaceutique Pfizer avait annoncé un accord similaire avec MPP qui permettait aux fabricants de médicaments génériques licenciés de fournir le nouveau médicament en association avec le ritonavir (un médicament utilisé contre le virus du sida, Ndlr) à 95 pays, couvrant jusqu'à environ 53% de la population mondiale.

L'annonce par Merck et Pfizer de ces traitements oraux de la Covid-19 suscite beaucoup d'espoir pour lutter contre la pandémie qui a déjà fait plus de 5,5 millions de morts selon les chiffres officiels et sans doute beaucoup plus non comptabilisés.

Ces deux antiviraux agissent en diminuant la capacité d'un virus à se répliquer, freinant ainsi la maladie. Faciles à administrer car pouvant être pris chez soi, ces traitements représentent un complément aux vaccins, qui sont pour l'heure le moyen le plus efficace de lutter contre la Covid.

Le molnupiravir et le traitement de Pfizer, commercialisé sous le nom de Paxlovid, doit être administré dans les 3 à 5 jours suivant l'apparition de symptômes.

Ces traitements sont plus faciles à fabriquer que les vaccins. Ils ne nécessitent pas de chaîne du froid et peuvent être pris par le patient chez lui même si le fait de devoir l'utiliser rapidement suppose que des tests soient disponibles et que le diagnostic soit confirmé par un médecin.

Selon les dernières données cliniques, la pilule de Merck réduit le risque d'hospitalisation et de décès de 30% parmi la population fragile. Beaucoup moins que ce que le laboratoire avait annoncé dans un premier temps.

Le traitement de Pfizer réduit ce même risque de 90%, selon des essais cliniques.


Pakistan: au moins deux morts et 22 blessés dans l'explosion d'une bombe à Lahore

Des responsables de la sécurité inspectent le site d'un attentat à la bombe qui a tué deux personnes et en a blessé 22 autres dans un quartier commerçant animé de Lahore le 20 janvier 2022. (Photo, AFP)
Des responsables de la sécurité inspectent le site d'un attentat à la bombe qui a tué deux personnes et en a blessé 22 autres dans un quartier commerçant animé de Lahore le 20 janvier 2022. (Photo, AFP)
Short Url
  • « Les premières investigations montrent que l'explosion a été causée par un engin doté d'un dispositif de minutage et placé sur une moto», a déclaré Rana Arif, porte-parole de la police de Lahore
  • La police locale et une source hospitalière ont indiqué que deux personnes avaient été tuées, dont un enfant de 9 ans, et 22 blessées, dans cette violente explosion qui a renversé des étals et endommagé plusieurs motos

LAHORE : Au moins deux personnes ont été tuées et 22 blessées dans l'explosion d'une bombe jeudi devant une banque d'un quartier commerçant de Lahore (est), la deuxième plus grande ville du Pakistan, un attentat revendiqué par des séparatistes baloutches.

"Les premières investigations montrent que l'explosion a été causée par un engin doté d'un dispositif de minutage et placé sur une moto", a déclaré Rana Arif, porte-parole de la police de Lahore.

La police locale et une source hospitalière ont indiqué que deux personnes avaient été tuées, dont un enfant de 9 ans, et 22 blessées, dans cette violente explosion qui a renversé des étals et endommagé plusieurs motos.

L'attentat visait les employés d'une banque du vieux quartier commerçant d'Anarkali, a indiqué l'Armée nationale Baloutche (BNA), en le revendiquant sur Twitter.

La BNA est un mouvement séparatiste baloutche récemment formé, après l'union de deux groupes plus anciens.

Le Premier ministre pakistanais, Imran Khan, a exprimé ses regrets pour "la perte de précieuses vies humaines", selon un de ses porte-parole.

Le Baloutchistan (sud-ouest) est la province la plus pauvre du Pakistan, et est sujette à des violences ethniques, sectaires et séparatistes. Elle est riche en hydrocarbures et en minerais, mais sa population - environ 7 millions d'habitants - se plaint d'être marginalisée et spoliée de ses ressources naturelles.

Elle est secouée par intermittence depuis des décennies par une rébellion séparatiste. Des groupes jihadistes y sévissent également.

Au Baloutchistan, d'importants chantiers du Corridor économique Chine-Pakistan (CPEC), pour lequel la Chine doit dépenser plus de 50 milliards de dollars (42 milliards d'euros), sont sortis de terre, dont son vaisseau amiral, le port en eaux profondes de Gwadar.

Baloutches spoliés

Ces projets chinois ont souvent créé un fort ressentiment dans la province, en particulier auprès des groupes séparatistes, qui estiment que la population locale n'en tire aucun bénéfice, la plupart des emplois revenant à de la main d'œuvre chinoise.

En mai 2019, l'hôtel de luxe surplombant le port de Gwadar avait été attaqué, au moins huit personnes trouvant la mort. Six mois auparavant, un assaut contre le consulat de Chine de Karachi, la plus grande ville du Pakistan et sa capitale économique et financière, avait coûté la vie à au moins quatre personnes.

Et en juin 2020, c'est la Bourse de Karachi, en partie propriété d'entreprises chinoises, qui avait été prise pour cible (au moins 4 morts).

Ces attaques avaient été revendiquées par l'Armée de libération du Baloutchistan (BLA), qui s'était justifiée en invoquant la mainmise sur les ressources locales par Islamabad et la Chine.

Le Pakistan est également confronté depuis quelques semaines au retour en force du Tehreek-e-Taliban Pakistan (TTP), les talibans pakistanais, galvanisés par l'arrivée au pouvoir des talibans en août en Afghanistan.

Le TTP, un mouvement distinct de celui des nouveaux dirigeants afghans mais qui partage avec lui des racines communes, a revendiqué plusieurs attaques rien que depuis le début de la semaine, dont celle lundi contre un poste de contrôle de la police à Islamabad, dans laquelle un policier a été tué et deux blessés.

Ce genre d'incident est rare dans la capitale, placée sous forte surveillance policière en raison de la présence de dizaines d'ambassades étrangères, et où la sécurité s'était améliorée ces dernières années.

Le ministre pakistanais de l'Intérieur, Sheikh Rashid Ahmed, a mis en garde mardi contre la possibilité de nouvelles attaques et estimé que les autorités se devaient de "rester vigilantes".

Le gouvernement pakistanais avait conclu une trêve d'un mois avec le TTP en fin d'année dernière, mais celle-ci a pris fin le 9 décembre, aucune avancée n'ayant eu lieu dans les négociations de paix.