Un soldat français tué au Mali en pleine montée des tensions entre Paris et Bamako

Un soldat malien et un soldat français se tiennent de part et d'autre du mât du camp Barkhane avant la cérémonie de remise de la base militaire de Barkhane à l'armée malienne à Tombouctou, le 14 décembre 2021.(AFP)
Un soldat malien et un soldat français se tiennent de part et d'autre du mât du camp Barkhane avant la cérémonie de remise de la base militaire de Barkhane à l'armée malienne à Tombouctou, le 14 décembre 2021.(AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 23 janvier 2022

Un soldat français tué au Mali en pleine montée des tensions entre Paris et Bamako

  • Le président Emmanuel Macron, chef des armées, a fait part de sa « très vive émotion » en annonçant dimanche le décès du brigadier Alexandre Martin, du 54ème régiment d'artillerie de Hyères
  • Il s'agit du 53e militaire français tué au combat au Sahel depuis 2013 et du premier en 2022

PARIS : Un soldat français a été tué lors d'une attaque au mortier samedi contre le camp de Gao, dans le nord du Mali, dans un contexte d'extrême tension entre Paris et Bamako sur fond de déploiement de mercenaires russes dans ce pays du Sahel.

Le président Emmanuel Macron, chef des armées, a fait part de sa "très vive émotion" en annonçant dimanche le décès du brigadier Alexandre Martin, du 54ème régiment d'artillerie de Hyères (sud de la France).

Il s'agit du 53e militaire français tué au combat au Sahel depuis 2013 et du premier en 2022. Trois l'avaient été l'an dernier, un quatrième soldat étant mort accidentellement.

La force antijihadiste française Barkhane s'étend sur cinq pays du Sahel. De l'ordre de 5.000 hommes à l'été 2021, elle devrait être ramenée à entre 3.500 et 4.000 soldats l'été prochain dans le cadre d'une réorganisation de ses missions.

Le camp de Gao a été la cible samedi peu avant 17H00, heure de Paris (16H00 GMT), de "plusieurs tirs" d'obus de mortiers, partis d'une position située à "cinq à six kilomètres au nord-est", a indiqué le porte-parole de l'état-major des Armées, le colonel Pascal Ianni, à l'AFP.

Le brigadier Martin, grièvement blessé, a "été pris en charge immédiatement par l'antenne chirurgicale sur place mais a succombé à ses blessures", a-t-il précisé.

Neuf autres soldats français ont été "légèrement blessés" mais "leur état n'inspire aucune inquiétude", a précisé l'état-major des Armées dans un communiqué.

« Neutralisation »

L'armée française a "engagé immédiatement des hélicoptères de recherche et d'attaque pour intercepter et neutraliser les assaillants", a poursuivi le colonel Ianni. Un ou plusieurs assaillants ont été tués, a-t-il laissé entendre, sans plus de détails. 

Dans l'immédiat, l'attaque n'a pas pu être attribuée. Elle est survenue dans une zone fréquentée par les jihadistes du GSIM (ou JNIM, nébuleuse jihadiste affiliée à Al-Qaïda).

La ministre des Armées, Florence Parly, "s'incline avec un profond respect devant la mémoire du brigadier Martin, mort pour la France", a annoncé le ministère dans un communiqué.

Le chef d’état-major des Armées, le général Thierry Burkhard, a salué aussi sa mémoire. "Ses pensées accompagnent sa famille et ses frères d’armes, en particulier ceux blessés au cours de cette opération, et tous leurs proches", a déclaré l'état-major.

Alexandre Martin, âgé de 24 ans, était engagé depuis septembre 2015 dans l'armée de Terre. Après des missions en Guyane, en Martinique et à Djibouti, il participait depuis le 19 octobre à l'opération Barkhane. Il était "en concubinage et sans enfant", a précisé l'armée de Terre dans un communiqué.

Quatre soldats français ont déjà été blessés mardi au Burkina Faso lors de l'explosion d'un engin explosif improvisé (IED) au passage de leur véhicule. 

La mort du brigadier intervient alors que les relations exécrables entre la junte au pouvoir à Bamako et Paris posent la question du maintien d'une présence française et européenne au Mali, même si l'option d'un retrait est peu évidente, entre campagne présidentielle et présidence française de l'Union européenne.

« Pousuivre la lutte »

Le président Macron "confirme la détermination de la France à poursuivre la lutte contre le terrorisme dans la région, aux côtés de ses partenaires", a d'ailleurs souligné l'Elysée.

Ces dernières semaines, les putschistes ont franchi l'une après l'autre les lignes rouges fixées par les pays voisins et les partenaires étrangers du Mali: refus d'organiser des élections à brève échéance en vue de rendre le pouvoir aux civils, et recours au sulfureux groupe paramilitaire russe Wagner, réputé proche du Kremlin, selon les Occidentaux, ce que dément la junte.

Après avoir averti qu'une arrivée de mercenaires russes serait "incompatible" avec le maintien d'une présence française, la France se dit prête à poursuivre la lutte antijihadiste dans ce pays, mais pas à "n'importe quel prix".

L'Union européenne, qui assure des missions de formation au Mali, et les Européens engagés au côté de la France dans la force Takuba sont aussi sur cette ligne. 

"Moscou ne parviendra pas, par l'envoi de mercenaires, à inciter l'Occident à se retirer quasi automatiquement partout où la Russie ne veut pas nous voir", a déclaré samedi la ministre allemande de la Défense, Christine Lambrecht.

Les Européens agitent par ailleurs la menace de nouvelles sanctions contre la junte, dans la foulée de celles décrétées par la Cédéao le 9 janvier.

A moins de trois mois du premier tour de la présidentielle française, les candidats se sont emparés du sujet. "Il faut revoir le périmètre de notre action" au Mali, a lancé la candidate du Rassemblement national, Marine Le Pen. "Une victime de plus dans notre combat contre le jihad", a renchéri son rival d'extrême-droite Eric Zemmour.

"Nous ne sommes plus compris, notre présence n'est pas bien vue. Donc il faut en sortir et de manière progressive", a lancé de son côté le communiste Fabien Roussel.

 


Femmes: Le Conseil de sécurité de l'ONU demande aux talibans d' «inverser rapidement» leur politique restrictive

Des femmes portant une burqa et un niqab marchent dans une rue de Kaboul le 7 mai 2022 (Photo, AFP).
Des femmes portant une burqa et un niqab marchent dans une rue de Kaboul le 7 mai 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • Selon des diplomates, la négociation de la déclaration s'est révélée ardue avec la Chine et la Russie
  • Le Conseil de sécurité réclame au pouvoir taliban de rouvrir les écoles pour toutes les élèves

NATIONS UNIES, États-Unis: Le Conseil de sécurité de l'ONU a appelé mardi les talibans "à inverser rapidement les politiques et pratiques qui restreignent actuellement les droits humains et les libertés fondamentales des femmes et des filles afghanes" dans une déclaration adoptée à l'unanimité.

Dans ce texte rédigé par la Norvège et négocié depuis près de deux semaines, les 15 membres du Conseil se déclarent "profondément préoccupés par l'érosion croissante du respect des droits humains et des libertés fondamentales des femmes et des filles en Afghanistan par les talibans".

Ils citent à cet égard "l'imposition de restrictions qui limitent l'accès à l'éducation, à l'emploi, à la liberté de mouvement et à la participation pleine, égale et significative des femmes à la vie publique".

En particulier, le Conseil de sécurité réclame au pouvoir taliban de rouvrir les écoles pour toutes les élèves sans plus tarder et exprime sa "profonde préoccupation" face à l'obligation faite aux femmes de se couvrir le visage dans les espaces publics et dans les émissions des médias.

Selon des diplomates, la négociation de la déclaration s'est révélée ardue avec la Chine et la Russie qui ne voulaient pas d'un texte focalisé sur les droits humains. En conséquence, ce dernier comprend plusieurs paragraphes exprimant aussi une "profonde préoccupation" face à "la situation instable" en Afghanistan, dans les domaines humanitaires, politiques, économiques, sociaux et sécuritaires.

La déclaration cite notamment le trafic de drogue et la poursuite d'attaques terroristes visant des civils, ainsi que la nécessité de restaurer les systèmes financiers et bancaires du pays.

A la mi-mars, le Conseil de sécurité de l'ONU avait approuvé une résolution renouvelant pour un an la mission politique de l'Organisation en Afghanistan en tablant sur une approche plus modérée des talibans, en fonctions depuis la mi-août, par rapport à leur précédent exercice du pouvoir, entre 1996 et 2001.

Ces derniers mois, les talibans ont cependant imposé une série de restrictions à la société civile, dont une grande partie vise à soumettre les femmes à leur conception intégriste de l'islam.


Un Irakien lié à l'EI a cherché à assassiner George W. Bush

L'ancien président américain George W. Bush s'exprimant lors d'une commémoration du 11 septembre au Flight 93 National Memorial à Shanksville, Pennsylvanie, le 11 septembre 2021 (Photo, AFP).
L'ancien président américain George W. Bush s'exprimant lors d'une commémoration du 11 septembre au Flight 93 National Memorial à Shanksville, Pennsylvanie, le 11 septembre 2021 (Photo, AFP).
Short Url
  • Il précise que l'homme avait fait des repérages
  • Selon le FBI, le suspect s'est rendu début février devant l'ancien domicile de George W. Bush à Dallas

WASHINGTON: Un Irakien lié au groupe Etat Islamique a été arrêté et inculpé mardi aux Etats-Unis, soupçonné d'avoir préparé une tentative d'assassinat contre l'ancien président américain George W. Bush, ont annoncé les autorités.

Shihab Ahmed Shihab, 52 ans, est accusé d'avoir "aidé et soutenu un complot visant à tuer l'ancien président des Etats-Unis George W. Bush", a indiqué dans un communiqué un procureur fédéral de l'Ohio.

Il précise que l'homme avait fait des repérages, prévu de faire venir toute une équipe du Moyen-Orient et réfléchi à acquérir armes et uniformes de police factices afin de tuer le président, à l'origine de l'invasion de l'Irak en 2003.

Arrivé légalement en 2020 aux Etats-Unis avec un visa de tourisme, M. Shihab a vécu entre Colombus, dans l'Ohio (nord) et Indianapolis, avant de demander l'asile. Il a tenté d'aider un homme, qu'il pensait être irakien, à immigrer aux Etats-Unis en échange d'argent.

"En octobre et décembre 2021, M. Shihab a accepté des dizaines de milliers de dollars pour le supposé passage. En réalité, l'individu était fictif et les échanges étaient coordonnés sous la direction du FBI", la police fédérale américaine, précise le procureur.

Dans un document rendu public mardi, celle-ci indique que deux sources anonymes, qui ont discuté à plusieurs reprises avec le suspect, ont permis de mettre à jour cette affaire.

Les hommes qu'il voulait faire venir aux Etats-Unis n'étaient "pas propres", a-t-il dit à la source du FBI, selon ce document. M. Shihab se dit également cousin de l'ancien leader de l'EI, Abou Bakr al-Baghdadi.

«Al-Raed»

Deux hommes, anciens des services secrets irakiens, devaient mener l'opération, aidés d'autres hommes membre de l'EI et d'un groupe nommé "Al-Raed", a indiqué Shihab Ahmed Shihab à la taupe du FBI.

Le groupe "Al-Raed", dont se dit membre le suspect, est basé au Qatar et semble être derrière cette cellule.

L'un des six ou sept membres de l'équipe prévue "était le secrétaire d'un ministre des Finances de l'EI" et aurait permis de financer l'opération, estimée à trois millions de dollars.

Ces hommes devaient arriver et repartir illégalement des Etats-Unis par la frontière avec le Mexique.

Toujours selon le FBI, le suspect s'est rendu début février devant l'ancien domicile de George W. Bush à Dallas, au Texas, pour prendre des images. Début mars, la taupe du FBI a présenté des armes et uniformes de police au suspect, qui a pris des photos.

Shihab Ahmed Shihab a dit devant cette taupe avoir "aidé la résistance en tuant de nombreux Américains en Irak entre 2003 et 2006", la "résistance" étant comprise par le FBI comme Al-Qaïda en Irak ou le groupe Etat islamique.

La cellule "souhaitait tuer l'ancien président Bush car ils estimaient qu'il était responsable de la mort de nombreux Irakiens et de l'effondrement de l'ensemble de l'Irak" à la suite de son intervention militaire lancée en 2003, note le document.

A la suite de son arrestation mardi matin par une cellule antiterroriste du FBI, il a comparu une première fois devant un tribunal fédéral.


Est de RDC: combats au nord de Goma près du Rwanda, le M23 soupçonné

Des unités des Forces armées de la République démocratique du Congo et de la police se tiennent à l'aérodrome de Kiwanja quelques jours après des affrontements avec les rebelles du M23 à Rutshuru, à 70 kilomètres de la ville de Goma, dans l'est de la République démocratique du Congo, le 3 avril 2022 (Photo, AFP).
Des unités des Forces armées de la République démocratique du Congo et de la police se tiennent à l'aérodrome de Kiwanja quelques jours après des affrontements avec les rebelles du M23 à Rutshuru, à 70 kilomètres de la ville de Goma, dans l'est de la République démocratique du Congo, le 3 avril 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • Le M23 est une ancienne rébellion tutsi vaincue en 2013 par les forces armées de RDC
  • Lundi, le Rwanda avait affirmé que plusieurs civils avaient été blessés par des tirs congolais

GOMA, RD Congo: Des combats ont éclaté mardi à une vingtaine de km au nord de Goma, chef-lieu de la province troublée du Nord-Kivu, dans l'est de la République démocratique du Congo, au lendemain d'accusations rwandaises contre l'armée congolaise, a-t-on appris de sources locales.

Certaines de ces sources affirment que des rebelles du M23 ("Mouvement du 23 mars"), en conflit avec l'armée dans cette province frontalière du Rwanda et de l'Ouganda, ont attaqué une position militaire. D'autres accusent "des Rwandais" d'avoir participé aux combats.

Selon des témoignages d'habitants, des tirs d'armes lourdes ont été entendus à partir de 03H00 (01H00 GMT) dans le groupement de Buhumba et ses environs en territoire de Nyiragongo, dans la zone du massif des Virunga autour du mont Mikeno, région connue pour ses gorilles de montagne. Le calme semblait revenu en fin de journée.

"Une position des FARDC (armée congolaise) a été attaquée", les villageois se sont enfuis, certains allant vers Goma, d'autres vers le Rwanda, a déclaré à l'AFP Olivier Nzabonimpa, président de la société civile du groupement Buhumba. Selon lui, plusieurs villages "se sont vidés de leurs habitants".

Boniface Kagumyo, bourgmestre de la commune de Kibumba, une des localités touchées, a accusé les rebelles du M23 d'être à l'origine de l'attaque dans cette zone de Buhumba où, selon lui, les militaires n'étaient pas déployés en grand nombre.

"Ce sont des Rwandais qui ont attaqué les FARDC (...) Il y a deux blessés parmi les civils", a de son côté déclaré Augustin Mirere, chef de la localité de Rubiranga, également ciblée.

"C'est calme pour l'instant, nous attendons de voir comment se passera la nuit", a déclaré en fin d'après-midi à l'AFP sous couvert d'anonymat un haut responsable militaire congolais, affirmant avoir "saisi des tenues de l'armée rwandaise et récupéré des armes". 

"Nous avons repoussé l'attaque de l'ennemi, ils ont fui vers la frontière, nous les avons pourchassés", a affirmé cet officier. "Nous avons compté 22 corps de leur côté et avons perdu 9 militaires", a-t-il ajouté. 

«Déposer les armes»

Lundi, le Rwanda avait affirmé que plusieurs civils avaient été blessés par des tirs congolais de roquettes en territoire rwandais à la frontière avec la RDC, et appelé à une "enquête urgente" sur cet incident.

La veille, les Nations unies avaient accusé le M23 d'avoir "délibérément" attaqué des Casques bleus dans le territoire congolais voisin de Rutshuru.

"Notre mission reste prête à utiliser tous les (moyens) nécessaires dans le cadre de son mandat pour soutenir les efforts congolais visant à neutraliser les groupes armés et protéger les civils", a déclaré Stéphane Dujarric, porte-parole de l'ONU dans son point presse de mardi.

Dans un communiqué daté de lundi, le président de la Commission de l'Union africaine Moussa Faki Mahamat a appelé "les rebelles du M23 à déposer définitivement leurs armes, à cesser toute hostilité et à s'inscrire dans l'esprit du processus de Nairobi pour une résolution des crises à l’Est de la RDC".

Des consultations ont été menées en avril dans la capitale kényane entre le gouvernement congolais et des groupes rebelles, nouvelle initiative lancée pour tenter de mettre fin à plus d'un quart de siècle de violence. Une branche du M23, accusée par Kinshasa d'avoir relancé les hostilités au moment des discussions, en avait été exclue.

Le M23 est une ancienne rébellion tutsi vaincue en 2013 par les forces armées de RDC et réapparue en fin d'année dernière, qui reproche aux autorités de Kinshasa de ne pas avoir respecté des engagements sur la démobilisation de ses combattants.

Les relations entre Kinshasa et Kigali sont tendues depuis le génocide au Rwanda en 1994 avec l'arrivée massive en RDC de Hutu rwandais accusés d'avoir massacré des Tutsi durant le génocide. Depuis, le Rwanda a été régulièrement accusé par Kinshasa d'incursions au Congo et de soutien à des groupes armés dans l'est du pays.