Les musulmans du Texas expriment leur soutien aux otages d'une synagogue

Vue aérienne de la police devant la synagogue Congregation Beth Israel, dimanche 16 janvier 2022, à Colleyville, Texas. (Photo, AP)
Vue aérienne de la police devant la synagogue Congregation Beth Israel, dimanche 16 janvier 2022, à Colleyville, Texas. (Photo, AP)
Short Url
Publié le Lundi 17 janvier 2022

Les musulmans du Texas expriment leur soutien aux otages d'une synagogue

  • Les imams des mosquées voisines ont condamné la violence et ont prié pour la sécurité de la congrégation de la synagogue
  • Le FBI a identifié dimanche le tireur abattu comme étant Malik Faisal Akram, ressortissant britannique de 44 ans

CHICAGO : Des dirigeants de la communauté musulmane du Texas et des militants aux États-Unis ont exprimé leur soutien aux membres d'une synagogue de Colleyville qui a été attaquée samedi, déclenchant une crise d’otages de 10 heures.
Une équipe du SWAT a fait irruption dans la synagogue de la Congrégation Beth Israel vers 21h30 à Dallas-Fort Worth, Texas, libérant tous les otages.
Aucun membre de la congrégation de la synagogue n'a été blessé, mais le tireur a été tué, a indiqué la police sans donner de détails. Le rabbin, Charlie Cytron-Walker, aurait été parmi les quatre personnes retenues en otage.
Le FBI a identifié dimanche le tireur abattu comme étant le ressortissant britannique de 44 ans, Malik Faisal Akram.
Les imams des mosquées voisines ont rapidement répondu par des déclarations de soutien et des prières pour la sécurité de la congrégation de la synagogue et des condamnations de la violence.
« Nous sommes choqués et horrifiés par ce qui se passe dans la synagogue de Colleyville », a déclaré l'imam Jawaid Alam, du Centre islamique de Southlake, alors que la nouvelle de la prise d’otages se répandait. « Ils traversent une épreuve épouvantable et nous sommes aux côtés de nos frères et sœurs juifs. Nos pensées et nos prières les accompagnent et nous condamnons ces actes atroces. Nous apporterons notre soutien et espérons que cette situation sera résolue en toute sécurité dans les plus brefs délais. Ameen. »
Le secrétaire général du Conseil américain des organisations musulmanes, Oussama Jammal, a déclaré que les musulmans à travers les États-Unis étaient solidaires de « Colleyville et la communauté juive américaine au sens large » et étaient « soulagés » par leur libération en toute sécurité.
« Cette attaque odieuse contre une synagogue, un lieu de culte sacré et inviolable – et ses fidèles en train de prier – est tout à fait inacceptable. Quel que soit l'agresseur et quelles que soient ses motivations, il ne peut y avoir aucune excuse pour ce crime horrible. Nous louons Dieu pour leur retour auprès de leurs proches », a déclaré Jammal.
La police a publié des mises à jour sur Twitter alors que la prise d'otages s'est poursuivie tout au long de la soirée de samedi et du dimanche matin. Le sergent porte-parole de la police de Colleyville. Dara Nelson a déclaré qu'un appel au 911 était arrivé juste avant 11 heures.
« Les agents sont arrivés sur les lieux et ont constaté une situation d'urgence qui justifiait l'évacuation des zones environnantes et l’établissement d’un périmètre extérieur », a déclaré Nelson. « Le département de police de Colleyville est sur place avec le bureau extérieur du FBI à Dallas, le département de la sécurité publique du Texas, l'équipe régionale du SWAT de North Tarrant et d'autres agences voisines. »
Nelson a déclaré qu'un homme armé retenait plusieurs otages à l'intérieur de la synagogue et a rapporté qu'à 17 heures le suspect avait libéré un otage indemne. Les négociateurs de crise du FBI étaient en communication avec le suspect, a ajouté Nelson.
L'équipe du SWAT est entrée dans la synagogue et a libéré tous les otages et le suspect a été tué.
Le président américain Joe Biden a publié une déclaration immédiatement après la libération des otages tard samedi soir.
« Grâce au travail courageux des forces de l'ordre étatiques, locales et fédérales, quatre Américains retenus en otage dans une synagogue du Texas seront bientôt chez eux avec leurs familles. Je dois reconnaissance aux forces de l'ordre à tous les niveaux qui ont agi sans discontinuer en coopération et sans crainte pour sauver les otages. Nous transmettons amour et force aux membres de la Congrégation Beth Israel, Colleyville et à la communauté juive », a-t-il déclaré.
« Nous en apprendrons davantage dans les jours à venir sur les motivations du preneur d'otages. Mais permettez-moi d'être clair pour quiconque a l'intention de répandre la haine : nous nous opposerons à l'antisémitisme et à la montée de l'extrémisme dans ce pays. C'est ce que nous sommes, et ce soir, les hommes et les femmes des forces de l'ordre nous ont tous rendus fiers.
Dimanche, Biden a déclaré que le preneur d'otages avait obtenu ses armes dans la rue.
La prise d'otages à Colleyville, au Texas, « était un acte de terreur ; c'était un acte de terreur », a déclaré Biden, qui était à Philadelphie avec la première dame Jill Biden.
Des militants pro-palestiniens ont également publié des déclarations contre la violence, notamment Jewish Voices for Peace qui disaient : «Nous sommes reconnaissants à Dieu que le rabbin Cytron-Walker et les fidèles de Beth Israel à Colleyville, au Texas, soient libres et en sécurité. Nous transmettons de l'amour à nos compatriotes juifs partout dans le monde qui respirent un peu mieux et nous nous engageons à nouveau dans la lutte contre l'antisémitisme et l'islamophobie. »
Le ministère britannique des Affaires étrangères a confirmé la mort d'un Britannique au Texas, lorsqu'on lui a demandé d’avaliser un rapport de Sky News indiquant que le tireur était un ressortissant britannique. Le ministère des Affaires étrangères n'a pas explicitement dit que le Britannique décédé était le tireur.
La ministre britannique des Affaires étrangères, Liz Truss, a condamné dimanche les actions du tireur, les qualifiant d'acte de terrorisme et d'antisémitisme.
« Mes pensées vont à la communauté juive et à tous ceux qui sont touchés par cet acte épouvantable au Texas. Nous condamnons cet acte de terrorisme et d'antisémitisme », a-t-elle écrit sur Twitter.
« Nous sommes aux côtés des États-Unis pour défendre les droits et les libertés de nos citoyens contre ceux qui répandent la haine. »
L'attaque est survenue alors que les États-Unis se préparaient à commémorer la tolérance raciale et religieuse lundi, à l’occasion du 93e anniversaire du Dr Martin Luther King Jr.
King a été assassiné le 4 avril 1968 à Memphis par James Earl Ray, un ségrégationniste blanc et un criminel en fuite.
Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Répression des manifestations en Iran: l'Allemagne « convoque » l'ambassadeur iranien

Les manifestations ont commencé en Iran le 16 septembre, date du décès de Mahsa Amini arrêtée trois jours auparavant à Téhéran pour "port inapproprié de vêtements" dans la République islamique où le code vestimentaire pour les femmes est strict
Les manifestations ont commencé en Iran le 16 septembre, date du décès de Mahsa Amini arrêtée trois jours auparavant à Téhéran pour "port inapproprié de vêtements" dans la République islamique où le code vestimentaire pour les femmes est strict
Short Url
  • Le gouvernement allemand a convoqué lundi après-midi l'ambassadeur iranien à Berlin pour une "discussion"
  • Des manifestations ont eu lieu dans plusieurs villes européennes ce week-end, dont Paris et Londres, en solidarité au mouvement de contestation en Iran

BERLIN: Le gouvernement allemand a convoqué lundi après-midi l'ambassadeur iranien à Berlin pour une "discussion" sur la répression du mouvement de protestation en Iran contre la mort d'une jeune femme détenue par la police des moeurs.

"Nous avons convoqué l'ambassadeur iranien, et la discussion aura lieu cet après-midi", a déclaré Christian Wagner, porte-parole du ministère des Affaires étrangères, lors d'une conférence de presse régulière.

"Nous étudions formellement toutes les options", en réaction à cette répression, a-t-il ajouté.

Les manifestations ont commencé le 16 septembre, date du décès de Mahsa Amini arrêtée trois jours auparavant à Téhéran pour "port inapproprié de vêtements" dans la République islamique où le code vestimentaire pour les femmes est strict, en particulier le port du voile islamique.

Le mouvement de contestation s'est depuis propagé dans plusieurs villes du pays, où les manifestants ont crié des slogans hostiles au pouvoir, selon les médias locaux.

Les autorités répriment lourdement ces protestations : selon un bilan officiel incluant manifestants et forces de l'ordre, 41 personnes ont été tuées en dix jours de protestations.

Mais le bilan pourrait être plus lourd, l'ONG Iran Human Rights (IHR), basée à Oslo, faisant état d'au moins 57 manifestants tués.

Des manifestations ont eu lieu dans plusieurs villes européennes ce week-end, dont Paris et Londres, en solidarité au mouvement de contestation.

Le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell a de son côté dénoncé dimanche un usage "généralisé et disproportionné de la force" contre les manifestants.


L'Allemagne attend de l'Italie qu'elle reste «très favorable à l'Europe»

La dirigeante de Fratelli d'Italia (post-fasciste), Giorgia Meloni, arrive pour prononcer un discours au siège de campagne de son parti, le 26 septembre 2022, à Rome (Photo, AFP).
La dirigeante de Fratelli d'Italia (post-fasciste), Giorgia Meloni, arrive pour prononcer un discours au siège de campagne de son parti, le 26 septembre 2022, à Rome (Photo, AFP).
Short Url
  • Un porte-parole du ministère des Finances a lui indiqué que Berlin continuait d'attendre de Rome le respect des règles budgétaires européennes
  • Le parti d'extrême droite Alternative pour l'Allemagne (AfD) a lui salué la première place du parti de Mme Meloni

BERLIN: L'Allemagne attend de l'Italie qu'elle reste "très favorable à l'Europe" malgré la victoire du parti post-fasciste de Giorgia Meloni aux législatives, a indiqué lundi un porte-parole du gouvernement.

"L'Italie est un pays très favorable à l'Europe, avec des citoyennes et des citoyens très favorables à l'Europe, et nous partons du principe que cela ne changera pas", a déclaré Wolfgang Büchner lors d'une conférence de presse régulière.

Un porte-parole du ministère des Finances a lui indiqué que Berlin continuait d'attendre de Rome le respect des règles budgétaires européennes.

Le parti d'extrême droite Alternative pour l'Allemagne (AfD) a lui salué la première place du parti de Mme Meloni.

"Nous jubilons avec l'Italie! Félicitations à toute l'alliance" qui devrait prendre les commandes de l'Italie, a ainsi écrit sur Twitter Beatrix von Storch, vice-présidente du groupe AfD au Bundestag.

Une période d'incertitude s'ouvrait lundi en Italie et dans l'Union européenne au lendemain de la victoire aux législatives de Giorgia Meloni, aux commandes d'une coalition réunissant droite et extrême droite qui devra affronter des défis considérables.

Forts de la majorité absolue au Parlement, la dirigeante de Fratelli d'Italia (post-fasciste) avec ses alliés Matteo Salvini de la Ligue (anti-immigration) et Silvio Berlusconi de Forza Italia (droite) vont tenter dans les prochains jours de former un gouvernement.


Hong Kong: un cardinal jugé pour un fonds d'aide aux manifestants pro-démocratie

Le cardinal Joseph Zen, l'un des plus hauts clercs catholiques d'Asie, arrive devant un tribunal pour son procès à Hong Kong le 26 septembre 2022 (Photo, AFP).
Le cardinal Joseph Zen, l'un des plus hauts clercs catholiques d'Asie, arrive devant un tribunal pour son procès à Hong Kong le 26 septembre 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • Le cardinal Zen, un des plus hauts prélats catholiques d'Asie, avait été arrêté en mai pour «collusion avec des forces étrangères»
  • Il n'a toutefois, à ce stade, pas été inculpé pour cette infraction qui lui ferait encourir la prison à vie

HONG KONG: Le procès du cardinal Joseph Zen, 90 ans, et de cinq militants pro-démocratie, tous accusés d'avoir géré un fonds d'aide aux manifestants antigouvernementaux, s'est ouvert lundi devant un tribunal de Hong Kong.

Le cardinal Zen, un des plus hauts prélats catholiques d'Asie, avait été arrêté en mai pour "collusion avec des forces étrangères", ce qui avait soulevé l'indignation internationale.

Il n'a toutefois, à ce stade, pas été inculpé pour cette infraction qui lui ferait encourir la prison à vie, selon la loi de sécurité nationale imposée par Pékin en 2020.

Avec ses coaccusés, parmi lesquels la chanteuse Denise Ho et l'avocate Margaret Ng, il n'est pour l'instant jugé que pour défaut d'enregistrement du fonds en tant que société.

Tous quatre encourent une amende de 10.000 dollars de Hong Kong (1.300 euros) et ont plaidé non-coupable.

Le fonds "612 Humanitarian Relief Fund", aujourd'hui dissous, était destiné à financer une partie des frais judiciaires et médicaux des personnes arrêtées lors des gigantesques manifestations pro-démocratie de 2019.

Ce mouvement avait été suivi d'une sévère reprise en main par Pékin à Hong Kong. La plupart des personnalités pro-démocratie de la ville sont désormais en prison ou ont fui à l'étranger, et des dizaines d'associations ont fermé leurs portes.

Le Vatican a réagi prudemment à l'arrestation de Mgr Zen, se contentant de dire qu'il "suivait de très près l'évolution de la situation".

L'affaire tombe à un moment délicat pour l'Eglise catholique, qui cherche à renouveler à la fin de l'année un accord qui permet à Pékin de nommer des évêques en Chine avec l'approbation du pape.

Mgr Zen se montre critique à l'égard de cet accord qu'il juge néfaste pour l'Eglise clandestine chinoise, qui refuse de se soumettre aux exigences des autorités.

L'un des plus hauts prélats catholiques à avoir critiqué l'attitude du Vatican à l'égard de Mgr Zen est le cardinal allemand Gerhard Mueller.

"Nous l'avons abandonné", a-t-il déclaré au journal italien Il Messaggero début septembre, se disant déçu qu'un récent consistoire - une réunion de cardinaux à Rome - ne se soit pas prononcé en faveur de Mgr Zen.

"Je ne voudrais pas que le silence du consistoire sur Mgr Zen révèle le fait que ce cardinal sera sacrifié sur l'autel de la raison, pour défendre et appliquer l'accord diplomatique avec Pékin. Je sens venir ce risque, et je ressens de la douleur", a-t-il déploré.