En Egypte, un cheikh mélange pop et louanges au prophète

Le chanteur religieux égyptien Mahmoud al-Tohamy s'adresse à ses étudiants lors d'un cours de chant islamique, au Palais du Prince Taz. (KhaledDESOUKI/AFP)
Le chanteur religieux égyptien Mahmoud al-Tohamy s'adresse à ses étudiants lors d'un cours de chant islamique, au Palais du Prince Taz. (KhaledDESOUKI/AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 15 octobre 2020

En Egypte, un cheikh mélange pop et louanges au prophète

  • Dans son école novatrice du Caire où ses élèves viennent apprendre la psalmodie islamique, cheikh Mahmoud al-Touhami veut faire découvrire le soufisme, dont il se dit «amoureux»
  • «J'ai mêlé l'art du chant religieux traditionnel à des touches d'autres musiques occidentales et orientales»

Assis sur un banc rustique, cheikh Mahmoud al-Touhami entonne des chants sacrés en mêlant musique orientale et occidentale dans son école novatrice du Caire où ses élèves viennent apprendre l'art de l'«inchad», la psalmodie islamique.

Ce «mounchid» (chanteur religieux) fait répéter des hommes et femmes réunis dans la vaste cour du palais mamelouk de Taz, dont les murs, les piliers et les portes épurées témoignent d'une riche histoire islamique.

Mahmoud al-Touhami a grandi en Haute-Egypte (sud) avec son père, cheikh et «maddah» (chanteur populaire) Yassine al-Touhami, l'un des artistes religieux les plus appréciés du pays.

Q
Le chanteur religieux égyptien Mahmoud al-Tohamy a créé une école de chant islamique en 2014 pour moderniser l'art traditionnel en essayant d'incorporer des formes d'art moderne, comme une façon de préserver l'héritage du chant religieux. (KhaledDESOUKI/AFP)

Mais voulant transmettre plus largement le savoir et la passion de la psalmodie reçus en héritage, il est monté dans la capitale où il a fondé l'école d'inchad en 2014. 

Il y propose des cours de solfège, de «maqamat» (tonalités orientales), de louanges, de langue et de diction à des étudiants et étudiantes de «tous âges et toutes religions», explique cheikh Touhami, 41 ans.

Bien qu'attaché à la tradition de ses aïeux, il n'hésite pas à innover avec ses élèves et dans ses projets artistiques personnels.

Rock, pop, house

 

La langue classique, considérée comme noble, est utilisée dans le discours religieux. En l'associant au «rock, à la pop et à la house», l'artiste espère «la faire parvenir à tous», notamment «à la jeunesse locale».

Vêtu d'un t-shirt et jean noirs et portant une casquette et des lunettes de soleil, cheikh Touhami flirte du bout des doigts avec les cordes de son oud.

«Je ne pourrais pas me rendre en Haute-Egypte dans cette tenue, il faut le turban et la galabiya», explique le maître des lieux, en référence aux vêtements traditionnels des hommes de cette région.

Q
Le chanteur religieux égyptien Mahmoud al-Tohamy s'adresse à ses étudiants lors d'un cours de chant islamique. (KhaledDESOUKI/AFP)

A l'inverse, dans son école du Caire, le port des vêtements traditionnels pourrait «faire peur aux jeunes mounchids», dit le religieux dont la dernière création allie des paroles en arabe littéral à de la musique moderne.

S'il se dit «amoureux du soufisme», dont sont souvent proches les mounchids, il ne saurait se revendiquer de ce courant de spiritualité mystique, car cela représente, pour lui, une «responsabilité».

Selon lui, le soufisme permet de «rectifier les croyances (...) à l'ère de l'extrémisme, de la violence et du terrorisme».

Pour allier le traditionnel au moderne, l'artiste a notamment introduit, dans ses cours de récitation, des mélodies peu orthodoxes comme le générique de la série à succès «Game of Thrones».

«J'ai mêlé l'art du chant religieux traditionnel à des touches d'autres musiques occidentales et orientales», s'enorgueillit le maître.

«Art humaniste»

 

Ce rapprochement s'est concrétisé pour la première fois en 2017 lors de sa participation à «Origin», un album de musique du monde primé aux Global Music Awards, où figurent trois morceaux d'«anachids» (chants sacrés) contemporains.

Cheikh Touhami souhaite que l'inchad «redevienne un art humaniste» et dépasse le cadre religieux.

Dans le même esprit, il collabore avec l'artiste égyptien et détenteur d'un Grammy Award, Fathi Salama, sur un projet musical nommé «Le soufisme face à la modernité».

Dès la fin de leur formation, les disciples de cheikh Touhami peuvent rejoindre un groupe d'inchad, composé d'anciens élèves. Tous ne se consacrent pas à la carrière de mounchid. Quatre d'entre eux préfèrent le concours à succès «The Voice Kids».

Q
Le chanteur religieux égyptien Mahmoud al-Tohamy rit avec ses élèves lors d'un cours de chant islamique, au Palais du Prince Taz.
(KhaledDESOUKI/AFP)

 

«De là nous est venue l'idée de créer le premier et le plus grand orchestre de chant religieux d'Egypte», composé de 40 mounchids et 25 musiciens, sous l'égide du ministère de la Jeunesse, explique-t-il.

Malgré un intérêt croissant en Egypte pour son art, cheikh Touhami relève un contraste flagrant avec son auditoire international.

«Le public occidental reçoit mieux l'inchad que le public local (...). Ils ne comprennent peut-être pas les paroles mais ils ressentent certainement l'émotion», conclut-il. 


Le vice-ministre saoudien des Affaires étrangères participe à une réunion sur les efforts de paix au Soudan

Au cours de la réunion tenue à Djibouti, Al-Khuraiji a réitéré les efforts continus du Royaume pour résoudre la crise soudanaise. (SPA)
Au cours de la réunion tenue à Djibouti, Al-Khuraiji a réitéré les efforts continus du Royaume pour résoudre la crise soudanaise. (SPA)
Short Url
  • Le vice-ministre saoudien des Affaires étrangères, Waleed Al-Khuraiji, a participé mercredi à la deuxième réunion consultative des initiatives et efforts de paix au Soudan, a indiqué l'Agence de presse saoudienne
  • Al-Khuraiji a indiqué que les États-Unis et le Royaume ont facilité les pourparlers entre les parties soudanaises à Djeddah, qui ont abouti à la signature de la déclaration de Djeddah visant à protéger les civils au Soudan

RIYAD : Le vice-ministre saoudien des Affaires étrangères, Waleed Al-Khuraiji, a participé mercredi à la deuxième réunion consultative des initiatives et efforts de paix au Soudan, a indiqué l'Agence de presse saoudienne.

Au cours de la réunion qui s'est tenue à Djibouti, il a réitéré les efforts continus du Royaume pour résoudre la crise soudanaise, ainsi que son accueil et son ouverture aux efforts et initiatives internationaux visant à instaurer la paix au Soudan.

Al-Khuraiji a indiqué que les États-Unis et le Royaume ont facilité les pourparlers entre les parties soudanaises à Djeddah, qui ont abouti à la signature de la déclaration de Djeddah visant à protéger les civils au Soudan.

Il a exprimé la volonté de l'Arabie saoudite de rétablir la sécurité et la stabilité au Soudan et a incité les parties soudanaises à donner la priorité à la sagesse et à la retenue, à faire preuve de flexibilité et à répondre aux initiatives positives et humanitaires.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Des diplomates au Liban évaluent l'ampleur des dégâts dans le sud du pays

De la fumée s'échappe d'un site visé par des tirs israéliens dans le village frontalier de Tayr Harfa, au sud du Liban, le 24 juillet 2024. (AFP)
De la fumée s'échappe d'un site visé par des tirs israéliens dans le village frontalier de Tayr Harfa, au sud du Liban, le 24 juillet 2024. (AFP)
Une roquette tirée depuis le sud du Liban est interceptée par le système de défense aérienne israélien Iron Dome au-dessus de la région de la Haute Galilée, dans le nord d'Israël, le 23 juillet 2024. (AFP)
Une roquette tirée depuis le sud du Liban est interceptée par le système de défense aérienne israélien Iron Dome au-dessus de la région de la Haute Galilée, dans le nord d'Israël, le 23 juillet 2024. (AFP)
Short Url
  • La commission des affaires étrangères a rencontré les ambassadeurs de l'UE, de la Suisse, de la Norvège, de la Grande-Bretagne et du Canada pour leur présenter les résultats des attaques israéliennes en cours sur le Sud-Liban.
  • Le Hezbollah a publié une nouvelle vidéo enregistrée par le drone Hudhud en Israël, montrant des images de l'intérieur de la base aérienne de Ramat David.

BEYROUTH : Le chef de la commission des affaires étrangères du Parlement libanais, le député Fadi Alama, a révélé que "le nombre d'attaques contre le Sud-Liban a dépassé 5 736 jusqu'au 15 juillet, faisant 538 martyrs et 1 850 blessés".

La commission des affaires étrangères a rencontré mercredi plusieurs ambassadeurs de l'Union européenne, de Suisse, de Norvège, de Grande-Bretagne et du Canada pour leur présenter les résultats des attaques israéliennes en cours contre le Sud-Liban, dans le cadre des préparatifs pour "le travail du gouvernement dans la phase postérieure au cessez-le-feu".

Le député Alama a déclaré que "les représentants des missions diplomatiques et des organisations internationales ont été surpris lorsque nous avons parlé de 1 800 hectares brûlés intentionnellement par l'ennemi israélien. Ils ont également été surpris par le nombre d'écoles qui ont été ciblées et le nombre d'étudiants qui n'ont pas pu terminer leurs études et qui ont déménagé dans d'autres endroits. En outre, elles ont été informées des 28 000 nouvelles familles qui ont été déplacées des zones ciblées chaque jour".

Le parlementaire a déclaré qu'il était urgent que le gouvernement élabore un plan et une feuille de route dans les plus brefs délais.

Le député Wael Abu Faour, membre de la commission parlementaire des affaires étrangères, a déclaré que "les pertes humaines, sanitaires, urbaines, agricoles et environnementales résultant des attaques israéliennes sont devenues énormes. Les premières estimations des institutions libanaises font état d'un coût d'environ deux milliards de dollars à ce jour, en plus d'autres dommages et pertes".

M. Abu Faour a ajouté : "Il s'agit d'un nouveau défi pour le Liban : "Il s'agit d'un nouveau défi pour l'État libanais qui doit être relevé dans le cadre des relations arabes et internationales du Liban. L'État est en faillite et incapable d'assumer de telles responsabilités, mais en même temps, il ne peut pas abandonner ses responsabilités envers ses citoyens, quelles que soient les considérations politiques locales controversées concernant la faisabilité de la guerre ou ses justifications parmi certaines parties."

Les hostilités entre le Hezbollah et l'armée israélienne se sont poursuivies mercredi. Selon les médias israéliens, "43 colonies ont été évacuées dans le nord, (et) plus de 1 500 bâtiments, voitures et infrastructures ont été endommagés dans le nord. En outre, six zones industrielles ont été touchées et des centaines d'entreprises ont été contraintes de fermer leurs portes en raison des frappes du Hezbollah".

Israël a pris pour cible les villes de Kafr Shuba, Tayr Harfa et Hula mercredi avec des frappes aériennes et des tirs d'artillerie. Un raid a également visé une maison dans la ville de Kfar Hammam, entraînant sa destruction. Ce petit village est situé dans le district de Hasbaya, à l'est du gouvernorat de Nabatieh.

Le Hezbollah a publié une nouvelle vidéo enregistrée par le drone Hudhud en Israël, montrant des images de l'intérieur de la base aérienne de Ramat David, située à environ 50 km de la frontière libanaise.

Selon le Hezbollah, "les images ont été filmées mardi à l'aide d'un drone".

La nouvelle vidéo de huit minutes publiée par le Hezbollah montre plusieurs zones sensibles de la base, notamment des réservoirs de carburant pour avions, le quartier général de l'escadron 109, une plateforme de défense antimissile Iron Dome et des dépôts de munitions. Il révèle également l'emplacement des quartiers généraux de l'escadron 157 et de l'escadron 105. Le Hezbollah a inclus une image du bureau du commandant de la base, révélant des détails complexes de l'installation.

Ce n'est pas la première fois que le Hezbollah utilise de telles tactiques. Auparavant, le groupe avait diffusé des images aériennes d'installations critiques capturées par des drones similaires à Haïfa et sur le plateau du Golan.

Les médias israéliens ont réagi vivement, l'un d'entre eux déclarant : "Plus de huit minutes de vidéo du Hezbollah exposant notre vulnérabilité, c'est une honte".

L'armée israélienne a toutefois minimisé l'incident, affirmant que les images avaient été capturées par un drone conçu uniquement pour la photographie et qu'elles n'avaient pas affecté les opérations de la base.

Une source du Hezbollah a établi un lien entre la diffusion de la vidéo et la visite du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu à Washington.

Dans ce contexte, l'armée israélienne a annoncé mercredi que sa "brigade de réserve a terminé un exercice simulant des scénarios de guerre au Liban".

Le ministre israélien de la sécurité nationale, Itamar Ben-Gvir, a exprimé son soutien à une guerre globale contre le Hezbollah, déclarant : "Le plus tôt sera le mieux : "Le plus tôt sera le mieux".

Toutefois, l'ambassadrice d'Israël en Russie, Simona Halperin, a maintenu que si Tel-Aviv était prêt à une confrontation militaire avec le Liban, il préférait toujours une solution diplomatique.

Elle a souligné qu'Israël n'était pas intéressé par une guerre à grande échelle. "Nous ne pouvons pas écarter un scénario dans lequel Israël pourrait être contraint de s'engager dans une guerre de grande envergure sur le front nord", a-t-elle ajouté.

Parallèlement à la rhétorique guerrière d'Israël, l'ambassade du Canada au Liban a émis un nouvel avis à l'intention de ses citoyens.

Elle a appelé "les Canadiens, les résidents permanents, leurs conjoints et les enfants à leur charge à tenir compte des conseils aux voyageurs et à quitter le pays tant que des vols commerciaux sont disponibles".

L'ambassade a souligné qu'elle s'efforçait d'aider les personnes à obtenir les documents de voyage nécessaires et à garder les familles unies pendant ce processus.

Cette escalade survient alors que des milliers d'expatriés libanais ayant la double nationalité canadienne, américaine et européenne sont arrivés au Liban pour les vacances d'été.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Gaza: report de l'arrivée au Qatar d'une délégation israélienne pour les pourparlers de trêve

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu s'adresse à une réunion conjointe du Congrès au Capitole, le 24 juillet 2024 à Washington, DC. (Photo AFP)
Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu s'adresse à une réunion conjointe du Congrès au Capitole, le 24 juillet 2024 à Washington, DC. (Photo AFP)
Short Url
  • Les réunions qui devaient avoir lieu jeudi ont été repoussées au début de la semaine prochaine, a déclaré cette source sous couvert d'anonymat, sans préciser la raison de ce report.
  • La délégation israélienne devait rencontrer le Premier ministre du Qatar, Mohammed ben Abdelrahmane Al-Thani, pour discuter de nouvelles demandes israéliennes.

DOHA : L'arrivée au Qatar d'une délégation israélienne dans le cadre des efforts destinés à relancer les négociations pour un cessez-le-feu dans la bande de Gaza associé à une libération des otages a été reportée, a indiqué mercredi une source proche des discussions.

Les réunions qui devaient avoir lieu jeudi ont été repoussées au début de la semaine prochaine, a déclaré cette source sous couvert d'anonymat, sans préciser la raison de ce report.

Le Qatar, avec l'Egypte et les Etats-Unis, mène depuis des mois des efforts discrets pour négocier une trêve dans la guerre entre Israël et le Hamas, associée à un échange d'otages retenus dans la bande de Gaza et de Palestiniens détenus dans les prisons israéliennes.

De récentes discussions ont porté sur un cadre présenté fin mai par le président américain Joe Biden, qui avait indiqué qu'il s'agissait d'une proposition israélienne.

La délégation israélienne devait rencontrer le Premier ministre du Qatar, Mohammed ben Abdelrahmane Al-Thani, pour discuter de nouvelles demandes israéliennes, avait indiqué lundi la même source, citant notamment le contrôle du retour dans le nord de la bande de Gaza des civils déplacés.

Arrivé lundi à Washington, le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, prononce mercredi un discours devant le Congrès américain.

Il doit s'entretenir jeudi avec Joe Biden au moment où les relations entre Israël et le gouvernement américain sont relativement tendues, les Etats-Unis faisant pression pour un cessez-le-feu dans la bande de Gaza, dévastée par plus de neuf mois de guerre.

Le Premier ministre du Qatar a eu un entretien téléphonique avec le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken, selon un communiqué officiel publié mercredi à Doha.

Ils ont discuté des "derniers développements à Gaza et dans les territoires palestiniens occupés, ainsi que des efforts de médiation conjoints pour mettre fin à la guerre dans la région", selon le texte.