Pierre Bourdieu, la grande figure de la sociologie française

Le sociologue Pierre Bourdieu s'adresse au public du forum organisé par une FNAC parisienne, quelques semaines après la sortie de son ouvrage «La domination masculine».  (Pierre Verdy/AFP)
Le sociologue Pierre Bourdieu s'adresse au public du forum organisé par une FNAC parisienne, quelques semaines après la sortie de son ouvrage «La domination masculine». (Pierre Verdy/AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 21 janvier 2022

Pierre Bourdieu, la grande figure de la sociologie française

  • Pierre Bourdieu, né le 1er août 1930 à Denguin, près de Pau, est resté toute sa vie du côté de ceux qu'il appelait «les dominés»
  • Il crée en 1975 et dirige jusqu'à sa mort le 23 janvier 2002 la revue Actes de la recherche en sciences sociales

 

PARIS : Pierre Bourdieu, né dans un modeste village du sud-ouest de la France, a gravi tous les échelons pour s'imposer comme la grande figure de la sociologie au XXe siècle, et un intellectuel influent à la fin de sa vie.

Il avait acquis la renommée avec «Les Héritiers» (1964, éditions de Minuit), en collaboration avec Jean-Claude Passeron, qui dénonçait l'illusion du système éducatif français d'une égalité des chances.

Au terme d'un parcours scientifique très riche dans lequel il se méfiait de tout dogmatisme, il était entré dans l'arène du débat intellectuel dans les années 1990.

L'un des moments marquants de sa vie est l'engagement aux côtés des grévistes de décembre 1995 contre un projet de réforme de la sécurité sociale du président français Jacques Chirac.

Dans un discours, prononcé devant des cheminots à Paris, il dénonçait «la destruction d'une civilisation associée à l'existence du service public, celle de l'égalité républicaine des droits, droits à l'éducation, à la santé, à la culture, à la recherche, à l'art et, par-dessus tout, au travail».

- Vocation trouvée en Algérie -

Pierre Bourdieu, né le 1er août 1930 à Denguin, près de Pau, est resté toute sa vie du côté de ceux qu'il appelait «les dominés».

Fils d'un facteur-receveur des Postes, il connaîtra une ascension qui rappelle d'autres trajectoires brillantes, comme celle de Charles Péguy ou Albert Camus.

S'il est doué pour l'école, à mesure qu'il avance dans ses études vers les temples de l'élite intellectuelle, il ressent durement le décalage avec ses camarades issus de milieux aisés. Il abandonne résolument, par exemple, son accent béarnais.

Ce produit de l'École normale supérieure est d'abord agrégé de philosophie. Il enseignera au lycée de Moulins (centre), puis comme assistant à la Faculté des lettres d'Alger où il découvrira sa vocation de sociologue, à la fin des années 1950.

«Sociologie de l'Algérie» (1958), «Travail et travailleurs en Algérie» (1963), «Le Déracinement» (1964) en témoignent.

Devenu universitaire en France, à Paris et plus brièvement à Lille (nord), il s'intéresse à la formation des élites culturelles et à la fabrique des inégalités sociales, d'où «Les Héritiers», et plus tard «La Reproduction» (1970), «La Distinction» (1979), «Questions de sociologie» (1980) ou encore «Ce que parler veut dire» (1982).

- Critique du néo-libéralisme -

Sa carrière se fait essentiellement à l'École pratique des hautes études (EPHE), rebaptisée École des hautes études en sciences sociales (Ehess). Poursuivie au Centre national de la recherche scientifique (CNRS), qui lui attribue sa médaille d'or en 1993, elle s'achèvera au Collège de France où il apprécie sa liberté de ton.

Il crée en 1975 et dirige jusqu'à sa mort le 23 janvier 2002 la revue Actes de la recherche en sciences sociales.

«Il sera resté profondément un intellectuel de service public, qui évitait la proximité avec le pouvoir», témoigne Jean-Louis Fabiani qui a longtemps travaillé avec lui.

Politiquement, il se sentait proche d'un Michel Rocard, Premier ministre entre 1988 et 1991 du socialiste François Mitterrand, mais a refusé d'être assimilé à quelque parti que ce soit. Il avait aussi soutenu en 1980 la candidature éphémère de l'humoriste et comédien Coluche à la présidentielle en France.

Il était en effet très critique des dysfonctionnements de ce qu'il appelait le «champ politique» et de son indispensable compagnon, le «champ médiatique», gagnés selon lui par des préoccupations d'efficacité économique et un néo-libéralisme ravageur pour les classes populaires.

Sa postérité scientifique le place aujourd'hui aux côtés de figures tutélaires de la discipline, le Français Émile Durkheim, l'Allemand Max Weber ou l'Américano-Canadien Erving Goffman.


Cannes: Ruben Östlund remporte une deuxième Palme d'Or pour «Sans filtre»

Le réalisateur suédois Ruben Ostlund (C) pose sur scène avec son trophée après avoir remporté la Palme d'Or pour le film "Triangle of Sadness" lors de la cérémonie de clôture de la 75e édition du Festival de Cannes à Cannes, dans le sud de la France, le 28 mai 2022. (AFP)
Le réalisateur suédois Ruben Ostlund (C) pose sur scène avec son trophée après avoir remporté la Palme d'Or pour le film "Triangle of Sadness" lors de la cérémonie de clôture de la 75e édition du Festival de Cannes à Cannes, dans le sud de la France, le 28 mai 2022. (AFP)
Short Url
  • La comédie «Sans filtre», satire acide des ultra-riches et des rapports de classe dans les sociétés occidentales
  • Le Grand Prix, deuxième distinction la plus prestigieuse, a été remise ex-aequo à la Française Claire Denis pour «Stars at noon» et au Belge Lukas Dhont, le benjamin de la compétition, pour «Close»

CANNES: Cinq ans après "The Square", le Suédois Ruben Östlund a raflé samedi une deuxième Palme d'or au 75e Festival de Cannes avec "Sans filtre", satire jouissive des super-riches et du luxe, sans conteste le film le plus divertissant de la compétition.


Euphorique sur la scène du Grand théâtre Lumière, le Suédois à l'humour grinçant rejoint, à 48 ans, le club très fermé des doubles palmés, parmi lesquels les frères Dardenne et Ken Loach.


"Tout le jury a été extrêmement choqué par ce film", a annoncé Vincent Lindon, le président du jury.


"Lorsque nous avons commencé ce film, nous n'avions qu'un but: essayer de faire un film qui intéresse le public et qui le fasse réfléchir avec provocation", a déclaré le Suédois, en recevant son prix.


Qui aura la Palme ? Le Festival de Cannes rend son verdict samedi

L'acteur français François Cluzet pose lors d'un photocall pour le film "Mascarade" lors de la 75e édition du Festival de Cannes à Cannes, dans le sud de la France, le 28 mai 2022. (AFP)
L'acteur français François Cluzet pose lors d'un photocall pour le film "Mascarade" lors de la 75e édition du Festival de Cannes à Cannes, dans le sud de la France, le 28 mai 2022. (AFP)
Short Url
  • Après avoir visionné les 21 films en compétition, le jury s'est retiré dans le plus grand secret, pour choisir qui recevra une Palme plus chic que jamais: incrustée de 100 diamants pour cette 75e édition
  • Avant d'entrer dans le dur, «Les bonnes étoiles» du Japonais Kore-eda, un film sur une mère abandonnant son bébé, en lice pour la Palme d'or, a remporté le prix du jury oecuménique

CANNES: Après la claque de "Titane", les jeux sont ouverts pour la Palme d'Or décernée samedi soir, entre un jeune réalisateur qui interroge la masculinité ("Close"), un thriller sud-coréen ou le film des frères Dardenne qui pourrait obtenir un triplé inédit. 


Après avoir visionné les 21 films en compétition, le jury s'est retiré dans le plus grand secret, pour choisir qui recevra une Palme plus chic que jamais: incrustée de 100 diamants pour cette 75e édition.


Avant d'entrer dans le dur, "Les bonnes étoiles" du Japonais Kore-eda, un film sur une mère abandonnant son bébé, en lice pour la Palme d'or, a remporté le prix du jury oecuménique.


Autre film de la compétition d'ores et déjà récompensé: "Boy from heaven" de Tarik Saleh, plongée dans les arcanes politico-religieuses en Egypte, s'est vu décerner le prix François Chalais, qui récompense un film qui traduit "au mieux la réalité du monde".


Mais ce n'est qu'à 20H30 (18H30 GMT) que débutera la cérémonie que tous attendent, retransmise sur France 2 et la chaîne en ligne Brut. 


Le président du jury, le Français Vincent Lindon, tâchera de ne pas se prendre les pieds dans le tapis comme son prédécesseur Spike Lee qui, en 2021, révélait par mégarde la Palme d'or au début de la cérémonie.


A ses côtés, figurent notamment l'actrice et réalisatrice Rebecca Hall ("Vicky Cristina Barcelona"), la révélation de "Millenium" Noomi Rapace, les réalisateurs Asghar Farhadi (Grand prix 2021 avec "Un héros"), Ladj Ly ("Les misérables", prix du jury 2019) et Joachim Trier ("Julie en 12 chapitres").

Jeune talent 
Les jeux restent ouverts pour succéder à Julia Ducournau, la trentenaire qui a secoué la Croisette et dépoussiéré la compétition l'an dernier avec "Titane".


Les chances de voir une troisième réalisatrice couronnée dans l'histoire du Festival semblent minces: l'Américaine Kelly Reichardt n'a pas transporté son public avec "Showing Up", pas plus que la Française Claire Denis ("Stars at Noon"). Et la marche semble un peu haute pour les jeunes talents Charlotte Vandermeersch et Léonor Serraille.


Un couronnement de Lukas Dhont, Belge de 31 ans à la carrière météorique, enverrait un signal supplémentaire de rajeunissement pour la 75e édition du plus important festival de cinéma, qui souhaite ne pas perdre le lien avec les nouveaux publics.


Son film "Close", déchirant, l'a emporté à l'applaudimètre en projection officielle (12 minutes de vivats). Il dresse le portrait d'un garçon meurtri par une amitié perdue, abordant avec délicatesse la question de la masculinité et du poids des normes. Et révèle un talent, le jeune Eden Dambrine, 15 ans.


Mais il n'est pas seul sur les rangs: le jury pourrait suivre la majorité des critiques internationaux interrogés par le magazine Screen, et distinguer Park Chan-wook, qui rapporterait ainsi une deuxième Palme d'or à la Corée du Sud, trois ans après "Parasite" de Bong Joon-ho.


"Decision to Leave", son thriller sur un inspecteur qui tombe amoureux d'une suspecte, qui rappelle "Basic Instinct".


Faire rêver 
Sont également cités les frères Dardenne pour "Tori et Lokita", qui pourrait leur valoir une troisième Palme d'or, du jamais vu dans l'histoire de Cannes.


Autres favoris: l'Américain James Gray, très autobiographique dans "Armageddon Time" ou bien "La Femme de Tchaïkovski" du Russe Kirill Serebrennikov, sur l'épouse du compositeur, longtemps restée dans l'ombre.


Le couronnement de cet artiste russe, en rupture avec le régime, serait un évènement en soi en pleine guerre en Ukraine, au terme d'un Festival qui a mis un point d'honneur à offrir une large place à ce pays: dès la cérémonie d'ouverture, le président Zelensky a convoqué, en direct de Kiev, l'esprit de Chaplin et promis la défaite de Poutine.


Les surprises sont toujours possibles, voire incontournables, au terme d'un festival qui espère aider les cinémas à attirer à nouveau les foules en salles, comme avant la Covid.


Pour faire rêver le public, la 75e édition du Festival a dégainé cette année, hors compétition, la méga-star Tom Cruise, venue présenter le nouveau "Top Gun", ou encore la nouvelle coqueluche d'Hollywood, Austin Butler, dans le rôle d'Elvis pour le biopic-évènement du "King".


Le Misk Art Institute saoudien célèbre les œuvres de Fahad Hajailan et d'Amina Agueznay

Fahad Hajailan était connu pour son incarnation de la femme dans la plupart de ses œuvres, ainsi que pour son art abstrait, ses formes géométriques et ses espaces colorés. (Fourni)
Fahad Hajailan était connu pour son incarnation de la femme dans la plupart de ses œuvres, ainsi que pour son art abstrait, ses formes géométriques et ses espaces colorés. (Fourni)
Amina Agueznay
Amina Agueznay
Fahad Hajailan
Fahad Hajailan
Short Url
  • L'institut Misk a invité Agueznay à tenir sa première exposition à Riyad, où les visiteurs ont pu apprécier les formes distinctes créées à partir de la laine et d'autres éléments

RIYAD : Le Misk Art Institute a célébré le lancement de ses cinquième et sixième série des livres Art Library, mettant en avant le travail de l'artiste saoudien décédé Fahad Hajailan et de l'artiste marocaine Amina Agueznay.

L'ouvrage présente une sélection de leurs œuvres influentes et séminales, ainsi que des articles de critiques d'art et de conservateurs locaux et internationaux.

Le lancement a été accompagné de deux expositions d'œuvres d'artistes abordées dans les livres de l'Art Library.

Le livre « Poetry in Color » de Hajailan présente un ensemble de peintures qui incarnent son style figuratif et abstrait et son utilisation poétique de la couleur.

L'art d'Amina Agueznay combine les techniques de construction modernes et le tissage traditionnel et fait tomber les barrières entre art et artisanat.

Il était connu pour son incarnation de la femme et de l'art abstrait, ses formes géométriques et ses espaces colorés.

L'institut Misk a invité Agueznay à tenir sa première exposition à Riyad, où les visiteurs ont pu apprécier les formes distinctes créées à partir de la laine et d'autres éléments.

L'art d'Amina Agueznay combine les techniques de construction modernes et le tissage traditionnel et fait tomber les barrières entre art et artisanat.
L'art d'Amina Agueznay combine les techniques de construction modernes et le tissage traditionnel et fait tomber les barrières entre art et artisanat.

Agueznay est une artiste, une créatrice de bijoux et une architecte basée à Casablanca. 

« Je suis dans l'art depuis mon enfance puisque ma mère a également été une artiste », a-t-elle déclaré à Arab News. « J'ai travaillé comme architecte aux États-Unis, et je suis revenue au Maroc pour concevoir des bijoux et collaborer avec d'autres artistes pour fabriquer des bijoux. J'ai aimé la synergie et l'échange que j'ai appris d'eux. De même, ils apprennent de moi. »