«Séparatisme islamiste»: premières réactions politiques au discours de Macron

Le président français Emmanuel Macron (à droite) écoute le maire des Mureaux où il est venu dîner avec les jeunes à la Maison des habitants (MDH) des Mureaux. (LudovicMARIN/POOL/AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 02 octobre 2020

«Séparatisme islamiste»: premières réactions politiques au discours de Macron

  • Les politiques français s'expriment sur le discours d'Emmanuel Macron à propos du «séparatisme islamiste»
  • «Emmanuel Macron pose un diagnostic plutôt juste sur les faiblesses de notre république mais réduit ses réponses à l’Islam. Rien sur les quartiers que la république abandonne»

LES MUREAUX: Voici les premières réactions politiques au discours d'Emmanuel Macron vendredi aux Mureaux où il a exhorté au «réveil républicain» face au «séparatisme islamiste»:

- Adrien Quatennens, numéro deux de LFI : «Non seulement la politique de Macron aggrave le terreau qu’il dénonce dans son discours, mais la loi permet déjà de lutter contre les obscurantismes. Plutôt qu’une nouvelle loi et des postures sur la République, donnons-lui les moyens de sa concrétisation réelle.» 

- Eric Ciotti, député LR : «Peu de mesures fortes et courageuses. Toujours la même rengaine de l'excuse sociale et de la repentance. Le refus d’interdire le voile pour les accompagnants en sortie scolaire est une faute. Rien sur l’immigration. Ce texte sera un coup pour rien.» 

- Sandra Regol, secrétaire nationale adjointe d'EELV: «Le «en même temps» c'est dire «je ne cèderai rien à ceux qui cherchent à nous diviser» mais laisser Zemmour bafouer la loi tous les jours à l'antenne et le valoriser en l'appelant à l'occasion. Un autre visage pour le vrai séparatisme.» 

- Stanislas Guerini, délégué général de LREM : «La République doit reprendre toute sa place dans les quartiers, dans les écoles, avec les associations et les élus. Merci à Emmanuel Macron pour son expression forte et loin des caricatures.» 

- Sacha Houlié, député LREM : «Discours identifiant les faiblesses de notre République sans stigmatiser les pratiquants. Dur contre les radicaux et protecteur des modérés. Si dans nos débats, nous restons à la hauteur, alors oui, nous réussirons.» 

- Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la France : «Alors que 27% des musulmans de France considèrent la charia supérieure à la loi républicaine, ce ne sont pas les faibles annonces de Macron qui défendront nos modes de vie et valeurs.» 

- Valérie Boyer, sénatrice LR : «Je dénoncerai toujours le discours victimaire du Président sur notre histoire ou notre responsabilité face à la radicalisation. Mais je veux saluer les mesures contre l'islam radical.» 

- Manon Aubry, députée européenne LFI : «Macron n'a pas parlé de séparatismes et de cohésion républicaine : il n'a parlé que d'Islam, de manière obsessionnelle. Stigmatiser les musulmans, voici son unique solution pour tenter de masquer sa gestion calamiteuse de la crise sanitaire et sociale.»

- Esther Benbassa, sénatrice EELV : «Si on veut faire reculer l'islamisme, il ne suffit pas d'assurer une présence républicaine au bas de chaque tour, mais que la République traite tous ses enfants à égalité et leur garantisse vraiment les mêmes chances pour réussir».

- Stéphane Peu, député PCF : «Emmanuel Macron pose un diagnostic plutôt juste sur les faiblesses de notre république mais réduit ses réponses à l’Islam. Rien sur les quartiers que la république abandonne.»


La manifestation pro palestinienne de samedi entre interdiction, recours et débat politique

Le ministre français de l'Intérieur Gérald Darmanin / AFP
Short Url
  • Les avocats de l'Association des Palestiniens en Ile-de-France ont déposé un recours en référé-liberté auprès du tribunal administratif
  • Gérald Darmanin avait demandé au préfet d'interdire cette marche prévue du métro Barbès à la place de la Bastille

PARIS : Les organisateurs de la manifestation en soutien au peuple palestinien prévue samedi à Paris espèrent vendredi obtenir de la justice l'annulation de son interdiction, requise par le gouvernement et qui suscite un vif débat politique.

Pour contester l'arrêté d'interdiction "injuste et abusif" pris jeudi soir par le préfet de police de Paris, les avocats de l'Association des Palestiniens en Ile-de-France ont déposé un recours en référé-liberté auprès du tribunal administratif, ont-ils indiqué.

Celui-ci devrait l'examiner dans l'après-midi, ont précisé Me Sefen Guez Guez, Me Dominique Cochain et Me Ouadie Elhamamouchi, qui espèrent une décision dans la journée.

"La France est la seule démocratie à interdire une telle manifestation!", souligne Me Guez Guez, en dénonçant une atteinte à la liberté d'expression" totalement "disproportionnée". Il déplore également le caractère "politique" de cette décision "prise à la demande du ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin".

Pour motiver son arrêté d'interdiction, le préfet de police de Paris, Didier Lallement, a pointé "un risque sérieux" de "troubles graves à l'ordre public", ainsi que d'"exactions contre des synagogues et intérêts israéliens". Et mis en avant, comme M. Darmanin, le précédent de 2014, lorsqu'une manifestation pro palestinienne à Paris avait dégénéré en heurts.

"Depuis 2014, il y a eu plein de manifestations de défense de la cause palestinienne qui se sont déroulées sans aucun problème", répond Me Guez Guez. 


Macron réunit depuis Brégançon un sommet virtuel sur le terrorisme en ligne

Le Président français Emmanuel Macron / AFP
Short Url
  • L'« appel de Christchurch » avait été lancé par les deux dirigeants après ce massacre qui avait fait 51 morts dans deux mosquées
  • Selon l'Elysée, cette initiative implique désormais 52 Etats, la Commission européenne, dix grandes entreprises et plateformes de l'internet mondial et plusieurs dizaines d'associations de la société civile

PARIS : Emmanuel Macron passe le week-end au Fort de Brégançon (Var), d'où il réunira vendredi soir en visioconférence les leaders signataires de "l'appel de Christchurch" contre les contenus terroristes et extrémistes en ligne, a indiqué l'Elysée, confirmant des informations de Nice-Matin et Var-Matin.

Avec la Première ministre de Nouvelle-Zélande Jacinda Ardern, il "fera le point sur les avancées réalisées" pour obtenir des plateformes numériques le blocage de ces contenus, deux ans jour pour jour après le massacre de Christchurch (Nouvelle-Zélande).

L'"appel de Christchurch" avait été lancé par les deux dirigeants après ce massacre qui avait fait 51 morts dans deux mosquées. Équipé d'une caméra, le tueur avait filmé ses meurtres en direct, dont les images avaient été partagées sur internet et largement diffusées.

Ce mouvement qui vise à empêcher la diffusion d'images ou de contenus produits par les groupes terroristes lors d'attentats a notamment débouché sur une réforme du Forum mondial d'internet contre le terrorisme (GIFCT), initialement fondé par Facebook, Microsoft, Twitter et YouTube, et désormais devenu un lieu d'échange entre gouvernements et acteurs de l'internet pour bloquer la diffusion de contenus terroristes.

Vendredi dernier, les Etats-Unis ont annoncé se joindre à ce mouvement auquel Donald Trump avait refusé de s'associer.

Selon l'Elysée, cette initiative implique désormais 52 Etats, la Commission européenne, dix grandes entreprises et plateformes de l'internet mondial et plusieurs dizaines d'associations de la société civile.


Hicham Benaissa : «La vision de l’islam en France a changé»

Des gens marchent devant la Grande Mosquée de Paris le 13 avril 2021, quelques heures avant le début du mois sacré musulman du ramadan en France. Thomas SAMSON / AFP
Short Url
  • Hicham Benaissa répond aux questions d’Arab News en français sur les problématiques autour de l’islam et l’immigration en France
  • Il faut comparer le moment où l’islam «fait problème» avec le moment où il ne le fait pas, où sa présence n’est pas du tout perçue comme relevant d’un défi posé à la France laïque

PARIS : Hicham Benaissa est sociologue praticien, consultant-chercheur au Groupe Sociétés, Religions, Laïcités (GSRL), rattaché au CNRS qui intervient auprès d’entreprises, collectivités, ministères et organismes internationaux sur toutes les questions liées à la compréhension et à la gestion des phénomènes religieux contemporains. Il répond aux questions d’Arab News en français sur les problématiques autour de l’islam et l’immigration en France.

hicham
Hicham Benaissa est sociologue praticien, consultant-chercheur au Groupe Sociétés, Religions, Laïcités (GSRL), rattaché au CNRS. Photo fournie

Comment l’islam est-il devenu un problème dans le débat public en France?

Pour le comprendre, il faut comparer le moment où l’islam «fait problème» avec le moment où il ne le fait pas, où sa présence n’est pas du tout perçue comme relevant d’un défi posé à la France laïque. Nous vivons, depuis le début des années 2000, avec l’apparition régulière dans les débats publics de polémiques autour de l’expression religieuse de certain(e)s musulman(e)s en France.

Il y en a eu vraiment beaucoup, et la dernière en date concerne une candidate LREM se présentant aux élections départementales de juin 2021 coiffée d’un foulard sur une affiche de campagne. Un membre du Rassemblement national, parti d’extrême droite, s’en est indigné, et le délégué général de la République en Marche s’est empressé de désavouer cette candidate. Qu’un membre du parti majoritaire soit si attentif aux remarques d’un membre du parti d’extrême droite est en soi tout un symbole qui explique, peut-être de la meilleure manière qui soit, la situation politique générale dans laquelle nous sommes aujourd’hui en France.

Cette polémique est toute récente, mais sur les vingt dernières années, je pourrais facilement vous en lister des dizaines (le voile à l’université, le halal dans les cantines, les accompagnatrices scolaires avec un foulard, la gestion du ramadan au travail…). À chaque fois, tout se passe comme si nous étions face à un phénomène tout à fait nouveau. Or, la présence visible des musulman(e)s en France, dans tous les espaces de le vie sociale, y compris dans le monde du travail, n’est pas du tout nouvelle.