La pandémie de Covid-19 «est loin d'être terminée», selon le patron de l'OMS

Le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, portant un masque de protection, assiste à une conférence de presse le 20 décembre 2021 au siège de l'OMS à Genève.(AFP)
Le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, portant un masque de protection, assiste à une conférence de presse le 20 décembre 2021 au siège de l'OMS à Genève.(AFP)
Short Url
Publié le Mardi 18 janvier 2022

La pandémie de Covid-19 «est loin d'être terminée», selon le patron de l'OMS

  • « Omicron continue de déferler sur la planète. Ne vous méprenez pas, Omicron provoque des hospitalisations et des décès, et même les cas les moins graves submergent les établissements de santé », a déclaré Tedros Adhanom Ghebreyesus
  • Le 11 janvier, l'Agence européenne des médicaments (EMA) avait estimé que bien que la maladie soit toujours en phase de pandémie, la propagation du variant Omicron allait transformer le Covid-19 en une maladie endémique

GENÈVE : La pandémie de Covid-19 "est loin d'être terminée", a averti mardi le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), mettant en garde contre l'idée que le variant Omicron est bénin.

"Omicron continue de déferler sur la planète. (...) Ne vous méprenez pas, Omicron provoque des hospitalisations et des décès, et même les cas les moins graves submergent les établissements de santé", a déclaré Tedros Adhanom Ghebreyesus en conférence de presse à Genève (Suisse).

"Cette pandémie est loin d'être terminée et compte tenu de l'incroyable croissance d'Omicron dans le monde, il est probable que de nouveaux variants vont apparaître", a-t-il ajouté.

Le 11 janvier, l'Agence européenne des médicaments (EMA) avait estimé que bien que la maladie soit toujours en phase de pandémie, la propagation du variant Omicron allait transformer le Covid-19 en une maladie endémique avec laquelle l'humanité peut apprendre à vivre.

"Avec l'augmentation de l'immunité dans la population - et avec Omicron, il y aura beaucoup d'immunité naturelle en plus de la vaccination -, nous avancerons rapidement vers un scénario qui sera plus proche de l'endémicité", avait déclaré Marco Cavaleri, chef de la stratégie vaccinale de l'EMA, basée à Amsterdam.

En Suisse, le ministre de la Santé Alain Berset a également estimé la semaine dernière que le variant Omicron pourrait être "le début de la fin" de la pandémie.

Mais le patron de l'OMS se montre bien plus prudent, et a souligné une fois de plus que le variant Omicron n'est pas bénin.

"Dans certains pays, les cas de Covid semblent avoir atteint un pic, ce qui laisse espérer que le pire de cette dernière vague est passé, mais aucun pays n'est encore sorti d'affaire", a-t-il dit mardi aux médias.

Il s'est montré particulièrement préoccupé par le fait que de nombreux pays ont de faibles taux de vaccination contre le Covid: "Les gens sont plus à risque de souffrir de formes graves de la maladie ou de mourir s'ils ne sont pas vaccinés".

"Omicron est peut-être moins grave en moyenne, mais le récit selon lequel il s'agit d'une maladie bénigne est trompeur (et) nuit à la réponse globale et coûte plus de vies", a estimé le Dr Tedros.


Variole du singe: Plus de 200 cas confirmés dans le monde

La maladie, cousine moins dangereuse de la variole éradiquée depuis une quarantaine d'année, est endémique dans 11 pays d'Afrique de l'Ouest et en Afrique centrale (Photo, AFP).
La maladie, cousine moins dangereuse de la variole éradiquée depuis une quarantaine d'année, est endémique dans 11 pays d'Afrique de l'Ouest et en Afrique centrale (Photo, AFP).
Short Url
  • L'Europe concentre l'essentiel des cas avec 191 cas, dont 118 dans les pays de l'UE
  • Le Canada, les Etats-Unis, l'Australie, Israël et les Emirats Arabes Unis sont les six pays non européens avec des cas considérés comme confirmés

STOCKHOLM: Le nombre de cas confirmés de variole du singe dans le monde a atteint 219 mercredi hors des pays où la maladie est endémique, selon un bilan diffusé par l'agence de l'Union européenne chargée des maladies.

Au total, 19 pays où la maladie est inhabituelle, la plupart en Europe, ont rapporté au moins un cas confirmé, indique le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) dans une note épidémiologique diffusée mercredi soir.

"La plupart des cas sont des jeunes hommes, s'identifiant eux-mêmes comme des hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes. Il n'y a eu aucun décès", précise l'agence européenne basée à Stockholm.

Hors des 11 pays d'Afrique où cette maladie rare est endémique, trois pays concentrent actuellement l'essentiel des cas confirmés: le Royaume-Uni, premier pays où des cas inhabituels ont été repérés début mai (71 cas), l'Espagne (51) et le Portugal (37), selon l'ECDC.

L'Europe concentre l'essentiel des cas avec 191 cas, dont 118 dans les pays de l'UE. Le Canada (15), les Etats-Unis (9), l'Australie (2), Israël (1) et les Emirats Arabes Unis (1) sont les six pays non européens avec des cas considérés comme confirmés.

Les cas suspects ne sont pas comptabilisés dans le bilan.

Le nombre total de cas recensés mercredi par l'ECDC a pratiquement quintuplé depuis son premier pointage du 20 mai, où l'agence dénombrait 38 cas.

Lundi, dans sa première évaluation des risques, l'ECDC avait toutefois considéré que la probabilité de contagion dans la population en général était "très faible" mais qu'elle était en revanche "élevée" chez les personnes ayant plusieurs partenaires sexuels.

Le même jour, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a confirmé une situation "atypique" mais jugé possible de "stopper" cette transmission de la maladie entre humains.

La maladie, cousine moins dangereuse de la variole éradiquée depuis une quarantaine d'année, est endémique dans 11 pays d'Afrique de l'Ouest et en Afrique centrale. 

Elle se traduit d'abord par une forte fièvre et évolue rapidement en éruption cutanée, avec la formation de croûtes.


Afghanistan: au moins 12 morts dans quatre attentats à la bombe

A Kaboul, un attentat à la bombe a visé dans la soirée une mosquée, tuant au moins deux personnes et en blessant dix autres. (AP)
A Kaboul, un attentat à la bombe a visé dans la soirée une mosquée, tuant au moins deux personnes et en blessant dix autres. (AP)
Short Url
  • Au moins dix personnes sont mortes et une quinzaine d'autres ont été blessées, selon la police et les service de santé
  • Le ministère a déclaré que la bombe avait été placée à l'intérieur d'un ventilateur dans la mosquée

KABOUL: Au moins douze personnes ont été tuées mercredi en Afghanistan dans quatre attentats à la bombe, contre trois minibus à Mazar-i-Sharif (Nord) et contre une mosquée dans la capitale Kaboul, selon les autorités.  

Le nombre d'attentats a diminué dans le pays depuis que les talibans ont pris le pouvoir en août, mais une série d'attaques meurtrières à la bombe, dans lesquelles des dizaines de personnes ont trouvé la mort, a frappé le pays fin avril, pendant le mois saint du ramadan. 

A Mazar-i-Sharif, la grande ville du nord, « les bombes ont été placées à bord de trois minibus dans différents quartiers de la ville », a déclaré le porte-parole de la police provinciale de Balkh, Asif Waziri.  

Au moins dix personnes sont mortes et une quinzaine d'autres ont été blessées, selon la police et les service de santé. 

Selon Najibullah Tawana, responsable du service de santé de Balkh, trois femmes figurent parmi les dix tués dans les explosions des minibus. 

A Kaboul, un autre attentat à la bombe a visé dans la soirée une mosquée, tuant au moins deux personnes et en blessant dix autres, a indiqué le ministère de l'Intérieur. 

L'hôpital d'urgence de Kaboul a de son côté tweeté un bilan de cinq tués et de 22 blessés dans l'explosion à la mosquée. 

Bombe dans un ventilateur 

Des témoins ont vu plusieurs ambulances rouler à toute vitesse vers les lieux de l'explosion. 

Le ministère a déclaré que la bombe avait été placée à l'intérieur d'un ventilateur dans la mosquée. 

Aucun groupe n'a pour l'instant revendiqué ces quatre attentats à la bombe, et il n'était pas possible pour l'instant de savoir s'ils visaient une communauté spécifique. 

Certaines des attaques meurtrières qui ont frappé le pays fin avril ont été revendiquées par le groupe jihadiste Etat islamique (EI), et ont visé en particulier la minorité chiite hazara, considérée comme hérétique par l'EI. 

Le 28 avril, déjà à Mazar-i-Sharif, des attentats à la bombe, revendiqués par l'EI, contre deux minibus transportant des passagers chiites, avaient fait neuf morts. 

Le 21 avril, une mosquée chiite de cette ville avait aussi été la cible d'une bombe. Au moins 12 personnes avaient été tuées et 58 blessées, et là encore l'EI avait revendiqué l'attaque. 

Le lendemain, au moins 36 personnes, dont des enfants, avaient trouvé la mort à Kunduz (nord-est) dans un autre attentat à la bombe contre une mosquée sunnite, fréquentée par des soufis, pendant la prière du vendredi . 

A Kaboul, dix personnes avaient été tuées le 29 avril lors d'une explosion dans une mosquée sunnite, après la prière du vendredi. 

Les talibans tentent de minimiser la menace de l'Etat islamique-Khorasan (EI-K), la branche régionale de l'EI, et mènent une lutte sans pitié contre le groupe, qu'ils combattent depuis des années. 

Ils ont multiplié les raids, notamment dans la province orientale de Nangarhar, et arrêté des centaines d'hommes accusés d'en faire partie. 

Ils assurent depuis quelques mois avoir vaincu l'EI-K, mais les analystes estiment que le groupe extrémiste constitue toujours le principal défi sécuritaire pour le nouveau pouvoir afghan. 

 


Trump parlera à la grand-messe au Texas d'un lobby pro-armes, malgré la fusillade

L'ancien président Donald Trump a assuré mercredi qu'il parlerait bien vendredi devant l'assemblée annuelle du puissant lobby pro-armes NRA au Texas. (Photo, AFP)
L'ancien président Donald Trump a assuré mercredi qu'il parlerait bien vendredi devant l'assemblée annuelle du puissant lobby pro-armes NRA au Texas. (Photo, AFP)
Short Url
  • «L'Amérique a besoin de vraies solutions et de vrai leadership en cette période, pas de politiciens et de considérations partisanes», a jugé Trump
  • L'ancien président s'affiche ainsi en opposition nette et délibérée à son successeur Joe Biden qui, «écœuré et fatigué» par ces fusillades à répétition

WASHINGTON: L'ancien président Donald Trump a assuré mercredi qu'il parlerait bien vendredi devant l'assemblée annuelle du puissant lobby pro-armes NRA au Texas, et ce malgré l'effroyable fusillade dans une école primaire de cet Etat américain. 

« L'Amérique a besoin de vraies solutions et de vrai leadership en cette période, pas de politiciens et de considérations partisanes », a jugé le milliardaire républicain sur son réseau social, Truth Social. 

« Et c'est pourquoi je respecterai mon engagement de longue date de m'exprimer à la convention de la NRA au Texas », a-t-il fait savoir, promettant « un discours important au peuple américain ». 

L'ancien président s'affiche ainsi en opposition nette et délibérée à son successeur Joe Biden qui, « écœuré et fatigué » par ces fusillades à répétition, a lancé mardi soir: « Quand, pour l'amour de Dieu, allons-nous affronter le lobby des armes? » 

Aux Etats-Unis, les fusillades sont un fléau récurrent que les gouvernements successifs ont jusqu'à présent été impuissants à endiguer, incapables d'adopter la moindre loi nationale ambitieuse sur la question, notamment en raison du pouvoir de ces lobbys pro-armes.