Nouvelles encourageantes pour le vaccin et la pilule anti-Covid de Pfizer

Les nouvelles encourageantes s'enchaînent pour Pfizer: le géant pharmaceutique a confirmé mardi que sa pilule anti-Covid réduisait de près de 90% les hospitalisations et décès chez les personnes à risque lorsque prise dans les premiers jours après l'apparition des symptômes. (Photo, AFP)
Les nouvelles encourageantes s'enchaînent pour Pfizer: le géant pharmaceutique a confirmé mardi que sa pilule anti-Covid réduisait de près de 90% les hospitalisations et décès chez les personnes à risque lorsque prise dans les premiers jours après l'apparition des symptômes. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 15 décembre 2021

Nouvelles encourageantes pour le vaccin et la pilule anti-Covid de Pfizer

  • Une donnée importante au moment où ce variant hautement contagieux, classé comme préoccupant par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), se répand dans le monde
  • Ce dernier, nommé Paxlovid, devrait rester efficace contre Omicron selon des tests réalisés en laboratoire, a également annoncé Pfizer mardi

WASHINGTON: Les nouvelles encourageantes s'enchaînent pour Pfizer: le géant pharmaceutique a confirmé mardi que sa pilule anti-Covid réduisait de près de 90% les hospitalisations et décès chez les personnes à risque lorsque prise dans les premiers jours après l'apparition des symptômes.

Et une étude réalisée en Afrique du Sud a séparément estimé que le vaccin de Pfizer était globalement moins efficace contre le variant Omicron, mais protégeait toujours à 70% contre les cas graves de la maladie.

Une donnée importante au moment où ce variant hautement contagieux, classé comme préoccupant par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), se répand dans le monde.

L'entreprise américaine commercialise l'un des vaccins contre la Covid-19 les plus utilisés sur la planète, et développe en parallèle un traitement antiviral, pris sous forme de comprimé en cas d'infection.

Ce dernier, nommé Paxlovid, devrait rester efficace contre Omicron selon des tests réalisés en laboratoire, a également annoncé Pfizer mardi. Albert Bourla, le PDG de Pfizer, a ajouté sur CBS que le traitement résisterait a priori "très, très bien" à Omicron. 

"Cette nouvelle fournit un autre outil potentiellement puissant dans notre lutte contre le virus, y compris contre le variant Omicron", s'est félicité le président américain Joe Biden, rappelant que les Etats-Unis avaient déjà commandé assez de traitements pour 10 millions d'Américains. 

"Si ce traitement est effectivement autorisé -- et lorsque les pilules seront largement disponibles -- cela marquera un pas important", a-t-il ajouté.

Autorisation en cours d'étude

Les résultats d'efficacité présentés mardi par Pfizer s'appuient sur la totalité des participants aux essais cliniques (plus de 2 200 personnes), et confirment ce qui avait été annoncé début novembre à partir de résultats préliminaires. 

Aucun décès n'a été enregistré parmi ceux ayant reçu le traitement, contre 12 dans le groupe ayant reçu le placebo. Les participants étaient non vaccinés et présentaient un haut risque de développer un cas grave de la Covid-19. 

Le traitement doit être pris pendant cinq jours, toutes les 12 heures.

Dans le détail, le risque d'hospitalisation et de décès était réduit de 89% lorsque le traitement était pris dans les trois jours après l'apparition des symptômes, et de 88% dans les cinq jours.

Albert Bourla a estimé sur CBS que la pilule pourrait être disponible aux Etats-Unis dès "ce mois-ci". Pfizer avait déjà préalablement annoncé avoir demandé son autorisation auprès de l'Agence américaine des médicaments (FDA), et ces nouvelles données seront ajoutées au dossier.

Par ailleurs, Pfizer a communiqué mardi des résultats préliminaires d'essais réalisés cette fois sur des patients n'étant pas à risque de développer un cas grave de la maladie. Cette étude a montré une réduction de 70% des hospitalisations, mais ces données réclamaient d'être confirmées et l'essai se poursuit.

Les antiviraux agissent en diminuant la capacité d'un virus à se répliquer, freinant ainsi la maladie. Ils sont très attendus car faciles à administrer, en pouvant être pris simplement chez soi avec un verre d'eau.

Merck développe également une pilule de ce type, déjà autorisée au Royaume-Uni. Mais celle-ci n'a démontré qu'une réduction de 30% du taux d'hospitalisation et de décès chez les patients à risque lors des essais cliniques. La FDA ne l'a toujours pas approuvée aux Etats-Unis, malgré un avis positif d'un comité d'experts fin novembre.

Protection du vaccin 

En Afrique du Sud, premier pays ayant détecté Omicron, une étude sur l'efficacité de deux doses de vaccin de Pfizer contre ce variant a été menée à partir de 78 000 tests PCR positifs. 

L'étude montre une efficacité de 33% contre le risque de contamination, avec un nombre élevé de réinfections. Soit une nette baisse par rapport aux 80% de protection contre les infections par le précédent variant dominant, Delta.

Ces données sont en ligne avec une précédente étude britannique, ce qui selon les experts souligne l'utilité d'une troisième dose de vaccin. 

Mais le vaccin restait efficace à 70% contre les hospitalisations (contre 93% face à Delta), ont déclaré les chercheurs sud-africains, ce qui est encore considéré comme un niveau de protection significatif. 

Cette protection est en outre observée chez tous les groupes d'âge, selon l'étude, qui a été élaborée par la première assurance maladie privée du pays, Discovery, avec les scientifiques du Conseil sud-africain de la recherche médicale (SAMRC).

La présidente du SAMRC, organisation publique de recherche médicale, Glenda Gray, a jugé ces résultats "extrêmement encourageants", rappelant que "le vaccin est conçu pour protéger contre les hospitalisations et les décès". 

"Malgré des cas moins sévères, les systèmes de santé pourraient être débordés par le volume des contaminations, compte tenu de la propagation rapide d'Omicron", a toutefois averti le président de Discovery, Ryan Noach.


Le Conseil de sécurité de l'ONU se penche sur la situation à Gaza

Le Conseil de sécurité de l'ONU se réunit en urgence lundi après-midi pour discuter de la situation à Gaza (AFP).
Le Conseil de sécurité de l'ONU se réunit en urgence lundi après-midi pour discuter de la situation à Gaza (AFP).
Short Url
  • La Chine, qui préside le Conseil de sécurité au mois d'août, avait annoncé cette réunion d'urgence samedi, l'ambassadeur Zhang Jun se disant «très inquiet de la situation à Gaza»
  • Après la trêve annoncée dimanche, les consultations auront bien lieu lundi après-midi à New York

NATIONS UNIES : Le Conseil de sécurité de l'ONU se réunit en urgence lundi après-midi pour discuter de la situation à Gaza, au lendemain d'une trêve entre le Jihad islamique et Israël après trois jours de conflit meurtrier.

La Chine, qui préside le Conseil de sécurité au mois d'août, avait annoncé cette réunion d'urgence samedi, l'ambassadeur Zhang Jun se disant "très inquiet de la situation à Gaza".

Après la trêve annoncée dimanche, les consultations auront bien lieu lundi après-midi à New York.

La trêve est entrée en vigueur à 23h30 locales dimanche et négociée par l'Egypte, intermédiaire historique entre Israël et les groupes armés palestiniens, mais les deux belligérants ont toutefois indiqué se réserver le droit de répondre en cas de violation par l'autre partie.

L'armée israélienne a présenté son opération lancée vendredi comme une "attaque préventive" contre le Jihad islamique, au cours de laquelle ses principaux chefs militaires à Gaza, Tayssir Al-Jabari et Khaled Mansour, ont été tués de même que plusieurs combattants du groupe.

Entre le début de cette opération israélienne et dimanche soir, 44 Palestiniens dont 15 enfants sont morts et 360 ont été blessés, selon le ministère de la Santé à Gaza. Les autorités israéliennes ont affirmé que certains Palestiniens tués auraient péri à cause de tirs de roquettes ratés du Jihad islamique vers Israël, tombées dans l'enclave palestinienne.

Dans une déclaration à la presse lundi matin aux Nations Unies, l'ambassadeur israélien à l'ONU Gilad Erdan a rejeté "toute la responsabilité" sur le Jihad islamique, l'accusant d'utiliser les habitants de Gaza comme "bouclier humain".

"Si le Conseil de sécurité veut vraiment améliorer la situation à Gaza, il doit y avoir un seul résultat, condamner le double crime de guerre du Jihad islamique et placer l'entière responsabilité des meurtres de Palestiniens innocents sur les épaules du groupe terroriste", a-t-il déclaré.

Selon plusieurs sources diplomatiques, à ce stade, aucune déclaration du Conseil sécurité n'est prévue à l'issue de la réunion d'urgence.


Dossier nucléaire: l'Iran examine le «texte final» soumis par l'UE

Le soleil se couche derrière le Palais Coburg où se déroulent à huis clos les négociations sur le nucléaire iranien à Vienne, en Autriche, le 5 août 2022. (AP).
Le soleil se couche derrière le Palais Coburg où se déroulent à huis clos les négociations sur le nucléaire iranien à Vienne, en Autriche, le 5 août 2022. (AP).
Short Url
  • Après un blocage de plusieurs mois, les diplomates de l'ensemble des parties (Iran, Russie, Chine, France, Royaume-Uni et Allemagne) sont revenus à Vienne la semaine dernière afin de sauver l'accord de 2015
  • L'objectif des pourparlers, auxquels les Etats-Unis participent de manière indirecte, est de remettre le processus sur les rails

TEHERAN : L'Iran a affirmé lundi qu'il examinait le "texte final" soumis par l'Union européenne (UE) aux représentants des capitales concernées lors des négociations de Vienne destinées à sauver l'accord moribond de 2015 sur le programme nucléaire iranien.

"Dès que nous avons reçu ces idées, nous avons fait part de notre réponse initiale et nos réflexions (...)" au coordinateur de l'UE Enrique Mora, chargé de superviser le dialogue de Vienne, a indiqué un responsable des Affaires étrangères iraniennes cité par l'agence officielle Irna.

"Mais naturellement les clauses nécessitent un examen global et nous transmettrons nos vues et nos remarques au coordinateur et aux autres parties", a-t-il ajouté.

Le responsable n'a pas précisé en quoi consistait cette "réponse initiale" ni quelles étaient "les remarques" de son pays au sujet du "texte final", alors qu'un responsable européen à Vienne a affirmé que "ce texte ne sera pas renégocié".

"On a travaillé quatre jours et aujourd'hui le texte est sur la table des hauts représentants", a déclaré ce responsable sous couvert d'anonymat. "La négociation est finie, c'est le texte final", a-t-il dit.

Après un blocage de plusieurs mois, les diplomates de l'ensemble des parties (Iran, Russie, Chine, France, Royaume-Uni et Allemagne) sont revenus à Vienne la semaine dernière afin de sauver l'accord de 2015.

Le pacte, connu sous le nom JCPOA, vise à garantir le caractère civil du programme nucléaire de l'Iran accusé de chercher à se doter de l'arme atomique malgré ses démentis.

Mais à la suite du retrait unilatéral en 2018 des Etats-Unis sous l'impulsion de Donald Trump et du rétablissement des sanctions américaines, Téhéran s'est progressivement affranchi de ses obligations.

L'objectif des pourparlers, auxquels les Etats-Unis participent de manière indirecte, est de remettre le processus sur les rails.

"Maintenant la balle est dans le camp des capitales et on va voir ce qui va se passer", a ajouté le responsable européen qui a dit "espérer vivement" que le texte soit accepté et qu'un accord intervienne "dans quelques semaines".

Reste cependant un obstacle de taille: l'Iran réclame à l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) la clôture de la question des sites non déclarés, où des traces d'uranium enrichi avaient été retrouvées.

"Cela n'a rien à voir avec le JCPOA. En même temps, l'Iran dit que c'est fondamental. J'espère que l'Iran et l'AIEA auront un accord parce que cela facilitera beaucoup de choses", a déclaré le responsable.

"L'agence devrait complètement régler la question (...) par la voie technique, et s'éloigner des questions politiques non pertinentes et non constructives", avait affirmé dimanche le ministre iranien des Affaires étrangères Hossein Amir-Abdollahian.


L'Ukraine annonce la première arrivée à destination d'un navire chargé de céréales

Le cargo turc Polarnet, transportant des céréales exportées par l’Ukraine, le 8 août 2022. (Reuters).
Le cargo turc Polarnet, transportant des céréales exportées par l’Ukraine, le 8 août 2022. (Reuters).
Short Url
  • La Russie et l'Ukraine ont signé le 22 juillet deux accords séparés, validés par la Turquie et les Nations unies, qui permettent les exportations de céréales ukrainiennes bloquées par la guerre depuis le 24 février
  • Le Razoni, un cargo battant pavillon sierra-léonais qui avait quitté dès lundi 1er août le port ukrainien d'Odessa avec 26 000 tonnes de maïs et qui aurait dû accoster dimanche à Tripoli (Liban) n'est toujours pas arrivé à destination

KIEV : Un premier navire transportant des céréales exportées par l'Ukraine a accosté lundi à sa destination finale, la Turquie, a annoncé Kiev alors que l'arrivée d'un autre navire qui devait accoster dimanche au Liban a été retardée.

Le cargo turc Polarnet qui a quitté vendredi le port ukrainien de Tchornomorsk avec 12 000 tonnes de maïs, est arrivé comme prévu à destination après son inspection par le Centre de coordination conjointe (CCC) établi à Istanbul aux termes de l'accord international signé en juillet, a annoncé dans un communiqué le ministère ukrainien de l'Infrastructure.

"Cette première expérience réussie (...) nous permet d'être optimistes quant aux perspectives futures", a commenté le ministre ukrainien, Oleksandre Koubrakov, cité dans le communiqué et qui a remercié l'équipage du Polarnet pour avoir été un des premiers à tester ce mécanisme.

La Russie et l'Ukraine ont signé le 22 juillet deux accords séparés, validés par la Turquie et les Nations unies, qui permettent les exportations de céréales ukrainiennes bloquées par la guerre depuis le 24 février et celles de produits agricoles russes malgré les sanctions occidentales.

Le Razoni, un cargo battant pavillon sierra-léonais qui avait quitté dès lundi 1er août le port ukrainien d'Odessa avec 26 000 tonnes de maïs et qui aurait dû accoster dimanche à Tripoli (Liban) n'est toujours pas arrivé à destination.

Selon l'ambassade ukrainienne au Liban, "l'acheteur final au Liban a refusé d'accepter la cargaison en raison du retard des conditions de livraison (cinq mois)".

"L'expéditeur est donc à la recherche d'un autre destinataire. Cela peut être au Liban ou dans un autre pays", a ajouté sur Twitter l'ambassade ukrainienne.

Huit navires au total ont pris la mer depuis la signature de l'accord, ont indiqué lundi matin les autorités ukrainiennes, qui espèrent que trois à cinq navires pourront partir quotidiennement d'ici à deux semaines.