L’ambassade du Royaume-Uni et Lakum Artspace célèbrent les artistes saoudiennes à Riyad

Anna Walters, vice-ambassadrice du Royaume-Uni avec les artistes et le personnel de Lakum Artspace. (Ambassade britannique)
Anna Walters, vice-ambassadrice du Royaume-Uni avec les artistes et le personnel de Lakum Artspace. (Ambassade britannique)
L’ambassade du Royaume-Uni et Lakum Artspace célèbrent les œuvres d’artistes saoudiennes, à l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes. (Photo AN de Rachid Hassan)
L’ambassade du Royaume-Uni et Lakum Artspace célèbrent les œuvres d’artistes saoudiennes, à l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes. (Photo AN de Rachid Hassan)
L’ambassade du Royaume-Uni et Lakum Artspace célèbrent les œuvres d’artistes saoudiennes, à l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes. (Photo AN de Rachid Hassan)
L’ambassade du Royaume-Uni et Lakum Artspace célèbrent les œuvres d’artistes saoudiennes, à l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes. (Photo AN de Rachid Hassan)
L’ambassade du Royaume-Uni et Lakum Artspace célèbrent les œuvres d’artistes saoudiennes, à l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes. (Photo AN de Rachid Hassan)
L’ambassade du Royaume-Uni et Lakum Artspace célèbrent les œuvres d’artistes saoudiennes, à l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes. (Photo AN de Rachid Hassan)
Short Url
Publié le Mardi 08 mars 2022

L’ambassade du Royaume-Uni et Lakum Artspace célèbrent les artistes saoudiennes à Riyad

  • «La Journée internationale des droits des femmes du 8 mars est l’occasion pour nous de célébrer les réalisations des femmes en Arabie saoudite et dans le monde», déclare Anna Walters
  • Le 8 mars de chaque année marque la Journée internationale des droits des femmes et commémore les réalisations culturelles, politiques et socio-économiques des femmes

RIYAD: Pour célébrer la Journée internationale des droits des femmes, l’ambassade du Royaume-Uni à Riyad a organisé, en collaboration avec Lakum Artspace, une exposition présentant les œuvres de vingt artistes saoudiennes de Riyad, Djeddah, Al-Khobar, Jazan et Abha. 

Lakum Artspace – un centre local d’art contemporain saoudien – a accueilli l’exposition, qui fait partie du projet de l’ambassade britannique dans le cadre de la célébration de la Journée internationale des droits des femmes et du soutien aux artistes saoudiennes en début de carrière. 

L’exposition, qui se poursuivra jusqu’au 10 mars, sera ouverte au public à partir d’aujourd’hui. 

En plus de présenter leur travail, les artistes pourront renforcer, au cours de ces trois jours, leurs compétences en communication et en élaboration de portfolio pour lancer leurs futures carrières et leurs profils publics, déclare Dana Z Qabbani, directrice générale de Lakum Artspace, dans un entretien accordé à Arab News

1
Anna Walters, vice-ambassadrice britannique, s’adressant à une artiste. (Ambassade du Royaume-Uni) 

Les œuvres, placées sous le thème «Impressions du Royaume-Uni», sont exposées au Lakum Artspace à Riyad. 

Inaugurant l’exposition lors d’une avant-première V.I.P. lundi soir, Anna Walters, vice-ambassadrice britannique, déclare: «La Journée internationale des droits des femmes du 8 mars est l’occasion pour nous de célébrer les réalisations des femmes en Arabie saoudite et dans le monde. Nous savons que beaucoup de femmes étudient l’art, mais peu ont la chance de pouvoir exposer leurs œuvres.» 

«En collaboration avec Lakum Artspace, nous sommes ravis d’offrir à ces femmes talentueuses, venues de différentes régions d’Arabie saoudite, une plate-forme pour exposer, accroître la visibilité de leur travail et développer davantage leurs compétences en tant qu’artistes féminines. Soutenir l’autonomisation et le leadership des femmes, favoriser l’inclusion et développer les industries créatives sont toutes des priorités que le Royaume-Uni partage avec les objectifs de l’initiative saoudienne Vision 2030», poursuit-elle. 

 

1
La vice-ambassadrice du Royaume-Uni, Anna Walters, s’adresse aux artistes lors de l’exposition. (Photo AN de Rachid Hassan) 

S’exprimant lors de l’événement, Neama al-Sudairi, fondatrice de Lakum Artspace, affirme: «L’espace Lakum Artspace a été créé pour favoriser les collaborations et donner aux jeunes Saoudiennes – en particulier les artistes – la confiance nécessaire pour présenter leur travail même à un stade précoce. Nous soutenons tout aussi bien les artistes établies que les jeunes artistes et nous veillons à ce que leurs voix se fassent entendre au sein de la communauté. Nous espérons que cette collaboration sera la première d’une longue série.» 

«Lakum Artspace est fier de collaborer avec l’ambassade du Royaume-Uni en Arabie saoudite pour soutenir les femmes à l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes.» 

Asma Alibrahim, l’une des artistes participant à l’exposition, souligne: «Je suis particulièrement attirée par les galeries et les expositions d’art. C’est pour cela que j’ai décidé de participer à cet événement.»  

Mariam al-Jumaa, une autre artiste, déclare: «Depuis que je suis petite, je suis une grande admiratrice de la reine Élisabeth. C’est une personnalité exceptionnelle et elle est le symbole du Royaume-Uni à mes yeux. Mon œuvre qui parle de la reine s’inspire de son style, de ses couleurs et du drapeau du pays.» 

1
La vice-ambassadrice du Royaume-Uni, Anna Walters, s’adresse aux artistes lors de l’exposition. (Photo AN de Rachid Hassan) 

Issue d’un mouvement de lutte ouvrière, la Journée internationale des droits des femmes est devenue un événement annuel reconnu par l’Organisation des nations unies (ONU) et célébrant les progrès des femmes dans la société, la politique et l’économie. 

Le projet est né en 1908, lorsque quinze mille femmes ont manifesté à New York pour exiger une réduction du temps de travail, de meilleurs salaires et le droit de vote. 

La Journée internationale des droits des femmes a été célébrée pour la première fois en 1911, en Autriche, au Danemark, en Allemagne et en Suisse. 

Ce n’est qu’en 1975 que l’ONU officialise cette journée. 

Le 8 mars de chaque année marque la Journée internationale des droits des femmes et commémore les réalisations culturelles, politiques et socio-économiques des femmes. 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 


Le tournage de la version saoudienne de l’émission internationale «Idol» devrait bientôt commencer

L’émission saoudienne «Idol» tentera de découvrir des talents locaux, principalement à Riyad, avec un jury de quatre membres composé de la chanteuse saoudienne Aseel Abu Bakr, de la chanteuse et actrice émiratie Ahlam, de la chanteuse populaire arabe Asala (syrienne) et du chanteur et compositeur irako-saoudien Majed al-Mohandis. (Twitter/@AlArabiya_KSA)
L’émission saoudienne «Idol» tentera de découvrir des talents locaux, principalement à Riyad, avec un jury de quatre membres composé de la chanteuse saoudienne Aseel Abu Bakr, de la chanteuse et actrice émiratie Ahlam, de la chanteuse populaire arabe Asala (syrienne) et du chanteur et compositeur irako-saoudien Majed al-Mohandis. (Twitter/@AlArabiya_KSA)
Short Url
  • L’émission du groupe MBC, «Trending», qui fait la lumière sur l’actualité des artistes, a annoncé le début des préparatifs pour l’émission de talents saoudienne dont le tournage devrait commencer le mois prochain
  • Sur Twitter, le groupe MBC lance un appel à candidatures: «Vous avez une belle voix et aimeriez chanter? Vous aimez la compétition et la célébrité? Participez au plus grand concours de chant. N’attendez plus, inscrivez-vous dès aujourd’hui»

RIYAD: Une version saoudienne de l’émission internationale «Idol» a été dévoilée samedi, dans le cadre d’un partenariat entre la General Entertainment Authority (GEA) du Royaume et le groupe MBC.

Le président de la GEA, Turki al-Sheikh, écrit sur twitter que ladite autorité et le groupe MBC ont établi un partenariat pour lancer la première saison de la version saoudienne de l’émission «Idol», qui débutera en décembre.

Le tournage devrait débuter en octobre et l’émission «Idol» tentera de découvrir des talents locaux, principalement à Riyad, avec un jury de quatre membres composé de la chanteuse saoudienne Aseel Abu Bakr, de la chanteuse et actrice émiratie Ahlam, de la chanteuse populaire arabe Asala (syrienne) et du chanteur et compositeur irako-saoudien Majed al-Mohandis.

«Je suis heureux de faire part d’un nouveau partenariat entre la GEA et le groupe MBC pour lancer Idol. L’émission commence en décembre 2022», tweete M. Al-Sheikh.

L’émission du groupe MBC, «Trending», qui fait la lumière sur l’actualité des artistes, a annoncé le début des préparatifs pour l’émission de talents saoudienne dont le tournage devrait commencer le mois prochain.

Sur Twitter, le groupe MBC lance un appel à candidatures: «Vous avez une belle voix et aimeriez chanter? Vous aimez la compétition et la célébrité? Participez au plus grand concours de chant. N’attendez plus, inscrivez-vous dès aujourd’hui.»

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

Le succès retentissant d'Iraq Idol
Par Rami Abou Diab -
Spécial
MBC inaugure son nouveau siège à Riyad
Par Lama Alhamawi -

A Chypre, des cultivateurs de caroube récoltent toujours leur «or noir»

Les caroubes, considérées comme une des principales ressources de l'île au début du XXe siècle, sont des gousses remplies de graines noires (Photo, AFP).
Les caroubes, considérées comme une des principales ressources de l'île au début du XXe siècle, sont des gousses remplies de graines noires (Photo, AFP).
Short Url
  • Dans le village côtier voisin de Zygi, plusieurs cultivateurs livrent des sacs de gousses de caroube à une minoterie
  • Des usines à l'abandon ou réaménagées viennent rappeler la gloire passée de cette industrie dans ce village réputé autrefois pour sa production de caroube

ASGATA, Chypre: Du haut de ses 79 ans, Christos Charalambous n'hésite pas à grimper sur des caroubiers, des arbres fruitiers méditérranéens, pour en récolter les fruits, de longues gousses appelées "or noir" qui ont fait la richesse de l'île de Chypre dans le passé.

Les caroubes, considérées comme une des principales ressources de l'île au début du XXe siècle, sont des gousses remplies de graines noires. Utilisées pour la fabrication de pellicules photo ou de gélules, elles peuvent également rentrer dans la composition de sirop, d'agent sucrant ou alimentation animale.

Le fruit du caroubier peut également servir de substitut au cacao et ses grains sont utilisés dans l'industrie almimentaire.

Après trois semaines de travail avec son petit-fils, M. Charalambous a déjà récolté trois tonnes de caroube. Mais avec l'urbanisation croissante et l'exode rural à Chypre, les caroubiers ont été délaissés et la production a chuté.

"C'est un fruit dont toutes les parties peuvent être utilisées", explique M. Charalambous, qui cultive ses caroubiers dans le village d'Asgata situé dans le sud de Chypre.

Pour son petit-fils, Teophanis Christou, 20 ans, il s'agit d'une agriculture "difficile". "Mais c'est un travail qui peut garder la famille soudée", ajoute-t-il.

«Or noir»

Dans le village côtier voisin de Zygi, plusieurs cultivateurs livrent des sacs de gousses de caroube à une minoterie.

Des usines à l'abandon ou réaménagées viennent rappeler la gloire passée de cette industrie dans ce village réputé autrefois pour sa production de caroube.

"La caroube était considérée comme l'or noir de Chypre car beaucoup de fermiers la cultivaient", explique Stavros Glafkou Charalambous, qui représente une coopérative de commerçants de ce produit.

La coopérative, qui dirige la minoterie de Zygi, travaille avec 1.500 à 2.000 petits producteurs, dont la majeure partie cultive la caroube pour s'assurer "un revenu supplémentaire".

George Pattichis, un cultivateur de caroubiers de 75 ans, se rend à la minoterie de Zygi depuis plus de 50 ans. "Je fais partie des dernières générations -- mes enfants travaillent dans d'autres secteurs", confie-t-il.

«Changement climatique»

En 2019, les producteurs vendaient la caroube à 35 centimes d'euro le kilo et ce fruit représentait moins de 1,5% de la production agricole de Chypre, selon le ministère de l'Agriculture.

Mais la demande mondiale pour les graines de caroube, utilisées dans l'industrie alimentaire, a fait grimper les prix de ce produit, explique Marios Kyriacou, de l'Institut national de recherche agricole.

Cette année, le prix du kilo est environ d'un euro, assurent des cultivateurs à l'AFP.

En 2021, l'exportation des gousses et grains de caroube a rapporté près de huit millions d'euros à l'économie nationale, selon des chiffres officiels.

"Je compte vendre au plus offrant", confie Anastasis Daniel, un cultivateur de 65 ans.

Le ministre de l'Agriculture, Costas Kadis, reconnaît pour sa part que la production de caroube a décliné pendant un moment. Mais cette production "reprend à nouveau", dit-il à l'AFP tout en rappelant que Chypre était le 3e exportateur mondial de caroube dans les années 60.

Le caroubier "a besoin de peu d'insecticides, d'engrais et d'eau, ce qui est important quand on parle de changement climatique", ajoute M. Kadis.

Cet arbre "résiste à la sécheresse", confirme M. Kyriacou qui étudie également les vertus "antidiabétiques" des gousses de caroube.


Rentrée littéraire: 900 pages pour redonner vie à une morte spectaculaire

L'écrivain français Grégoire Bouillier pose lors d'une séance photo le 24 septembre 2022 à Manosque, dans le sud de la France, lors du 24e festival littéraire "Les Correspondances" . (Photo de Joel Saget / AFP)
L'écrivain français Grégoire Bouillier pose lors d'une séance photo le 24 septembre 2022 à Manosque, dans le sud de la France, lors du 24e festival littéraire "Les Correspondances" . (Photo de Joel Saget / AFP)
Short Url
  • Le livre de Grégoire Bouillier s'appelle «Le cœur ne cède pas», une phrase issue du journal que tint Marcelle Pichon, Parisienne de 63 ans, lors de son agonie
  • L'enquête de Grégoire Bouillier révèle une foule de faits occultés, de scoops à retardement, de déformations

PARIS : À la une des journaux en 1985, Marcelle Pichon est morte de manière spectaculaire, en refusant de manger. Dans la littérature, elle retrouve une vie, un parcours, une personnalité, grâce à un roman de 900 pages, en lice pour le prix Goncourt.

Le livre de Grégoire Bouillier s'appelle «Le cœur ne cède pas», une phrase issue du journal que tint cette Parisienne de 63 ans lors de son agonie.

Pendant des décennies, l'écrivain a été hanté par ce «drame de la solitude» qu'il avait entendue raconter une nuit sur France Culture. Il avait défrayé la chronique pendant un week-end, après la découverte du corps momifié d'une femme morte neuf mois plus tôt, en novembre 1984.

L'enquête de Grégoire Bouillier révèle une foule de faits occultés, de scoops à retardement, de déformations. Par exemple que, contrairement à ce qu'avait écrit à l'époque un journaliste à l'imagination trop libre, les voisins n'avaient pas été alertés par l'odeur.

Or pas du tout: selon des habitants de l'immeuble où s'est déroulé ce drame, au pied de la butte Montmartre, les asticots qui ont dévoré le cadavre ont ensuite attaqué le plancher, jusqu'à tomber dans l'appartement du dessous.

- «Un opéra» -

«L'image est assez forte pour qu'il n'y ait pas besoin d'en rajouter», dit l'écrivain, interrogé par l'AFP au festival littéraire Correspondances de Manosque (Alpes-de-Haute-Provence).

«Quand j'ai terminé j'aurais aimé, et je pensais que ça ferait 500, 550 pages. Et quand ils l'ont mis dans la maquette ça en faisait 900», se souvient-il. «Mon but n'était pas de faire un gros livre: je sais que c'est compliqué, que ça pèse lourd». L'éditeur, Flammarion, n'a pas demandé de coupe.

Le Monde parle de «quelques longueurs, inévitables quand on tient à rendre compte de toutes les facettes de la réalité», mais d'un «livre aussi intellectuellement stimulant que profondément sensible».

Au jury du prix Goncourt, le roman a deux adeptes déclarés (sur 12 jurés). Pierre Assouline a écrit son admiration. Le président Didier Decoin a confié sur France Inter qu'il s'agissait de son «chouchou absolu», à savoir «un fait divers qui est vraiment sordide, odieux, moche, laid, et il finit par faire un opéra».

Ce ne fut pas sans peine. «Il y avait un truc qui était compliqué, c'est que je n'avais rien sur Marcelle Pichon. Rien, pas de matière», raconte l'auteur.

Il ne sait même plus, quand il se lance, le nom de cette femme, ni de quand précisément date sa mort. Mais il suffira pour retrouver son identité, dans les archives de l'audiovisuel (INA), des mots «mannequin», son ancien métier, et «faim», la cause de sa mort.

- Thème astral –

Comment un «livre sur rien», comme en rêvait Gustave Flaubert, finit-il par prendre ces proportions gargantuesques? Grégoire Bouillier va passer plus de trois ans à tirer tous les fils possibles.

La généalogie de cette femme, les traces qu'ont laissées sa vie et celle de ses proches, le contexte historique dans lequel elle a vécu, ce qu'en pensent les survivants de cette histoire, même le thème astral (étonnamment révélateur) établi par Élizabeth Teissier: tout y passe, voire plus.

Les Pichon viennent de l'Indre? Occasion de revisiter l'histoire de la misère dans le Berry. Marcelle Pichon fut mannequin chez Jacques Fath? Grégoire Bouillier découvre que ce grand couturier est décrit dans les archives de la CIA comme proche de l'occupant nazi.

L'histoire est sombre, la biographie de Marcelle Pichon traversée par la douleur, et les souvenirs de ceux qui l'ont connu à la fin de sa vie plutôt amers.

Pourtant le livre est joyeux, sautant de découverte qui récompense l'obstination en trouvaille miraculeuse. Grégoire Bouillier, qui à 62 ans n'avait jamais attiré les foules, voit que «les gens ont l'air incroyablement enthousiastes» face à cette chasse au trésor.