Chute du drone : la Croatie déplore les défauts de réaction dans l'espace de l'Otan

Le Premier ministre croate Andrej Plenkovic arrive pour un sommet d'urgence de l'Union européenne (UE) au bâtiment du Conseil européen à Bruxelles le 24 février 2022 (Photo, AFP).
Le Premier ministre croate Andrej Plenkovic arrive pour un sommet d'urgence de l'Union européenne (UE) au bâtiment du Conseil européen à Bruxelles le 24 février 2022 (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Dimanche 13 mars 2022

Chute du drone : la Croatie déplore les défauts de réaction dans l'espace de l'Otan

  • L'engin s'est écrasé jeudi soir dans un parc, situé à six kilomètres du centre de Zagreb
  • Selon le dirigeant croate, il s'agit d'un Tupolev Tu-141 Strizh, un drone de reconnaissance de fabrication soviétique

ZAGREB : Le Premier ministre croate a déploré samedi les défauts de coordination de l'Otan après qu'un drone militaire "lancé sur le territoire de l'Ukraine" s'est écrasé à Zagreb sans aucune alerte alors qu'il avait traversé le ciel roumain et hongrois.

Appelant au "renforcement de la coopération" au sein de l'alliance, Andrej Plenkovic a jugé "évident que la réaction n'était pas bonne, ni l'estimation du niveau du danger, ni la communication avec d'autres pays de façon prompte et rapide (...)"

"Il s'agit d'un incident qui ne doit pas se répéter", a-t-il déclaré, durant une visite sur le lieu de la chute du drone, et appelé à en tirer les leçons de ce "test" qualifié de "sérieux".

L'engin s'est écrasé jeudi soir dans un parc, situé à six kilomètres du centre de Zagreb, à côté d'une cité universitaire hébergeant 4.500 étudiants et à quelque 200 mètres d'un quartier résidentiel, sans faire de victimes. Une quarantaine de voitures garées sur un parking ont été endommagées.

Selon le dirigeant croate, il s'agit d'un Tupolev Tu-141 Strizh, un drone de reconnaissance de fabrication soviétique utilisé dans les années 1970 et 1980. Long de 14 mètres, cet un engin pèse plus de 6 tonnes.

"Lancé de toute évidence sur le territoire de l'Ukraine", l'engin a volé dans l'espace aérien de la Roumanie et de la Hongrie, avant de s'écraser à Zagreb, après "sept minutes" de vol en Croatie, selon M. Plenkovic.

"Nous ne savons pas à qui il appartenait (...) les parties russe et ukrainienne affirmant que ce n'est pas le leur", a-t-il expliqué, en ajoutant que des éléments qui seront découverts lors de l'enquête permettront peut-être d'avoir cette réponse.

Zagreb se trouve à quelque 550 kilomètres à vol d'oiseau de la frontière la plus proche de l'Ukraine envahie depuis le 24 février par des forces russes.

Selon les autorités croates, l'engin se trouvait dans l'espace aérien hongrois pendant environ 40 minutes, sans que la Croatie n'en soit alertée.

"C'est l'espace aérien de l'Otan, roumain, hongrois et croate, et nous ne pouvons plus tolérer une telle situation. Elle ne devrait pas se reproduire. Il s'agissait d'une menace évidente à laquelle on aurait dû réagir", a déclaré M. Plenkovic.

Plus tard dans la journée, il a twitté avoir demandé au secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg à ce que l'alliance "établisse les faits sur cet incident sérieux".

"Nous avons convenu de rester en contact étroit et de travailler ensemble pour établir les faits", a réagi le dirigeant de l'Otan sur Twitter.

Un responsable de l'Otan avait déclaré vendredi à l'AFP que "la défense aérienne et antimissile intégrée (de l'alliance, ndlr) a suivi la trajectoire d'un objet qui s'est ensuite écrasé à Zagreb".


RDC: des femmes violentées sous prétexte de jupes trop courtes, selon le gouvernement

Un groupe de femmes chante et danse au milieu des montagnes où des groupes armés attaquent régulièrement, le 28 mars 2022, dans la province du Nord-Kivu (Photo, AFP).
Un groupe de femmes chante et danse au milieu des montagnes où des groupes armés attaquent régulièrement, le 28 mars 2022, dans la province du Nord-Kivu (Photo, AFP).
Short Url
  • Durant le conseil des ministres de vendredi, le Premier ministre, Jean-Michel Sama Lukonde, «a condamné et dénoncé les exactions dégradantes et inhumaines des miliciens»
  • Le groupe armé «maï-maï» malaïka, implanté dans cette région riche en or, est l'une de nombreuses milices actives dans l'est de la RDC

KINSHASA : Des femmes et jeunes filles ont été récemment violentées par des miliciens dans l'est de la République démocratique du Congo au motif qu'elles portaient des jupes trop courtes ou des pantalons, a déploré le gouvernement, qui a promis des sanctions.

Durant le conseil des ministres de vendredi, le Premier ministre, Jean-Michel Sama Lukonde, "a condamné et dénoncé les exactions dégradantes et inhumaines des miliciens" d'un groupe armé appelé "malaïka", qui "s'illustrent dans les pratiques islamistes de la charia", selon le compte rendu du conseil diffusé samedi.

Selon le chef du gouvernement congolais, ces hommes "ont récemment passé à la flagellation des jeunes filles et femmes habillées en jupes courtes et pantalons dans la zone sous leur contrôle".

Ces exactions ont été commises dans la commune de Salamabila, en territoire de Kabambare, dans la province du Maniema, précise le texte.

Une délégation gouvernementale va être dépêchée sur place. Un "rapport complet" sera fait en vue de sanctionner les responsables de ces actes de violence, a assuré le Premier ministre, selon ce compte rendu.

Le groupe armé "maï-maï"(communautaire) malaïka, implanté dans cette région riche en or, est l'une de nombreuses milices actives dans l'est de la RDC.


Attentats: l'UE appelle Israël à n'utiliser la force létale qu'en «dernier recours»

Le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell prend la parole lors d'une conférence de presse à Rabat, le 5 janvier 2023 (Photo, AFP).
Le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell prend la parole lors d'une conférence de presse à Rabat, le 5 janvier 2023 (Photo, AFP).
Short Url
  • «L'Union européenne reconnaît pleinement les préoccupations légitimes d'Israël en matière de sécurité, encore justifiées par les dernières attaques terroristes»
  • «L'UE est très préoccupée par l'aggravation des tensions en Israël et dans le territoire palestinien occupé»

BRUXELLES: Le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell a appelé Israël à n'utiliser la force létale qu'en "dernier recours" tout en condamnant "fermement" les attentats perpétrés par des Palestiniens vendredi et samedi.

Un adolescent palestinien a blessé par balles samedi un père et son fils à proximité d'un site archéologique populaire pour les juifs dans une nouvelle attaque à Jérusalem-Est, selon la police israélienne, au lendemain de la mort de sept personnes abattues par un autre Palestinien près d'une synagogue.

"L'Union européenne reconnaît pleinement les préoccupations légitimes d'Israël en matière de sécurité, encore justifiées par les dernières attaques terroristes, mais il convient de souligner que la force létale ne doit être utilisée qu'en dernier recours, lorsqu'elle est strictement inévitable pour protéger la vie", a déclaré Josep Borrell dans un communiqué.

"L'UE est très préoccupée par l'aggravation des tensions en Israël et dans le territoire palestinien occupé. Nous appelons les deux parties à faire tout leur possible pour amorcer une désescalade et relancer la coordination en matière de sécurité qui est essentielle pour prévenir de nouveaux actes de violence", a-t-il ajouté.

Le conflit israélo-palestinien connaît une brusque escalade depuis jeudi, après la mort de neuf Palestiniens parmi lesquels des combattants et une sexagénaire, dans un raid de l'armée israélienne dans le camp de réfugiés de Jénine, dans le nord de la Cisjordanie occupé.

Le chef de la diplomatie de l'UE a souligné que jeudi, à Jénine, "au moins neuf Palestiniens ont été tués et plus de 20 ont été blessés lors d'une opération des forces de défense israéliennes" ce qui "porte à 30 le nombre de Palestiniens tués en Cisjordanie depuis le début de l'année".

"L'année dernière, plus de 150 personnes ont été tuées par les forces israéliennes en Cisjordanie, dont 30 enfants, soit le nombre le plus élevé depuis la fin de la deuxième Intifada en 2005", a-t-il encore rappelé.

Dans un communiqué séparé, M. Borrell a souligné que l'Union européenne était "horrifiée par l'effroyable attentat terroriste" perpétré vendredi près de la 'une synagogue, "ainsi que par l'attentat de (samedi) matin à Jérusalem-Est".

"L'UE condamne fermement ces actes de violence et de haine insensées. Ces terribles événements montrent une fois de plus combien il est urgent d'inverser cette spirale de la violence et de déployer des efforts significatifs pour relancer les négociations de paix. Nous appelons toutes les parties à ne pas réagir aux provocations", a-t-il ajouté.


Venezuela: l'ONU et Nicolas Maduro discutent droits humains

Le Haut-Commissaire aux droits de l'homme de l'ONU Volker Türk serre la main du président vénézuélien Nicolas Maduro après une réunion au palais présidentiel de Miraflores à Caracas, le 27 janvier 2023 (Photo, AFP).
Le Haut-Commissaire aux droits de l'homme de l'ONU Volker Türk serre la main du président vénézuélien Nicolas Maduro après une réunion au palais présidentiel de Miraflores à Caracas, le 27 janvier 2023 (Photo, AFP).
Short Url
  • Le gouvernement se défend en pointant du doigt l'impact des sanctions économiques américaines, tout en insistant vouloir mener «un dialogue constructif»
  • «Réunion fructueuse avec Volker Türk, qui a aimablement accepté notre invitation au Venezuela», a déclaré Nicolas Maduro

CARACAS: Le Haut-Commissaire aux droits de l'homme de l'ONU, Volker Türk et le président du Venezuela Nicolas Maduro se sont réunis vendredi pour parler de la situation des droits humains dans le pays, sur invitation de Caracas.

"Réunion fructueuse avec Volker Türk, Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, qui a aimablement accepté notre invitation au Venezuela. Nous avons ratifié notre engagement en faveur de la défense des droits de l'homme et la volonté d'avancer dans l'amélioration du système judiciaire", a déclaré M. Maduro sur Twitter, quelques minutes après la réunion qui s'est tenue à huis clos dans le palais présidentiel Miraflores.

M. Türk et sa délégation ont rencontré, depuis leur arrivée jeudi, des ONG, des représentants de la société civile et des victimes dénonçant "des violations systématiques".

Quatre-vingt-dix ONG ont appelé à "renforcer" le travail en faveur de la protection des droits humains.

Il est "nécessaire d'élever nos voix, publiquement et au plus haut niveau (...) et de renforcer le travail commun pour prévenir et arrêter définitivement les graves violations qui continuent de se produire au Venezuela de manière systématique", ont-elles déclaré.

Le gouvernement se défend en pointant du doigt l'impact des sanctions économiques américaines, tout en insistant vouloir mener "un dialogue constructif".

L'ancienne présidente chilienne Michelle Bachelet, qui avait précédé Volker Türk, avait mis en place une commission au Venezuela en 2019 pour surveiller et aider la situation des droits humains dans le pays.

Dans son dernier rapport avant de quitter ses fonctions, Mme Bachelet a déclaré avoir constaté des progrès en matière de droits au Venezuela, tout en soulignant qu'il y a encore "beaucoup à faire".