Mexique: ces évêques qui parlent aux narcos pour réduire la violence

Un évêque, Salvador Rangel, assume son bilan contre vents et marées à l'heure de passer le relais à son successeur qui entend poursuivre son oeuvre à la tête d'un des diocèses le plus violent du pays (Photo, AFP).
Un évêque, Salvador Rangel, assume son bilan contre vents et marées à l'heure de passer le relais à son successeur qui entend poursuivre son oeuvre à la tête d'un des diocèses le plus violent du pays (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Dimanche 24 avril 2022

Mexique: ces évêques qui parlent aux narcos pour réduire la violence

  • Le diocèse de Chilapa et Chilpancingo se trouve dans l'Etat du Guerrero (sud-ouest), où des cartels se disputent la culture de l'opium et de la marijuana dans les sierras voisines
  • Arrivé en 2015 après des années en Terre Sainte, le Franciscain a défendu envers et contre tous le dialogue avec les narcos

CHILAPA DE ALVAREZ, Mexique: Dialoguer avec les narcotrafiquants pour réduire la violence au Mexique: un évêque, Salvador Rangel, assume son bilan contre vents et marées à l'heure de passer le relais à son successeur qui entend poursuivre son oeuvre à la tête d'un des diocèses le plus violent du pays.

"Cela a valu la peine", se défend Mgr Rangel, 75 ans, au milieu des festivités qui ont marqué cette semaine son départ en retraite et l'arrivée du nouvel évêque, José de Jesus Gonzalez Hernandez, à Chilpancingo et Chilapa, les deux grandes villes du diocèse.

En sept ans, Mgr Rangel a demandé aux "capos" d'arrêter de tuer, de suspendre les extorsions et de libérer les civils enlevés, un problème de grande envergure au Mexique. 

"J'ai sauvé beacoup de personnes enlevées", affirme-t-il à l'AFP, bon pied bon oeil malgré son âge. "A Chilapa, il y a cinq ans, il y avait des morts tous les jours, découpés en morceaux. Il y avait des +prélèvements du loyer+ (extorsion des commerçants, NDLR). Tout cela s'est arrêté".

Pas tout à fait. Le 31 mars, six têtes découpées ont été retrouvées sur le toit d'une voiture abandonnée par des inconnus dans une rue de Chilapa.

Le diocèse de Chilapa et Chilpancingo se trouve dans l'Etat du Guerrero (sud-ouest), où des cartels se disputent la culture de l'opium et de la marijuana dans les sierras voisines, ainsi que le contrôle des ports du Pacifique comme Acapulco.

Arrivé en 2015 après des années en Terre Sainte, le Franciscain a défendu envers et contre tous le dialogue avec les narcos même après l'assassinat le 5 février 2018 de deux prêtres à Chilpancingo.

"Les institutions n'aiment pas du tout ce que je suis en train de faire (...) parce qu'en fin de compte, il y a des intérêts économiques", déclarait-il alors. Allusion aux liens présumés entre les cartels et les politiciens locaux, un secret de polichinelle pour les habitants.

Sa politique de la main tendue lui a aussi valu des menaces de groupes d'auto-défense, qui l'ont accusé de pactiser avec le "crime organisé".

"Le pire que nous aurions pu faire était de nous taire", poursuit Mgr Rangel devant l'AFP, se déclarant favorable à un dialogue entre le gouvernement et les cartels.

"Chilapa remercie Monseigneur Salvador Rangel pour avoir ramené la paix sur notre terre", affiche une pancarte dans la poussière d'une procession en hommage aux deux évêques, sur fond de musique et de danses. 

"On ne pouvait plus sortir. Maintenant, grâce à Dieu, nous sommes plus tranquilles", lance un chauffeur d'ambulance de 68 ans, qui préfère taire son nom.

Les statistiques semblent donner raison à l'évêque sortant. D'un pic de 117 assassinats en 2017 à Chilapa, le chiffre a fondu à 14 en 2021, de source officielle. Dans la ville voisine de Chilpancingo - capitale de l'Etat de Guerrero - la trajectoire est passée de 159 à 50 sur la même période.

«Donnez-nous votre bénédiction»

Le nouvel évêque, José de Jesus Gonzalez Hernandez, veut suivre les traces de son prédécesseur, qu'il a côtoyé il y a 20 ans dans les violences du Proche Orient, en Israël, au sein de la Custodie franciscaine de Terre Sainte.

"Il y a sept ans, la violence se ressentait très fortement. C'est différent maintenant. Les gens espèrent que l'on continue (le dialogue) avec les méchants", affirme à l'AFP Mgr Gonzalez Hernandez, 57 ans, qui a lui-même survécu à une attaque le 12 mai 2011 dans l'Etat du Nayarit (ouest).

Les délinquants ont tiré en rafales sur sa voiture qu'ils ont confondue avec un convoi ennemi. Les trois occupants sont sortis indemnes.

"Le chef est venu et m'a dit : +excusez-moi, nous pensions qu'il y avait celui que nous cherchions", raconte "Chuy", diminutif de Jesus. "Ils m'ont ensuite dit : +donnez-nous votre bénédiction+. J'ai pensé : +ce sont nos enfants+ et je leur ai donnée". 

D'après l'ONG Centro Catolico Multimedial, quelques 30 hommes d'église ont été assassinés depuis 2012 au Mexique, qui enregistre 340 000 homicides depuis 2006 et la militarisation de la lutte anti-drogue.

Les délinquants "ne le sont pas par plaisir, ils sont aussi dans le besoin", assure le nouvel évêque. Quelque 70% de la population de l'Etat du Guerrero - 3,5 millions d'habitants - vivent dans la pauvreté, d'après des chiffres officiels.

Pour le franciscain, "notre frère le loup", comme il appelle les délinquants, a toujours faim. Il promet de poursuivre le dialogue "jusqu'où on pourra, parce que nous marchons en terrain miné".


Grèce: au moins 15 morts dans le naufrage d'une embarcation de migrants

La Grèce a connu cette année une augmentation du trafic migratoire, les passeurs empruntant souvent la route la plus longue et la plus périlleuse au sud du pays. (AFP)
La Grèce a connu cette année une augmentation du trafic migratoire, les passeurs empruntant souvent la route la plus longue et la plus périlleuse au sud du pays. (AFP)
Short Url
  • Les corps de 15 femmes apparemment d'origine africaine ont été repêchés à l'est de l'île de Lesbos, voisine des côtes turques en mer Egée, après que leur embarcation a sombré
  • Neuf autres femmes ont pu être secourues mais 14 autres personnes sont portées disparues, une quarantaine de personnes se trouvaient à bord de l'embarcation au moment du drame

ATHENES: Au moins 15 personnes sont mortes et une trentaine d'autres portées disparues en Grèce dans le naufrage de deux embarcations de migrants, poussées par des vents violents, ont annoncé jeudi les gardes-côtes grecs.

Les corps de 15 femmes apparemment d'origine africaine ont été repêchés à l'est de l'île de Lesbos, voisine des côtes turques en mer Egée, après que leur embarcation a sombré, a indiqué un porte-parole des garde-côtes, Nikos Kokkalas, sur la chaîne de télévision publique ERT.

Neuf autres femmes ont pu être secourues mais 14 autres personnes sont portées disparues, a-t-il ajouté, en précisant qu'une quarantaine de personnes se trouvaient à bord de l'embarcation au moment du drame. "Les femmes étaient complètement paniquées", a-t-il décrit.

Quelques heures plus tôt, les autorités avaient fait état de disparus après le naufrage d'une autre embarcation, un voilier transportant quelque 95 personnes, cette fois-ci au large de l'île de Cithère, proche de la péninsule du Péloponnèse.

A la nage 

Certains des survivants ont pu rejoindre la côte à la nage, et une opération combinée mobilisant des navires en mer et les services de pompiers et de police à terre a permis de retrouver 80 personnes.

Le voilier a coulé près du port de Diakofti. Il a été "complètement détruit", selon M. Kokkolas.

Aucune précision n'a été fournie quant à la nationalité des naufragés.

Dans la région de Cithère, les vents atteignaient 102 km/h, ont indiqué les garde-côtes.

La Grèce a connu cette année une augmentation du trafic migratoire, les passeurs empruntant souvent la route la plus longue et la plus périlleuse au sud du pays.

Les embarcations de fortune partent du Liban, et non plus de la Turquie, pour contourner les patrouilles en mer Égée et tentent de rejoindre l'Italie.

Les garde-côtes ont assuré avoir secouru quelque 1.500 personnes au cours des huit premiers mois de l'année, contre moins de 600 en 2021.

La traversée périlleuse de quelques milles nautiques entre les îles grecques, porte d'entrée dans l'Union européenne, et les côtes turques en mer Egée, située en Méditerranée orientale, coûte la vie à de nombreux migrants et réfugiés qui tentent la traversée à bord d'embarcations de fortune pour fuir guerres et misère.

Depuis janvier 2022, 64 personnes ont péri en tentant de passer en Europe depuis les côtes turques proches, contre 111 pour l'ensemble de l'année 2021, selon les données de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM).

En décembre dernier, au moins 30 personnes ont péri dans trois naufrages distincts de bateaux de migrants en mer Égée. Mais les données précises sont difficiles à établir car certains corps ne sont jamais repêchés ou sont retrouvés sur le rivage des semaines plus tard.

Accusations 

Athènes accuse Ankara de fermer les yeux sur les pratiques des passeurs et de laisser des migrants venir en Grèce en violation de l'accord de mars 2016 qui prévoyait un effort de la Turquie pour limiter les départs de réfugiés et migrants depuis son territoire.

La Turquie nie ces accusations.

De son côté, la Grèce est pointée du doigt par des ONG et des médias pour ses responsabilités dans des refoulements illégaux et souvent violents à ses frontières maritimes et terrestres.

Le gouvernement conservateur grec a toujours démenti ces refoulements vers la Turquie, contraires au droit international, malgré les enquêtes sérieuses et documentées menées par des médias internationaux et des ONG.

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a accusé la Grèce de transformer la mer Egée en "cimetière" avec "ses politiques oppressives". Le ministre grec des Migrations, Notis Mitarachi, lui a rétorqué que la Turquie poussait les migrants "avec violence" vers les eaux territoriales grecques "en violation du droit international".


Une Europe élargie se rassemble à Prague face à Poutine

Six ans après le Brexit, les moindres faits et gestes de la Première ministre britannique Liz Truss à Prague seront évidemment scrutés avec attention. (AFP)
Six ans après le Brexit, les moindres faits et gestes de la Première ministre britannique Liz Truss à Prague seront évidemment scrutés avec attention. (AFP)
Short Url
  • Traduction concrète d'une idée lancée en mai par le président français Emmanuel Macron, cette «CPE», est un rassemblement beaucoup plus large que l'Union européenne
  • Mais derrière ce nouvel acronyme, on trouve des tensions latentes et des pays aux trajectoires radicalement différentes vis-à-vis de l'UE

PRAGUE: La "Communauté politique européenne" fait ses premiers pas: 44 dirigeants du continent se retrouvent jeudi à Prague, dans un format inédit qui est aussi un symbole fort, sept mois après le début de l'invasion russe en Ukraine.

La "photo de famille" dans l'imposant château de Prague qui domine la vieille ville vise à marquer les esprits au moment où le président russe Vladimir Poutine brandit de nouveau le spectre de l'arme nucléaire et où le continent redoute une crise énergétique sans précédent.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky s'exprimera depuis Kiev en visioconférence.

Traduction concrète d'une idée lancée en mai par le président français Emmanuel Macron, cette "CPE", est un rassemblement beaucoup plus large que l'Union européenne (17 pays invités en plus des 27 membres du bloc).

Mais derrière ce nouvel acronyme, on trouve des tensions latentes et des pays aux trajectoires radicalement différentes vis-à-vis de l'UE: Norvège, Ukraine, Suisse, Turquie, Royaume-Uni, Moldavie, Serbie, Azerbaïdjan...

Quel dénominateur commun entre des candidats déclarés (et impatients) à l'adhésion, des pays qui savent que la porte leur est fermée pour longtemps et le Royaume-Uni, qui choisissait il y a six ans de quitter l'UE avec fracas?

La CPE s'inscrira-t-elle dans la durée ou rejoindra-t-elle la longue liste des projets sans lendemain sur le continent, à l'image de la Confédération européenne proposée en 1989 par François Mitterrand?

Ne risque-t-elle pas, enfin, de devenir une anti-chambre dans laquelle les candidats à l'adhésion patientent éternellement?

Il s'agit d'un "complément" et non d'une "alternative" au processus d'adhésion à l'UE, assure Emmanuel Macron.


La Corée du Nord tire encore deux missiles et blâme Séoul et Washington

De nombreux experts affirment que l'objectif de Kim est d'obtenir à terme la reconnaissance des États-Unis en tant qu'État nucléaire légitime (Photo, AP).
De nombreux experts affirment que l'objectif de Kim est d'obtenir à terme la reconnaissance des États-Unis en tant qu'État nucléaire légitime (Photo, AP).
Short Url
  • Selon l'armée sud-coréenne, deux missiles à courte portée ont été lancés jeudi matin depuis les environs de Pyongyang en direction de la mer du Japon
  • Pour la Chine, les essais de missiles par Pyongyang sont «étroitement liés» aux exercices militaires américano-sud-coréen

SÉOUL: La Corée du Nord a lancé jeudi deux nouveaux missiles balistiques et a qualifié ces essais d'armes de "justes mesures de rétorsion" contre Washington et Séoul et leurs exercices militaires dans la région.

Les nouveaux tirs sont intervenus au moment où, à New York, le Conseil de sécurité de l'ONU se réunissait pour évoquer le lancement d'un autre missile nord-coréen qui avait survolé le Japon deux jours plus tôt.

Selon l'armée sud-coréenne, deux missiles à courte portée ont été lancés jeudi matin depuis les environs de Pyongyang en direction de la mer du Japon. Les gardes-côtes japonais ont confirmé avoir détecté ces projectiles.

Ce sixième lancement en moins de deux semaines, est "absolument inacceptable", a aussitôt réagi le Premier ministre japonais Fumio Kishida.

Mardi, un missile de type Hwasong-12 avait survolé le Japon et parcouru environ 4 600 km, soit probablement la distance la plus longue jamais atteinte par Pyongyang dans le cadre de ses essais, selon Séoul et Washington.

C'était la première fois en cinq ans qu'un projectile nord-coréen passait au-dessus du territoire japonais.

La Corée du Nord, qui a adopté en septembre une nouvelle doctrine rendant "irréversible" son statut de puissance nucléaire, a intensifié cette année ses tirs et a lancé un missile balistique intercontinental (ICBM) pour la première fois depuis 2017.

Ces tirs constituent "les justes mesures de rétorsion de l'Armée populaire coréenne contre les manoeuvres militaires conjointes entre la Corée du Sud et les Etats-Unis qui provoquent une escalade des tensions militaires dans la Péninsule coréenne", a déclaré jeudi le ministère nord-coréen dans un communiqué.

À la suite du lancement de mardi, Washington avait appelé à une réunion d'urgence du Conseil de sécurité des Nations unies. Mais la Chine, alliée et partenaire économique de la Corée du Nord, y a blâmé elle aussi les Etats-Unis.

La Chine blâme Washington

Les essais de missiles par Pyongyang sont "étroitement liés" aux exercices militaires américano-sud-coréens, a déclaré devant le Conseil l'ambassadeur chinois adjoint auprès des Nations unies, Geng Shuang.

Il a accusé Washington d'"empoisonner l'environnement de sécurité régional".

Séoul, Tokyo et Washington ont multiplié les manoeuvres militaires conjointes ces dernières semaines, notamment des exercices de lutte anti-sous-marine et des manoeuvres navales à grande échelle.

Mercredi, la Corée du Sud et les Etats-Unis avaient tiré cinq missiles balistiques -dont un s'est écrasé après son lancement- vers des cibles fictives en mer du Japon. Et la veille, les aviations des deux pays avaient mené des exercices de tir en mer Jaune.

Séoul a également annoncé le retour dans la région du porte-avions à propulsion nucléaire américain USS Ronald Reagan qui a effectué en septembre des exercices avec la marine sud-coréenne.

La réunion du Conseil de sécurité a été soutenue par la France, le Royaume-Uni, l'Albanie, la Norvège et l'Irlande.

L'ambassadrice américaine auprès de l'ONU Linda Thomas-Greenfield y a dénoncé "un effort clair de la Chine et la Russie pour récompenser (la Corée du Nord) pour ses mauvaises actions", et a apppelé à un renforcement des sanctions contre Pyongyang.

En mai, Pékin et Moscou avaient opposé leur veto à une résolution du Conseil de sécurité imposant de nouvelles sanctions à la Corée du Nord, alors que l'instance avait adopté à l'unanimité de lourdes sanctions en 2017.

Selon les analystes, le régime du dirigeant nord-coréen Kim Jong Un saisit l'occasion de l'impasse à l'ONU pour pousser toujours plus loin ses essais d'armes.

Séoul et Washington s'attendent à ce que la Corée du Nord reprenne ses essais nucléaires, interrompus depuis 2017, probablement après le congrès du Parti communiste chinois qui débute le 16 octobre.

"A ce stade, pour Kim, faire marche arrière et arrêter les provocations paraîtrait contre-productif pour ses intérêts. Sans parler de la quantité de ressources gaspillées pour mener ces essais d'armes", a expliqué Soo Kim, analyste à la RAND Corporation.

"Nous sommes assurément dans un cycle de provocation armée", a-t-elle estimé.