La pilule anti-Covid de Merck autorisée aux Etats-Unis

Le médicalement développé par Merck, laboratoire connu sous le nom de MSD en dehors des Etats-Unis et du Canada, pourra être pris dans les cinq jours qui suivent l'apparition des symptômes, et réduit le risque d'hospitalisation et de décès de 30% parmi la population fragile (AFP)
Le médicalement développé par Merck, laboratoire connu sous le nom de MSD en dehors des Etats-Unis et du Canada, pourra être pris dans les cinq jours qui suivent l'apparition des symptômes, et réduit le risque d'hospitalisation et de décès de 30% parmi la population fragile (AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 23 décembre 2021

La pilule anti-Covid de Merck autorisée aux Etats-Unis

  • Bien que la vaccination reste l'outil principal dans la lutte contre la pandémie, les experts se félicitent de l'arrivée de nouveaux traitements oraux
  • Mercredi, la FDA a autorisé le traitement de Pfizer, commercialisé sous le nom de Paxlovid, qui réduit ce même risque de 90%, selon des essais cliniques

WASHINGTON: La pilule contre le Covid-19 du laboratoire Merck, destinée aux adultes à hauts risques, a été autorisée en urgence jeudi par l'Agence américaine du médicament (FDA), au lendemain de l'autorisation d'une pilule similaire développée par Pfizer.

"L'autorisation d'aujourd'hui ajoute un nouveau traitement contre le Covid-19, sous la forme d'une pilule qui peut se prendre oralement", a expliqué une responsable de la FDA, Patrizia Cavazzoni.

Bien que la vaccination reste l'outil principal dans la lutte contre la pandémie, les experts se félicitent de l'arrivée de nouveaux traitements oraux qui devraient, à terme, être facilement accessibles en pharmacie, sur présentation d'une ordonnance.

Les traitements de Pfizer et Merck étendent "l'arsenal des traitements disponibles", ce qui peut réduire la pression sur le système de santé du pays, a ajouté Patrizia Cavazzoni.

Les traitements anti-Covid jusque-là disponibles, comme les anticorps monoclonaux ou le remdesivir de Gilead, sont administrés par intraveineuse.

Le médicalement développé par Merck, laboratoire connu sous le nom de MSD en dehors des Etats-Unis et du Canada, pourra être pris dans les cinq jours qui suivent l'apparition des symptômes, et réduit le risque d'hospitalisation et de décès de 30% parmi la population fragile, selon des essais cliniques réalisés sur 1 400 participants. 

Mercredi, la FDA a autorisé le traitement de Pfizer, commercialisé sous le nom de Paxlovid, qui réduit ce même risque de 90%, selon des essais cliniques, et soulève moins d'inquiétudes quant aux effets secondaires.

- Résistance aux variants -

Les médicaments de Pfizer et de Merck, qui ne visent pas la protéine Spike du virus, en constante mutation, devraient être plus résistants aux nouveaux variants comme Omicron. D'après les deux entreprises, les résultats préliminaires en laboratoire soutiennent cette hypothèse.

La pilule de Pfizer consiste en une combinaison de deux pilules prise deux fois par jour pendant cinq jours. Cette pilule pourra être administrée aux patients à haut risque âgés de 12 ans et plus.

Le traitement de Merck, nommé molnupiravir, s'administre lui avec huit doses par jour pendant cinq jours. Il a déjà été autorisé au Royaume-Uni et au Danemark.

Il fonctionne en s'introduisant dans le génome du virus pour provoquer des mutations qui limitent sa reproduction.

Dans son document d'autorisation, la FDA souligne que la pilule de Merck ne doit être administrée que si d'autres options ne sont pas disponibles ou pas recommandées. 

La pilule Pfizer, par exemple, se marie mal avec certains traitements et n'est pas recommandée pour les patients avec des graves insuffisances rénales ou du foie.

Si les essais cliniques n'ont pas détecté de risques majeurs pour les patients pour les deux médicaments, celui de Merck suscite davantage d'inquiétudes.

L'Agence américaine du médicament n'a pas autorisé la pilule de Merck pour les moins de 18 ans car elle pourrait toucher le développement osseux et des cartilages.

Elle n'est pas non plus recommandée pour les femmes enceintes, en raison de risques potentiels pour le foetus, mais les médecins peuvent passer outre si les avantages l'emportent sur les risques.

Des résultats préliminaires, qui ne prenaient en compte qu'une partie des participants à l'essai, avaient d'abord avancé une réduction de 50% du taux d'hospitalisation et de décès chez les patients à risque, un chiffre finalement ramené à 30% sur les résultats complets.

Les Etats-Unis ont acheté 3,1 millions de traitements Merck et 10 millions de celui de Pfizer. Merck a annoncé auprès de l'AFP pouvoir en livrer "des centaines de milliers" dans les prochains jours et trois millions d'ici fin janvier.

Le pays fait face, à l'avant-veille de Noël, à l'avancée rapide du variant Omicron, désormais majoritaire aux Etats-Unis.


Adhésion à l'Otan: Erdogan menace de nouveau la Suède et la Finlande

Le président turc Recep Tayyip Erdogan (Photo, AFP).
Le président turc Recep Tayyip Erdogan (Photo, AFP).
Short Url
  • S'adressant à la presse en clôture du sommet de l'Alliance atlantique, à Madrid, il a sommé les deux pays nordiques de « prendre leur part» dans la lutte contre le terrorisme sous peine d'enterrer le mémorandum signé mardi soir
  • Jeudi, le président turc s'est exprimé pour la première fois depuis cette signature surprise. Et il a posé ses conditions

MADRID : Le président turc Recep Tayyip Erdogan a de nouveau menacé de bloquer l'adhésion de la Suède et de la Finlande à l'Otan, moins de quarante-huit heures après l'accord entre les trois pays.

S'adressant à la presse en clôture du sommet de l'Alliance atlantique, à Madrid, il a sommé les deux pays nordiques de "prendre leur part" dans la lutte contre le terrorisme sous peine d'enterrer le mémorandum signé mardi soir.

Depuis mi-mai, Ankara bloque le processus d'élargissement aux deux pays en les accusant de protéger des combattants kurdes du Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK) et des Unités de protection du peuple (YPG), qu'il classe parmi les mouvements terroristes.

Mais mardi soir, les gouvernements turcs, suédois et finlandais ont signé un mémorandum d'accord ouvrant l'accès des deux nations nordiques à l'Alliance atlantique.

Jeudi, le président turc s'est exprimé pour la première fois depuis cette signature surprise. Et il a posé ses conditions.

"S'ils remplissent leur devoir, nous soumettrons (le mémorandum) au parlement" en vue de son adoption. "S'ils ne le font pas, il est hors de question pour nous de l'envoyer au parlement...", a-t-il prévenu.

M. Erdogan a évoqué une "promesse faite par la Suède" concernant l'extradition de "73 terroristes". "Ils les renverront, ils l'ont promis. Cela figure dans des documents écrits. Ils tiendront leur promesse", a-t-il ajouté sans plus de détail.

«Chantage»

Stockholm a réagi jeudi soir en rappelant que ses décisions en matière d'extradition étaient soumises à une justice "indépendante".

"En Suède, la loi suédoise s'applique avec des tribunaux indépendants", a affirmé le ministre de la Justice Morgan Johansson dans une déclaration écrite transmise à l'AFP.

"Des personnes non-suédoises peuvent être extradées à la demande d'autres pays, mais seulement si c'est compatible avec la loi suédoise et la Convention européenne sur les extraditions", a-t-il insisté.

Recep Tayyip Erdogan n'a pas donné de précisions jeudi sur les 73 personnes visées, mais Ankara réclame depuis plusieurs années l'extradition de militants kurdes ou proches du mouvement guléniste exilés en Suède.

Le chef de l'Etat turc a également appelé la Finlande et la Suède à "compléter leurs lois" concernant la présence sur leur sol de membres du PKK et des YPG, qui opèrent aux frontières de la Turquie dans le nord de l'Irak et de la Syrie.

"Ce qui importe, c'est que les promesses données à la Turquie soient tenues", a-t-il insisté.

Au centre de toutes les attentions à l'ouverture du sommet de Madrid, alors qu'il menaçait d'opposer son veto à l'adhésion des deux pays, le président turc y est ainsi revenu en clôture.

Dans les couloirs du sommet, une source diplomatique européenne n'a pas hésité à parler de "chantage" à propos du chef de l'Etat turc qui a, d'autorité jeudi, occupé la scène de la plus grande salle de presse du sommet, succédant au chef de la Maison Blanche, Joe Biden.

«Droit international»

Selon le mémorandum signé mardi, la Turquie lève son veto à l'adhésion des deux pays nordiques à l'Otan en échange de leur coopération concernant les membres des mouvements kurdes concernés.

Dès le lendemain, Ankara avait déjà réclamé son dû, exigeant de la Suède et de la Finlande l'extradition de 33 "terroristes".

Toutes sont membres du PKK, considéré comme organisation terroriste par Ankara et ses alliés occidentaux, ou du mouvement fondé par le prédicateur Fethullah Gülen, que M. Erdogan accuse d'avoir fomenté la tentative de coup d’État de juillet 2016.

La demande avait été accueillie froidement à Helsinki et Stockholm.

"Toutes ces affaires ont été déjà résolues en Finlande", avait commenté le président finlandais, Sauli Niinistö.

Le ministère finlandais de la Justice a de son côté précisé n'avoir "pas reçu de nouvelles demandes d'extraditions de la Turquie ces derniers jours".

La Première ministre suédoise Magdalena Andersson a pour sa part promis mercredi "de coopérer plus étroitement avec la Turquie concernant les listes des (combattants) du PKK".

"Mais nous continuerons bien sûr de respecter la loi suédoise et le droit international", ajoutait-elle dans un message posté sur Instagram.


Nucléaire: Téhéran «déterminé» à continuer les pourparlers

Le négociateur nucléaire en chef de l’Iran, Ali Bagheri Kani, (à droite) rencontre le coordinateur des négociations nucléaires de l’Union européenne, Enrique Mora, (à gauche) à Doha, la capitale du Qatar (Photo, AFP/IRNA/Akbar Tavakoli).
Le négociateur nucléaire en chef de l’Iran, Ali Bagheri Kani, (à droite) rencontre le coordinateur des négociations nucléaires de l’Union européenne, Enrique Mora, (à gauche) à Doha, la capitale du Qatar (Photo, AFP/IRNA/Akbar Tavakoli).
Short Url
  • L'Iran s'est déclaré jeudi «déterminé» à continuer les négociations sur son programme nucléaire
  • Cette déclaration intervient alors que les Etats-Unis se sont dits mercredi soir «déçus» des négociations indirectes avec Téhéran entamées à Doha

TEHERAN: L'Iran s'est déclaré jeudi "déterminé" à continuer les négociations sur son programme nucléaire, a déclaré le ministre iranien des Affaires étrangères, après deux jours de pourparlers indirects avec les Etats-Unis menés à Doha.

"Nous sommes déterminés à poursuivre la négociation jusqu'à ce qu'un accord réaliste soit atteint", a indiqué Hossein Amir-Abdollahian, à l'issue d'une conversation téléphonique avec son homologue qatari, Mohammed ben Abderrahmane Al-Thani, selon un communiqué officiel.

Cette déclaration intervient alors que les Etats-Unis se sont dits mercredi soir "déçus" des négociations indirectes avec Téhéran entamées à Doha par l'intermédiaire de l'Union européenne, en vue de débloquer les négociations de Vienne sur le nucléaire iranien.

"Les discussions indirectes à Doha se sont achevées" et "nous sommes déçus que l'Iran ait, (...) refusé de répondre positivement à l'initiative de l'UE, et donc aucun progrès n'a été fait", a déclaré mercredi soir un porte-parole du département d'Etat américain.

De son côté, le coordinateur de l'UE, Enrique Mora, a regretté ne pas avoir constaté "les progrès espérés" par son équipe dans ces discussions.

"Notre évaluation de l'étape récente des pourparlers de Doha est positive", a déclaré toutefois le ministre iranien.

"J'insiste sur le fait que nous tenons sérieusement à parvenir à un bon accord solide et durable", a-t-il indiqué, réitérant qu'"un accord est réalisable si les États-Unis sont réalistes".

Les pourparlers en Autriche ouverts en avril 2021 sont destinés à réintégrer les Etats-Unis à l'accord sur le nucléaire iranien conclu en 2015 et à ramener l'Iran au respect intégral de ses engagements dictés par ce pacte.


Afghanistan: deux hommes armés tués près du site d'un grand conseil réuni pour légitimer le régime taliban

Cet événement intervient une semaine après un séisme qui a frappé le sud-est du pays et fait plus de 1 000 morts et des dizaines de milliers de sans-abri. (Photo, AFP)
Cet événement intervient une semaine après un séisme qui a frappé le sud-est du pays et fait plus de 1 000 morts et des dizaines de milliers de sans-abri. (Photo, AFP)
Short Url
  • Selon des responsables talibans, les deux hommes ont commencé à tirer depuis le toit d'un immeuble près du lieu du rassemblement, avant d'être «rapidement éliminés par les moudjahidines»
  • Des responsables américains et talibans devaient discuter jeudi au Qatar d'un mécanisme pour débloquer des fonds afghans, Washington cherchant à s'assurer qu'ils sont utilisés à des fins humanitaires

KABOUL: Deux hommes armés ont été abattus jeudi à Kaboul par des combattants talibans, près du lieu où se déroulait un grand conseil réunissant des milliers d'érudits religieux et d'aînés tribaux, qui devraient légitimer le régime fondamentaliste islamiste au pouvoir en Afghanistan. 

Selon des responsables talibans, les deux hommes ont commencé à tirer depuis le toit d'un immeuble près du lieu du rassemblement, avant d'être « rapidement éliminés par les moudjahidines ». 

Les autorités n'ont fourni que très peu de détails sur ce conseil, composé uniquement d'hommes et convoqué par les talibans. 

Il est décrit comme une « jirga », une assemblée traditionnelle d'anciens au sein de laquelle les divergences doivent normalement être réglées par consensus. 

Les médias n'ont pas eu le droit d'y accéder, mais certains discours sont retransmis à la radio d'État, la plupart appelant à l'unité derrière le régime au pouvoir depuis août. 

« L'obéissance est le principe le plus important du système », a déclaré à l'ouverture du conseil Habibullah Haqqani, qui le préside. 

« Nous devons obéir à tous nos dirigeants dans toutes les affaires, sincèrement et véritablement, et devons obéir de la bonne façon », a-t-il dit. 

Cet événement intervient une semaine après un séisme qui a frappé le sud-est du pays et fait plus de 1 000 morts et des dizaines de milliers de sans-abri. 

Des responsables américains et talibans devaient discuter jeudi au Qatar d'un mécanisme pour débloquer des fonds afghans, Washington cherchant à s'assurer qu'ils sont utilisés à des fins humanitaires. 

Avant même le séisme, les talibans ont eu du mal à faire la transition d'une force insurrectionnelle qui a combattu pendant 20 ans les forces américaines - lesquelles ont quitté le pays fin août 2021 - en administration civile. 

Depuis leur retour au pouvoir, l'Afghanistan est plongé dans une profonde crise économique et humanitaire, la communauté internationale ayant fermé les vannes de l'aide financière qui portait le pays à bout de bras depuis deux décennies. 

Une source talibane a affirmé à l'AFP que les participants au conseil - prévu sur trois jours - seraient autorisés à critiquer le pouvoir en place et que des sujets épineux, tels que l'éducation des filles, objet de débat au sein même du mouvement, seraient au programme. 

Les femmes ne sont pas autorisées à y assister. Le vice-Premier ministre, Abdul Salam Hanafi, a estimé mercredi que cela n'était pas nécessaire, car elles seront représentées par des parents masculins. 

Droits des femmes restreints 

« Les femmes sont nos mères et nos sœurs... nous les respectons beaucoup », et »lorsque leurs fils sont dans le rassemblement, cela signifie qu'elles sont également impliquées », a-t-il dit. 

Pour la militante des droits des femmes Razia Barakzai, les commentaires de M. Hanafi relèvent d'une « logique intolérable ». 

« Les femmes devraient faire partie des décisions concernant leur sort (...) La vie a été enlevée aux femmes afghanes », a-t-elle déclaré. 

Les talibans assurent avoir le soutien d'une très large majorité de la population. Mais ils sont revenus à l'interprétation ultra-rigoriste de l'islam qui avait marqué leur premier passage au pouvoir, entre 1996 et 2001, restreignant très fortement les droits des femmes. 

Ils les ont largement exclues des emplois publics, ont restreint leur droit à se déplacer et ont interdit l'accès des filles au collège et au lycée. Les femmes se sont aussi vu imposer le port du voile intégral, couvrant le visage, pour toute sortie en public. 

A la tribune du conseil, un influent imam a déclaré que quiconque tenterait de renverser le régime devrait être décapité. 

« Ce drapeau (taliban) n'a pas été hissé facilement, et il ne sera pas abaissé facilement », a déclaré Mujib ur Rahman Ansari, l'imam de la mosquée Gazargah à Herat. 

« Tous les érudits religieux d'Afghanistan devraient convenir (...) que quiconque commet le moindre acte contre notre gouvernement islamique devrait être décapité et éliminé », a-t-il dit. 

Plus de 3 000 personnes venant des plus de 400 disctricts doivent participer au conseil, soit le plus grand rassemblement de personnalités influentes depuis le retour au pouvoir des talibans. 

Les médias afghans spéculent aussi sur l'éventuelle présence du chef suprême des talibans et du pays, Hibatullah Akhundzada, lequel n'a jamais été filmé ou photographié en public depuis leur arrivée au pouvoir. 

Seuls des enregistrements audios de M. Akhundzada, qui vit reclus à Kandahar, le centre spirituel des talibans, ont été rendus public, sans qu'ils aient pu être authentifiés de source indépendante.