Climat: ne touchez pas au rayonnement solaire, plaident des experts

Les projets de géoingénierie solaire destinés à refroidir la surface de la Terre et limiter le réchauffement climatique sont potentiellement dangereux (Photo, AFP).
Les projets de géoingénierie solaire destinés à refroidir la surface de la Terre et limiter le réchauffement climatique sont potentiellement dangereux (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Lundi 17 janvier 2022

Climat: ne touchez pas au rayonnement solaire, plaident des experts

  • Injecter des milliards de particules de soufre dans la couche supérieure de l'atmosphère pourrait renvoyer une partie des rayons du soleil
  • Face à l'échec à réduire les émissions de CO2 responsables du réchauffement, certains responsables politiques soutiennent désormais la géoingénierie, pour gagner du temps

PARIS: Les projets de géoingénierie solaire destinés à refroidir la surface de la Terre et limiter le réchauffement climatique sont potentiellement dangereux et devraient être bloqués par les gouvernements, plaident 60 experts et scientifiques dans une lettre publiée lundi.

Injecter des milliards de particules de soufre dans la couche supérieure de l'atmosphère -- un des projets les plus controversés de modification intentionnelle des rayonnements solaires-- pourrait renvoyer une partie des rayons du soleil, mais les effets secondaires risquent de dépasser les bénéfices, insiste cette lettre ouverte accompagnée d'un texte dans la revue WIREs Climate Change.

"Le déploiement de la géoingénierie solaire ne peut pas être géré au niveau mondial de manière juste, inclusive et efficace. Nous appelons donc les gouvernements, l'ONU et autres acteurs à prendre des mesures politiques immédiates pour empêcher la normalisation de la géoingénierie solaire en tant qu'option contre le réchauffement", écrivent les signataires.

La planète a gagné environ +1,1°C depuis l'ère pré-industrielle, entraînant déjà une multiplication des canicules, inondations ou tempêtes.

Le monde s'est engagé à limiter ce réchauffement bien en deçà de +2°C, +1,5°C si possible, mais les experts climat de l'ONU (Giec) estiment que le seuil de +1,5°C pourrait déjà être atteint autour de 2030.

Et face à l'échec à réduire les émissions de CO2 responsables du réchauffement, certains responsables politiques soutiennent désormais la géoingénierie, pour gagner du temps.

Les scientifiques savent depuis longtemps qu'injecter d'importants volumes de particules réfléchissantes dans la couche supérieure de l'atmosphère pourrait refroidir la planète. Les projections de l'éruption du volcan Pinatubo aux Philippines en 1991 avaient d'ailleurs réduit la température moyenne de la surface de la Terre pendant un an.

Mais la lettre ouverte met surtout en avant les risques.

Une modification intentionnelle des rayonnements solaires pourrait par exemple perturber le régime des moussons en Asie du Sud et dans l'ouest de l'Afrique et pourrait ainsi détruire les cultures dont des centaines de millions de personnes dépendent, selon des études déjà publiées.

Et si la modification des rayonnements prenait fin "pour une raison quelconque, il est très probable que la température de la surface augmenterait rapidement", estime le Giec.

De plus, cette technologie n'empêcherait pas le CO2 de continuer à s'accumuler dans l'atmosphère.

Les signataires, comme le professeur Aarti Gupta de l'université néerlandaise de Wageningen ou le président de l'Agence allemande de l'environnement Dirk Messner, s'inquiètent également du risque de créer un faux espoir de solution face au réchauffement, ce qui pourrait "dissuader les gouvernements, les entreprises et les sociétés de faire tout leur possible pour parvenir à la neutralité carbone dès que possible".

Enfin, les experts soulignent l'absence de gouvernance pour surveiller ces projets.

Alors la lettre ouverte appelle à un "accord international de non utilisation" qui bloquerait le financement, l'expérimentation et l'octroi de brevets à ces technologies, sans pour autant mettre un terme aux recherches scientifiques.


Ukraine: Zelensky invite les présidents américain et chinois au Sommet pour la paix en Suisse

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky (Photo, AFP).
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky (Photo, AFP).
Short Url
  • La conférence doit se tenir à Lucerne dans le centre de la Suisse
  • La Suisse a lancé les invitations à plus de 160 délégations pour y participer, mais la Russie n'a pas été conviée

KIEV: Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a invité dimanche le président américain Joe Biden et le président chinois Xi Jinping à participer à un Sommet pour la paix prévu en Suisse les 15 et 16 juin.

"J'en appelle aux dirigeants du monde (...) au président Biden, le dirigeant des Etats-Unis, et au président Xi, le dirigeant de la Chine (...) S'il vous plaît, soutenez le sommet de la paix avec votre leadership et votre participation", a déclaré M. Zelensky dans un message vidéo.

La conférence doit se tenir à Lucerne dans le centre de la Suisse.

La Suisse a lancé les invitations à plus de 160 délégations pour y participer, mais la Russie n'a pas été conviée "à ce stade", avait indiqué début mai le site web du gouvernement consacré à l'événement.

Parmi les invités figurent des Etats membres du G7, du G20, des BRICS, de nombreux autres pays de tous les continents ainsi que l'UE, trois organisations internationales (ONU, OSCE et Conseil de l'Europe) et deux représentants du monde religieux (le Vatican et le Patriarche œcuménique de Constantinople).

La Russie, qui a déclenché l'invasion de l'Ukraine le 24 février 2022, a fait savoir -en termes peu amènes- qu'elle n'était pas intéressée à participer à cette conférence.

Le Kremlin a fait savoir à plusieurs reprises qu'il ne participerait à aucune négociation si Kiev n'acceptait pas l'annexion par la Russie des quelque 20% du territoire ukrainien qu'elle occupe actuellement.

M. Zelensky a précisé dimanche que "plus de 80 pays ont confirmé leur venue".


Frappe russe sur un hypermarché en Ukraine: le bilan s'alourdit à 11 morts

Un pompier ukrainien intervient pour éteindre un incendie dans une quincaillerie suite à une grève, à Kharkiv, le 25 mai 2024 (Photo, AFP).
Un pompier ukrainien intervient pour éteindre un incendie dans une quincaillerie suite à une grève, à Kharkiv, le 25 mai 2024 (Photo, AFP).
Short Url
  • Toujours en uniforme, Lioubov, une femme de ménage de l'hypermarché, a raconté comment elle a fui du magasin
  • Les forces russes ont également lancé plusieurs attaques samedi dans la région

KIEV: Le bilan de la frappe russe sur un hypermarché de bricolage à Kharkiv, deuxième ville d'Ukraine, s'est alourdi à 11 morts dimanche, au lendemain de cette attaque qualifiée d'"ignoble" par le président ukrainien.

"Malheureusement, le bilan des morts dans l'Epitsentr s'est alourdi à 11", a écrit dimanche le gouverneur régional, Oleg Synegoubov, sur Telegram.

Il avait affirmé la veille qu'au moins six personnes avaient été tuées, qu'une quarantaine d'autres personnes avaient été blessés et que 16 manquaient à l'appel, après cette frappe réalisée selon lui à l'aide de deux bombes aériennes guidées.

Des images diffusées sur les réseaux sociaux ukrainiens montrent le bâtiment de l'hypermarché Epitsentr au toit éventré dont s'échappe une énorme colonne de fumée noire, les pompiers arrosant d'eau l'incendie déclenché par les frappes.

Selon les pompiers, l'incendie a brûlé 10.000 mètres carrés mais il est contenu.

Toujours en uniforme, Lioubov, une femme de ménage de l'hypermarché, a raconté comment elle a fui du magasin.

"C'est arrivé brusquement. Au début nous n'avons pas compris, tout est devenu noir et tout a commencé à tomber sur nos têtes", a-t-elle dit. "Heureusement que mon téléphone s'est allumé, grâce à sa torche j'ai trouvé où j'étais, mais devant nous tout brûlait déjà".

La chaîne d'hypermarchés Epitsentr vend de l'électroménager et des produits de bricolage.

"La Russie a porté un nouveau coup brutal à notre ville de Kharkiv -- un hypermarché de construction -- samedi, en plein milieu de la journée", a dénoncé le président Volodymyr Zelensky sur Telegram, condamnant une attaque en plein jour sur une cible "clairement civile".

L'agence étatique russe TASS a cité une source sécuritaire russe qui a affirmé qu'une frappe de missile avait détruit un "entrepôt militaire et un poste de commandement" dans le bâtiment.

"Seuls des fous comme Poutine sont capables de tuer et terroriser les gens de façon aussi ignoble", a fustigé M. Zelensky, s'en prenant au président russe qui a ordonné à ses troupes d'attaquer l'Ukraine en février 2022.

Le président français Emmanuel Macron a jugé "inacceptable" cette frappe russe. "La France partage la peine des Ukrainiens et reste pleinement mobilisée à leurs côtés", a écrit sur X le chef de l'Etat en déplorant les "nombreuses victimes, des enfants, des femmes, des hommes", "des familles".

Défense antiaérienne 

Samedi soir, une nouvelle frappe a touché le centre de Kharkiv, blessant 18 personnes dans une zone où se trouvent un bureau de poste, un salon de coiffure et un café, selon le maire de la ville Igor Terekhov.

Le président ukrainien a une nouvelle fois appelé ses alliés occidentaux à fournir davantage de systèmes de défense antiaérienne à son pays.

"Si l'Ukraine disposait de suffisamment de systèmes de défense antiaérienne et d'avions de combat modernes, de telles frappes russes auraient été impossibles", a-t-il plaidé. "Chaque jour, nous lançons un appel au monde: donnez-nous une défense antiaérienne, sauvez des gens".

La ville de Kharkiv, qui comptait 1,5 million d'habitants avant la guerre et est située près de la frontière russe dans le nord-est de l'Ukraine, est visée régulièrement par les forces de Moscou, qui ont aussi lancé le 10 mai une offensive terrestre dans la région.

Cette offensive leur a permis de s'emparer de plusieurs localités et de forcer Kiev à dépêcher des renforts dans le secteur. L'Ukraine a toutefois assuré vendredi que cet assaut avait été "arrêté".

Les forces russes ont également lancé plusieurs attaques samedi dans la région.

Elles ont bombardé le village de Koupiansk-Vouzlovyi, un noeud ferroviaire de la région de Kharkiv proche de la frontière, blessant cinq personnes, a annoncé le bureau du procureur régional dans un communiqué.

Selon la même source, deux véhicules civils, dont une ambulance, ont été visés par des tirs.

Dans la même région, la Russie a bombardé le district de Koupiansk, endommageant une usine et des bâtiments d'habitation, d'après le bureau du procureur.

Dans l'Est, dans la région de Donetsk, un bombardement a tué samedi une femme de 40 ans et blessé quatre personnes, selon le gouverneur régional Vadim Filachkine.

En Russie, le gouverneur de la région de Belgorod, frontalière de l'Ukraine, a déclaré samedi que deux personnes y avaient été tuées dans un bombardement ukrainien.

"Les forces armées ukrainiennes ont tiré sur le village d'Oktiabrski à l'aide d'un lance-roquettes", a écrit Viatcheslav Gladkov sur Telegram, précisant qu'un "homme et une femme ont été" mortellement "blessés par des éclats d'obus".


Prévention des pandémies: pas d'accord mais des espoirs sont permis

Des personnes brandissent des banderoles sur lesquelles on peut lire "Des vaccins pour tous" et "Non aux brevets" lors d'une manifestation de membres de partis de gauche devant le siège de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) à Buenos Aires, le 14 avril 2021, dans le contexte de la pandémie de coronavirus. (photo Juan Mabromata, AFP)
Des personnes brandissent des banderoles sur lesquelles on peut lire "Des vaccins pour tous" et "Non aux brevets" lors d'une manifestation de membres de partis de gauche devant le siège de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) à Buenos Aires, le 14 avril 2021, dans le contexte de la pandémie de coronavirus. (photo Juan Mabromata, AFP)
Short Url
  • Des espoirs restent permis que le fruit de deux ans de négociations ardues ne soit pas jeté aux oubliettes
  • Optimiste de nature, Tedros Ghebreyesus veut voir dans cette pause une «bonne opportunité de se régénérer» parce que «le monde a toujours besoin d'un traité sur les pandémies et le monde a toujours besoin de se préparer»

GENÈVE : Les négociations pour tenter de trouver un accord sur la prévention et la lutte contre les pandémies se sont achevées vendredi sans consensus, mais des espoirs restent permis que le fruit de deux ans de négociations ardues ne soit pas jeté aux oubliettes.

Marqués par les ravages causés par le Covid-19 – qui a tué des millions de personnes, mis à genoux l'économie mondiale et détruit des systèmes de santé – les 194 pays membres de l'Organisation mondiale de la santé ont tenté de s'entendre sur des engagements contraignants en matière de prévention, de préparation et de réponse à des pandémies afin de ne pas refaire les même erreurs.

Les tractations sont devenues plus intenses à l'approche de la date butoir que les membres s'étaient fixé : l'Assemblée mondiale de la santé 2024, qui début lundi à Genève.

«Ce n'est pas un échec», a lancé le directeur général de l'OMS, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, aux délégués vendredi soir.

Optimiste de nature, il veut voir dans cette pause une «bonne opportunité de se régénérer» parce que «le monde a toujours besoin d'un traité sur les pandémies et le monde a toujours besoin de se préparer».

- «Nous n'en avons pas terminé»-

L'assemblée, qui est l'organe de décision suprême de l'OMS, va devoir faire le point et décider de la suite à donner.

Les pays veulent clairement parvenir à un accord ont expliqué à l'AFP Roland Driece et Precious Matsoso, qui ont présidé ensemble aux négociations.

«Ce n'est pas la fin», martèle Mme  Matsoso, soulignant que ce sont les mêmes ministres qui ont lancé le processus qui vont devoir décidé que faire des progrès réalisés jusqu'à présent.

«Ce sont eux qui vont dire : 'OK, vous n'avez pas fini ça. S'il vous plaît, remettez vous au travail et finalisez» l'accord, a-t-elle expliqué.

Roland Driece veut aussi voir les aspects positifs, même si le projet d'accord «n'est pas un accord, mais c'est un texte alors que nous sommes partis d'une feuille blanche. De rien».

«Ce serait vraiment complètement idiot s'ils ne mettaient pas la touche finale» à un accord, juge le néerlandais.

Les marchandages, discussions et réunions qui finissaient souvent à 3H00 du matin ont permis aux négociateurs de s'entendre sur 17 pages du texte qui en compte 32 au total, a révélé Mme Matsoso.

- Points d'achoppement -

«Il s'agit bien d'une pause. La plupart des Etats membres veulent continuer et consolider les acquis», a confié à l'AFP un diplomate asiatique participant aux négociations, sous couvert d'anonymat.

«Les gens ont besoin de temps pour ajuster leurs positions. La grande question est de savoir ce qu'il faudra pour que le Nord et le Sud convergent. Il faut du temps», a-t-il ajouté.

Les principaux différends tournaient autour des questions d’accès et d’équité : accès aux agents pathogènes détectés dans les pays et aux produits permettant de les combattre comme des vaccins, issus des recherches sur ces microbes.

D’autres points de contention concernaient le financement durable, la surveillance des agents pathogènes, les chaînes d'approvisionnement et la distribution équitable non seulement des tests, des traitements et des vaccins, mais également des moyens de les produire.

«Le mieux est d'avoir un bon texte inclusif. Que ce soit maintenant ou plus tard n'a pas d'importance», a expliqué à l'AFP un négociateur africain, avant d'insister : «Nous voulons poursuivre le processus. Nous voulons vraiment ce texte».

- Engagement ferme -

Après l'annonce de la fin des négociations, de nombreux pays ont souligné leur engagement.

La négociatrice américaine Pamela Hamamoto s'est dite «heureuse que nous ayons le projet de texte qui témoigne du travail que nous avons accompli ensemble».

L'Éthiopie a déclaré que les pays africains «restent fermement engagés». Le Royaume-Uni a souligné de «réels progrès», tandis que l'Union européenne a redit son «entière détermination» à mener les négociations à terme.

Le Bangladesh souhaite toujours obtenir un «résultat positif qui servira l'humanité», tandis que l'Indonésie a déclaré que «nous devrions continuer jusqu'à ce que cela se soit achevé».

Des discussions parallèles ont eu lieu sur la révision du Règlement sanitaire international, adopté pour la première fois en 1969 et mis à jour pour la dernière fois en 2005. Les résultats des négociations sur le RSI seront également présentés lors de l'assemblée de la semaine prochaine.

Le RSI fournit un cadre juridique définissant les droits et obligations des pays dans la gestion des événements et des urgences de santé publique susceptibles d'affecter plusieurs pays.