Cinq leçons à tirer de la qualification de l'Arabie saoudite pour la Coupe du monde de football

L'Arabie saoudite participera à la Coupe du monde pour la sixième fois. (AFP)
L'Arabie saoudite participera à la Coupe du monde pour la sixième fois. (AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 25 mars 2022

Cinq leçons à tirer de la qualification de l'Arabie saoudite pour la Coupe du monde de football

  • Hervé Renard, ses joueurs et l’ensemble des supporters saoudiens peuvent maintenant s’enthousiasmer à l’idée de passer le prochain hiver à Doha
  • Les 55 000 supporters présents à Djeddah ont contribué à rendre le match contre la Chine inoubliable

L'Arabie saoudite participera à la Coupe du monde pour la sixième fois.

Jeudi après-midi, sa qualification pour le Mondial de 2022, au Qatar, a été confirmée après la victoire du Japon sur l’Australie (2-0) à Sydney et, plus tard dans la journée, le match nul (1-1) des Faucons verts (le surnom des joueurs saoudiens, NDLR) face à la Chine à Charjah.

Hervé Renard, ses joueurs et l’ensemble des supporters saoudiens peuvent maintenant s’enthousiasmer à l’idée de passer le prochain hiver à Doha.

Voici cinq choses que nous avons apprises sur leur campagne de qualification réussie.

1. Les Faucons verts étaient qualifiés avant même de jouer le match contre la Chine

L'Arabie saoudite n'avait qu'à imiter ce que l'Australie avait fait contre le Japon pour se qualifier pour une sixième Coupe du monde. À une minute de la fin du temps réglementaire, le score était encore vierge, mais le Japonais Kaoru Mitoma, la star du Brighton&Hove Albion FC, actuellement prêté à la Belgique, est entré sur la pelouse et il a marqué deux buts en quatre minutes. Les Faucons verts n’en demandaient pas davantage: ils étaient qualifiés.

Leur entraîneur, Hervé Renard, a été contraint de préparer son équipe dans une atmosphère étrange: il n'y avait pas de supporters dans le stade. Les joueurs ont dû couper court aux célébrations et se contenter de jouer leur match. Dans de telles circonstances, le match nul convenait probablement aux deux équipes: si la Chine était heureuse d'éviter une défaite contre l’une des meilleures équipes du groupe, l'Arabie saoudite a évité de perdre contre une équipe en difficulté.

Pourtant, décrocher une place à la Coupe du monde alors que deux matchs restaient à disputer est quelque chose dont on peut être fier. Il n'y avait pas de pression en fin de match: tout était devenu plus simple grâce à la victoire du Japon, finalement.

 

2. Le point gagné en Australie a révélé l’état d'esprit de l’équipe

Il y a eu quelques victoires célèbres sur la route du Qatar, mais c'est un match nul (0-0) à Sydney au mois de novembre dernier qui a vraiment montré que l’équipe faisait preuve d’un nouvel état d'esprit. L'Arabie saoudite avait remporté les quatre premiers matches du groupe avant le voyage en Australie, tandis que les Australiens venaient de perdre au Japon et voulaient absolument décrocher les trois points. Sur place, la plupart des gens pensaient qu'ils les obtiendraient, car les Saoudiens s’étaient souvent mesurés contre les Socceroos (les footballeurs australiens, NDLR) par le passé.

Pourtant, par une nuit humide, les visiteurs se sont battus pour s’octroyer un point. L'Australie a tout donné, mais la qualité de la défense saoudienne était telle que l'équipe locale en a été réduite à envoyer de longs ballons vers l'avant. Au fil du temps, l'Arabie saoudite, privée de plusieurs joueurs, a commencé à se créer des occasions et, à la fin, elle s’est trouvée en position pour marquer.

C'était un message pour le reste du groupe et pour les fans à domicile: l'Arabie saoudite pouvait aller n'importe où en Asie et marquer des points. Elle a également maintenu son avance sur l'Australie, qui allait s'avérer cruciale.

 

3. Les attaquants se sont montrés à la hauteur de l'événement à plusieurs reprises

Tout le monde sait, et cet auteur l'a mentionné à plus d'une occasion, que l'Arabie saoudite manque d'attaquants. Chaque équipe de club est en mesure d'importer des talents offensifs de premier ordre du monde entier, ce qui ne donne pas beaucoup d’opportunités aux locaux, ni beaucoup d'options à l'entraîneur de l'équipe nationale.

Cependant, Renard a fait confiance à Saleh al-Shehri et à Firas al-Buraikan pour mener la danse, et ils ont montré qu’ils méritaient largement cette confiance. Ensemble, ils ont inscrit sept des onze buts saoudiens en phase de groupe. Salem al-Dawsari et Salmane al-Faraj font souvent la une des journaux, et à juste titre. Pourtant, contre la Chine, c'est Al-Shehri qui a marqué. Lors de leur victoire cruciale, à domicile, contre le Japon, c'est son plus jeune compatriote qui a fait le travail. Tous deux ont remporté leur ticket pour le Qatar et il sera passionnant de découvrir leurs performances.

 

4. La dernière rencontre face à la Chine ne restera pas dans les mémoires, mais le premier match a été passionnant

Si le point marqué en Australie a montré que l'Arabie saoudite était capable de se battre pour obtenir des résultats, le fait marquant de la phase de groupe est le suivant: les Faucons verts avaient à leur actif trois victoires sur trois lorsque la Chine est arrivée à Djeddah. La perspective d'une quatrième victoire a suscité l'enthousiasme.

Mais ce qui a véritablement impressionné, ce sont les 55 000 supporters présents à Djeddah. Ils ont contribué à rendre la soirée inoubliable, à faire de ce match l’un de ces grands moments qui nous avaient tant manqué pendant la pandémie, une de ces expériences partagées dont toutes les équipes ont besoin et qui sont susceptibles d’inspirer les joueurs sur le terrain.

Si deux buts de l'improbable Sami al-Najei avaient semblé sceller le sort du match, un sursaut chinois a brusquement changé les choses peu après la pause. Firas al-Buraikan a permis à son équipe d’avoir deux buts d’avance, mais, à vingt minutes de la fin, le gardien Mohamed al-Owais s’est blessé. Son remplaçant, Fawaz al-Qarni, a malheureusement commis une erreur, ce qui a permis à la Chine de réduire l’écart. À 3-2 en faveur des Faucons verts, les nerfs étaient à vif, et les dix minutes de temps additionnel n'ont pas arrangé les choses. Mais l'Arabie saoudite s'est accrochée et a fini par remporter une victoire capitale, splendide, exaltante.

5. L'équipe s'est améliorée au fil des mois

À l’exception d’une défaite face au Japon, due en partie à l’un des rares faux pas de l'entraîneur Hervé Renard – ses changements tactiques ont semblé désorienter ses joueurs au lieu de les inspirer –, cette équipe n’a cessé d’impressionner, car elle s’est améliorée au fil des mois. Plus le Français a passé de temps avec ses joueurs, plus ses choix ont été payants.

Après sa prise de fonction, en 2019, il a fallu du temps pour que les effets de sa nomination se fassent sentir. Les perturbations liées à la pandémie n'ont évidemment rien arrangé. Pourtant, si les performances des tours précédents ont été inégales, la dernière phase de groupe, contre de meilleures équipes, a montré que l'Arabie saoudite était capable de jouer sous pression.

Il est remarquable de noter que, lorsque certains joueurs étaient absents, les remplaçants qui sont entrés en jeu ont été efficaces, veillant à ce que le niveau des performances de l’équipe reste le même.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 


Un haut commandant taliban pakistanais tué en Afghanistan

Des proches et des riverains portent le cercueil d'un policier assassiné, tué lors d'une attaque revendiquée par les Tehreek-e-Taliban Pakistan (TTP), lors de ses funérailles dans la ville frontalière de Chaman le 28 janvier 2022. (Photo d' illustration Abdul BASIT / AFP)
Des proches et des riverains portent le cercueil d'un policier assassiné, tué lors d'une attaque revendiquée par les Tehreek-e-Taliban Pakistan (TTP), lors de ses funérailles dans la ville frontalière de Chaman le 28 janvier 2022. (Photo d' illustration Abdul BASIT / AFP)
Short Url
  • Un haut commandant des talibans pakistanais a été tué dans l'explosion de sa voiture, dans l'est de l'Afghanistan
  • Sa mort pourrait remettre en cause un cessez-le-feu fragile conclu entre le TTP et le gouvernement pakistanais en juin

PESHAWAR: Un haut commandant des talibans pakistanais a été tué dans l'explosion de sa voiture, dans l'est de l'Afghanistan, a indiqué à l'AFP une source militante.

Le Tehreek-e-Taliban Pakistan (TTP) a déclaré qu'une annonce serait prochainement faite concernant "le martyre d'un chef principal" du mouvement, mais une source au sein du TTP a indiqué à l'AFP qu'il s'agissait d'Abdul Wali, un commandant qui utilisait l'alias Omar Khalid Khorasani.

Sa mort pourrait remettre en cause un cessez-le-feu fragile conclu entre le TTP et le gouvernement pakistanais en juin, alors que des pourparlers de paix menés sous la médiation des talibans afghans progressaient.

L'armée pakistanaise a déclaré mardi que quatre soldats avaient été tués dans une attaque suicide contre un convoi militaire dans le Waziristan du Nord, où le TTP est très présent, à la frontière avec l'Afghanistan.

Les talibans pakistanais du TTP sont un groupe distinct des talibans afghans, mais mûs par la même idéologie et une longue histoire commune.

Selon la source du TTP, qui a demandé à ne pas être identifiée, Abdul Wali et deux autres commandants ont été tués lorsque leur voiture a été "ciblée" dans la province de Paktika, frontalière du Waziristan, dans l'est de l'Afghanistan.

"Lorsque nous sommes arrivés à son véhicule, celui-ci était en feu, mais la nature de l'explosion n'est pas encore claire", a déclaré cette source, ajoutant que Abdul Wali revenait d'une réunion avec le chef du TTP, Noor Wali Mehsud.

Abdul Wali est une épine dans le pied des autorités pakistanaises depuis plus d'une décennie.

En 2014, il a formé une faction distincte et plus militante du TTP, connue sous le nom de Jamaat-ul-Ahrar, qui a revendiqué certaines des attaques les plus meurtrières du pays, notamment un attentat suicide à Lahore le dimanche de Pâques 2016, qui a fait 75 morts.

Il avait annoncé il y a deux ans une fusion avec le TTP, lequel a déclaré en juin dernier un "cessez-le-feu indéfini" avec Islamabad après le début de pourparlers de paix négociés par les talibans afghans à Kaboul.

Ces pourparlers de paix ont provoqué la colère de nombreux Pakistanais, qui se souviennent des attaques brutales du TTP, notamment contre des écoles, des hôtels, des églises et des marchés.

Depuis le retour des talibans afghans au pouvoir à Kaboul il y a un an, Islamabad se plaint de plus en plus des attaques du TTP, notamment le long de la poreuse frontière avec l'Afghanistan.

Le nouveau régime de Kaboul a toujours assuré qu'il ne permettrait pas que des groupes militants utilisent le sol afghan pour lancer des attaques contre ses voisins.


Un fragile cessez-le-feu israélo-palestinien qui empêche une guerre ouverte, affirme le Conseil de sécurité de l’ONU

Des personnes en deuil transportent les corps de six Palestiniens, dont des enfants, tués lors d’une explosion dans le camp de réfugiés de Jabaliya, au nord de la bande de Gaza, le 6 août 2022. (AP).
Des personnes en deuil transportent les corps de six Palestiniens, dont des enfants, tués lors d’une explosion dans le camp de réfugiés de Jabaliya, au nord de la bande de Gaza, le 6 août 2022. (AP).
Short Url
  • Riyad Mansour, l’observateur permanent palestinien auprès de l’ONU, accuse Israël de «tuer et d’opprimer une nation entière»
  • Oussama Abdel Khalek Mahmoud, représentant permanent de l’Égypte auprès de l’ONU, appelle les autorités israéliennes à mettre fin à toutes leurs pratiques illégales et à stopper l’expansion des colonies en Cisjordanie

NEW YORK: Bien qu’un cessez-le-feu entre Israël et des militants palestiniens, négocié par l’Égypte dimanche soir, ait mis fin à de violents combats et semble tenir, il reste cependant fragile, tout comme les causes sous-jacentes de la dernière éruption de violence, a déclaré l’ONU lundi.

L’organisation ajoute que le cycle de la violence ne s’arrêtera qu’au moyen d’une résolution politique de ce conflit vieux de plusieurs décennies qui mettrait fin à l’occupation israélienne et comprendrait une solution à deux États, conformément aux frontières de juin 1967, aux résolutions de l’ONU et au droit international.

Tor Wennesland, coordonnateur spécial de l’ONU pour le processus de paix au Moyen-Orient, indique lors d’une réunion d’urgence du Conseil de sécurité que 46 Palestiniens ont été tués et 360 blessés lors de la récente escalade, au cours de laquelle Israël aurait mené 147 frappes contre Gaza, alors que le Djihad islamique palestinien aurait tiré 1 100 roquettes et mortiers sur Israël. Des centaines de maisons et autres infrastructures civiles ont été détruites. Les chiffres sont provisoires et «la vérification est en cours», ajoute-t-il.

«Tout en reconnaissant pleinement les préoccupations légitimes d’Israël en matière de sécurité, je réitère que, en vertu du droit international, tout recours à la force doit être proportionné et qu’il faut prendre toutes les mesures possibles pour éviter les pertes civiles», déclare M. Wennesland. «Les enfants, en particulier, ne doivent jamais être la cible de violences ou mis en danger.»

Les Émirats arabes unis, ainsi que la Chine, la France, l’Irlande et la Norvège, ont exigé la tenue d’une réunion d’urgence pour évoquer les derniers événements survenus dans la bande de Gaza.

M. Wennesland affirme que l’escalade avait exacerbé les pénuries déjà chroniques de médicaments essentiels à Gaza et que la fermeture par Israël du point de passage d’Erez dans la bande pendant six jours avait de graves conséquences humanitaires sur les habitants de Gaza, notamment parce qu’il empêche les patients de voyager pour se faire soigner en Israël.

«Les fermetures ont également aggravé la situation déjà précaire de la sécurité alimentaire dans la bande de Gaza, réduisant les stocks d’aliments de base, en particulier la farine de blé», souligne-t-il.

M. Wennesland a remercié l’Égypte pour le rôle qu’elle a joué dans la mise en place du cessez-le-feu aux côtés de l’ONU, ainsi que le Qatar, la Jordanie, les États-Unis et l’Autorité palestinienne pour leurs efforts de désescalade.

«Ces efforts combinés ont empêché le déclenchement d’une guerre à grande échelle et ont permis d’acheminer plus tôt aujourd’hui une aide humanitaire indispensable à la population de Gaza», soutient-il devant les membres du conseil.

Il a salué la «réouverture en temps voulu» des points de passage d’Erez et de Kerem Shalom par Israël après le cessez-le-feu, appelant les dirigeants d’Israël et de la Palestine, ainsi que la communauté internationale, à intensifier les efforts diplomatiques pour reprendre les négociations qui visent à garantir un accord viable et une solution à deux États.

Riyad Mansour, l’observateur permanent palestinien auprès de l’ONU, accuse Israël de «tuer et d’opprimer une nation entière». Il ajoute que «le droit à la sécurité d’Israël est devenu un permis de tuer et doit être révoqué», exhortant le Conseil de sécurité à «agir immédiatement».

«Si vous êtes contre la violence, n’excluez pas la violence israélienne», poursuit-il. «Ne la justifiez pas. Seriez-vous prêt à dire “ça suffit”, en tant que plus haute autorité responsable du maintien de la paix et de la sécurité?»

«L’État hébreu tue notre peuple parce qu’il en est capable. Quand le monde lui montrera-t-il qu’il ne peut pas faire cela?»

M. Mansour prévient les membres du conseil que «les familles palestiniennes sans défense ont besoin de votre soutien, pas d’une puissance nucléaire ni d’une puissance occupante», tout en leur demandant «d’entraîner les deux parties tout de suite dans un processus de paix».

Guilad Erdan, le représentant permanent d’Israël auprès de l'ONU, accuse les membres du Djihad islamique palestinien de recevoir leurs ordres de marionnettistes iraniens, ajoutant: «Leur haine ne connaît pas de limites.»

Il établit un parallèle entre le Djihad islamique palestinien et le Djihad islamique égyptien, l’organisation à laquelle appartenait autrefois le chef d’Al-Qaïda récemment tué, Ayman al-Zawahiri.

«Les deux entités n’ont pas seulement le même nom, elles partagent la même valeur: anéantir le monde libre et moderne dans lequel nous vivons», précise M. Erdan.

Alors que le monde a salué le meurtre d’Al-Zawahiri lors d’une frappe américaine, le 31 juillet, M. Erdan affirme que «les responsables de l’ONU expriment soudain une profonde inquiétude lorsqu’Israël fait de même. Cette politique de deux poids, deux mesures est difficile à comprendre».

Il ajoute: «La seule solution pour les habitants de Gaza est que leurs dirigeants cessent d’essayer d’anéantir Israël et d’investir dans les infrastructures terroristes.»

M. Erdan exhorte le Conseil de sécurité à s’unir autour de la condamnation du Djihad islamique palestinien: «Tenir un débat et ne pas en profiter pour condamner pleinement ses crimes de guerre le motivera à continuer [de commettre d’autres crimes de ce genre].»

Il remercie également le président égyptien, Abdel Fattah al-Sissi, pour ses efforts dans la négociation du cessez-le-feu et «le rétablissement de la stabilité dans notre région».

Oussama Abdel Khalek Mahmoud, représentant permanent de l’Égypte auprès de l’ONU, appelle les autorités israéliennes à mettre fin à toutes leurs pratiques illégales et à stopper l’expansion des colonies en Cisjordanie, qu’il décrit comme «la violation la plus flagrante des droits fondamentaux des Palestiniens». Il exige par ailleurs de lever le blocus imposé à Gaza pour permettre d’acheminer à nouveau nourriture et carburant vers la bande.

De plus, il incite Israël à respecter le statut juridique et historique des Lieux saints de Jérusalem-Est et appelle toutes les parties à s’abstenir de prendre pour cible des civils, demandant à la communauté internationale de relancer le processus de paix.

Mohammed Abushahab, vice-représentant permanent des Émirats arabes unis auprès de l’ONU, exprime sa profonde préoccupation face aux récentes violences à Gaza et insiste sur la nécessité pour toutes les parties de respecter leurs responsabilités en vertu du droit international et du droit international humanitaire. Il condamne par ailleurs l’incursion israélienne dans la mosquée al-Aqsa, qu’il qualifie d’action provocatrice.

«La détérioration de la situation humanitaire à Gaza ne peut tolérer plus de chocs», insiste M. Abushahab, qui salue la trêve et transmet au président Al-Sissi la «sincère reconnaissance» de son pays pour son rôle dans le rétablissement du calme.

M. Abushahab réitère le soutien de son pays à tous les efforts régionaux et internationaux qui visent à restaurer la paix au Moyen-Orient et renouvelle son soutien à une solution à deux États.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Liban: Les opérations de recherche se poursuivent après l'évasion de détenus

Les FSI se déploient dans une rue qui mène à un centre de détention sous le pont de l'Adlieh (palais de justice), à Beyrouth, après l'évasion de prisonniers survenue tôt dans la journée de dimanche. (AFP).
Les FSI se déploient dans une rue qui mène à un centre de détention sous le pont de l'Adlieh (palais de justice), à Beyrouth, après l'évasion de prisonniers survenue tôt dans la journée de dimanche. (AFP).
Short Url
  • M. Moussa a souligné que l'évasion survenue dimanche dernier attestait de la gravité des problèmes économiques, sécuritaires et judiciaires dont souffre le Liban
  • Un responsable des FSI a averti que les prisons du Liban étaient conçues pour accueillir le tiers des détenus qui y sont actuellement incarcérés

BEYROUTH: Trente et un détenus se sont évadés dimanche d'une prison de Beyrouth. Le lendemain, quatre d’entre eux ont été arrêtés par l'unité d'enquête des Forces de sécurité intérieure (FSI).

«Les recherches se poursuivent pour arrêter les autres détenus qui se sont évadés de la prison de Beyrouth», a signalé la direction générale des FSI.

Certains détenus sont libanais et d'autres étrangers. On compte notamment des Syriens et des Palestiniens, a-t-elle ajouté.

Une source au sein des services de sécurité a confié à Arab News que les détenus «ont scié à l'aide d'une vis les barreaux d'une fenêtre de la cellule qui donne sur la rue».

La prison est située sous un pont qui se trouve à proximité du palais de justice de Beyrouth. Si, aujourd'hui, la prison dépend de l'autorité pénitentiaire du Liban, elle était autrefois tenue par la sûreté générale.

Le 21 novembre 2021, une prison de Baabda a été le théâtre d'une vaste évasion organisée; cinq détenus qui essayaient de s'évader ont trouvé la mort dans un accident de voiture; d'autres ont été arrêtés.

Au Liban, les prisons connaissent fréquemment des émeutes durant lesquelles les prisonniers revendiquent de meilleures conditions de vie.

Le député Michel Moussa, qui dirige la commission parlementaire des droits de l’homme, a posé la question suivante: «Comment trente et un détenus ont-ils pu s'échapper d'un établissement qui devrait être hautement surveillé et sécurisé?»

Dans un entretien accordé à Arab News, il a affirmé: «Cette question reste sans réponse pour le moment, car les enquêtes se poursuivent.»

Le député a ajouté: «Nous avons déjà appelé à fermer la prison d'Adlieh, construite il y a quelques années. Nous sommes convaincus qu'elle ne remplit pas les critères de base à tous les niveaux. On nous a promis à maintes reprises de la supprimer sans donner suite à cette promesse.»

«Une chose est sûre: la prison ne respecte aucun critère relatif aux droits de l'homme.»

«Il semblerait que les services de sécurité s'en servent à nouveau pour incarcérer les détenus du palais de justice de Beyrouth en raison du nombre trop important de prisonniers.»

M. Moussa a souligné que l'évasion survenue dimanche dernier attestait de la gravité des problèmes économiques, sécuritaires et judiciaires dont souffre le Liban.

Pour résoudre la difficulté que pose le nombre de plus en plus important de personnes incarcérées sans être jugées, le député a appelé à supprimer cette pratique. Il a insisté sur la nécessité de réactiver les tribunaux, étant donné que la situation que connaît actuellement le Liban ne saurait tolérer de délai.

Plus de 80% des Libanais vivent sous le seuil de pauvreté en raison de la crise économique profonde qui frappe le pays. Cette dernière, dans la mesure où les salaires ont perdu de leur valeur, conduit un grand nombre de soldats et de membres des forces de sécurité à fuir le service ou à démissionner pour trouver un autre emploi ou pour émigrer.

Les hauts responsables de l'armée et de la sécurité acceptent dorénavant que de nombreux soldats et officiers de sécurité exercent un second emploi.

Le chef de la division des relations publiques au sein des Forces de sécurité intérieure, le colonel Joseph Moussallem, a assuré à Arab News que les circonstances économiques des policiers «n’affectaient pas la qualité de leur travail».

Selon lui, le fait que les arrestations soient en hausse montre que la criminalité reste bien contrôlée au Liban. Il a cependant admis que la réforme des prisons s’enlisait.

Selon les données des FSI, de nombreux prisonniers possèdent un passé criminel chargé et ont purgé des peines de prison à plusieurs reprises.

Les FSI estiment que la surpopulation des prisons pose problème en dépit des «efforts que nous consentons pour réaliser des réformes» et du «soutien des organisations civiles».

Selon le colonel Moussallem, les délits les plus répandus dans le pays concernent les vols de biens publics et privés.

En effet, la communauté de Hermel (Bekaa) a manifesté dimanche dernier devant un magasin pour protester contre un vol à main armée et une fusillade qui se sont produits dans la ville.

Les résidents ont bloqué une route. Ils brandissaient des pancartes sur lesquelles on pouvait lire: «Renforcez la sécurité. Ne protégez pas les coupables. Poursuivez-les, traduisez-les en justice et qu'ils reçoivent la sanction qu'ils méritent.»

Cheikh Ali Taha, le mufti de Hermel, s'est exprimé en ces termes: «La région fait face à un phénomène inquiétant.»

Il a exhorté les responsables à agir de toute urgence et à combattre la criminalité. Dans le cas contraire, les citoyens seront contraints de se défendre eux-mêmes.

Dans le nord du Liban, plus précisément dans la région de Koura, l'association des oléiculteurs a pour sa part dénoncé «le vol des cultures saisonnières dans la région».

«Un groupe de voleurs professionnels s'empare chaque matin de nos récoltes qui ne sont pas encore mûres et vole des tonneaux de fer, des fils électriques, des clôtures de fer ainsi que des ruches. La situation est intenable», a expliqué l'association dans un communiqué.

Selon le colonel Moussallem, le nombre total de prisonniers et de détenus dans le pays s'élève à quelque «9 000 individus». Il a noté que les prisons libanaises étaient conçues pour accueillir près de 3 000 personnes à pleine capacité.

Il a ajouté que les vols et autres délits avaient baissé cette année de 6,5% par rapport à l'année dernière.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

Spécial
Liban: Le plus grand système de Ponzi au monde ?
Par Rebecca Ann Proctor -
Une trentaine de détenus s'évadent au Liban
Par AFP -