Les universités françaises entrouvrent leurs portes aux étudiants étrangers fuyant l'Ukraine

De plus en plus d'universités françaises ouvrent leurs portes aux étudiants étrangers qui ont fui la guerre en Ukraine (Photo, AFP).
De plus en plus d'universités françaises ouvrent leurs portes aux étudiants étrangers qui ont fui la guerre en Ukraine (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Samedi 16 avril 2022

Les universités françaises entrouvrent leurs portes aux étudiants étrangers fuyant l'Ukraine

  • Les atermoiements des premières semaines sont nés du texte d'application de la protection temporaire offerte aux personnes fuyant ce conflit, depuis le 24 février
  • Le réseau MEnS et ses 42 établissements partenaires a mis sur pied des programmes spécifiques dédiés aux étudiants réfugiés depuis la crise migratoire de 2015

PARIS: Après l'inquiétude, l'espoir: de plus en plus d'universités françaises ouvrent leurs portes aux étudiants étrangers qui ont fui la guerre en Ukraine. Les établissements du supérieur attendent désormais des consignes claires du gouvernement pour que ces jeunes bénéficient du même statut que les Ukrainiens.

Les atermoiements des premières semaines sont nés du texte d'application de la protection temporaire offerte aux personnes fuyant ce conflit, depuis le 24 février: parmi les ressortissants étrangers vivant en Ukraine avant cette date, ne pourront être accueillis en situation régulière que ceux qui ne "sont pas en mesure de rentrer dans leur pays ou région d'origine dans des conditions sûres et durables".

Une formulation vague et laissée à l'appréciation des préfets qui a suscité d'importantes craintes. Toutes ne sont pas levées et des étudiants de Paris 8, à Saint-Denis, ont manifesté dans leur université en début de semaine pour réclamer l'égalité de traitement. Mais le ciel s'éclaircit du côté des universités, qui commencent à enregistrer des inscriptions. 

"Je me félicite de ce premier pas important et symbolique", réagit Pierre Henry, président de France fraternités, association qui a créé une permanence juridique dédiée à ces cas épineux.

"Mais il ne résout pas tout: maintenant, il faut aussi leur permettre de résider de manière légale sur le territoire. Et pour ça, il faut une instruction claire du ministère de l'Intérieur, pour que les dossiers soient traités de manière bienveillante", ajoute-t-il.

«Pré-accueil»

"Le problème n'est plus l'inscription, car les universités sont très ouvertes et solidaires. Le problème, c'est la protection temporaire, sans quoi les étudiants ne peuvent pas avoir de bourse du Crous, ni de logement", abonde Rudi Osman, directeur de l'Union des étudiants exilés.

Parmi les 61 000 étudiants étrangers que l'Unesco comptabilisait en Ukraine dans son dernier recensement, combien sont arrivés en France ? 

L'association de Rudi Osman a été sollicitée par 800 d'entre eux, pour la plupart originaires du Nigeria, du Maghreb, du Mali ou de la République démocratique du Congo. 

Certains sont déjà repartis, vers l'Espagne notamment. Et ceux qui veulent rester en France craignent de devoir rentrer dans leur pays d'origine pour y solliciter un visa, avant de revenir en France, comme les autorités les y ont encouragés.

"Que de temps perdu pour ces quelques milliers de jeunes au parcours déjà ralenti par la pandémie", ont regretté le 3 avril dans une tribune dans Le Monde quinze universitaires, dont cinq présidents d'universités, appelant à "inclure davantage" ces étudiants. "Ayons une réflexion plus stratégique que le court-termisme ambiant à visée électorale: continuons à former les étudiants que l'Ukraine avait choisi d'accueillir".

Depuis, la situation a évolué. Prenant les devants, une "vingtaine d'universités sont en phase de pré-accueil, prennent des inscriptions", se félicite aujourd'hui Mathieu Schneider, président du réseau MEnS (Migrants dans l'enseignement supérieur) et signataire de la tribune.

«Critères académiques»

"Nous nous tenons tous prêts", poursuit le vice-président de l'université de Strasbourg. 

Le réseau MEnS et ses 42 établissements partenaires a mis sur pied des programmes spécifiques dédiés aux étudiants réfugiés depuis la crise migratoire de 2015.

"Nous devons inscrire les étudiants sur des critères académiques, on n'a pas vocation à vérifier les statuts administratifs", dit-il.

Il réfute, toutefois, l'idée que des universités organisent cet accueil contre la volonté du gouvernement. "Ce n'est pas exclu par les autorités. C'est laissé à l'appréciation du préfet et certaines préfectures l'autorisent. Ce n'est juste pas majoritaire".

Ces deux dernières semaines, raconte Mathieu Schneider, les demandes d'inscriptions d'étudiants venant d'Ukraine connaissent une "montée en puissance exponentielle": son réseau en recense environ 400, dont "un tiers" émanant d'étrangers, à l'image des "29 non Ukrainiens" sur 100 dans son université strasbourgeoise. 

Si ces étudiants viennent pour beaucoup d'Afrique francophone, leur niveau de français nécessite toutefois des "cours spécialisés" et une remise à niveau qui doit "commencer en mai", afin d'entamer une véritable scolarité à la rentrée prochaine, ajoute-t-il. 

Reste, selon le président du réseau MEnS, une interrogation cruciale: "Veulent-ils durablement rester en France?"


Le Français Sébastien Raoult sera présenté à une juge américaine vendredi

Paul Raoult, 63 ans, le père de Sébastien Raoult détenu, montre un téléphone portant le portrait de son fils à Epinal, dans l'est de la France, le 1er août 2022. (Photo, AFP)
Paul Raoult, 63 ans, le père de Sébastien Raoult détenu, montre un téléphone portant le portrait de son fils à Epinal, dans l'est de la France, le 1er août 2022. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le jeune homme de 21 ans a été inculpé en juin par la justice américaine avec deux autres ressortissants français
  • Sébastien Raoult, arrêté le 31 mai à l'aéroport de Rabat-Salé à la demande de la justice américaine, a été extradé mercredi par le Maroc

WASHINGTON: Le Français Sébastien Raoult, extradé mercredi du Maroc vers les Etats-Unis, sera présenté vendredi à une juge fédérale à Seattle (nord-ouest) pour se voir notifier les charges pesant contre lui, a annoncé le procureur en charge du dossier.

Le jeune homme de 21 ans a été inculpé en juin par la justice américaine avec deux autres ressortissants français, Gabriel Bildstein, 23 ans et Abdel-Hakim El-Ahmadi, 22 ans, précise le procureur Nick Brown dans un communiqué.

Les trois hommes sont accusés d'avoir formé le groupe de hackeurs "ShinyHunters" et d'avoir, à partir de 2020, dérobé des données confidentielles à 60 entreprises, dont certaines situées dans la région de Seattle, pour les revendre sur le darkweb.

L'acte d'accusation, rendu public jeudi, détaille avec précision le modus operandi de ce groupe de pirates informatiques.

D'après ce document, les "ShinyHunters" avaient créé des sites internet ressemblant aux pages d'authentification d'entités réelles. Avec des emails de hameçonnage, ils attiraient les employés de ces organisations vers ces pages et récupéraient leurs identifiants.

Une fois dans les systèmes informatiques de leurs victimes, ils copiaient les fichiers clients et les informations financières, qu'ils mettaient ensuite en vente sur des plateformes comme "Raidforums et EmpireMarket, connues pour abriter des cybercriminels et des activités illégales".

Parfois, ils faisaient chanter leurs victimes, exigeant une rançon en cryptomonnaies pour ne pas mettre leurs données sur le marché.

Afin d'accroître leurs notoriété et leur profits, ils ont communiqué avec des médias et posté, à une occasion, un message revendicatif sur le site d'une de leur victime.

Selon différents experts, ils ont pris pour cible le compte de Microsoft sur la plateforme de partage de code informatique Github, le site d'e-commerce indonésien Tokopedia, la marque de vêtement américaine Bonobos ou encore l'opérateur téléphonique américain AT&T.

Les autorités américaines assurent que les trois Français se cachaient derrière ce groupe, et dit les avoir identifiés sur la base d'adresses IP, de comptes reliés et de discussions sur des forums.

Ils font face à neuf chefs d'inculpation, notamment pour association de malfaiteurs, fraude informatique, usurpation d'identité, passibles chacun de peines allant de 2 à 27 ans de prison.

Sébastien Raoult, arrêté le 31 mai à l'aéroport de Rabat-Salé à la demande de la justice américaine, a été extradé mercredi par le Maroc, malgré les vives protestations de sa famille et de son avocat.

Gabriel Bildstein avait été jugé en France en 2019 pour le piratage de la chaîne Vevo et du tube Despacito sur Youtube. Atteint d'un autisme Asperger, il avait été déclaré pénalement irresponsable. Il est toujours poursuivi dans le cadre de l'enquête sur le piratage de la plateforme de cryptomonnaie Gatehub.


Le fils d'Eric Dupond-Moretti soupçonné de violences conjugales

Le ministre français de la Justice Eric Dupond-Moretti arrive au palais présidentiel de l'Elysée à Paris, le 22 janvier 2023. (Photo, AFP)
Le ministre français de la Justice Eric Dupond-Moretti arrive au palais présidentiel de l'Elysée à Paris, le 22 janvier 2023. (Photo, AFP)
Short Url
  • Selon la chaîne TF1, Raphaël Dupond-Moretti aurait été placé en garde à vue dans la station de ski huppée de Courchevel (Savoie)
  • « En tant que père, je suis dévasté. J'ai une pensée pour la victime. Chaque violence, quelle qu'elle soit, est intolérable», a réagi le ministre

GRENOBLE: Une "enquête" pour des soupçons de violences conjugales a été ouverte à l'encontre du fils du garde des Sceaux Eric Dupond-Moretti, qui a réagi vendredi en se disant "dévasté en tant que père".

"Une enquête impliquant le fils du ministre de la Justice Dupond-Moretti est en cours pour des faits de violence conjugale", a appris l'AFP de source proche du dossier.

Selon la chaîne TF1, Raphaël Dupond-Moretti aurait été placé en garde à vue dans la station de ski huppée de Courchevel (Savoie). Le parquet d'Albertville n'a pas répondu aux sollicitations de l'AFP dans l'immédiat.

"En tant que père, je suis dévasté. J'ai une pensée pour la victime. Chaque violence, quelle qu'elle soit, est intolérable", a réagi le ministre.

"En tant que ministre, je n'ai cessé de lutter contre les violences faites aux femmes et pour que leur parole soit prise en compte. En tant que citoyen, je demande qu'on respecte ma vie familiale. Il appartient désormais à la justice de faire son travail", a-t-il ajouté.


Espionnage de salariés chez Ikea France: peine réduite pour un ancien PDG

Une photo prise le 6 mai 2019 montre une vue du nouveau concept store Ikea de centre-ville, place Madeleine à Paris. (AFP / Thomas SAMSON)
Une photo prise le 6 mai 2019 montre une vue du nouveau concept store Ikea de centre-ville, place Madeleine à Paris. (AFP / Thomas SAMSON)
Short Url
  • La Cour d'appel de Versailles (ouest de Paris) a relaxé l'ex PDG, Jean-Louis Baillot, du chef «recel de données à caractère personnel par un moyen frauduleux»
  • Elle l'a reconnu coupable de «complicité de collecte de données personnelles» concernant le cas d'une cadre en 2008

VERSAILLES : Un ancien Président directeur-général de la filiale française d'Ikea a vu sa peine réduite en appel à quatre mois de prison avec sursis et 20.000 euros d'amende dans une affaire d'espionnage de salariés entre 2009 et 2012.

La Cour d'appel de Versailles (ouest de Paris) a relaxé l'ex PDG, Jean-Louis Baillot, du chef «recel de données à caractère personnel par un moyen frauduleux» et l'a reconnu coupable de «complicité de collecte de données personnelles» concernant le cas d'une cadre en 2008.

«La cour d'appel a relaxé mon client d'une organisation d'un système d'espionnage mais il demeure condamné pour le cas d'une cadre», a réagi auprès de l'AFP son avocat Me François Saint-Pierre. «C'est une décision très favorable par rapport au premier jugement mais qui, je le regrette, ne le relaxe complètement».

La filiale française d'Ikea, entreprise d'origine suédoise spécialisée dans la conception et la  vente de mobilier et objets de décoration prêts à poser ou à monter en kit, dont le siège social se trouve aux Pays-Bas, avait été condamné en juin 2021 à une amende d'un million d'euros, mais n'avait pas fait appel.

Ikea France avait comparu pendant deux semaines en mars 2021 devant le tribunal correctionnel de Versailles aux côtés d'une quinzaine de personnes physiques - hauts cadres, directeurs de magasins et policiers - face à quelque 120 parties civiles dont des syndicats.

Des centaines d'employés, entre 2009 et 2012, avaient été passés au crible, leur patrimoine, vie privée et antécédents judiciaires scrupuleusement épluchés.

En septembre, lors du procès en appel, l'avocat général avait requis la confirmation de la peine prononcée en première instance contre M. Baillot, soit deux ans de prison avec sursis et 50.000 euros d'amende.

Jean-Louis Baillot, ex-PDG de la filiale française de l'ameublement, Dariusz Rychert, directeur administratif et financier de l'époque, Jean-Pierre Fourès, ancien patron de la société d'investigation privée Eirpace et Richard Jimenez, directeur de magasin Ikea, avaient comparu devant la Cour d'appel de Versailles après avoir contesté leur condamnation en juin 2021.

Vendredi, Jean-Pierre Fourès a été condamné en appel à un an de prison avec sursis et 20.000 euros d'amende.

A la barre en mars 2021, l'ancien directeur de la gestion des risques Jean-François Paris avait reconnu envoyer des listes de salariés «à tester» à Jean-Pierre Fourès, alors directeur d'Eirpace et ex-policier des Renseignements généraux.

Ce dernier est soupçonné d'avoir demandé à son réseau de consulter illégalement des fichiers de police pour recueillir des données confidentielles sur les salariés.

Le directeur de magasin Richard Jimenez a été relaxé vendredi par la Cour d'appel de Versailles, tout comme Dariusz Rychert, ancien directeur administratif et financier.