La Grèce en émoi après l'arrestation d'une mère soupçonnée d'infanticide

La femme de 33 ans a été arrêtée par les autorités hier. (AFP).
La femme de 33 ans a été arrêtée par les autorités hier. (AFP).
Short Url
Publié le Vendredi 01 avril 2022

La Grèce en émoi après l'arrestation d'une mère soupçonnée d'infanticide

  • Une mère de trois enfants et dont les deux premiers sont morts successivement et sans qu'aucune cause ne soit immédiatement décelée, a été arrêtée jeudi à Patra, pour le meurtre de son troisième enfant
  • Le tollé suscité par cette affaire est renforcé par le fait que la police avait refusé de percevoir une quelconque piste criminelle dans l'affaire

ATHENES: C'est un fait divers qui a secoué la Grèce. Une mère de trois enfants et dont les deux premiers sont morts successivement et sans qu'aucune cause ne soit immédiatement décelée, a été arrêtée jeudi à Patra, pour le meurtre de son troisième enfant, une fillette âgée de 9 ans. La femme avait fait une apparition télévisée sur la la chaîne locale Star durant laquelle elle avait nié en bloc toute accusation relative à la mort de ses deux autres fillettes respectivement âgées de quelques mois et de 3 ans. Elle soutenait alors qu'un gène rare était à l'origine du décès prématuré de ses enfants. 

"Chaque enfant mérite un parent, mais ce n'est pas chaque parent qui mérite d'avoir un enfant", écrit cet internaute sur Twitter.

Son aînée a perdu la vie fin janvier dernier, alors qu'elle avait été admise dans un hôpital d'Athènes, l'Aglaia Kyriakou Children’s Hospital. Ce sont les examens toxicologiques qui ont démontré que l'origine du décès n'était pas naturelle et qui ont guidé la police vers une origine criminelle.  

Une autopsie et des examens toxicologiques ont en effet permis de détecter sur la dépouille de la fillette la présence de kétamine, un anesthésiant vétérinaire également utilisé chez l'homme dans certains pays, déclenchant des poursuites pénales à l'encontre de la mère, selon une source judiciaire.

Le tollé suscité par cette affaire est renforcé par le fait que la police avait refusé de percevoir une quelconque piste criminelle dans l'affaire. "Lorsque les médecins de Patra ont affirmé que quelque chose ne tournait pas rond en ce qui concerne la mère des filles, les autorités leur ont répondu qu'ils regardent trop souvent la série "CSI"", écrit cet internaute sur Twitter. 

En garde à vue à Athènes, l'infirmière, qui vivait séparée de son mari depuis un an, a une nouvelle fois rejeté hier toutes les accusations auprès des enquêteurs.

Selon un rapport d'enquête remis au procureur et cité par le quotidien Kathimerini, "la seule personne se trouvant dans la chambre (de la fillette) pendant les dernières 20 minutes de sa vie, avant que les effets de la drogue fassent effet, était sa mère".

Les deux autres fillettes de la famille sont "également mortes dans des circonstances mystérieuses", écrit le journal grec à large tirage Kathimerini, alors que d'autres médias grecs évoquent la mort "suspecte" et "soudaine" des deux enfants.

La première, âgée de 3 ans et demi, est décédée à l'été 2019 et la petite dernière est morte en mars 2021 à l'âge de 6 mois, selon une source judiciaire. 

Les circonstances de leur décès n'ont pas été divulguées à ce stade, mais le bureau du procureur de Patras a ordonné une enquête sur leur mort, selon la même source.

Charge émotionnelle

Sur les réseaux sociaux, l'effroi suscité par cette affaire était palpable jeudi, le #Patra caracolant en tête des mots-clés sur Twitter. 

"Je ne veux même pas imaginer combien de fois les enfants ont vu ce regard" écrit ainsi cette internaute, tandis que d'autres n'ont pas hésité à la comparer à Médée. 

 

Médée, une figure de la mythologie grecque, est connue pour avoir empoisonné ses fils. Ce mythe a d'ailleurs donné naissance au complexe dit "de Médée" puisque celle-ci aurait donné la mort à ses enfants pour se venger de son mari Jason, qui selon la mythologie l'aurait répudiée en faveur d'une autre femme. "Justice est faite mes anges! Vous pouvez reposer en paix à présent", écrit cet internaute.

Certains sont même allés jusqu'à la comparer à Lucifer. "Même Lucifer a pleuré, elle n'a pas pleuré". 

Le gouvernement grec a appelé au "calme" jeudi après des manifestations de colère contre une mère de famille soupçonnée d'avoir tué sa fille de 9 ans en l'empoisonnant et la mort jugée "suspecte" de ses deux autres fillettes. 

"Tueuse, avoue (ton crime)", ont scandé des manifestants jeudi devant le palais de justice d'Athènes, où la suspecte, une infirmière de 33 ans, a comparu devant un juge d'instruction, a constaté une correspondante de l'AFP.

"Laissez-la nous qu'on s'en occupe", a lancé un autre protestataire. 

C'est encadrée par plusieurs policiers casqués et elle-même protégée d'un gilet pare-balles et la tête dissimulée sous une capuche que la jeune femme menottée a pu sortir du tribunal, sous les huées et les insultes de la foule. 

La jeune femme qui nie en bloc est poursuivie pour l'"homicide volontaire" de sa fille aînée, hospitalisée plusieurs fois avant de succomber fin janvier à l'âge de 9 ans, a-t-on appris de source judiciaire.

A Patras, dans le Péloponnèse (ouest) où se trouve le domicile de la suspecte, plusieurs dizaines d'habitants en colère se sont rassemblés lors de son arrestation mercredi soir, forçant la police à intervenir. "Mort aux tueurs d'enfants", a été inscrit sur la façade de son domicile.

Le porte-parole du gouvernement Yannis Economou a appelé au "calme" jeudi et à faire "confiance aux autorités pour que les faits soient clarifiés par les instances compétentes".

"La charge émotionnelle et morale de cette affaire dépasse les limites personnelles de la plupart d'entre nous", a-t-il ajouté lors de son point presse de jeudi, tout en exprimant "sa douleur" après ce drame.


Soupçons d'ingérence russe: perquisitions au Parlement européen

Cette photographie prise le 29 mai 2024 montre un fourgon de police devant le bâtiment du Parlement européen, où sont menées des perquisitions dans le cadre d'une enquête belge sur des soupçons d'ingérence russe et de corruption à Bruxelles (Photo, AFP).
Cette photographie prise le 29 mai 2024 montre un fourgon de police devant le bâtiment du Parlement européen, où sont menées des perquisitions dans le cadre d'une enquête belge sur des soupçons d'ingérence russe et de corruption à Bruxelles (Photo, AFP).
Short Url
  • L'enquête a été lancée par le parquet fédéral belge en avril, après l'identification d'un réseau d'influence financé par Moscou
  • En Allemagne, Maximilian Krah, tête de liste de l'AfD pour les élections européennes du 9 juin, est visé par une enquête préliminaire du parquet de Dresde

BRUXELLES: Des perquisitions ont été menées mercredi au Parlement européen à Bruxelles et à Strasbourg dans le cadre d'une enquête de la justice belge sur des soupçons d'ingérence russe et de corruption, qui éclaboussent l'eurodéputé allemand d'extrême droite Maximilian Krah.

"La police judiciaire fédérale de Bruxelles (...) a procédé le 29 mai à des perquisitions au domicile d'un collaborateur du Parlement européen à Schaerbeek (commune du nord de Bruxelles) ainsi qu'à son bureau au Parlement européen de Bruxelles", a annoncé le parquet fédéral belge dans un communiqué.

Une perquisition a aussi été menée dans le bureau de cet assistant au Parlement européen à Strasbourg, "en étroite collaboration avec Eurojust et les autorités judiciaires françaises", ajoute le parquet.

Selon une source proche du dossier, la personne visée est Guillaume Pradoura, ancien assistant parlementaire, français, de Maximilian Krah, du parti d'extrême droite Alternative pour l'Allemagne (AfD), qui se trouve au coeur d'un scandale pour ses liens présumés avec la Chine et la Russie.

Les perquisitions "s'inscrivent dans le cadre d'un dossier d'ingérence, de corruption passive et d'appartenance à une organisation criminelle, et concernent des indices d'ingérence russe, selon lesquels des membres du Parlement européen auraient été approchés et payés pour promouvoir la propagande russe via le +site web d'information+ Voice of Europe", précise le parquet fédéral.

«Rôle important»

"Des indices prouvent que le collaborateur du Parlement européen en question a joué un rôle important dans cette affaire", indique-t-on de même source.

Guillaume Pradoura est désormais assistant de l'eurodéputé Marcel de Graaff, membre du Forum pour la démocratie, un parti eurosceptique et conservateur néerlandais. Il a aussi été assistant de l'eurodéputé français Nicolas Bay, et exclu du Rassemblement national (RN) en 2019 à la suite de la publication d'une photo à connotation antisémite.

Interrogé par l'AFP, le porte-parole de Maximilian Krah a souligné que cet ex-collaborateur ne travaillait plus pour l'eurodéputé allemand "depuis deux ans". Mais ce sont bien plutôt ces anciennes fonctions qui sont visées, selon la source proche du dossier.

L'enquête a été lancée par le parquet fédéral belge en avril, après l'identification d'un réseau d'influence financé par Moscou.

Prague avait révélé fin mars la découverte par les services de renseignement tchèques d'un tel réseau qui répandait la propagande du Kremlin via le site "Voice of Europe", pour dénoncer notamment le soutien militaire occidental à l'Ukraine dans la guerre déclenchée par Moscou.

Selon les autorités tchèques et belges, la plateforme servait aussi à fournir secrètement des soutiens financiers à des élus pour relayer les messages de Moscou. Le site a récemment été placé sur une liste de sanctions de l'UE, et interdit de diffusion.

En Allemagne, Maximilian Krah, tête de liste de l'AfD pour les élections européennes du 9 juin, est visé par une enquête préliminaire du parquet de Dresde pour soupçons de financements russe et chinois.

Cet ancien avocat de 47 ans a reconnu être apparu à deux reprises sur le site "Voice of Europe", mais a nié avoir "reçu de l'argent pour cela".

L'un de ses collaborateurs, Jian Guo, se voit reprocher par la justice allemande d'avoir espionné pour le compte de Pékin au coeur même du Parlement européen. A la suite de son arrestation en avril, cet assistant avait été suspendu, et son bureau au Parlement bruxellois avait été perquisitionné.

De son côté, le numéro deux de la liste de l'AfD aux élections européennes, Petr Bystron, a vu son bureau à la chambre des députés allemande perquisitionné le 16 mai par la police, en raison de soupçons de financement illégal en provenance de Russie.

L'UE s'inquiète des ingérences étrangères à l'approche des élections européennes.

Selon les services de renseignement belges, "les objectifs de Moscou sont clairs: aider à élire davantage de candidats prorusses au Parlement européen" et "renforcer le discours prorusse au sein de cette institution", avait indiqué en avril le Premier ministre belge Alexander De Croo.


La justice espagnole refuse de classer l'enquête contre l'épouse de Pedro Sánchez

Le Premier ministre espagnol par intérim Pedro Sanchez et son épouse Begona Gomez (Photo, AFP).
Le Premier ministre espagnol par intérim Pedro Sanchez et son épouse Begona Gomez (Photo, AFP).
Short Url
  • Cette enquête porte sur des faits présumés de corruption et de trafic d'influence
  • Cette décision, prise en dépit d'un rapport récent de la Garde civile concluant à l'absence d'affaire

MADRID: La justice espagnole a rejeté mercredi une demande du parquet, qui préconisait le classement de l'enquête pour corruption visant l'épouse du Premier ministre Pedro Sánchez, en faisant état d'éléments "suffisants" pour justifier la poursuite des investigations.

"Il existe des indices concernant la commission présumée d'un délit" qui sont "suffisants" pour que cette enquête préliminaire se poursuive, a statué dans une décision consultée par l'AFP un tribunal de Madrid, estimant que ces indices étaient "plus que de simples soupçons".

Cette décision, prise en dépit d'un rapport récent de la Garde civile concluant à l'absence d'affaire, constitue un désaveu du parquet, qui avait réclamé le 25 avril "l'annulation" de la procédure et "le classement sans suite de l'affaire".

Elle constitue surtout un revers politique pour M. Sánchez, l'opposition de droite voyant dans cette enquête une confirmation de ses accusations de corruption à l'encontre du Premier ministre socialiste et de son gouvernement.

Cette enquête porte sur des faits présumés de corruption et de trafic d'influence. Elle a été ouverte le 16 avril après une plainte d'un collectif proche de l'extrême droite visant l'épouse de M. Sánchez, Begoña Gómez. Ce collectif a reconnu depuis que sa plainte reposait uniquement sur des articles de presse.

Selon le média en ligne El Confidencial, qui a révélé l'existence de l'enquête, la justice s'intéresse notamment aux liens de Begoña Gómez avec le groupe touristique espagnol Globalia.

Stratégie de « harcèlement »

Son PDG, propriétaire de la compagnie aérienne Air Europa, aurait rencontré Begoña Gómez alors que son groupe négociait avec le gouvernement l'octroi d'une aide publique en pleine pandémie de Covid-19. Begoña Gómez dirigeait alors une fondation qui avait signé un accord de parrainage avec Globalia.

M. Sánchez avait qualifié fin avril les accusations contre son épouse de "stratégie de harcèlement et de démolition" émanant de "médias fortement marqués à droite et à l'extrême droite" et soutenue, selon lui, par l'opposition conservatrice.

Interrogé mercredi, le ministre de la Justice, Félix Bolaños, a assuré que le rapport de la Garde civile avait "démonté une à une toutes les fausses accusations" contre Begoña Gómez. "Il n'y a rien de rien" dans ce dossier "plus tôt cette enquête sera classée, mieux ce sera", a-t-il insisté.

A l'annonce de cette enquête, M. Sánchez avait affirmé le 24 avril, à la surprise générale, qu'il envisageait de démissionner et suspendait ses activités pendant cinq jours pour un temps de réflexion. Il avait finalement décidé de rester au pouvoir.

Pour l'opposition, cette pause n'était qu'une mise en scène pour détourner l'attention de l'opinion publique et le Premier ministre n'avait jamais eu l'intention de renoncer à ses fonctions.


Le Brésil rappelle son ambassadeur en Israël

Le ministre israélien des Affaires étrangères, Israel Katz, s'adresse aux journalistes lors de sa convocation à l'ambassadeur du Brésil en Israël, Frederico Meyer, au musée mémorial de l'Holocauste Yad Vashem à Jérusalem, le 19 février 2024 (Photo, AFP).
Le ministre israélien des Affaires étrangères, Israel Katz, s'adresse aux journalistes lors de sa convocation à l'ambassadeur du Brésil en Israël, Frederico Meyer, au musée mémorial de l'Holocauste Yad Vashem à Jérusalem, le 19 février 2024 (Photo, AFP).
Short Url
  • L'ambassadeur, Frederico Meyer, avait été initialement rappelé pour des consultations avec son gouvernement, après qu'une crise diplomatique entre Brésil et Israël a éclaté en février au sujet du conflit en cours dans la bande de Gaza
  • En février, le président brésilien de gauche Luiz Inacio Lula da Silva avait provoqué la colère d'Israël en comparant l'offensive israélienne à Gaza et l'extermination des Juifs par les nazis

 

BRASILIA: Le gouvernement brésilien a rappelé son ambassadeur en Israël et ne nommera personne à ce poste dans l'immédiat, a déclaré mercredi à l'AFP une source diplomatique, nouvel épisode des tensions entre les deux pays liées à la guerre à Gaza.

L'ambassadeur, Frederico Meyer, avait été initialement rappelé pour des consultations avec son gouvernement, après qu'une crise diplomatique entre Brésil et Israël a éclaté en février au sujet du conflit en cours dans la bande de Gaza.

Les conditions n'étaient pas réunies "pour qu'il retourne en Israël", a expliqué la source diplomatique mercredi.

En février, le président brésilien de gauche Luiz Inacio Lula da Silva avait provoqué la colère d'Israël en comparant l'offensive israélienne à Gaza et l'extermination des Juifs par les nazis.

«Humiliation»

Il avait été déclaré "persona non grata" par Jérusalem et l'ambassadeur Meyer avait été convoqué pour une réunion au mémorial de la Shoah de Yad Vashem.

Le diplomate brésilien a ensuite été rappelé au Brésil pour consultations, et l'ambassadeur d'Israël à Brasilia a à son tour été convoqué par le chef de la diplomatie brésilienne.

La source diplomatique brésilienne a expliqué mercredi que l'"humiliation subie" par M. Meyer à Yad Vashem avait motivé la décision de rappeler définitivement l'ambassadeur.

Le chargé d'affaires Fabio Farias sera en charge de la représentation brésilienne à Tel Aviv et Lula ne nommera pas de nouvel ambassadeur dans l'immédiat.