Le photographe qui relate l’Histoire des Émirats arabes unis avec un appareil photo

Ramesh Shukla au Etihad Museum de Dubaï pose avec l'appareil photo Rolleicord. (Photo AN/Mohamed Fawzy)
Ramesh Shukla au Etihad Museum de Dubaï pose avec l'appareil photo Rolleicord. (Photo AN/Mohamed Fawzy)
(Photo de Ramesh Shukla) Le photographe qui relate l'Histoire des Émirats arabes unis avec un appareil photo.
(Photo de Ramesh Shukla) Le photographe qui relate l'Histoire des Émirats arabes unis avec un appareil photo.
(Photo de Ramesh Shukla) Le photographe qui relate l'Histoire des Émirats arabes unis avec un appareil photo.
(Photo de Ramesh Shukla) Le photographe qui relate l'Histoire des Émirats arabes unis avec un appareil photo.
(Photo de Ramesh Shukla) Le photographe qui relate l'Histoire des Émirats arabes unis avec un appareil photo.
(Photo de Ramesh Shukla) Le photographe qui relate l'Histoire des Émirats arabes unis avec un appareil photo.
(Photo de Ramesh Shukla) Le photographe qui relate l'Histoire des Émirats arabes unis avec un appareil photo.
(Photo de Ramesh Shukla) Le photographe qui relate l'Histoire des Émirats arabes unis avec un appareil photo.
(Photo de Ramesh Shukla) Le photographe qui relate l'Histoire des Émirats arabes unis avec un appareil photo.
(Photo de Ramesh Shukla) Le photographe qui relate l'Histoire des Émirats arabes unis avec un appareil photo.
(Photo de Ramesh Shukla) Le photographe qui relate l'Histoire des Émirats arabes unis avec un appareil photo.
(Photo de Ramesh Shukla) Le photographe qui relate l'Histoire des Émirats arabes unis avec un appareil photo.
(Photo de Ramesh Shukla) Le photographe qui relate l'Histoire des Émirats arabes unis avec un appareil photo.
(Photo de Ramesh Shukla) Le photographe qui relate l'Histoire des Émirats arabes unis avec un appareil photo.
Ramesh Shukla avec son appareil photo Rolleicord vintage. (Photo AN/Mohamed Fawzy)
Ramesh Shukla avec son appareil photo Rolleicord vintage. (Photo AN/Mohamed Fawzy)
Short Url
Publié le Jeudi 02 décembre 2021

Le photographe qui relate l’Histoire des Émirats arabes unis avec un appareil photo

  • La Fête nationale des Émirats arabes unis, célébrée le 2 décembre de chaque année, marque l'unification des émirats en une fédération
  • Ramesh Shukla a documenté l'évolution des Émirats arabes unis, de communautés de cheikhs disparates à une nation ambitieuse et moderne

DUBAΪ: Le photographe Ramesh Shukla a vécu aux Émirats Arabes Unis (EAU) pendant près de cinq décennies. Il est arrivé de son Inde natale au moment où les anciens États de la Trêve approchaient de l'indépendance de la Grande-Bretagne et se lançaient dans une remarquable aventure de construction nationale.

Désormais âgé de 84 ans, il a été le témoin direct de l'évolution des EAU, passant d'un ensemble de communautés de cheikhs du désert et de villages de pêcheurs disparates à un centre d'affaires mondial synonyme de dynamisme entrepreneurial, de villes cosmopolites et d'horizons incroyables.

C'est une transformation dont il a soigneusement documenté l'Histoire avec son appareil photo au fil des décennies.

photo
Cheikh Zayed signe une photo du jeune Ramesh Shukla. Photo fournie.

Son attachement au pays a commencé par accident après un voyage en bateau plutôt inconfortable depuis Mumbai en 1965. À l'époque, Ramesh Shukla travaillait pour le journal Times of India, mais l’appel du large était trop important pour y résister.

Emportant son bien le plus cher, un appareil photo Rolleicord et autant de rouleaux de film qu'il pouvait transporter, le jeune homme, alors dans la vingtaine, s'est lancé dans ce qui allait changer sa vie.

«C'est mon appareil photo», déclare Ramesh Shukla à Arab News au musée Etihad de Dubaï plus d'un demi-siècle plus tard, avec son Rolleicord désormais vintage.

«Quand j'avais 15 ans, mon père m'a demandé: “Quel cadeau d'anniversaire veux-tu?” J’ai répondu: “Papa, s'il te plaît, offre-moi un appareil photo.”»

photo
(Photo de Ramesh Shukla)

Peu de temps après le départ de son navire, le Dwarka, de Bombay, Ramesh Shukla souffre d’un horrible mal de mer qui freine son désir de découvrir le monde.

Épuisé par le balancement incessant des vagues, il débarque à Charjah, l'un des États de la Trêve qui à l'époque, constituaient collectivement un protectorat informel de l’Empire britannique.

Il y trouve un logement chez un habitant, qui incite le jeune visiteur à se rendre à l'hippodrome de Charjah pour assister à un grand événement de l'époque, une course de chameaux. Désireux de s’immerger dans les images et les sons authentiques de l'Arabie, Ramesh Shukla suit, appareil photo en main.

Accroupi sur le sol le long de l’hippodrome, il repère un groupe d'hommes qui allait fonder les EAU. Parmi eux, le cheikh Zayed ben Sultan al-Nahyane, qui deviendra bientôt le premier président du nouveau pays, fonction qu'il occupe jusqu'à sa mort le 2 novembre 2004.

photo
Ramesh Shukla avec son appareil photo Rolleicord vintage. (Photo AN/Mohamed Fawzy)

Ramesh Shukla fait douze photographies de cheikh Zayed regardant les courses et revient le lendemain pour lui présenter l'un de ses portraits. Le souverain d'Abu Dhabi, désormais communément appelé le «père de la nation», est tellement impressionné qu'il signe le cliché et offre son stylo à Ramesh Shukla.

«C'est là que la première connexion a lieu», déclare à Arab News le fils de Ramesh Shukla, Neel, son directeur artistique. «C'était la première fois qu'il rencontrait son altesse. Cheikh Zayed lui dit alors: “Ne quittez pas cette région. Restez.”»

Déterminé à rester, Ramesh Shukla fait venir sa femme et leur fils pour vivre avec lui dans son pays d'adoption, pendant ses années de formation.

«J'étais avec lui tout le temps», raconte Neel. «Avant de prendre une photo, il me prenait pour modèle pour s'assurer que la lumière était bonne, puis il prenait la photo.»

photo
(Photo de Ramesh Shukla)

Entièrement autodidacte, Ramesh Shukla développe un style de photographie caractéristique, capturant des scènes de la vie quotidienne sur film noir et blanc, soulignant la simplicité de la vie nomade dans le pays avant l'unification et le boom pétrolier.

Les sujets de ses premiers travaux tournent autour des Bédouins travailleurs, des troupeaux de chameaux, des bateaux traditionnels abras sur la crique de Dubaï et la tour de l'horloge de Deira, photographiée d'en haut. Il a également documenté les débuts du premier aéroport commercial de Dubaï et du premier musée de la ville.

«C'était la vie aux EAU; il n'y avait rien. Il n'y avait ni lumière ni eau dans ma maison», raconte Ramesh Shukla, soulignant le contraste entre les équipements limités disponibles à l'époque et les infrastructures avancées du pays aujourd'hui. Même l'eau dont il avait besoin pour développer ses photos devait être puisée à côté.

Bien que son style de vie soit modeste, Ramesh Shukla noue de solides relations avec les dirigeants des EAU, ce qui lui vaut le titre informel de «photographe royal». Son accès privilégié aux cours royales fait que ses photographies sont très recherchées, en particulier par les médias indiens.

photo
Ramesh Shukla avec sa photo emblématique des pères fondateurs des Émirats arabes unis. (Photo AN/Mohamed Fawzy)

Une grande partie de la collection de Ramesh Shukla a été préservée pour la postérité grâce à sa femme, Tarulatta, qui a soigneusement archivé les négatifs de son mari, les protégeant de l'humidité et de la poussière, dans leur modeste maison de Deira, qui se composait d'une chambre noire, d'une cuisine et d'une chambre à coucher. Les archives offrent un témoignage fascinant des cinquante ans de parcours des EAU en tant que nation.

«Il a continué à documenter l’Histoire», déclare Neel. «Nous sommes très soucieux de la collection. Nous ne la commercialisons pas, c'est de l'Histoire. C'est pourquoi il est très aimé, parce qu'il préserve le sacré à ses côtés.»

photo
(Photo de Ramesh Shukla)

La carte de visite de Ramesh Shukla comporte une impression miniature d'une photographie dont il est particulièrement fier. Le 2 décembre 1971, il assiste à la cérémonie historique au cours de laquelle les dirigeants de Dubaï, d’Abu Dhabi, de Charjah, d’Ajman, de Fujaïrah et d’Oumm al-Qaïwaïn se réunissent pour marquer leur indépendance de la Grande-Bretagne et la création de leur propre pays unifié. Ras al-Khaimah rejoindra l’union le mois suivant.

C'est à ce moment que Ramesh Shukla saisit ce qui allait devenir une photo emblématique des cheikhs se tenant sous le drapeau national de leur nouveau pays. Le mât du drapeau se dresse encore à ce jour dans le quartier de Jumeirah à Dubaï.

«Il y avait beaucoup de bonheur», déclare Ramesh Shukla, se souvenant du jour, il y a un demi-siècle, où il a pris la photo sous le même mât de drapeau. «Les EAU sont nés avec une seule famille.»

Union House, où a été signé l'accord qui a permis la création des EAU, se trouve à proximité. Ramesh Shukla était là, bien sûr, pour capturer devant la caméra le moment historique où cheikh Zayed appose sa signature sur le document. Sa photo des cheikhs rassemblés est devenue le logo de l’«esprit de l’Union», qui a été largement utilisé lors de la quarante-cinquième Fête nationale des EAU, il y a cinq ans.

De nombreuses photos de Ramesh Shukla sont affichées dans les stations le long de la ligne de métro de Dubaï. Plus récemment, sa photo de cheikh Zayed signant l'accord syndical a figuré dans les passeports de l'Expo 2020 Dubaï.

photo
Ramesh Shukla avec son fils et directeur artistique, Neel Shukla. (Photo AN/Mohamed Fawzy)

En reconnaissance de sa contribution remarquable à l'Histoire nationale des EAU, le photographe a été parmi les premiers membres de la communauté créative de Dubaï à recevoir le très convoité Golden Visa, qui accorde aux détenteurs des droits de résidence à long terme sans avoir besoin d'un parrain national, et la propriété à 100 % de leurs propres entreprises.

Ramesh Shukla a certainement mené une vie riche, documentant l’Histoire d'une nation depuis sa création, notamment son patrimoine naturel et culturel, ses moments les plus importants et les plus dignes, et même la vie de ses chefs d'État.

Pourtant, il ne croit pas à la retraite malgré un travail si dur pendant de nombreuses années.

«La vie commence après 100 ans», conclut-il.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Art palestinien: temps forts de la deuxième édition de Ramallah Art Fair

Alaa Albaba, The Camp III. (Photo Fournie)
Alaa Albaba, The Camp III. (Photo Fournie)
Short Url
  • La Ramallah Art Fair se poursuit jusqu'au 15 février
  • Le paysage palestinien est «le thème le plus important de cette exposition», selon les organisateurs de la Zawyeh Gallery

Saher Nassar – The Eternal («L'éternel»)

Nassar a travaillé comme illustrateur et graphiste avant de débuter sa carrière d'artiste. Ces influences sont en effet visibles dans son travail, en particulier dans ses pièces pop art. Dans The Eternal, Nassar représente une figure allégorique nationale de la Palestine, Handala. Créé à l'origine par le regretté caricaturiste politique Naji al-Ali, le personnage est un garçon âgé de dix ans, généralement présenté de dos, les bras croisés. Cette image est devenue un symbole représentatif de la Palestine et de son peuple, largement utilisé, symbolisant la résistance et le rejet de l'occupation. Nassar l'aborde toutefois de façon orginale et complice.

Saher Nassar – The Eternal («L'éternel») - (fournie)
Saher Nassar – The Eternal («L'éternel») - (fournie)

Alaa Attoun – Scene 1 («Scène 1»)

Dans les œuvres qu'il propose dans le cadre de cette exposition, Attoun s'éloigne des dessins au crayon hyperréalistes chargés d'émotion, pour lesquels il est sans doute le plus connu, pour explorer la photographie performance, qui semble à bien des égards comme une progression naturelle. Pour cette série, intitulée Scene, Attoun a visité trois endroits à Jérusalem où des familles palestiniennes ont été déplacées de leurs maisons, pour mettre en scène ses photos théâtrales surréalistes.

Alaa Attoun – Scene 1 («Scène 1») (fournie)
Alaa Attoun – Scene 1 («Scène 1»)- (fournie)

Alaa Albaba – The Camp III («Le Camp III»)

Albaba est bien connu pour ses œuvres décrivant la vie des réfugiés et des camps de réfugiés. À titre d’exemple, la brochure de l’exposition explique: «Au cours de sa résidence dans le camp de réfugiés de Borj Alshamali au Liban, il a réalisé des croquis et des peintures murales sur le massacre de Houla en Syrie, à partir d'histoires réelles.» Son projet Fish Path consistait en 18 peintures murales en Palestine, au Liban et en Jordanie, dans lesquelles le poisson représente «une allégorie des réfugiés palestiniens qui aspirent à retourner dans leurs villages au bord de la mer». Albaba habite dans le camp de réfugiés d'Alamari à Ramallah, où il a créé un atelier d'artiste. Pour cette exposition, son travail se concentre sur l'étendue de ce camp et le met en contraste avec les zones résidentielles et commerciales modernes qui l'entourent.

Alaa Albaba – The Camp III («Le Camp III»)- (fournie)
Alaa Albaba – The Camp III («Le Camp III»)- (fournie)

Fouad Agbaria — Resisting Decomposition III (Résister à la décomposition III)

Le paysage palestinien est «le thème le plus important de cette exposition», selon les organisateurs de la Zawyeh Gallery. La série impressionniste de Fouad Agbaria Resisting Decomposition n'en est qu'un exemple. Les œuvres abordent également un autre thème important, celui de la résistance, à travers des symboles tels que le cactus et l'olivier. Le recours à de telles plantes fait également référence au lien profondément enraciné que tant de Palestiniens entretiennent avec leur patrie.

Fouad Agbaria — Resisting Decomposition III (Résister à la décomposition III) (fournie)
Fouad Agbaria — Resisting Decomposition III (Résister à la décomposition III) (fournie)

Khaled Hourani – Manakh («Climat»)

Originaire d’Hébron, Hourani est une figure très respectée de la scène artistique palestinienne, pour son travail en tant que conservateur et écrivain ainsi que pour son art qui lui a valu plusieurs récompenses. En tant qu'ancien directeur général du département des beaux-arts du ministère palestinien de la Culture, sa participation à cette exposition met en avant l'engagement de l'organisateur à inclure des artistes prometteurs aux côtés de leurs homologues plus reconnus. Dans Manakh, explique la brochure, Hourani veut «souligner la menace du réchauffement climatique» et «met en scène le monde suspendu à un fil, illustrant la fragilité d'une boule de Noël».

Khaled Hourani – Manakh («Climat») - (fournie)
Khaled Hourani – Manakh («Climat») - (fournie)

Ruba Salameh – Creatures of Regression II («Créatures de la régression II»)

Salameh est née à Nazareth en 1985. Tout au long de sa carrière, elle a utilisé une variété de médiums pour aborder «les questions de la terre, de la géographie, du déplacement, du nationalisme et des temporalités intermédiaires dans une tentative de contempler […] la vie quotidienne qui dans de nombreux cas conduit à un état de dystopie, utilisant le cynisme et l'ironie comme outils». Sa série Creatures of Regression, dont est tirée cette œuvre, est «inspirée de son observation psychanalytique du comportement des enfants, montrant en particulier la jalousie envers les frères et sœurs plus jeunes», expliquent les organisateurs.

Ruba Salameh – Creatures of Regression II («Créatures de la régression II») (fournie)
Ruba Salameh – Creatures of Regression II («Créatures de la régression II») (fournie)

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Au pied d'une fusée, défilé hommage à Pierre Cardin

Le neveu de Pierre Cardin Rodrigo Basilicati et la créatrice de mode de la Maison Cardin Maryse Gaspard saluent le public à la fin du défilé de mode de la collection Haute Couture printemps-été 2022 au Musée de l'Air et de l'Espace au Bourget près de Paris, le 28 janvier 2022.(AFP)
Le neveu de Pierre Cardin Rodrigo Basilicati et la créatrice de mode de la Maison Cardin Maryse Gaspard saluent le public à la fin du défilé de mode de la collection Haute Couture printemps-été 2022 au Musée de l'Air et de l'Espace au Bourget près de Paris, le 28 janvier 2022.(AFP)
Short Url

LE BOURGET : La collection "Cosmocorps 3022" au pied d'une vraie fusée: des robes inédites dessinées par Pierre Cardin ont été dévoilées vendredi au Bourget, près de Paris, dans un défilé hommage au couturier pionnier de la mode "spatiale" dans les années 60, décédé il y a un an. 

Plusieurs centaines d'invités se sont réunis sur le tarmac du Musée de l'Air et de l'Espace, autour d'un podium installé au pied d'une Ariane 5 qui a décollé dans un jeu de lumières.

Le compte a rebours est lancé une demi-heure avant le défilé qui commence à l'heure -chose impossible dans le milieu de la mode aujourd'hui- et qui est suivi dans des cinémas à Moscou, Mexico, Dallas et Tirana. 

Des images de Pierre Cardin jeune et des pièces de ses collections des années 60-70 sont projetées sur deux écrans géants qui encadrent la fusée.

"On a voulu le faire sur le thème de l'espace pour évoquer les années 60, quand Pierre Cardin voulait habiller l'homme qui va dans les vaisseaux spatiaux", a déclaré à l'AFP son neveu, Rodrigo Basilicati-Cardin, PDG de la griffe.

"Il a été le premier, avec André Courrèges, à oser faire ça, critiqué par tout le monde à l'époque".

Démesure

Robes trapèzes, petites robes noires ou longues robes droites avec des ornements géométriques, robes drapées en couleurs vives: la première partie de ce défilé de 50 minutes est consacrée aux créations que Pierre Cardin avait dessinées avant sa mort le 29 décembre 2020.

Défilent ensuite les tenues conçues par le Studio de création de la maison Pierre Cardin, qui reprennent les coupes de Pierre Cardin en accentuant légèrement la ligne des épaules et dans les couleurs pop des années 80.

Le spectacle se termine avec une danseuse en longue robe blanche qui tourne sur elle-même comme un derviche sur fond des tenues de la collection. 

Le défilé est dans la démesure qu'aimait Pierre Cardin, qui avait créé les 25 dernières années en électron libre, refusant de suivre le calendrier des Fashion weeks de la Fédération de la mode.

Karl Lagerfeld avait lui aussi fait décoller une fusée pour Chanel, mais la sienne était factice, sous la verrière du Grand Palais. 

Défilés sur la Grande Muraille en Chine en 2018, à Moscou en 2016, à Astana (Kazakhstan) en 2017, au Palais Bulles en Provence -résidence préférée du créateur-, présentation de modèles au théâtre du Châtelet à Paris à l'occasion de la projection d'un film consacré au couturier en 2020... Les shows improbables ne manquaient pas du vivant de Pierre Cardin.

« Rajeunir » la marque 

"Pierre voulait être libre. A l'approche de ses 80 ans, il a dit qu'il y avait plein de jeunes créateurs qui (avaient) besoin d'intégrer cette Semaine de la mode" et qu'il ne voulait pas prendre leur place, se souvient Rodrigo Basilicati-Cardin.

"Il a dédié la dernière partie de sa vie à la créativité, pas à la distribution", ajoute-t-il.

Lui veut "relancer" et "rajeunir" la marque, en profitant du cadre officiel de la Fédération de la haute couture et de la mode et intégrer la Fashion week. 

Rodrigo Basilicati-Cardin, qui remplit également les fonctions de directeur artistique de la maison, puise pour l'instant dans la créativité du Studio, mais réfléchit toutefois à "monter un groupe de designers" venus de l'extérieur pour apporter un souffle nouveau à la marque. 

Il prévoit également d'organiser un évènement le 2 juillet pour les 100 ans de Pierre Cardin, "qui aura peut-être lieu à Venise", ville natale du couturier.


Le nouveau single See Beyond, une collaboration entre l’Égyptien DB Gad et Sisters Grimm

La chanson, sortie la semaine dernière, célèbre la diversité et la coexistence pacifique, selon ses créateurs. (Photo fournie)
La chanson, sortie la semaine dernière, célèbre la diversité et la coexistence pacifique, selon ses créateurs. (Photo fournie)
Short Url
  • Le titre appelle à regarder au-delà des frontières culturelles et à accepter l’individualité de chacun
  • «Grâce à See Beyond, nous espérons contribuer à préparer le terrain pour la production d’un plus grand nombre d’œuvres d’art internationales ici», explique Pittman, des Sisters Grimm

DUBAÏ: Une mélodie envoûtante au piano se mêle harmonieusement à des sons rythmés et à du rap arabe dans le nouveau single See Beyond, une collaboration entre l’artiste hip-hop égyptien DB Gad et le duo de production musicale et théâtrale Sisters Grimm.

La chanson, sortie la semaine dernière, célèbre la diversité et la coexistence pacifique, selon ses créateurs. «Au départ, la chanson devait être classique et théâtrale, mais nous y avons ajouté la saveur des rues égyptiennes. Le rap était en phase avec l’énergie de la diversité que nous voyons autour de nous», explique Gad. «C’est un projet fou, j’ai adoré cette expérience.»

La compositrice et peintre Ella Spira et la ballerine Pietra De Mello Pittman, les Sisters Grimm, sont basées au Royaume-Uni et aux Émirats arabes unis, et See Beyond a été enregistrée dans leur studio à Dubaï. La chanson, coécrite par Gad et Spira, appelle les personnes à regarder au-delà des frontières culturelles et à accepter l’individualité de chacun.

Le vidéoclip présente des extraits du film Daughters of the Wind des Sisters Grimm, dans lequel Pittman incarne une femme émiratie moderne dans un spectacle de ballet, ce qui constitue le parfait contrepoint au rap énergique de Gad.

«Chaque élément de la chanson a été créé de manière si organique que celle-ci s’est épanouie comme un bourgeon», déclare Spira. «L’enregistrement s’est fait au fur et à mesure que nous l’écrivions ensemble, dans notre studio de création. Le processus de tournage s’est déroulé de manière similaire. Je pense que c’est pour cela que le morceau a ce côté brut et frais.»

Les artistes avaient notamment pour objectif de faire tomber les barrières liées aux conflits culturels et de combler le fossé entre la musique occidentale et la musique arabe. Dans la vidéo, la protagoniste se trouve sur son lieu de travail et se bat avec ses collègues pour faire respecter ses idées.

«Nous voulions montrer que nous pouvons trouver un moyen de coexister et d’accepter nos différences. Grâce à See Beyond, nous espérons également contribuer à préparer le terrain pour la production d’un plus grand nombre d’œuvres d’art internationales ici. Les artistes et les œuvres produites au Moyen-Orient ont toutes les chances d’occuper une place plus importante sur les scènes musicales et artistiques mondiales», explique Pittman.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com