L'impact des artistes arabes sur la scène artistique américaine mis en lumière à Washington

Helen Khal, Sans titre. (Fourni)
Helen Khal, Sans titre. (Fourni)
Short Url
Publié le Vendredi 24 décembre 2021

L'impact des artistes arabes sur la scène artistique américaine mis en lumière à Washington

  • Figure fondatrice de la diaspora, Gibran a été l'un des premiers à écrire sur l'identité arabo-américaine
  • Les artistes arabo-américains d'aujourd'hui utilisent une grande variété de matériaux et abordent souvent des questions sociopolitiques lourdes de sens

DUBAΪ: D'un délicat dessin figuratif de Khalil Gibran à la peinture tricolore d'Etel Adnan Planète 8, la récente exposition du Middle East Institute (MEI) de Washington présentait les œuvres d'artistes arabes établis et émergents qui ont construit leur vie et leur carrière en Amérique.
L’événement, intitulé «Converging Lines: Tracing the Artistic Lineage of the Arab Diaspora in the US» («Lignes convergentes: filiation artistique de la diaspora arabe aux États-Unis»), montre la présence bien ancrée d'artistes multidisciplinaires associés au Liban, à l'Égypte, à la Palestine et au Soudan dans des villes américaines telles que New York, San Francisco et Washington. Ces créateurs explorent des thèmes intemporels d'abstraction, de figuration, de migration, de guerre et d'occupation et ils apportent, chacun à leur manière, une contribution à «l'art américain».
Les États-Unis abritent environ trois millions de citoyens d'origine arabe, mais le grand public méconnaît encore la riche production artistique de cette communauté, qui tend à rester enfermée dans les cercles arabo-américains. Selon la commissaire indépendante de l'exposition, Maymanah Farhat, qui est également écrivaine, une partie de ce problème tient à la représentation institutionnelle.

art
Huguette Caland, Corps bleu (Bribes de corps), 1973. (Fourni)

«C'est une question de reconnaissance», explique-t-elle à Arab News. «Le monde de l'art américain dépend de gens – des galeristes, des collectionneurs, des historiens, des conservateurs, et des artistes eux-mêmes – qui vous défendent constamment; sinon, il vous est vraiment impossible d’avancer. Cette scène artistique est toujours dominée par les hommes blancs.»
Les artistes noirs, par exemple, ont également été confrontés à la marginalisation et à la négligence, comme leurs contemporains arabes. Toutefois, comme le souligne Farhat, ils ont réalisé des progrès significatifs au cours des dix dernières années.
«À elle seule, une personne ne peut pas y parvenir, et cela nécessite vraiment beaucoup d’investissement», nous confie-t-elle. «Nous l'avons vu récemment avec l'émergence d'artistes noirs: un soin réel est apporté, mais cela arrive après des décennies et de décennies d'historiens de l'art et de conservateurs noirs qui ont pris la peine de défendre ces récits, d’écrire des monographies et d’organiser des expositions.»

art
Jacqueline Salloum, Sane Hilwe Ya Okhti (Bon anniversaire, chère Sœur), 2017. (Fourni)

 

Compte tenu du climat politique de ces vingt dernières années, la «diabolisation» des Arabo-Américains constitue une autre préoccupation, au même titre que la désinformation. Farhat affirme qu'elle a entendu quelqu'un dire un jour: «Je ne savais pas que les Arabes faisaient de l'art contemporain.»
«Il y a toujours cette emprise de Hollywood et de l'orientalisme, qui cherchent à nourrir l'imagination des Américains», observe-t-elle.
Bien qu'il y ait eu des tentatives notables pour améliorer l'inclusivité – exposer les œuvres d'artistes arabes dans des foires d'art internationales, organiser des ventes aux enchères et des biennales, par exemple –, il reste un long chemin à faire pour une pleine reconnaissance américaine. C’est précisément l’objectif visé par l'exposition du MEI.

arts
Khalil Gibran, Les Aveugles, 1919. (Fourni)

L'exposition se consacre à trois groupes d'artistes arabo-américains sur une période de cent ans: les modernistes des années 1950-1960, le «milieu de carrière» et les nouveaux artistes, qui ont émergé au cours des quinze dernières années.
Tout commence avec les dessins de ce géant littéraire et grand-père de l'art arabo-américain, Khalil Gibran. Né au Liban, il a fréquenté les sphères littéraires de Boston et de New York pendant des années, au début du xxe siècle. Figure fondatrice de la diaspora, Gibran a été l'un des premiers à écrire sur l'identité arabo-américaine – un sujet que les artistes contemporains traitent encore aujourd’hui.
«Gibran et Rûmî sont les auteurs les plus vendus dans le monde de l'édition américaine, et il est amusant de constater qu'ils sont toujours considérés comme des “hommes orientaux” mythiques», explique Farhat. «C'est en tout cas frustrant pour moi que Gibran ne soit jamais considéré comme un artiste américain, alors qu'une grande partie de son œuvre plastique a été produite à une époque où New York était vraiment internationale. Gibran était très actif sur la scène artistique américaine.»
Le titre de l'exposition fait référence au fait que de nombreux artistes présentés se sont croisés à un moment ou à un autre et qu’ils ont eu l’occasion de partager une esthétique, ainsi que des centres d’intérêt. «Le thème le plus commun aux artistes réside dans le fait qu’ils affirment leurs propres identités et leurs propres histoires», déclare Farhat.

arts
Helen Zughaib, Circle Home Beit, 2010. (Fourni)

Le travail de la regrettée Helen Khal, qui fut peintre et critique, est particulièrement captivant. Née en Pennsylvanie au sein d’une famille libanaise dans les années 1920, elle a décidé de suivre ses études à Beyrouth. C’est dans la capitale qu’elle partagera un studio avec Huguette Caland. Leur travail est simple; il explore les couleurs et les formes dans ce qui s’apparente à un espace surnaturel en mouvement.
«Il est impossible de parler de leur travail. Vous découvrez leur travail et vous êtes tout simplement époustouflé», lance Farhat à propos de ces deux peintres. Caland a finalement quitté le Liban pour se rendre d’abord en France puis vivre à Venise, en Californie, pendant environ trois décennies. Elle a alors participé au mouvement d'abstraction de la côte ouest.
Pendant ce temps, Etel Adnan, décédée le mois dernier à l'âge de 96 ans, a commencé à immortaliser les paysages californiens au caractère rêveur qu’elle aime tant dans le comté de Marin. Ils ont fait d'elle une véritable artiste de la Bay Area, en Californie.

arts
Helen Khal, Sans titre. (Fourni)

Disparu il y a un peu plus de deux ans, le graveur palestinien Kamal Boullata honore la tradition tout en adoptant de nouvelles idées. Il a vécu à Washington pendant trente ans et s'est toujours inspiré de la calligraphie et des mosaïques du dôme du Rocher, à Jérusalem, sa ville natale, qu’il a été contraint de quitter en 1967.
L’histoire de Helen Zughaib est également marquée par l’exil, puisqu’elle a fui le Liban pendant la guerre civile. Elle travaille actuellement aux États-Unis et expérimente elle aussi la calligraphie, notamment autour du mot arabe «beit» («maison»), dans une recherche artistique sans cesse renouvelée.
Les artistes arabo-américains d'aujourd'hui sont audacieux et ils se font entendre. Ils utilisent une grande variété de matériaux et abordent souvent des questions sociopolitiques lourdes de sens. Happy Birthday, Dear Sister, de Jacqueline Salloum, originaire du Michigan, représente ainsi un beau gâteau givré blanc à l'extérieur, mais fourré de balles M16. L’œuvre fait référence aux paroles échangées par Salloum avec une jeune fille dans un camp palestinien, où des activités banales – telles que la préparation d'un gâteau d'anniversaire – avaient lieu au milieu d’un climat de violence permanente.
Pour la Libano-Mexicaine Farhat, qui s’apprête à faire paraître un ouvrage consacré à l'art des Arabo-Américains, le contenu de l'exposition, particulièrement varié, est quelque chose d’intime. «Je les aime tous. Chaque génération propose quelque chose de spécial», confie-t-elle. «J'aime l’idée que ce que nous communiquons à travers cette exposition, c'est la notion de longévité. Je pense que chaque génération a produit des œuvres autour desquelles nous pouvons graviter.»
Farhat espère que l'exposition a réussi à faire passer l'idée que les artistes arabes et leurs homologues américains ont travaillé ensemble comme des pairs, et non que ces derniers ont «influencé» les premiers.
«[Les artistes arabes] se sont engagés et ont apporté leur contribution», déclare-t-elle. «Ce n'est pas qu'ils se trouvaient dans une ville spécifique et qu’ils ont ensuite été influencés par d'autres artistes: ils avaient leurs propres techniques, leurs propres contributions et leur propre style, qu'ils ont apportés à la scène artistique américaine dans son ensemble.»

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Starliner, la capsule de Boeing, s'apprête enfin à atteindre la Station spatiale internationale

Une fusée United Launch Alliance Atlas V avec le vaisseau spatial CST-100 Starliner de Boeing à bord des lancements le jeudi 19 mai 2022 (Photo, AFP).
Une fusée United Launch Alliance Atlas V avec le vaisseau spatial CST-100 Starliner de Boeing à bord des lancements le jeudi 19 mai 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • Starliner doit rester amarrée à l'ISS durant environ cinq jours, avant de redescendre vers la Terre pour atterrir dans le désert
  • Une mission enfin réussie permettrait de redorer un peu l'image du géant aéronautique, après des déboires à répétition

WASHINGTON: La capsule de Boeing, Starliner, doit atteindre pour la première fois vendredi soir la Station spatiale internationale, une étape cruciale vers la mise en place d'un nouveau moyen de transport américain pour les astronautes de la Nasa, même si ce test à vide arrive avec des années de retard.

L'amarrage à la Station spatiale (ISS) doit avoir lieu à 19H10 heure de la côte est américaine (23H10 GMT), a confirmé la Nasa vendredi après-midi. Le véhicule "continue de bien fonctionner", a-t-elle rassuré dans un article de blog.

Ce vol d'essai non habité avait déjà été tenté en 2019, mais la capsule avait alors rencontré plusieurs problèmes et dû rebrousser chemin avant d'avoir rejoint la station.

Depuis, Boeing peine à rattraper SpaceX, pourtant nouveau venu dans le secteur aérospatial en comparaison, mais qui transporte déjà des astronautes pour la Nasa depuis 2020, après la réussite des vols de qualification de sa propre capsule, Dragon. 

L'approche de l'ISS vendredi sera suivie de près par les astronautes à bord de la station. Ils commanderont d'abord à un voyant de s'allumer pour vérifier le lien de communication avec le vaisseau, puis ils lui demanderont de se stabiliser à environ 250 mètres de distance. 

Enfin, la délicate manoeuvre de contact avec la station, qui file à 28.000 km/h et 400 km d'altitude au-dessus de nos têtes, sera enclenchée. En cas de besoin, l'équipage pourra aussi annuler l'opération.

L'écoutille de la capsule ne sera ouverte que samedi. Boeing transporte environ 230 kg de ravitaillement pour le compte de la Nasa, dont de la nourriture.

Starliner doit rester amarrée à l'ISS durant environ cinq jours, avant de redescendre vers la Terre pour atterrir dans le désert de l'Etat américain du Nouveau-Mexique, sur la base de White Sands.

Bug de propulseurs

La capsule a décollé jeudi depuis la Floride, au sommet d'une fusée Atlas V de United Launch Alliance (ULA).

Environ 30 minutes après le lancement, Starliner a bien réussi à se placer sur la bonne trajectoire, mais deux de ses 12 propulseurs n'ont pas fonctionné. Des responsables de la Nasa et de Boeing ont minimisé l'incident, qui ne devrait selon eux pas affecter la mission.

"Les équipes sont en train de travailler pour comprendre pourquoi nous avons eu ces anomalies", a déclaré jeudi soir lors d'une conférence de presse Mark Nappi, responsable du programme spatial habité chez Boeing.

Les propulseurs seront de nouveau utilisés en fin de mission, pour la manoeuvre destinée à faire rentrer la capsule dans l'atmosphère terrestre. Mais le problème n'a a priori pas "besoin d'être résolu" d'ici là, les précédentes poussées ayant malgré tout fonctionné, a estimé Steve Stich, de la Nasa. 

Le système "ne pose pas de risque pour le reste du vol test", a également confirmé la Nasa vendredi sur son blog. 

Image écornée

Une mission enfin réussie permettrait de redorer un peu l'image du géant aéronautique, après des déboires à répétition ces dernières années.

En 2019, la capsule n'avait pas pu être placée sur la bonne orbite à cause d'un problème d'horloge. Boeing s'était ensuite aperçu que d'autres soucis de logiciel avaient failli engendrer une grave anomalie de vol.

Puis, en 2021, alors que la fusée se trouvait déjà sur le pas de tir pour retenter le vol, un problème d'humidité avait causé une réaction chimique ayant bloqué l'ouverture de certaines valves de la capsule. Elle avait dû retourner à l'usine pour inspection -- pendant dix mois.

Après le présent test à vide, un deuxième devra être effectué pour que le vaisseau obtienne l'homologation de la Nasa, avec cette fois des astronautes à bord. Le calendrier dépendra des performances de Starliner cette semaine, mais Boeing envisage de le conduire d'ici la fin de l'année.

Pour l'agence spatiale américaine aussi, l'enjeu est de taille, celle-ci ayant beaucoup investi dans le développement du vaisseau. La Nasa a passé des contrats à prix fixe avec Boeing et SpaceX, à hauteur de plusieurs milliards de dollars.

Le choix de recourir à deux entreprises devait permettre d'encourager la concurrence et de ne plus jamais risquer, en cas de problème pour l'une ou l'autre, de se retrouver sans "taxi" américain vers l'ISS. Après l'arrêt des navettes spatiales en 2011, et jusqu'à 2020, la Nasa en était en effet réduite à payer pour des places dans les fusées russes Soyouz.


Festival de Cannes: le pavillon saoudien sort le grand jeu

Le pavillon a lancé les célébrations du festival avec des rencontres, des happy hours avec des boissons sans alcool, et des master class auxquelles tous les visiteurs peuvent participer. (Photo fournie)
Le pavillon a lancé les célébrations du festival avec des rencontres, des happy hours avec des boissons sans alcool, et des master class auxquelles tous les visiteurs peuvent participer. (Photo fournie)
Short Url
  • Situé en bordure du Village International de Cannes, le pavillon saoudien est l'un des plus grands du festival cette année
  • Le pavillon vise notamment à créer un lien pour de futures collaborations au sein du marché cinématographique en pleine croissance du Royaume

CANNES: Le pavillon saoudien du 75e Festival de Cannes est devenu une plaque tournante pour des partenariats internationaux fructueux dans la production cinématographique, tout en offrant un voyage culturel imprégné de nombreuses master class, rencontres et événements de réseautage.

«Nous sommes ravis de revenir au Festival de Cannes pour établir des contacts avec l'industrie cinématographique internationale en vue de faire mieux connaître les nouveautés de notre secteur créatif en pleine expansion et de présenter le pays comme une destination cinématographique unique et passionnante», explique Abdallah al-Eyaf, directeur général de la Commission du film saoudien. 

Situé en bordure du Village International de Cannes, le pavillon saoudien est l'un des plus grands pavillons de cette année. Prolongement du riche patrimoine du Royaume, il donne une idée de l'identité culturelle du pays.

image 4
De gauche à droite: Abdallah al-Eyaf, PDG de la Commission du film saoudien et le producteur saoudien Aymen Khoja. (Rupture)

Des monuments historiques d'AlUla aux ruelles cachées d'Al-Balad à Djeddah, et aux roses lumineuses et florissantes de Taïf, l'Arabie saoudite compte treize provinces avec des paysages, des cultures et des possibilités uniques qui la distinguent complètement de la région qui l’entoure.

Ces lieux divers ont rapidement suscité des échanges parmi les passionnés de cinéma et de production au cours des trois premiers jours du festival dans la station balnéaire française.

Le pavillon du Royaume vise non seulement à enrichir le festival avec la culture saoudienne, mais également à créer un lien pour de futures collaborations au sein du marché cinématographique en pleine croissance du Royaume.

«C'est une période passionnante pour l'Arabie saoudite, et Cannes nous offre une occasion en or pour optimiser les opportunités à un moment où ce secteur connaît une croissance rapide», ajoute Al-Eyaf.

Dès les premiers pas dans le pavillon, les visiteurs sont subjugués par la culture saoudienne et l'hospitalité chaleureuse autour d’une tasse de café saoudien. Le Royaume a marqué l'année 2022 comme l'année du café saoudien, pour célébrer l'identité culturelle profondément enracinée du Royaume.

Outre une vue magnifique sur la Côte d'Azur, le pavillon saoudien dispose de trois espaces de réunion privés permettant aux producteurs, investisseurs et cinéastes de se rencontrer et de discuter de nouvelles collaborations.

Le pavillon a lancé les célébrations du festival avec des rencontres, des happy hours avec des boissons sans alcool et des master class auxquelles tous les visiteurs peuvent participer.

Mercredi, le pavillon a organisé une master class sur les médias avec Emma Pritchard, journaliste de BBC News, pour discuter des arts et de la couverture médiatique du Festival de Cannes.

Pritchard a déjà été invitée par la Commission du film saoudien à animer une master class pour les réalisateurs saoudiens en abordant les sujets des médias et de la presse.

«Ils m'ont demandé de revenir juste pour faire une autre master class cette année à Cannes et parler de la façon d’aborder le Festival de Cannes, ce que j'étais vraiment heureuse de faire», confie Pritchard à Arab News.

Cette journaliste chevronnée a couvert le festival pendant près de deux décennies et était heureuse de partager ses idées lors de la master class organisée par le pavillon saoudien. «C'était vraiment intéressant, avec des gens très enthousiastes, agréables et amicaux au milieu d’une ambiance détendue», affirme-t-elle. 

«C'était vraiment bien, parce que je parlais aux journalistes de l'aspect de la couverture de Cannes, qui est un festival du film tellement énorme à aborder. Cela fait déjà vingt ans que je le couvre», ajoute-t-elle. 

Au cours de cette soirée, le pavillon a également organisé un événement avec des boissons sans alcool Meet the Saudi Film Industry («À la rencontre du secteur cinématographique saoudien») pour accueillir certains des producteurs et cinéastes du Royaume.

Jeudi matin, le pavillon a poursuivi les festivités, organisant une table ronde avec des talents saoudiens, suivie d'un déjeuner où étaient réunis les gens de la profession, organisé par la Commission du film saoudien. 

De nombreux cinéastes régionaux et internationaux étaient présents à ce déjeuner pour mieux comprendre le Royaume comme site mondial pour le cinéma et l'industrie cinématographique.

Le pavillon saoudien a commencé les célébrations du week-end avec un autre déjeuner de l'industrie cinématographique organisé par le Festival du film de la mer Rouge au Carlton Beach, et un cocktail en soirée organisé par Neom.

Parallèlement aux déjeuners et aux événements pour connecter les professionnels du cinéma, de nombreux acteurs saoudiens sont passés au pavillon pour rencontrer et discuter de collaborations avec certaines des principales entités internationales de l'industrie cinématographique.

Parmi ces acteurs figuraient Yassir al-Saggaf et Fatima al-Banawi, qui ont tous deux participé récemment au film Champions, produit par l'Arabie saoudite. «Le pavillon saoudien est une plate-forme qui relie et rassemble tout le monde. Il est agréable d'avoir ces discussions et de créer des opportunités pour de futurs projets», assure Al-Banawi. 

«J'ai un long métrage en préproduction et il est très important pour moi d’aller à la rencontre d’homologues et de coproductions en Europe», a-t-elle ajouté.

La Commission du fim saoudien s'est associée à onze autres entités saoudiennes, notamment Film AlUla, Ithra by Aramco, Neom ou le Festival du film de la mer Rouge, dans les domaines de la production, de la distribution, de la création de contenu et du développement des talents dans le pavillon.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Le parc d’attractions Jeddah Pier pour plus de sensations fortes lors du festival Jeddah Season

Situé sur le littoral de Djeddah, le parc d'attractions propose trente-neuf manèges, une variété de jeux, dont certains permettent de remporter des jouets, ainsi que des boutiques et une multitude de cafés et de restaurants. (Photo fournie/Mohammed al-Manea)
Situé sur le littoral de Djeddah, le parc d'attractions propose trente-neuf manèges, une variété de jeux, dont certains permettent de remporter des jouets, ainsi que des boutiques et une multitude de cafés et de restaurants. (Photo fournie/Mohammed al-Manea)
Situé sur le littoral de Djeddah, le parc d'attractions propose trente-neuf manèges, une variété de jeux, dont certains permettent de remporter des jouets, ainsi que des boutiques et une multitude de cafés et de restaurants. (Photo fournie/Mohammed al-Manea)
Situé sur le littoral de Djeddah, le parc d'attractions propose trente-neuf manèges, une variété de jeux, dont certains permettent de remporter des jouets, ainsi que des boutiques et une multitude de cafés et de restaurants. (Photo fournie/Mohammed al-Manea)
Short Url
  • Des parades musicales comprenant des acrobates et des personnes déguisées en arbres, en zombies et en singes en tenue de sport font partie intégrante des activités de la zone
  • Un feu d’artifice accompagné de la chanson Happy du rappeur américain Pharrell Williams est au programme parmi les attractions du Jeddah Pier

DJEDDAH: Les visiteurs du festival Jeddah Season disposent désormais d’une nouvelle attraction qui vient s’ajouter à la longue liste d’activités.

Le parc d’attractions mobile Jeddah Pier est la dernière zone à ouvrir ses portes aux amateurs de divertissements dans la ville portuaire de la mer Rouge.

Situé sur le littoral de Djeddah, il propose trente-neuf manèges, une variété de jeux, dont certains permettent de remporter des jouets, ainsi que des boutiques et une multitude de cafés et de restaurants.

Pour les adeptes de sensations fortes, il y a des montagnes russes, ainsi qu’un carrousel, une grande roue et une attraction de type pendule.

image 4
Situé sur le littoral de Djeddah, le parc d'attractions propose trente-neuf manèges, une variété de jeux, dont certains permettent de remporter des jouets, ainsi que des boutiques et une multitude de cafés et de restaurants. (Photo fournie/Mohammed al-Manea)

Shah Hussain, un acteur anglais, joue le personnage fictif Long John Silver, un pirate du roman L’île au trésor de Robert Louis Stevenson, dans l’un des espaces dédiés aux expériences – l’île abandonnée.

Il déclare: «Le Jeddah Pier comprend un très grand nombre d’attractions, mais l’île abandonnée est l’une des plus palpitantes à découvrir. Âmes sensibles s’abstenir!»

Cependant, M. Hussain affirme qu’il a eu du mal à s’adapter aux températures de la ville. «Je commence tout juste à m’habituer au climat de Djeddah. Je suis passé de 17 à 44 °C. Nous veillerons à ce que les gens aient suffisamment de bouteilles d’eau, car nous tenons à ce que tout le monde s’amuse.»

image 4
Situé sur le littoral de Djeddah, le parc d'attractions propose trente-neuf manèges, une variété de jeux, dont certains permettent de remporter des jouets, ainsi que des boutiques et une multitude de cafés et de restaurants. (Photo fournie/Mohammed al-Manea)

Madda Rashwan, 22 ans, visite Jeddah Pier avec ses amis et sa famille. Elle souligne que les attractions constituent une excellente alternative pour lutter contre le stress du travail et lui rappellent son enfance.

«Je voulais constater à quel point c’était amusant, car ma famille et moi avons un faible pour les parcs d’attractions. Pour être honnête, les attractions de la ville ne sont pas extraordinaires, mais le Jeddah Pier propose de nombreux manèges», déclare-t-elle.

Des parades musicales comprenant des acrobates et des personnes déguisées en arbres, en zombies et en singes en tenue de sport font partie intégrante des activités de la zone.

image 4
Situé sur le littoral de Djeddah, le parc d'attractions propose trente-neuf manèges, une variété de jeux, dont certains permettent de remporter des jouets, ainsi que des boutiques et une multitude de cafés et de restaurants. (Photo fournie/Mohammed al-Manea)

Les deux amis Yosuf Kutbi, 14 ans, et Abdallah Alharbey, 15 ans, ont visité le Jeddah Pier le jour de son ouverture.

«J’attendais avec impatience de monter dans la grande roue, même lorsque l’endroit était toujours en construction. C’est la première attraction vers laquelle je me suis dirigé lorsque nous sommes arrivés», indique Yosuf.

Abdallah Alharbey, quant à lui, déclare: «Cet endroit se trouve à une heure de route de chez moi. Comme mon ami est là de passage, je l’y ai accompagné. Jusqu’à présent, je peux vous dire que la visite en vaut la peine.»

Il ajoute qu’il a hâte de découvrir d’autres événements du festival Jeddah Season.

Un feu d’artifice accompagné de la chanson Happy du rappeur américain Pharrell Williams est au programme parmi les attractions du Jeddah Pier.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com