Beyrouth: Le témoignage poignant de l’écrivaine Caroline Torbey

Caroline Torbey livre un témoignage de vie romancé. Photo fournie : Marguerite Silve-Dautremer.
Caroline Torbey livre un témoignage de vie romancé. Photo fournie : Marguerite Silve-Dautremer.
Short Url
Publié le Jeudi 09 décembre 2021

Beyrouth: Le témoignage poignant de l’écrivaine Caroline Torbey

  • «L’idée d’écrire sur la catastrophe de Beyrouth était pour moi avant tout salvatrice»
  • «C’était très important pour moi de montrer à quel point la femme peut être forte dans ce genre de situation sans pour autant parler de résilience, terme que je veux assassiner dans ce livre»

PARIS: Adepte de la résistance culturelle, l’écrivaine Caroline Torbey, dont les contes pour enfants ont été hautement distingués, continue à raconter son Liban. Un Liban vaillant qui ne se ne laisse pas abattre et qui ne tombe pas dans le piège de la vaine résilience mais qui est agonisant. Dans Éclat d’une vie publié aux éditions L’Harmattan, Caroline Torbey a pour la première fois écrit un témoignage de vie qui raconte l’explosion du 4 août à Beyrouth mais aussi les crises qui touchent de plein fouet son pays. Entretien avec Arab News en français.

Un témoignage nécessaire

De nombreux récits exprimant l’horreur, le désespoir, la douleur et surtout l’incompréhension par rapport à ce qui s’est passé à Beyrouth l’été dernier ont déjà été publiés. Dès le début de son livre, Caroline Torbey illustre la nécessité encore persistante de témoigner en écrivant que «la réalité n’existe que si quelqu’un est là pour la raconter». Elle explique à Arab News en français les raisons de cette persistance. «Bien que ce soit le même sujet, la même catastrophe, chacun l’a vécu différemment. L’idée d’écrire sur la catastrophe de Beyrouth était pour moi avant tout salvatrice. C’était la seule façon d’extérioriser le traumatisme vécu et l’angoisse qui est resté fortement ancré. Je voulais aussi raconter ce que nous vivons au Liban au quotidien.»

torbey

Caroline Torbey livre un témoignage de vie romancé.  «Le témoignage est une déclaration de ce que j’ai vécu qui sert à l’établissement de la réalité. Le témoignage est néanmoins romancé à partir d’une tranche de vie. Cette tranche de vie relate des faits tout à fait réels. Tout que j’ai écrit dans le livre est authentique. C’est ma propre expérience.»

L’objectif du livre n’est pas uniquement d’apporter un témoignage. Il y a aussi la volonté de montrer comment surmonter cet événement et par quels moyens. «Le livre expose comment chacun et notamment l’héroïne fait face au traumatisme et comment on arrive à surmonter cela. Chose qui peut paraître impensable face à la violence des images et la réalité de la chose. C’était très important pour moi de montrer à quel point la femme peut être forte dans ce genre de situation sans pour autant parler de résilience, terme que je veux assassiner dans ce livre.»

Résistance culturelle

Bien que le style soit différent de son œuvre et notamment de l’utopie de Si j’avais un cèdre sélectionnée cette année par la prestigieuse fondation Jan Michalski pour l’écriture et la littérature, le récent témoignage de Caroline Torbey rentre pleinement dans une thématique familière de l’auteure, soit la résistance culturelle. Cette résistance est perçue dès le titre de l’ouvrage. «Le titre a une double signification et un double tranchant. J’ai choisi de parler d’éclat car le jour de l’explosion, il y avait des éclats de verre qui jonchaient toute la capitale et qui sont même rentrés à l’intérieur de mon corps. La deuxième signification est plus lumineuse, c’est celle de l’éclat d’une vie.»

L’espoir est toujours présent chez Caroline Torbey, ce qui peut paraître surprenant pour celle qui continue à vivre à Beyrouth. «S’il n’y a plus de gens qui parlent d’espoir, il n’y a plus de Liban. L’espoir s’amincit de jour en jour. Je parle d’espoir parce que je trouve qu’il y a encore des personnes qui valent la peine et qui croient en ce pays. Ce qui fait un pays, c’est son paysage et son Histoire, mais c’est aussi son énergie et les gens qui y habitent et ce qu’ils en font.»

Caroline Torbey ne s’adresse pas uniquement aux lecteurs libanais. Son livre a été édité par une maison d’édition française, L’Harmattan. «Ce livre s’adresse avant tout aux Libanais. Mais il intéressera aussi un lecteur qui n’est pas Libanais en raison de la brutalité de cette catastrophe, notamment pour ceux qui l’ont vécue, et de savoir comment vivre et surmonter ce traumatisme. Nous avons dormi pendant des années sans le savoir à côté d’un stock énorme de nitrate d’ammonium. Ce n’est pas un événement commun.»

Pour nos lecteurs libanais, Caroline Torbey vous attend pour la signature de son ouvrage à la librairie Antoine le 28 décembre!


«Novembre», sur les attentats de Paris, triomphalement accueilli à Cannes

L'acteur vénézuélien Alejandro Nones et l'actrice mexicaine Geraldine Bazan arrivent pour la projection du film "November (Novembre)" lors de la 75e édition du Festival de Cannes, dans le sud de la France, le 22 mai 2022 (Photo, AFP) .
L'acteur vénézuélien Alejandro Nones et l'actrice mexicaine Geraldine Bazan arrivent pour la projection du film "November (Novembre)" lors de la 75e édition du Festival de Cannes, dans le sud de la France, le 22 mai 2022 (Photo, AFP) .
Short Url
  • L'histoire débute le 13 novembre 2015 au siège de la Sous-direction anti-terroriste
  • Le spectateur ressort assourdi et aveuglé après la scène de l'assaut final

CANNES: Le film policier de Cédric Jimenez sur les attentats de novembre 2015 à Paris, décrivant la traque des terroristes dans les jours ayant suivi le drame, a fait un triomphe dimanche soir au festival de Cannes, où il était projeté hors compétition.

Après "Bac Nord" (présenté à Cannes en 2021) sur la police de Marseille, et "La French", Cédric Jimenez s'inspire de nouveau de faits réels pour "Novembre", avec une nouvelle immersion chez les forces de l'ordre.

L'histoire débute le 13 novembre 2015 au siège de la Sous-direction anti-terroriste de la police judiciaire, quand une dizaine de téléphones se mettent à sonner simultanément.

Ce soir-là, en quelques heures à peine, des commandos jihadistes ont fait 130 morts et 350 blessés à Paris et en banlieue, près du Stade de France, sur des terrasses de la capitale et dans la salle de spectacle du Bataclan.

Plus de six ans après les faits, un autre long-métrage présenté à Cannes se consacre à la tragédie du 13 novembre 2015, "Revoir Paris", d'Alice Winocour, qui adopte lui le point de vue des survivants.

Dans le film de Jimenez, c'est le travail de la police qui est mis en lumière: sous les ordres d'Héloïse (Sandrine Kiberlain) et Fred (Jean Dujardin), ils entament une traque tous azimuts, en France, au Maroc, et sur internet, pour mettre la main sur les terroristes.

Cinq jours durant, les résultats espérés par la France entière se font attendre: les policiers luttent contre des accès de fatigue et de colère et accumulent les fausses pistes. Un témoignage d'une amie de la "logeuse" des islamistes va finalement s'avérer décisif. 

Le spectateur ressort assourdi et aveuglé après la scène de l'assaut final --déluge d'armes et de feu-- dans l'appartement de Saint-Denis où se terrent les terroristes.

A la fin de la projection dans le Grand théâtre Lumière, l'équipe du film, présente, a été très longuement applaudie, par un public debout.

En 2021, "BAC Nord", qui revenait sur des accusations de corruption dans la police marseillaise, avait été un gros succès en salles mais avait provoqué la polémique, quand un syndicat policier ainsi que des politiques de droite et d'extrême droite l'avait "récupéré" pour justifier leurs préoccupations sécuritaires, au grand dam de Cédric Jimenez.


Les top-modèles Alessandra Ambrosio et Naomi Campbell se démarquent lors d'un événement saoudien à Cannes

Alessandra Ambrosio, habillée par Elie Saab, lors du dîner de gala célébrant les femmes du cinéma (Women in Cinema), organisé par le Festival international du film de la mer Rouge. (Photo, Getty Images)
Alessandra Ambrosio, habillée par Elie Saab, lors du dîner de gala célébrant les femmes du cinéma (Women in Cinema), organisé par le Festival international du film de la mer Rouge. (Photo, Getty Images)
Short Url
  • Le Festival de Cannes, annulé en 2020 et tenu avec un strict protocole sanitaire en 2021, a fait un retour spectaculaire, plein de glamour, la semaine dernière
  • De nombreuses vedettes débarquent sur la Croisette, habillées de tenues à couper le souffle, créées par des designers du Moyen-Orient

DUBAÏ: En habillant certaines des stars – mannequins et actrices – les plus connues sur le tapis rouge, les créateurs arabes se sont illustrés au 75e Festival de Cannes, notamment lors de l'événement «Women in Cinema» organisé par le Festival international du film de la mer Rouge.

Samedi, à l'occasion du Festival annuel du film en France, Alessandra Ambrosio a fait une apparition fabuleuse sur le tapis noir lors de son arrivée à l'Hôtel du Cap-Eden-Roc. Le mannequin brésilien portait une robe en maille nue digne d'un conte de fées, ornée de bougainvilliers en organza et de bretelles argentées, créée par le couturier libanais Elie Saab.

1
L'ancien «ange» de Victoria's Secret a complété son look par des bijoux discrets, à savoir des boucles d'oreilles et une bague en diamants étincelants. (Photo, Getty Images)

La pièce florale est tirée de la dernière collection de couture printemps 2022 de Saab, qu'il a présentée à Paris en janvier lors de son premier défilé présentiel depuis deux ans.

La collection composée de 55 modèles représentait une ode à la Méditerranée et mettait en avant des silhouettes à jupe ample dans des tissus luxueux comme le taffetas et le tulle, ornés de plumes, de strass, de perles et de paillettes.

L'ancien «ange» de Victoria's Secret a complété son look par des bijoux discrets, à savoir des boucles d'oreilles et une bague en diamants étincelants.

Naomi Campbell était également présente à l'événement organisé par le PDG du Festival international du film de la mer Rouge, Mohammed al-Turki. Le top-modèle britannique a opté pour une robe rose vif de la collection automne-hiver 2022 de Valentino.

1
Naomi Campbell pose avec Mohammed al-Turki. (Photo, Getty Images)

Le Festival de Cannes, annulé en 2020 et tenu avec un strict protocole sanitaire en 2021, a fait un retour spectaculaire, plein de glamour, la semaine dernière.

Comme à l'accoutumée, les couturiers arabes s'imposent sur le tapis rouge: de nombreuses vedettes débarquent sur la Croisette, habillées de tenues à couper le souffle, créées par des designers du Moyen-Orient.

L'actrice américaine Larsen Thompson est apparue sur le tapis rouge de la première de «Triangle of Sadness» dans une élégante robe noire conçue par le label saoudien Ashi Studio. La pièce aux épaules dénudées était dotée d'une traîne asymétrique et d'une petite fente sur le devant. Thompson l'a associée à des escarpins noirs assortis et des bijoux délicats.

Les créateurs arabes ne sont pas les seuls à se distinguer lors du festival du film. Les personnalités régionales – dont l'actrice saoudienne Fatima Al-Banawi, la présentatrice de télévision libanaise Diala Makki et la star de la télé-réalité libanaise Alice Abdelaziz – ont une fois de plus volé la vedette à la Côte d'Azur avec des looks magnifiques.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


À Cannes, une version «féministe» de Don Juan, avec Tahar Rahim

L'acteur français Tahar Rahim arrive pour la projection du film "Forever Young (Les Amandiers)" lors de la 75e édition du Festival de Cannes à Cannes, dans le sud de la France, le 22 mai 2022 (Photo, AFP).
L'acteur français Tahar Rahim arrive pour la projection du film "Forever Young (Les Amandiers)" lors de la 75e édition du Festival de Cannes à Cannes, dans le sud de la France, le 22 mai 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • Seule particularité du Don Juan originel: le regard que porte Laurent sur les femmes
  • Pas tout à fait une comédie musicale, plusieurs scènes chantées par Tahar Rahim et Virginie Efira émaillent le film

CANNES: Oubliez le Don Juan de Molière ou de Tirso de Molina, place à la version 2022: présenté dimanche soir à Cannes, "Don Juan" de Serge Bozon réinvente le tombeur invétéré en un amant éconduit, incarné par Tahar Rahim. 

A l'ère post-MeToo, Don Juan ne serait-il pas un peu "has been" ? Pas pour le réalisateur Serge Bozon qui a complètement transformé le personnage. Dans sa version, sorte de comédie musicale avec le chanteur Alain Chamfort, Don Juan est un homme quitté, obsédé par son ex-compagne. 

Le film se centre sur l'histoire de Laurent (Tahar Rahim ; "Désigné coupable", "Le Serpent"), acteur de théâtre, abandonné devant l'autel par Julie (Virginie Efira ; "Benedetta"). La cause ? En arrivant à la mairie, l'ex-jeune mariée le surprend à regarder une femme depuis la fenêtre. Se sentant trahie par ce regard, elle le quitte sans dire le moindre mot. 

À partir de là, Laurent voit Julie partout et sombre dans la dépression.

En faisant de Don Juan un homme quitté plutôt qu’un briseur de cœurs, Serge Bozon renverse l'imaginaire attaché à ce personnage emblématique de la littérature.

"De ce point de vue, je pense qu'on peut dire que le film a un aspect féministe", explique son réalisateur à l'AFP. D'ailleurs, "ce Don Juan est un anti-héros. Il ne cesse de se prendre des vents et de se faire jeter par les femmes, même si dans le fond il ne brûle pour une seule femme: Julie".

Seule particularité du Don Juan originel que Serge Bozon a conservée: le regard que porte Laurent sur les femmes. Ce dernier ne peut s'empêcher de les regarder, voire de les fixer.

Pas tout à fait une comédie musicale, plusieurs scènes chantées par Tahar Rahim et Virginie Efira émaillent le film. "Pour moi, la musique prolonge le côté douloureux des personnages", précise Serge Bozon. 

Des scènes qui ont été un défi pour Virginie Efira et Tahar Rahim. "Ils ont été incroyables", salue le réalisateur, qui raconte s'être très bien entendu avec Tahar Rahim: "C'est un acteur qui n'a pas peur du ridicule et ça, pour un acteur, c'est quelque chose de plutôt rare".