Le pianiste français Sofiane Pamart, de l'ombre du rap aux lumières du solo

Le pianiste français Sofiane Pamart se produit à Paris le 8 mars 2022, lors du live TV «Unis pour l'Ukraine» (Julien De Rosa/AFP)
Le pianiste français Sofiane Pamart se produit à Paris le 8 mars 2022, lors du live TV «Unis pour l'Ukraine» (Julien De Rosa/AFP)
Short Url
Publié le Lundi 14 mars 2022

Le pianiste français Sofiane Pamart, de l'ombre du rap aux lumières du solo

  • «Quand je suis à mon piano, ils me couvrent le dos, je me sens protégé», explique ce musicien de 31 ans
  • Désireux de «spectacles qui embrassent plusieurs genres», Sofiane pamart parle de «shows» plutôt que de concerts et veut «faire voyager intensément les gens»

TOULOUSE,France: Pianiste élevé aux standards classiques du conservatoire, le Français Sofiane Pamart a grandi dans l'ombre des rappeurs, jusqu'à ce qu'il s'envole en solo avec deux albums et se propulse sous les projecteurs d'une tournée, dont les «shows» au laser font salle comble.

«J'ai la chance de m'épanouir au piano. Mais je n'oublie jamais que le destin de ma famille en France a commencé sous terre (...) grâce à mon grand-père berbère venu du Maroc travailler dans les mines du Nord», a confié Sofiane Pamart lors d'une interview à l'AFP, en marge d'un récital à Toulouse (sud de la France), avant Luxembourg, Madrid, Berlin...

Emmitouflé dans un sweat-shirt en peluche blanche, d'où scintille une épaisse chaîne en argent, il cache son regard sous un bob en vinyle noir et de grandes lunettes à verres jaunes.

Sa tenue est à l'image de sa farouche volonté de ne «rentrer dans aucune case»: d'élégants boots chelsea ajoutent une note décalée, comme les longs kimonos de soie rapportés du Japon et qu'il revêt sur scène.  

«Quand je suis à mon piano, ils me couvrent le dos, je me sens protégé», explique ce musicien de 31 ans qui attribue son autre passion, les voyages, à ses ascendances nomades et à une enfance au contact des cultures du monde.

- Douze touches -

«Ma mère enseigne le français au collège, et à des étrangers, avec mon père qui dirige un centre spécialisé (...) petit, je (les) accompagnais à leur taf et plein de cultures venaient à moi», dit-il, évoquant ces «Coréens, Zimbabwéens, Afghans, etc.» qui ont élargi son horizon.

Ses parents ne sont pas musiciens, mais se rendent compte qu'il a une bonne oreille. «Sur un jouet à douze touches, je reproduisais des mélodies que j'entendais à la télé.» A six ans, il entre au conservatoire de Lille.

Jusqu'à l'âge de 23 ans et une médaille d'or, il y fera ses «armes pianistiques». Avec Chopin, Beethoven, Mozart, «j'ai découvert un monde qui a fini par me passionner et m'a complètement transformé».

Il grandit entre ses «potes, la rue, le conservatoire» et un oncle «avec toute l'attitude de la street culture, des sapes incroyables», qui l'initie au hip hop. «Tous ces grands, j'avais envie de leur ressembler (...) C'est comme ça que s'est développée mon histoire d'amour avec le rap.»

Sorti du conservatoire, «j'ai désappris pour me sentir libre». «La carrière de virtuose classique ne m'intéressait pas parce que je rêvais de la vie de rappeur (...) extrême, avec des moments de grâce, de vertige.»

Il compose et joue avec SCH, Maes, Vald, Scylla, JoeyStarr, mais aussi Arno, Kimberose, Bon Entendeur... Puis il lance ses propres albums: «Planet» en 2019 et en février dernier «Love», lettre d'amour à son public.

- De Pleyel à Bercy -

Cette année, il enchaîne les dates, en solo aussi. Désireux de «spectacles qui embrassent plusieurs genres», il parle de «shows» plutôt que de concerts et veut «faire voyager intensément les gens».

Dans une ambiance futuriste, une voix d'aéroport invite à «partir pour une aventure émotionnelle». Des tubes néons bleus, violets, orangés cernent le piano. En fond de scène, son portrait détouré. Les yeux au laser balaient un public qui l'ovationne entre chaque morceau.

«C'est comme s'il nous racontait une histoire(...) Il arrive à rendre le piano accessible à tout le monde», s'enthousiasme Emile Metrat, 20 ans, étudiant, parmi les 1.200 spectateurs de tous âges du récital toulousain.

Aux critiques lui reprochant un style consensuel, le pianiste répond qu'il «aime les mélodies simples» et celles «qui ont du feu en elles» tels le tango, le flamenco. «Je ne veux pas que ma musique soit savante (...) Je veux surtout toucher les coeurs.» 

S'il ne craint pas la grosse tête, celui qui s'intitule «Piano King» par autodérision sur les réseaux sociaux, admet être ambitieux: «C'est comme ça qu'on arrive aux plus grandes prouesses».

Sofiane Pamart ne cache pas non plus son bonheur de remplir des lieux «très intimistes» mais aussi la prestigieuse salle parisienne Pleyel «qui le faisait rêver».

Point d'orgue de sa tournée: la salle de Bercy et ses 15.000 places à Paris, où sont passés The Who, Daft Punk, Lady Gaga... En novembre, il sera le premier pianiste à y jouer seul.


«Don't Worry Darling» domine le box office nord-américain sans se faire de bile

 Olivia Wilde à la première de «Don't Worry Darling» au AMC Lincoln Square Theatre (Photo, AFP).
Olivia Wilde à la première de «Don't Worry Darling» au AMC Lincoln Square Theatre (Photo, AFP).
Short Url
  • Thriller dystopique d'Olivia Wilde dont la production a été entachée de rumeurs et la sortie pas franchement applaudie par la critique, a pris un bon départ
  • Le film a engrangé 19,2 millions de dollars, selon des chiffres provisoires du cabinet Exhibitor Relations publiés dimanche

LOS ANGELES: Il n'y avait donc pas de quoi s'inquiéter: "Don't Worry Darling", thriller dystopique d'Olivia Wilde dont la production a été entachée de rumeurs et la sortie pas franchement applaudie par la critique, a pris un bon départ dans les salles obscures nord-américaines, arrivant en première position ce week-end.

Le film a engrangé 19,2 millions de dollars, selon des chiffres provisoires du cabinet Exhibitor Relations publiés dimanche.

Avant même sa sortie, il avait fait beaucoup jaser, suscitant moult spéculations sur des tensions, rivalités et incidents entre les principaux protagonistes. Le film n'a par ailleurs pas vraiment séduit les critiques, affichant un score de seulement 38% sur le site "Rotten Tomatoes", qui compile les avis de journalistes spécialisés.

Dans "Don't Worry Darling", sorte de "Truman Show" angoissant dans l'Amérique des années 50, Florence Pugh ("Black widow") incarne Alice, une jeune femme bien sous tous rapports vivant à Victory, une petite ville modèle construite en plein désert par un mystérieux homme d'affaires, joué par Chris Pine.

Comme toutes ses voisines, Alice a une vie réglée comme du papier musique, et, a priori, tout pour être heureuse aux côtés de Jack (Harry Styles), son compagnon, qui part chaque matin pour un travail dont elle ignore tout.

En échange de ce bien-être matériel, Victory n'a qu'une seule règle: ses habitants ne doivent jamais sortir des limites de la ville. Un tabou qu'Alice ne va pas tarder à briser...

Sorti la semaine passée en pole position, "The Woman King", épopée historique de guerrières d'un royaume ouest-africain, glisse ce week-end à la deuxième place, avec 11,1 millions.

Dans ce film, qui dépeint la vie réelle des combattantes du royaume du Dahomey au XIXème siècle -- situé dans l'actuel Bénin --, l'actrice oscarisée Viola Davis incarne Nanisca, une guerrière chevronnée qui forme la prochaine génération de recrues chargées de lutter contre un royaume rival africain plus important et des marchands d'esclaves européens.

Le long métrage installé sur la troisième marche du podium n'est autre qu'"Avatar", re-diffusé en prévision de la sortie de sa suite "Avatar 2: la voie de l'eau", en décembre.

Le film de James Cameron, qui avait fait un tabac en 2009, a réussi à engranger quelque 10 millions, surtout dans des salles Imax.

"Barbarian", un film d'horreur de 20th Century avec Georgina Campbell et Bill Skarsgard, arrive à la quatrième place, avec 4,8 millions.

En cinquième position arrive l'étrange et sanglant "Pearl", de Ti West, avec 1,9 million. Il y est question de séjour à la ferme, d'ambitions cinématographiques, de haches, de fourches et d'alligators...

Voici le reste du top 10:

6 - "Coup de théâtre" (1,9 million de dollars)

7 - "Bullet Train" (1,8 million)

8 - "Krypto et les Super-Animaux" (1,8 million)

9 - "Top Gun : Maverick" (1,6 million)

10 - "Les Minions 2: Il était une fois Gru" (1 million)


Pour sa tournée canadienne, Ibrahim Maalouf met l’accent sur la diversité ethno-culturelle

Standing ovation du public. Les mots « magnifiques », « magiques » et « grandioses » sont ceux qui reviennent le plus souvent sur les lèvres d’une audience impressionnée par la performance de l’artiste. (Photo, AFP)
Standing ovation du public. Les mots « magnifiques », « magiques » et « grandioses » sont ceux qui reviennent le plus souvent sur les lèvres d’une audience impressionnée par la performance de l’artiste. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le trompettiste franco-libanais Ibrahim Maalouf a fait son grand retour à Montréal vendredi lors de la tournée mondiale de son nouvel album Capacity to Love
  • Aussi spontané dans la vie que sur scène, Maalouf séduit

MONTRÉAL : Passé de lauréat des plus grands concours internationaux de trompette classique à travers le monde, à jazzman le plus populaire de la scène musicale française, le trompettiste franco-libanais Ibrahim Maalouf a fait son grand retour à Montréal vendredi lors de la tournée mondiale de son nouvel album Capacity to Love

20h00, la foule trépigne d’impatience. Une fois à l’intérieur, la salle de concert est littéralement pleine.  

Ibrahim Maalouf enchaîne les mélodies et n’hésite pas à interagir avec son public « On a tous besoin de faire un peu de cardio, étant donné que ma maman me gave de ‘Kébbé’ (un plat populaire libanais) » plaisante l’artiste devant un public enflammé.

Le trompettiste incite son audience à danser, à chanter pendant plusieurs minutes pour accompagner ses compositions. 

Avec à la fois beaucoup de calme et d’intensité, le public se plonge dans un silence parfait pour se laisser emporter dans l’univers quasi-sacré du trompettiste lorsqu’il interprète True Sorry, un grand succès extrait de son album Illusions.

Une bouffée d'énergie. Le guitariste, le trompettiste, le bassiste et le pianiste y vont chacun de leur improvisation, Maalouf quitte la scène pour les laisser profiter de ce moment de gloire.

La chanteuse Flavia Coelho s'est aussi chargée d’introduire la soirée avec sa musique caribéenne, de reggae et de hip-hop.

Aussi spontané dans la vie que sur scène, Maalouf séduit. Il met l'accent sur la diversité ethno-culturelle et notre capacité à nous aimer (Capacity to Love). Il clôture ainsi son concert avec la réinterprétation du célèbre Discours final du « Dictateur », de Charlie Chaplin.

Standing ovation du public. Les mots « magnifiques », « magiques » et « grandioses » sont ceux qui reviennent le plus souvent sur les lèvres d’une audience impressionnée par la performance de l’artiste.

 


Les concerts de Roger Waters en Pologne annulés à cause de ses déclarations sur l'Ukraine

Roger Waters se produit au Madison Square Garden le 30 août 2022 à New York. (AFP).
Roger Waters se produit au Madison Square Garden le 30 août 2022 à New York. (AFP).
Short Url
  • Le conseil municipal de Cracovie doit se prononcer cette semaine sur une motion déclarant Roger Waters «persona non grata». L'un des membres du conseil municipal a appelé les habitants de la ville à boycotter ses concerts
  • L'organisateur des concerts, Live Nation Polska, a indiqué samedi sur Twitter que les concerts, qui avaient été prévus en avril 2023 dans la grande salle de sports de la ville avaient été annulés, mais sans fournir de précisions

VARSOVIE : Roger Waters, co-fondateur du groupe de rock Pink Floyd, a exprimé sa fureur dimanche après l'annulation de deux concerts programmés à Cracovie en Pologne à cause de ses déclarations jugées complaisantes vis-à-vis de la Russie, concernant la guerre en Ukraine.

Le conseil municipal de Cracovie doit par ailleurs se prononcer cette semaine sur une motion déclarant Roger Waters "persona non grata". L'un des membres du conseil municipal, Lukasz Wantuch, a appelé les habitants de la ville à boycotter ses concerts.

Dans une lettre ouverte début septembre, le musicien britannique avait écrit que l'Occident devrait arrêter de fournir des armes à l'Ukraine et accusé le président ukrainien Volodymyr Zelensky d'avoir toléré un "nationalisme extrême" avant de l'enjoindre de mettre un terme à "cette guerre meurtrière".

L'organisateur des concerts, Live Nation Polska, a indiqué samedi sur Twitter que les concerts, qui avaient été prévus en avril 2023 dans la grande salle de sports de la ville avaient été annulés, mais sans fournir de précisions.

Roger Waters, actuellement en tournée aux Etats-Unis, a démenti sur Facebook les affirmations des médias polonais selon lesquelles son groupe avait renoncé et s'en est pris à M. Wantuch, l'accusant de "censurer de manière draconienne" son travail.

"Lukasz Wantuch semble ne rien connaître de mon histoire (qui a consisté) à oeuvrer toute ma vie, au prix de certains sacrifices personnels, au service des droits humains", a déclaré le chanteur-compositeur.

Paraphrasant les paroles du grand succès des Pink Floyd "Another Brick in the Wall", Waters a ajouté: "Hey! Lukasz Wantuch! +laissez les enfants tranquilles!+".

Il a affirmé qu'il voulait uniquement appeler les pays impliqués "à travailler en vue d'une paix négociée plutôt que d'aggraver la situation vers une issue encore pire".