Une offre controversée de plantation d'arbres a failli renverser le gouvernement israélien

Des manifestants bédouins affrontent les forces israéliennes au sujet d'un projet de boisement du Fonds national juif dans le village de Sa'we al-Atrach, dans le sud d'Israël, dans le désert du Néguev, le 13 janvier 2022. (Photo, AP/Tsafrir Abayov)
Des manifestants bédouins affrontent les forces israéliennes au sujet d'un projet de boisement du Fonds national juif dans le village de Sa'we al-Atrach, dans le sud d'Israël, dans le désert du Néguev, le 13 janvier 2022. (Photo, AP/Tsafrir Abayov)
Short Url
Publié le Vendredi 14 janvier 2022

Une offre controversée de plantation d'arbres a failli renverser le gouvernement israélien

  • La mission du Fonds national juif est de «déposséder les Arabes/Palestiniens», affirme un militant des droits de l’homme
  • «La coalition semble susceptible de surmonter cet obstacle et, ce faisant, de signaler qu'elle peut même aborder les différences concernant des questions hautement symboliques»

AMMAN: Une initiative controversée de plantation d'arbres sur des terres appartenant à des Palestiniens dans la région du Néguev en Israël par le Fonds national juif a menacé de faire exploser la très mince coalition au pouvoir en Israël.

Jafar Farah, responsable de l'ONG Mossawa (Égalité), a déclaré à Arab News que la controverse couvait depuis des semaines.

Farah a révélé: «La semaine dernière, des employés du Fonds national juif (FNJ) protégés par la sécurité ont creusé la région de Sawa dans le Néguev.

«Le membre de la Knesset Mansour Abbas, dont la liste a obtenu 40% des voix des Palestiniens du Néguev, s’est rendu dans la région et a promis que la plantation d'arbres cesserait.

«Cela n’a pas été le cas, car le FNJ s'y est opposé ce lundi. Abbas a réagi en menaçant de ne voter en faveur d'aucune loi gouvernementale en signe de protestation.»

La coalition israélienne a besoin des quatre voix de la liste d'Abbas pour conserver sa majorité à un membre, soit 61 sur 120 membres de la Knesset.

Farah a déclaré à Arab News que son organisation avait trois revendications.

«Nous appelons le gouvernement à reconnaître les droits des propriétaires de terre palestiniens, à délivrer des permis de construire à 36 villages non reconnus où vivent 100 000 citoyens palestiniens d'Israël, et troisièmement, le FNJ doit être dissous.»

Botrous Mansour, avocat et analyste politique basé à Nazareth, a déclaré à Arab News qu'Abbas doit montrer à ses électeurs qu'il peut les défendre et protéger leurs droits.

«Le gouvernement a déjà approuvé l’approvisionnement en électricité aux maisons construites sans permis en Israël. Même si la personne qui assure la mise en œuvre n’est d’autre que la ministre de l'Intérieur de droite, Ayelet Shaked, la coalition doit comprendre les besoins de l'un de ses partenaires. Abbas doit maintenant utiliser son pouvoir pour mettre fin à l'implication controversée du FNJ.»

Wadie Abou Nassar, directeur du Centre international de consultations, a déclaré à Arab News qu'il n'était pas sûr de l'issue de la situation dans le Néguev. La stratégie d'Israël de confisquer des terres par la plantation d'arbres a vu l'État prendre le contrôle de plus de 90% des terres. Nassar a averti qu'Israël cherche à obtenir davantage de gains.

«Le membre de la Knesset Mansour semble avoir temporairement évité la crise, mais il sera intéressant de voir ce qu'il est advenu des 30 détenus qui sont actuellement en prison», a expliqué Nassar.

L’Association pour les droits civils en Israël a écrit sur Twitter que «l’intention du ‘reboisement’ du FNJ est claire: saisir autant de terres que possible et empêcher les communautés bédouines d’accéder à leurs terres».

Jessica Montell, directrice exécutive de l'Organisation des droits de l'homme basée à Jérusalem, Hamoked, a publié sur Twitter: «Ne vous laissez pas berner par le verdissage. La mission du FNJ est de déposséder les Arabes/Palestiniens de leurs terres.»

Ofer Zalzberg, directeur du programme du Moyen-Orient à l’Institut Herbert C. Kelman, a déclaré à Arab News que le désaccord dans le Néguev est particulièrement compliqué parce que la question concerne la propriété et l’utilisation des terres, évoquant ainsi des sentiments nationaux et religieux des deux côtés.

En outre, la coalition fait face simultanément à des pressions des deux côtés: les partis de droite au gouvernement sont critiqués par le Likoud, qui leur reproche de trahir les idéaux de la colonisation; et le Raam, le parti islamique d'Abbas, dont la base électorale est largement composée des Bédouins du Néguev, est critiqué par la Liste commune et la branche nord du mouvement islamique, qui lui reprochent d’être complice des accaparements de terres par Israël.

«La coalition semble susceptible de surmonter cet obstacle et, ce faisant, de signaler qu'elle peut même aborder les différences concernant des questions hautement symboliques.»

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Cisjordanie: plusieurs militants étrangers disent avoir été blessés par des colons

De la fumée s'élève après une frappe israélienne près du village de Kfar Kila dans le sud du Liban, le 16 juillet 2024  (AFP)
De la fumée s'élève après une frappe israélienne près du village de Kfar Kila dans le sud du Liban, le 16 juillet 2024 (AFP)
Short Url
  • Au moins trois personnes, deux femmes et un homme, ont été pris en charge par le personnel soignant, tous présentant de larges ecchymoses, a constaté un journaliste de l'AFP.
  • Des militants étrangers escortent régulièrement des Palestiniens qu'ils estiment vulnérables dans les territoires occupés, théâtres de violences.

NAPLOUSE: Plusieurs militants étrangers de la cause palestinienne ont été attaqués et blessés dimanche par des colons israéliens aux visages masqués dans le nord de la Cisjordanie occupée, sur les terres agricoles de Qusra où ils accompagnaient des Palestiniens.

Dans les couloirs de l'hôpital al-Rafidia de Naplouse où ils ont été transportés par les services de secours, au moins trois personnes, deux femmes et un homme, ont été pris en charge par le personnel soignant, tous présentant de larges ecchymoses, a constaté un journaliste de l'AFP.

Ces bénévoles accompagnaient des Palestiniens dans des oliveraies proches de colonies israéliennes. Des militants étrangers escortent régulièrement des Palestiniens qu'ils estiment vulnérables dans les territoires occupés, théâtres de violences.

"Plus tôt aujourd'hui (dimanche), un certain nombre de civils israéliens masqués ont agressé un groupe de ressortissants étrangers pensant qu'ils plantaient des arbres dans les environs de Qusra", a répondu l'armée israélienne, interrogée par l'AFP.

L'armée affirme avoir tiré des coups de semonce en l'air, ce qui a mis en "fuite les civils israéliens".

Aucun d'entre eux n'a été inquiété.

"Ils sont arrivés avec d'énormes bâtons et ils ont commencé à nous frapper", a décrit à l'AFP une Américaine se présentant sous le surnom de Vivi, dénonçant une attaque "sans raison".

"Ils étaient armés de tuyaux en métal et de bâtons en bois et cherchaient la bagarre", a ajouté David Hummel, un membre allemand du Mouvement de solidarité internationale (ISM).

M. Hummel a évoqué une blessure à la mâchoire et des douleurs aux jambes et aux bras.

Hani Odeh, le maire de Qusra, a également confirmé les faits à l'AFP, ajoutant que les militants avaient accompagné les agriculteurs dans des champs "récemment incendiés" par des colons.

Il a évoqué "quatre blessés" et affirmé que les assaillants venaient de la colonie voisine Esh Kodesh. Selon lui, les tirs de semonce étaient destinés à faire fuir les Palestiniens et les militants.

Ces derniers vivent à Qusra depuis environ un mois, toujours d'après M. Odeh.

Depuis la création d'ISM, plusieurs de ses militants ont été blessés.

La guerre dans la bande de Gaza a généré une intensification des violences en Cisjordanie, territoire palestinien occupé par Israël depuis 1967, où les tensions étaient déjà vives depuis deux ans.

Depuis le 7 octobre, au moins 579 Palestiniens y ont été tués par des soldats ou colons israéliens, selon les autorités palestiniennes. Au moins 16 Israéliens sont morts dans des attaques ou attentats palestiniens, d'après des chiffres officiels israéliens.

Avant la guerre, le Bureau des affaires humanitaires de l'ONU tirait déjà la sonnette d'alarme sur la "violence des colons", notant que les incidents entre des Palestiniens et des habitants de colonie, ces villes et villages illégaux au regard du droit international, n'avaient jamais été aussi nombreux depuis le début de ses décomptes en 2006.


L'Iran condamne les frappes israéliennes contre le port de Hodeida au Yémen

L'opération sur Hodeida a été lancée au lendemain d'une attaque de drone houthi qui a tué une personne à Tel-Aviv, après avoir déjoué le système de défense israélien. (AFP)
L'opération sur Hodeida a été lancée au lendemain d'une attaque de drone houthi qui a tué une personne à Tel-Aviv, après avoir déjoué le système de défense israélien. (AFP)
Short Url
  • Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Nasser Kanani, "a fermement condamné" ces attaques", indique le communiqué iranien
  • Y voyant "l'expression du comportement agressif du régime israélien", il a "mis en garde contre le risque d'escalade des tensions et de propagation de la guerre dans la région", ajoute le texte

TEHERAN: L'Iran a "fermement condamné" dimanche les frappes israéliennes menées la veille contre le port de Hodeida tenu par les rebelles Houthis au Yémen, mettant en garde contre une "escalade des tensions" dans la région.

Les frappes aériennes sur ce port stratégique de l'ouest du Yémen, point d'entrée essentiel pour le carburant et l'aide humanitaire, sont les premières revendiquées par Israël dans le pays le plus pauvre de la péninsule arabique, situé à environ 1.800 kilomètres de distance.

Elles ont provoqué la mort de six personnes, fait trois disparus et 83 blessés, selon un bilan révisé dimanche du ministère de la Santé des Houthis.

Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Nasser Kanani, "a fermement condamné" ces attaques", indique le communiqué iranien.

Y voyant "l'expression du comportement agressif du régime israélien", il a "mis en garde contre le risque d'escalade des tensions et de propagation de la guerre dans la région", ajoute le texte.

Dimanche, les rebelles yéménites, soutenus par l'Iran, ont menacé Israël d'une "réponse énorme" à ces attaques, alors que les pompiers luttent toujours contre l'énorme incendie déclenché par les frappes israéliennes.

L'opération sur Hodeida a été lancée au lendemain d'une attaque de drone houthi qui a tué une personne à Tel-Aviv, après avoir déjoué le système de défense israélien.

Les Houthis, qui contrôlent de larges pans du Yémen, ont ouvert un front contre Israël, disant agir en "solidarité" avec les Palestiniens de Gaza, où Israël mène depuis neuf mois une opération militaire d'envergure contre le mouvement islamiste Hamas, dont l'attaque sur le sol israélien du 7 octobre a déclenché le conflit.

Depuis le début de la guerre à Gaza, Téhéran, qui soutient également le puissant mouvement libanais Hezbollah, engagé dans des violences quotidiennes avec Israël, se présente  comme le premier soutien du mouvement palestinien Hamas contre Israël.


Yémen: un incendie fait rage à Hodeida, après des frappes israéliennes meurtrières

Les pompiers luttent toujours dimanche contre les flammes dans le port de Hodeida, tenu par les rebelles Houthis au Yémen, quelques heures après que des frappes israéliennes y ont déclenché un gigantesque incendie et tué trois personnes. (AFP).
Les pompiers luttent toujours dimanche contre les flammes dans le port de Hodeida, tenu par les rebelles Houthis au Yémen, quelques heures après que des frappes israéliennes y ont déclenché un gigantesque incendie et tué trois personnes. (AFP).
Short Url
  • Les frappes de samedi sur ce port stratégique de l'ouest du Yémen, point d'entrée essentiel pour le carburant et l'aide humanitaire, sont les premières revendiquées par Israël
  • La "réponse des rebelles à l'agression israélienne contre notre pays est inévitable et sera énorme", a déclaré dimanche Yahya Saree, leur porte-parole militaire

HODEIDA: Les pompiers luttent toujours dimanche contre les flammes dans le port de Hodeida, tenu par les rebelles Houthis au Yémen, quelques heures après que des frappes israéliennes y ont déclenché un gigantesque incendie et tué trois personnes, selon les rebelles, qui menacent Israël d'une réponse "énorme".

Les frappes de samedi sur ce port stratégique de l'ouest du Yémen, point d'entrée essentiel pour le carburant et l'aide humanitaire, sont les premières revendiquées par Israël dans le pays le plus pauvre de la péninsule arabique, situé à environ 1.800 kilomètres de distance.

La "réponse des rebelles à l'agression israélienne contre notre pays est inévitable et sera énorme", a déclaré dimanche Yahya Saree, leur porte-parole militaire.

Il a déclaré que les rebelles avaient tiré des missiles balistiques en direction d'Eilat, station balnéaire israélienne sur le mer Rouge. Un missile tiré depuis le Yémen a été intercepté, avait indiqué l'armée israélienne, précisant que "le projectile n'a pas pénétré en territoire israélien".

Lancés au lendemain d'une attaque de drone houthi qui a tué une personne à Tel-Aviv, après avoir déjoué le système de défense israélien, les raids aériens sur Hodeida ont provoqué la mort de trois personnes et en ont blessé 87, dont beaucoup souffrent de graves brûlures, a déclaré le ministère de la Santé des Houthis.

D'autres opérations contre les Houthis suivront "s'ils osent nous attaquer", a déclaré samedi le ministre israélien de la défense, Yoav Gallant.

D'épais panaches de fumée noire enveloppent dimanche le ciel au-dessus de Hodeida, selon un correspondant de l'AFP sur place.

Un employé du port, s'exprimant sous couvert d'anonymat, a indiqué que les réservoirs de carburant et la centrale électrique étaient toujours en flammes. D'après lui, il faudrait plusieurs jours pour contenir l'incendie, un point de vue partagé par les experts du Yémen, au vu notamment du manque d'équipement des pompiers.

Selon Mohammed Albasha, analyste principal du Moyen-Orient pour le groupe américain Navanti, le feu pourrait atteindre les installations de stockage de nourriture.

L'attaque "va avoir des conséquences humanitaires désastreuses sur les millions de Yéménites" dans les vastes zones du pays contrôlées par les Houthis, a déclaré Nicholas Brumfield, un expert du Yémen sur X.

Le gouvernement yéménite, internationalement reconnu et soutenu par l'Arabie saoudite dans sa guerre menée depuis 2014 contre les Houthis, a condamné les frappes israéliennes, tenant Israël "pour responsable de l'aggravation de la crise humanitaire".

Il a mis en garde les rebelles, soutenus par Téhéran et qui disent agir en solidarité avec les Palestiniens de Gaza, contre le risque d'entraîner le pays dans des "batailles insensées servant les intérêts du régime iranien et son projet expansionniste dans la région".