Birmanie: des centaines de moines fuient les combats entre armée et factions rebelles

Des nonnes allument des bâtons d'encens à la pagode Shwedagon lors du festival Thadingyut, qui se tient le jour de la pleine lune du mois lunaire birman de Thadingyut, à Yangon, le 20 octobre 2021.(AFP)
Des nonnes allument des bâtons d'encens à la pagode Shwedagon lors du festival Thadingyut, qui se tient le jour de la pleine lune du mois lunaire birman de Thadingyut, à Yangon, le 20 octobre 2021.(AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 16 janvier 2022

Birmanie: des centaines de moines fuient les combats entre armée et factions rebelles

  • Les Nations unies estiment que la moitié de la population de Loikaw a été contrainte de partir et que près de 90.000 personnes de l'État de Kayah ont fui
  • A Loikaw, dans l'Etat de Kayah, une trentaine de monastères ont été abandonnés, leurs occupants quittant la ville à bord de dizaines de camions

RANGOUN : Des centaines de moines ont fui leur monastère dans l'est de la Birmanie pour échapper à d'intenses combats entre l'armée et des groupes rebelles anti-junte, ont rapporté dimanche des témoins à l'AFP. 

A Loikaw, dans l'Etat de Kayah, une trentaine de monastères ont été abandonnés, leurs occupants quittant la ville à bord de dizaines de camions, d'après l'un de ces témoins sous couvert d'anonymat. 

Non loin de là, de nombreux moines ont aussi fui l'agglomération de Demoso, a-t-il ajouté.

Ces deux villes, situées à 200 kilomètres à l'est de la capitale Naypyidaw, sont depuis plusieurs jours le théâtre de violents combats entre rebelles et forces armées. Ces dernières ont lancé des frappes aériennes et procédé à des tirs d'artillerie.

Les Nations unies estiment que la moitié de la population de Loikaw a été contrainte de partir et que près de 90.000 personnes de l'État de Kayah ont fui. Des médias locaux chiffrent, eux, à plus de 170.000 le nombre de déplacés. 

« Désertée »

A Loikaw, des combattants rebelles ont investi des églises et des maisons abandonnées. Ils ont aussi forcé les portes d'une prison pour tenter d'inciter les détenus à les rejoindre, a indiqué un membre de la police locale. "La ville est désertée. La situation est très compliquée".

"Il a été difficile de prendre la décision de partir, mais nous devions le faire. Il était impossible de rester", a raconté un moine qui a rejoint une communauté isolée de l'État Shan (est).

Une quinzaine de prêtres ont aussi pris la fuite.

La Birmanie a sombré dans le chaos depuis le coup d'Etat militaire du 1er février 2021 qui a renversé Aung San Suu Kyi et mis fin à une décennie de transition démocratique.

Des factions ethniques rebelles secondées par des milices citoyennes ont pris les armes contre la junte et les combats se sont intensifiés dans l'est du pays depuis la fin de la mousson et l’arrivée de la saison sèche.

La veille de Noël, dans l'État de Kayah, au moins 35 personnes ont été tuées, leurs corps brûlés, un massacre imputé aux militaires.

Le rapporteur spécial des Nations unies sur la Birmanie, Tom Andrews, a exhorté le chef de la junte, Min Aung Hlaing, à "mettre fin aux attaques aériennes et terrestres" lancées contre Loikaw et à "laisser passer l'aide humanitaire". 

Depuis le coup d’État, la communauté internationale n’a pas beaucoup de marge de manœuvre pour tenter de résoudre la crise. La junte fait la sourde oreille aux appels de l'ONU et de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (Asean). 

Et, alors que la situation sanitaire et humanitaire est critique, les militaires bloquent l’acheminement de l’aide et des fournitures médicales dans les régions où la résistance est forte, selon l'ONG Human Rights Watch.

Plus de 1.400 civils ont été tuées par les forces de sécurité depuis le putsch et plus de 11.000 ont été arrêtés, d'après une ONG locale.

Aung San Suu Kyi, déjà condamnée à six ans de prison, risque des décennies de détention au terme de son procès. Âgée de 76 ans, elle est tenue au secret par les généraux depuis près d'un an.


La Turquie va renoncer au système russe de paiement Mir

Sur cette photo prise le 7 décembre 2019, un piéton passe devant la banque publique Vakifbank sur l'avenue Istiklal à Istanbul. (AFP)
Sur cette photo prise le 7 décembre 2019, un piéton passe devant la banque publique Vakifbank sur l'avenue Istiklal à Istanbul. (AFP)
Short Url
  • Ces trois banques publiques - HalkBank, Ziraat et Vakifbank - autorisaient jusqu'ici les transactions avec les cartes Mir
  • Deux des plus grandes banques privées du pays, Denizbank et Isbank, avaient déjà annoncé la semaine dernière qu'elles suspendaient l'utilisation du système de paiement Mir

ISTANBUL: Les trois banques publiques turques qui autorisaient le système russe de paiement Mir vont y renoncer après des mises en garde américaines, a annoncé mercredi à l'AFP un haut responsable turc.

"Il y a des paiements en cours, mais une date future a été fixée" pour la suspension du système Mir, a indiqué cette source à l'AFP, sous couvert d'anonymat et sans préciser de date.

Ces trois banques publiques - HalkBank, Ziraat et Vakifbank - autorisaient jusqu'ici les transactions avec les cartes Mir.

Deux des plus grandes banques privées du pays, Denizbank et Isbank, avaient déjà annoncé la semaine dernière qu'elles suspendaient l'utilisation du système de paiement Mir.

Vendredi, l'Ouzbékistan avait également annoncé avoir interrompu pour des raisons "techniques" le fonctionnement des cartes bancaires Mir, qui ne sont désormais plus utilisables que dans une poignée de pays dont le Bélarus.

Très dépendante des gaz et pétrole russes, la Turquie a refusé de se joindre aux sanctions occidentales décrétées contre la Russie après l'invasion de l'Ukraine. Le pays, destination prisé des touristes russes a vu arriver des milliers de Russes depuis le début de la guerre.

Elle avait annoncé élargir le champ d'application du système Mir après une rencontre début août entre le président turc Recep Tayyip Erdogan et son homologue russe Vladimir Poutine. Mais Washington avait mis en garde dans la foulée les entreprises et banques turques commerçant avec la Russie contre le risque de possibles sanctions.


Votes d'annexion russe: l'Ukraine réclame une hausse «significative» de l'aide militaire occidentale

Une photographie prise le 27 septembre 2022 montre des vagues du drapeau ukrainien dans une rue du village récemment libéré de Vysokopillya, dans la région de Kherson, au milieu de l'invasion russe de l'Ukraine. (Photo de Genya SAVILOV / AFP)
Une photographie prise le 27 septembre 2022 montre des vagues du drapeau ukrainien dans une rue du village récemment libéré de Vysokopillya, dans la région de Kherson, au milieu de l'invasion russe de l'Ukraine. (Photo de Genya SAVILOV / AFP)
Short Url
  • L'Ukraine appelle l'UE, l'Otan et le G7 à «augmenter immédiatement et significativement la pression sur la Russie, notamment en imposant de nouvelles sanctions dures et en augmentant significativement l'aide militaire à l'Ukraine»
  • La prochaine étape revient au Parlement russe, censé voter dans les jours qui viennent un traité formalisant l'intégration des quatre régions au territoire russe

KIEV: La diplomatie ukrainienne a appelé mercredi à une hausse significative de l'aide militaire occidentale, au lendemain de votes d'annexion par la Russie de quatre régions ukrainiennes, scrutins largement dénoncés par la communauté internationale.

"L'Ukraine appelle l'UE, l'Otan et le G7 à augmenter immédiatement et significativement la pression sur la Russie, notamment en imposant de nouvelles sanctions dures et en augmentant significativement l'aide militaire à l'Ukraine", a dit le ministère des Affaires étrangères, en demandant "des chars, des avions de combats, de l'artillerie longue portée, des systèmes de défense anti-aérienne et antimissiles".

Le ministère a également appelé "tous les Etats et les organisations internationales a condamner les actions illégales du Kremlin dans les territoires temporairement occupés d'Ukraine".

Les autorités prorusses des régions ukrainiennes de Zaporijjia, Kherson, Lougansk et Donetsk ont revendiqué mardi la victoire du "oui" en faveur d'une annexion par la Russie, lors de ces "référendums".

La prochaine étape revient au Parlement russe, censé voter dans les jours qui viennent un traité formalisant l'intégration des quatre régions au territoire russe.


Attaque de lundi au Burkina: au moins 11 soldats tués et 50 civils portés disparus

Le convoi a été la cible d'une embuscade, près de la localité de Gaskindé, localité située dans la province du Soum (Photo, AFP).
Le convoi a été la cible d'une embuscade, près de la localité de Gaskindé, localité située dans la province du Soum (Photo, AFP).
Short Url
  • Le 24 janvier dernier, des militaires ont pris le pouvoir au Burkina dans un putsch assurant vouloir faire de la sécurité leur priorité
  • Mais les attaques restent nombreuses

OUAGADOUGOU: Au moins onze soldats ont été tués dans une attaque de jihadistes présumés contre un convoi de ravitaillement lundi dans le nord du Burkina Faso, un bilan qui pourrait toutefois être beaucoup plus lourd, une cinquantaine de civils étant toujours portés disparus.

"Un convoi de ravitaillement à destination de la ville de Djibo a été la cible d'une attaque lâche et barbare. Le bilan provisoire est de 11 corps de militaires retrouvés et 28 blessés", a écrit le porte-parole du gouvernement Lionel Bilgo dans un communiqué.

"Une cinquantaine de civils sont aussi portés disparus et les recherches se poursuivent", poursuit le texte.

Le bilan pourrait toutefois être beaucoup plus lourd, une source sécuritaire évoquant à l'AFP "une soixantaine de victimes". "Pratiquement tout le convoi, véhicules et vivres, a été incendié", a poursuivi cette source.

Des vidéos reçues de sources sécuritaires par l'AFP montrent plusieurs camions incendiés et éventrés sur le bord d'une route.

Un précédent bilan, de sources sécuritaires à l'AFP, faisait état d'une "dizaine de morts" et de "nombreux blessés".

Le convoi a été la cible d'une embuscade, près de la localité de Gaskindé, localité située dans la province du Soum, avait indiqué l'état-major lundi soir dans un communiqué.

"L'attaque a également causé d'importants dégâts matériels", a souligné M. Bilgo.

«Nous restons debout»

"Certes, nous sommes affligés par la tragédie actuelle et les pertes cruelles que nous enregistrons, mais nous restons debout, unis et solidaires pour libérer notre cher pays le Burkina Faso", a-t-il affirmé, rappelant l'engagement des "forces patriotiques en lutte contre le terrorisme à tenir le serment de défendre et de libérer notre peuple de l'emprise des forces obscurantistes qui veulent l'asservir par la violence aveugle et la terreur".

Une autre attaque particulièrement meurtrière avait visé début septembre un convoi de ravitaillement dans le nord du pays. L'explosion d'un engin artisanal entre Djibo et Bourzanga avait causé la mort d'au moins 35 civils dont plusieurs enfants.

Ces convois, escortés par l'armée, ravitaillent des villes du nord, notamment Djibo, soumises à un blocus de groupes jihadistes qui ont récemment dynamité des ponts sur des grands axes routiers.

Le Burkina Faso - en particulier le nord et l'est - est confronté comme plusieurs de ses voisins à la violence de mouvements armés affiliés à Al-Qaïda et au groupe Etat islamique, qui y ont fait depuis 2015 des milliers de morts et quelque deux millions de déplacés.

Le 24 janvier dernier, des militaires ont pris le pouvoir au Burkina dans un putsch assurant vouloir faire de la sécurité leur priorité. Mais les attaques restent nombreuses.

Dimanche, un autre convoi escorté par l'armée, parti la veille de Dori, chef-lieu de la région du Sahel, pour ravitailler la ville de Sebba, a été la cible d'une attaque à l'engin explosif improvisé, selon des sources sécuritaires.

Quatre personnes ont été blessées lors de cet incident, et le convoi est tout de même arrivé ce lundi, accueilli par une liesse populaire.

Samedi, deux soldats et deux supplétifs civils de l'armée ont été tués lors d'une attaque "terroriste" contre une patrouille dans la province de la Tapoa, une région de l'est du Burkina, frontalière du Niger et du Bénin, selon l'armée.