Deux ans de Covid à l'université: le big-bang du distanciel et des inégalités accrues

D'après une étude de 2021 menée par le Consortium canadien de recherche sur les étudiants auprès de 13.000 d'entre eux, "environ les deux-tiers ont déclaré être satisfaits de l'instruction reçue en ligne". Ici, un professeur dans le campus de la faculté de Droit de la Western University
D'après une étude de 2021 menée par le Consortium canadien de recherche sur les étudiants auprès de 13.000 d'entre eux, "environ les deux-tiers ont déclaré être satisfaits de l'instruction reçue en ligne". Ici, un professeur dans le campus de la faculté de Droit de la Western University
Short Url
Publié le Lundi 24 janvier 2022

Deux ans de Covid à l'université: le big-bang du distanciel et des inégalités accrues

  • "De manière générale, les universités qui avaient des étudiants internationaux ont été très impactées par la digitalisation", résume Mathias Bouckaert
  • Au Kenya, l'accès à internet ou à des ordinateurs reste un problème majeur. "Nous sommes très mal équipés", explique Masibo Lumala, maître de conférences à l'université Moi

PARIS: La pandémie de Covid-19 a bouleversé depuis deux ans les universités dans le monde, les forçant à accroître leur recours au numérique, mais avec des situations différenciées entre régions et des inégalités accrues entre étudiants.


"Le gros changement observé durant la pandémie, c'est clairement la fermeture généralisée des campus au niveau international et une transition vers l'enseignement à distance, avec une grande hétérogénéité dans les réponses apportées et les niveaux de préparation", a expliqué à l'AFP Mathias Bouckaert, analyste à l'OCDE et spécialiste des questions universitaires.


"Dans certains pays, l'enseignement en ligne était déjà pratiqué, comme au Canada où les hivers rigoureux rendent parfois les déplacements impossibles. Dans d'autres pays comme la Turquie, où les lois imposaient un niveau important d'enseignement en présentiel, ces pratiques étaient beaucoup moins familières", poursuit-il.


La Covid-19, qui a entraîné la fermeture des universités en mars 2020 dans la plupart des pays, avec un recours à l'enseignement à distance puis souvent à des formes hybrides (présentiel et distanciel), a eu "un impact varié selon les régions et le niveau de revenu", avec des pays d'Europe et d'Amérique du Nord "mieux à même de faire face aux perturbations", souligne également un rapport de l'Unesco publié début 2021. 


C'est le cas aux Etats-Unis, où l'inscription d'étudiants dans des programmes à distance avait déjà augmenté de 29% entre 2012 et 2018. Selon des statistiques nationales, 16% des étudiants y étudiaient exclusivement en ligne fin 2018.


Dans ce pays, où la plupart des universités ont fermé de mars 2020 à août 2021, la pandémie a cependant affecté le nombre d'étudiants - 17 millions d’inscrits cette année, un million de moins qu'en 2019 -, et surtout celui d'étudiants internationaux, dont les effectifs ont baissé de 17% entre 2019 et 2021, selon le centre de recherches National Student Clearinghouse. 

« Où sont les installations? »

"De manière générale, les universités qui avaient des étudiants internationaux ont été très impactées par la digitalisation", résume Mathias Bouckaert, citant par exemple le Royaume-Uni, les Etats-Unis ou l'Australie.


Au Canada, où les étudiants étrangers peuvent représenter jusqu'à 30% du total, les restrictions liées à la pandémie ont aussi compliqué l'accès aux universités. 


Dans ce pays, avec l'apparition d'Omicron depuis janvier au Québec et en Ontario, toutes les universités - qui proposaient pour la plupart un enseignement hybride - ont de nouveau dû fermer complètement pour quelques semaines.


Mais l'enseignement en ligne semble y avoir plutôt bien fonctionné. D'après une étude de 2021 menée par le Consortium canadien de recherche sur les étudiants auprès de 13.000 d'entre eux, "environ les deux-tiers ont déclaré être satisfaits de l'instruction reçue en ligne".


C'est nettement moins le cas dans d'autres régions du monde, comme en Afrique. 


Au Kenya, l'accès à internet ou à des ordinateurs reste un problème majeur. "Nous sommes très mal équipés", explique Masibo Lumala, maître de conférences à l'université Moi (ouest). "Nous avons les compétences pour enseigner en ligne, la plupart d'entre nous ayant suivi des formations, mais où sont les installations?".


Phylis Maina, étudiante en chirurgie dentaire à l'université de Nairobi, regrette, elle aussi, la mauvaise qualité des connexions internet. Elle déplore également que "les interactions sociales entre les professeurs et les étudiants (...) aient disparu".


« Inégalités exacerbées »

Car la pandémie n'a pas seulement bouleversé les apprentissages pour les jeunes: elle les a aussi privés de la vie étudiante, avec des répercussions psychologiques importantes pour certains, et un accroissement des inégalités.


"Mes parents n’ont dit que la fac, c'était des années où on faisait des rencontres pour la vie, je ne ressens pas ça", résume à l'AFP Emil Kunz, 22 ans, étudiant en agronomie à Berlin.


En Allemagne, où la plupart des universités sont encore largement en distanciel, pour les jeunes restés chez leurs parents, "l'école est finie, mais la vie d'adulte ne peut pas commencer", explique Klaus Hurrelmann, chercheur en éducation à la Hertie School de Berlin, pour qui "la pandémie façonnera probablement cette cohorte d'étudiants pour la vie".


"De manière générale, il y a eu un impact sur la santé mentale. L'isolement et les confinements ont été compliqués", souligne Mathias Bouckaert. La pandémie a aussi "exacerbé les inégalités déjà en place", ajoute-t-il, "les étudiants les moins favorisés s'étant retrouvés encore plus en difficulté", notamment ceux avec des enfants à charge ou sans ordinateur.


En France, les étudiants, qui ont fait leur retour dans les facs en septembre, ont aussi été durement éprouvés. "Il y a eu une forte demande pour revenir en présentiel", indique Raphaëlle Laignoux, vice-présidente chargée de la vie étudiante à l'université Paris I Sorbonne. 


Dans cette université, où ont été mises en place en 2020 des aides alimentaires ou des aides à la connexion pour les étudiants, sous forme de prêt d'ordinateurs notamment, "la plupart de nos étudiants sont maintenant équipés", poursuit-elle. "C’est plus sur les conditions sociales - dans quel lieu se trouve-t-on, comment se nourrit-on - que des inégalités persistent".


Le suspect de la tuerie du 4-Juillet inculpé de sept meurtres

Un policier surveille la zone de la fusillade du 4 juillet à Highland Park (Photo, AFP).
Un policier surveille la zone de la fusillade du 4 juillet à Highland Park (Photo, AFP).
Short Url
  • Robert Crimo, 21 ans, pourrait avoir à répondre de «dizaines d'autres chefs d'inculpation»
  • La vice-présidente américaine Kamala Harris s'est rendue sur place mardi soir

HIGHLAND PARK, États-unis: Le jeune homme accusé d'avoir ouvert le feu lors des célébrations de la fête nationale américaine à Highland Park, près de Chicago, a été inculpé de sept meurtres et pourrait passer le reste de sa vie en prison, ont annoncé les autorités mardi.

Robert Crimo, 21 ans, pourrait avoir à répondre de "dizaines d'autres chefs d'inculpation centrés sur chacune des victimes", qui seront détaillés plus tard, a déclaré Eric Rinehart, procureur général du comté de Lake.

S'il était reconnu coupable, il pourrait être condamné à la prison à vie sans possibilité de libération conditionnelle, a-t-il précisé.

Préparée "pendant des semaines", son attaque a été menée avec un "fusil puissant similaire à un AR-15" pour tirer vraisemblablement au hasard sur la foule qui assistait au défilé du 4-Juillet du haut du toit d'un commerce, avait affirmé Christopher Covelli, un responsable de la police.

Robert Crimo s'était "habillé en femme" pour cacher son identité et pourrait avoir porté une perruque de cheveux longs pour cacher ses tatouages au visage, avait-il poursuivi, ajoutant qu'il avait ensuite abandonné son arme et s'était fondu dans la masse des gens qui fuyaient.

L'homme, surnommé Bobby, a tiré plus de 70 fois, faisant sept morts et au moins 35 blessés, selon un bilan de la police mardi.

La vice-présidente américaine Kamala Harris s'est rendue sur place mardi soir.

Mémorial de fortune 

Parmi les personnes décédées figure un couple, Irina et Kevin McCarthy, dont le fils âgé de deux ans, Aiden, avait été mis en sécurité par des habitants.

Mardi, la rue principale de cette banlieue cossue de Chicago restait figée dans les premiers instants de la fusillade, avec des objets abandonnés çà et là dans le chaos de lundi : poussette, tricycle ou chaises pliantes.

Devant une église, des cœurs bleus ont été montés sur des petits poteaux blancs. En leur milieu est inscrit le nom des victimes de la fusillade. Les habitants de la ville sont venus à tour de rôle mardi soir écrire un mot sur les cœurs qui seront ensuite remis aux familles des disparus.

"Nous sommes tous dévastés", résume devant ce mémorial de fortune Susanna Calkins, une habitante. Elle se dit plongée dans "l'incrédulité, mais aussi la résignation : ces choses-là surviennent encore et encore. Et cette fois-ci, c'est ici, ce sont les nôtres."

Le Dr David Baum, un médecin ayant participé aux opérations de secours sur les lieux du drame, a témoigné sur CNN de l'horreur de l'attaque, évoquant des victimes "explosées" ou "éviscérées" par les balles.

Originaire de Highwood, une petite ville voisine, le tireur a été identifié grâce aux vidéos de surveillance et au traçage de l'arme qu'il avait achetée légalement, a indiqué M. Covelli.

Selon le policier, le jeune homme avait fait une tentative de suicide en avril 2019 et avait été suivi par un médecin.

En septembre 2019, des agents étaient intervenus au domicile familial après un signalement prévenant qu'il "allait tuer tout le monde".

La police avait alors saisi seize couteaux, une dague et une épée. Il n'avait pas été arrêté car personne n'avait porté plainte, a souligné M. Cavelli.

Des images archivées sur le compte Twitter du suspect le montrent notamment avec un drapeau de soutien à l'ex-président républicain Donald Trump sur le dos.

«Tristesse»

La maire de Highland Park, Nancy Rotering, a indiqué sur NBC qu'elle avait connu le jeune homme quand il était enfant, chez les scouts.

"Et on se demande : qu'est-ce qui s'est passé ? Comment quelqu'un peut-il devenir si furieux, si haineux, pour s'en prendre à des gens innocents qui passaient juste une journée dehors en famille ?", a-t-elle dit.

L'édile a évoqué "la tristesse et le choc incroyables" qui ont frappé la ville.

Le pays est encore sous le choc d'une série de fusillades dont l'une a fait 21 morts, dont 19 enfants, le 24 mai au Texas.

Le président Joe Biden a ordonné mardi la mise en berne des drapeaux sur les bâtiments publics. Il a récemment obtenu un relatif succès politique en faisant voter au Congrès une loi visant à mieux réguler la vente d'armes, dont près de 400 millions sont en circulation aux États-Unis.

Selon le site Gun Violence Archive, qui inclut les suicides dans ses données, plus de 22.400 personnes ont été tuées par arme à feu depuis le début de l'année.


L'Italien Draghi évoque l'importance des droits de l'homme auprès d'Erdogan

Le Premier ministre italien Mario Draghi (Photo, AFP).
Le Premier ministre italien Mario Draghi (Photo, AFP).
Short Url
  • Ils ont annoncé la signature de neuf accords pour renforcer la coopération commerciale et militaire entre leurs pays
  • Le président turc a précisé qu'il espérait «intensifier les négociations» sur les céréales avec la Russie et l'Ukraine

ANKARA: Le Premier ministre italien Mario Draghi a déclaré mardi avoir évoqué l'importance des droits de l'homme au cours d'une rencontre à Ankara avec le président turc Recep Tayyip Erdogan.

M. Draghi a emmené une large délégation de son gouvernement dans la capitale turque, un an après avoir qualifié M. Erdogan de "dictateur" et s'être ensuite fait infliger une vive rebuffade par le chef de l'État turc.

Leur querelle a éclaté dans la continuité d'une discorde diplomatique sur la disposition des sièges au moment de la rencontre de M. Erdogan avec la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen.

Depuis cet incident, les deux hommes ont eu de brefs entretiens en marge des sommets internationaux de Rome et de Bruxelles. Leur rencontre mardi à Ankara a néanmoins été la première à avoir eu un caractère officiel depuis leur dispute.

Le président turc a personnellement accueilli M. Draghi au cours d'une grande cérémonie au palais présidentiel, au cours de laquelle les deux hommes ont échangé de nombreux sourires, sans jamais évoquer directement leur querelle passée.

Ils ont annoncé la signature de neuf accords pour renforcer la coopération commerciale et militaire entre leurs pays.

"Au cours de notre conversation, nous avons aussi discuté de l'importance du respect des droits de l'homme", a déclaré Mario Draghi, qui a par ailleurs encouragé le "président Erdogan à rejoindre la Convention d'Istanbul contre les violences faites aux femmes (dont s'est retirée la Turquie l'an passé, après d'intenses pressions des membres les plus conservateurs de la coalition au pouvoir, ndlr)".

M. Erdogan n'a pas répondu aux commentaires de son interlocuteur, mais a dit espérer que l'Italie ferait montre d'un soutien "plus fort" à la Turquie pour son adhésion à l'Union européenne.

L'inquiétude de la communauté internationale concernant les droits de l'homme en Turquie n'a eu de cesse de croître depuis la tentative avortée de coup d'État en 2016, qui a entraîné des purges radicales, avec des dizaines de milliers de personnes emprisonnées ou limogées.

Sur le volet ukrainien, les deux dirigeants ont réaffirmé leur soutien à un règlement diplomatique et à la reprise du transport des céréales à travers la mer Noire.

Le président turc a précisé qu'il espérait "intensifier les négociations" sur les céréales avec la Russie et l'Ukraine, dans les prochains jours.


L'Ouzbékistan affirme avoir été victime de tirs de roquettes d'Afghanistan

Un garde-frontière taliban se tient près des frontières entre l’Afghanistan et l’Ouzbékistan (Photo, AFP).
Un garde-frontière taliban se tient près des frontières entre l’Afghanistan et l’Ouzbékistan (Photo, AFP).
Short Url
  • «Aucune explosion ne s'est produite lorsque les roquettes sont tombées, il n'y a eu aucune victime humaine»
  • Le gouvernement ouzbek a établi des liens avec les autorités talibanes à Kaboul

TACHKENT, Ouzbékistan: Les autorités ouzbèkes ont affirmé mardi que des roquettes tirées depuis l'Afghanistan avaient touché son territoire, sans exploser ni faire de victimes.

"Le 5 juillet 2022 vers 16h20 (...) la chute de cinq roquettes, vraisemblablement lancées depuis le territoire afghan, a été constatée" près de la frontière, a indiqué le ministère des Affaires étrangères ouzbek dans un communiqué.

"Aucune explosion ne s'est produite lorsque les roquettes sont tombées, il n'y a eu aucune victime humaine et aucune destruction. Des dégâts mineurs ont été causés à quatre maisons privées" dans la ville frontalière de Termez, a précisé le ministère.

Les autorités ont ajouté "mettre en œuvre les mesures nécessaires pour établir les causes de cet incident" en "collaboration avec la partie afghane".

En avril, la branche afghane du groupe Etat islamique avait assuré avoir mené une attaque aux roquettes contre l’Ouzbékistan, ce que les autorités ouzbèkes avaient démenti.

L’Ouzbékistan, pays le plus peuplé d'Asie centrale avec ses 35 millions d'habitants, partage plus de 140 kilomètres de frontières terrestres avec l'Afghanistan.

Le gouvernement ouzbek a établi des liens avec les autorités talibanes à Kaboul sans pour autant les reconnaître formellement.