Un juge estime «probable» que Trump a violé la loi en tentant d'annuler la présidentielle

«La cour estime qu'il est plus probable qu'improbable que le président Trump a tenté de manière corrompue de faire entrave à la session du Congrès le 6 janvier 2021» (Photo, AFP).
«La cour estime qu'il est plus probable qu'improbable que le président Trump a tenté de manière corrompue de faire entrave à la session du Congrès le 6 janvier 2021» (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mardi 29 mars 2022

Un juge estime «probable» que Trump a violé la loi en tentant d'annuler la présidentielle

  • «La cour estime qu'il est plus probable qu'improbable que le président Trump a tenté de manière corrompue de faire entrave à la session du Congrès le 6 janvier 2021», a expliqué le juge Carter
  • L'opinion du juge David Carter, rendue dans un dossier distinct, n'a pas de conséquences judiciaires pour l'ancien hôte de la Maison Blanche

WASHINGTON : Un juge américain a estimé lundi qu'il était "probable" que l'ex-président Donald Trump avait violé la loi en cherchant à invalider le résultat de l'élection de novembre 2020 qui avait vu la victoire du démocrate Joe Biden.

Dans un autre développement, le gendre et conseiller de M. Trump, Jared Kushner, devrait témoigner virtuellement cette semaine devant la commission parlementaire qui enquête sur l'attaque contre le Congrès le 6 janvier 2021, selon les médias américains.

Ce jour-là, des milliers de partisans de Donald Trump avaient pris d'assaut le Capitole, siège du pouvoir législatif, semant le chaos et interrompant pendant quelques heures la certification par les élus du résultat de la présidentielle.

L'opinion du juge David Carter, rendue dans un dossier distinct, n'a pas de conséquences judiciaires pour l'ancien hôte de la Maison Blanche, mais il met la pression sur le ministère de la Justice, seul à pouvoir inculper M. Trump pour sa responsabilité alléguée dans l'assaut.

"La cour estime qu'il est plus probable qu'improbable que le président Trump a tenté de manière corrompue de faire entrave à la session du Congrès le 6 janvier 2021", a expliqué le juge Carter.

Le juge, qui officie dans un tribunal fédéral de Californie, était appelé à statuer sur le refus de John Eastman, un avocat allié de M. Trump, de transmettre à la commission d'enquête une centaine de courriers électroniques rédigés depuis son adresse à l'université de Chapman, près de Los Angeles, où il enseignait le droit.

Après l'élection, M. Eastman aurait rédigé pour Donald Trump une note prétendant que son vice-président Mike Pence avait le pouvoir de rejeter les résultats de l'élection dans certains Etats, privant Joe Biden de sa victoire. Le 6 janvier, M. Pence avait refusé de le faire, malgré les pressions de Donald Trump.

"Le président Trump et le Dr. Eastman ont justifié ce plan par des allégations de fraudes électorales, mais le président Trump savait que ces allégations étaient sans fondement et donc que le plan tout entier était illégal", affirme le juge.

Selon lui, "le Dr. Eastman et le président Trump ont lancé une campagne pour renverser une élection démocratique, un acte sans précédent dans l'histoire américaine".

"Cette campagne n'était pas limitée à une tour d'ivoire - c'était un coup d'Etat à la recherche d'une théorie juridique", estime-t-il.

"Si le pays ne s'engage pas à enquêter et à essayer de faire rendre des comptes aux responsables, la cour a peur que le 6 janvier se répète", explique le juge en ordonnant à John Eastman de transmettre 101 documents à la commission d'enquête.

La commission devait également lancer lundi des poursuites contre deux proches de M. Trump, son ancien conseiller économique Peter Navarro et son ex-conseiller en charge des réseaux sociaux Dan Scavino, qui ont ignoré des assignations à comparaître.

 


Suède: Un mort dans une attaque au couteau lors d'un événement politique

Un véhicule de police dans le nord-ouest de Stockholm (Photo, AFP).
Un véhicule de police dans le nord-ouest de Stockholm (Photo, AFP).
Short Url
  • Une femme d'une soixantaine d'années a été tuée dans une attaque au couteau en plein jour sur l'île de Gotland
  • La police a aussi indiqué qu'elle ne pensait pas que les événements étaient liés à la semaine d'Almedalen

STOCKHOLM: La police suédoise a annoncé mercredi qu'une femme d'une soixantaine d'années avait été tuée dans une attaque au couteau en plein jour sur l'île de Gotland, où les principaux responsables politiques du pays sont réunis pour un événement annuel.

"Malheureusement, je peux vous annoncer qu'une femme a succombé à ses blessures", a déclaré Fredrik Persson, chef de la police de Gotland, lors d'une conférence de presse où il a été précisé que l'agression s'est produite peu avant 14H00 (12H00 GMT) à Visby, la seule ville de l'île.

Il a annoncé qu'un homme de 33 ans avait été arrêté peu après les faits et qu'il était soupçonné de meurtre.

"Une enquête approfondie est en cours. Il s'agit notamment d'établir le mobile et les antécédents de la personne arrêtée", a poursuivi le chef de la police.

Il a ajouté que les enquêteurs se penchaient sur une série de questions "puisque cela s'est produit dans un lieu très public, où il y avait beaucoup de monde dans le centre de Visby en milieu de journée".La police n'a pas souhaité s'exprimer sur le mobile, bien que M. Persson ait admis qu'un motif politique ne pouvait être exclu à ce stade précoce de l'enquête.

La police a aussi indiqué qu'elle ne pensait pas que les événements étaient liés à la semaine d'Almedalen, un événement annuel rassemblant l'élite suédoise et où les partis politiques présentent souvent leur nouvelle politique et lancent leurs campagnes.

Le journal Expressen a rapporté que le suspect aurait des liens avec le groupe néo-nazi NMR, ce que la police n'a pas voulu le confirmer.


Otan: La Suède condamne l'action de députés posant avec le drapeau du PKK

Les trente pays membres de l'Otan lancent le processus d'adhésion de la Suède et de la Finlande (Photo, AFP).
Les trente pays membres de l'Otan lancent le processus d'adhésion de la Suède et de la Finlande (Photo, AFP).
Short Url
  • La Suède et la Finlande ont signé un accord avec la Turquie qui a levé dans l'immédiat le veto d'Ankara à l'entrée des deux pays dans l'Otan
  • La Suède et la Finlande s'engagent également à étudier promptement et minutieusement des demandes d'extradition turques

STOCKHOLM: La Première ministre suédoise a déploré mercredi l'action de députés d'un parti de gauche ayant posé avec le drapeau du PKK kurde, au moment où Stockholm s'efforce d'amadouer la Turquie pour entrer dans l'Otan.

"Le PKK est sur la liste des organisations terroristes, pas seulement en Suède mais ausis dans l'UE, et poser avec ce genre de drapeaux est extrêmement déplacé", a affirmé Magdalena Andersson dans une interview à l'agence TT.

La Suède et la Finlande ont signé un accord mardi dernier avec la Turquie qui a levé dans l'immédiat le veto d'Ankara à l'entrée des deux pays nordiques dans l'alliance.

Le texte confirme que Stockholm et Helsinki considèrent le PKK comme une organisation terroriste et que les deux capitales s'engagent à ne pas soutenir divers groupes honnis par Ankara, dont le mouvement armé kurde YPG en Syrie.

La Suède et la Finlande s'engagent également à étudier "promptement et minutieusement" des demandes d'extradition turques.

L'accord a suscité des inquiétudes dans l'importante communauté kurde de Suède et des critiques au sein de partis de gauche suédois, qui accusent le gouvernement d'avoir trop cédé au président turc Recep Tayyip Erdogan.

L'action de plusieurs parlementaires du parti de gauche a eu lieu mardi lors d'une semaine d'universités d'été des partis politiques suédois sur l'île du Gotland, où on les voit poser avec des drapeaux du PKK, mais aussi des YPG et du mouvement armé de femmes kurdes YPJ.

La députée Lorena Delgado Varas, l'une de ceux qui a posé avec les drapeaux, a déploré l'hypocrisie de Stockholm vis-à-vis des groupes kurdes en Syrie qui ont combattu l'organisation jihadiste de l'Etat islamique.

"Maintenant ils font volte-face, pour se rapprocher du dictateur Erdogan. Tout ça pour joindre l'Otan", a-t-elle écrit sur Twitter.

Hostile à l'adhésion à l'Otan, le parti de Gauche (ex-communiste) est un appui parlementaire de Magdalena Andersson, sans faire partie du gouvernement.

Si la Turquie a donné son feu vert à la première phase de la candidature d'adhésion de la Suède et de la Finlande, le Parlement turc doit encore ratifier cette entrée.

Ankara a prévenu que cette ratification serait conditionnée au respect des engagements pris par Stockholm et Helsinki.

Le président Erdogan avait affirmé la semaine dernière que la Suède avait "promis" d'extrader 73 "terroristes" vivant sur son sol et voulus par Ankara, même si aucun engagement de cette sorte ne figure dans l'accord signé en marge du sommet de l'Otan à Madrid.


Biden de retour dans l'Ohio, terre d'industrie, pour défendre ses réformes économiques

Joe Biden parle de l'économie au lycée Max S. Hayes de Cleveland dans l'Ohio (Photo, AFP).
Joe Biden parle de l'économie au lycée Max S. Hayes de Cleveland dans l'Ohio (Photo, AFP).
Short Url
  • Joe Biden est soucieux de donner l'impression d'être à la manoeuvre, proche des Américains, à l'heure où une inflation record rogne le pouvoir d'achat
  • Il a l'opportunité de s'extraire de la capitale Washington, où l'aile gauche du parti démocrate exprime de plus en plus ouvertement sa frustration

CLEVELAND: "Il n'y a aucun autre endroit où je préférerais être": le président Joe Biden a fait étape mercredi dans l'Ohio, un Etat du Midwest très suivi sur le plan politique pour renouer avec l'électorat ouvrier, à l'heure où sa popularité est plombée par la flambée des prix.

Le dirigeant démocrate qui a fait campagne sur sa proximité avec les "cols bleus" a retrouvé à Cleveland une foule qu'il affectionne, à l'heure où l'agacement chez les progressistes de son camp se fait sentir à Washington sur des sujets plus sociétaux.

"Il n'y a aucun autre endroit où je préférerais être qu'ici même, avec les ouvriers de cette pièce, les ouvriers qui construisent l'Amérique", a-t-il lancé depuis ce bastion de l'industrie manufacturière des Etats-Unis en présentant un programme censé protéger les retraites de "millions" de travailleurs.

"Je vous comprends, je vous entends, et je vous soutiendrai toujours", a promis celui qui s'enorgueillit de ses racines à Scranton, ville ouvrière de Pennsylvanie.

Joe Biden est soucieux de donner l'impression d'être à la manoeuvre, proche des Américains, à l'heure où une inflation record rogne le pouvoir d'achat et menace la croissance économique.

"Les prix de l'essence et l'inflation sont en hausse, les bulletins de paie et les salaires sont en baisse, et une nouvelle étape de la tournée des ratés de Biden n'aidera pas les familles et les petites entreprises en difficulté", a critiqué dans un communiqué la présidente du parti républicain, Ronna McDaniel.

Le choix de l'Ohio, que le démocrate visite pour la sixième fois depuis le début de sa présidence, n'a certainement rien d'anodin, à quatre mois des élections législatives de mi-mandat.

Avortement, fusillades, police

Ce déplacement donne aussi à Joe Biden l'opportunité de s'extraire de la capitale Washington, où l'aile gauche du parti démocrate exprime de plus en plus ouvertement sa frustration de voir le président impuissant face à l'annulation du droit à avorter et la litanie de fusillades qui endeuillent l'Amérique.

"Nous ne pouvons tout simplement pas faire des promesses, appeler les gens à voter, puis refuser d'utiliser nos pleins pouvoirs", a alerté l'élue Alexandria Ocasio-Cortez après la décision de la Cour suprême de dynamiter le droit à l'avortement. "Nous avons encore le temps de régler ce problème et d'agir, mais nous devons être audacieux", a-t-elle plaidé.

A Cleveland, Joe Biden sera aussi à une soixantaine de kilomètres d'Akron, petite ville qui manifeste contre l'homicide d'un homme noir, criblé de balles par des policiers la semaine dernière, douloureux rappel de l'incapacité du président à faire adopter sa grande réforme de la police promise après la mort de George Floyd.

Les progressistes craignent que cette posture ne leur coûte cher lors des élections de mi-mandat de novembre.

"Vous ne pouvez pas vraiment remporter une élection avec un autocollant qui dit: +bon, nous ne pouvons pas faire grand-chose, mais l'autre camp est bien pire+", jugeait récemment le sénateur Bernie Sanders, grande figure de la gauche américaine.

L'enjeu, lors de ce scrutin traditionnellement périlleux pour le parti du président, est de sauver la mince majorité des démocrates au Congrès américain.

L'élection du futur sénateur de l'Ohio, un poste jusqu'ici tenu par un républicain, est de celles qui seront très suivies.