Ebola en RDC: l'OMS n'exclut par un risque de propagation régionale et internationale

Des membres de la Croix-Rouge de la République démocratique du Congo portant des gants et des masques manipulant des cadavres à Mangina le 10 février 2020 (Photo, AFP).
Des membres de la Croix-Rouge de la République démocratique du Congo portant des gants et des masques manipulant des cadavres à Mangina le 10 février 2020 (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Vendredi 29 avril 2022

Ebola en RDC: l'OMS n'exclut par un risque de propagation régionale et internationale

  • La résurgence du virus à Mbandaka, une ville du nord-ouest de la RDC, a fait deux morts depuis le 21 avril
  • Selon l'organisation, 200 doses de vaccin ont été expédiées à Mbandaka. La vaccination a commencé le 27 avril

GENEVE: L'OMS a indiqué jeudi ne pas exclure un risque de transmission régionale et internationale du virus Ebola à la suite d'une nouvelle épidémie de cette fièvre hémoragique à Mbandaka, en République démocratique du Congo.

La résurgence du virus dans cette ville du nord-ouest de la RDC a fait deux morts depuis le 21 avril.

A la date du 27 avril, "267 contacts ont été identifiés", selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS) qui juge, à ce stade, "difficile d'évaluer l'étendue de l'épidémie".

"Le risque de propagation régionale et internationale de cette épidémie n'est pas exclu car la ville de Mbandaka borde le fleuve Congo et dispose de connexions fluviales et terrestres avec la capitale Kinshasa, la République du Congo, la République centrafricaine et l'Angola", indique l'OMS dans un communiqué.

En outre, ajoute l'OMS, Mbandaka dispose de liaisons aériennes avec la province du Sud-Ubangi, qui borde la Centrafrique et la République du Congo, et avec Kinshasa.

Mais l'OMS qualifie pour l'instant de "modéré" le risque au niveau régional et de "faible" sur le plan international. L'agence onusienne ne recommande aucune restriction aux voyages et au commerce à destination de la RDC.

Le risque de propagation en RDC est jugé "élevé" en raison de la présence de réservoirs animaux et d'hôtes intermédiaires, de la fréquence élevée des épidémies d'Ebola dans le pays, de facteurs environnementaux et d'un système de santé affaibli par des épidémies en cours de choléra, rougeole et Covid-19, entre autres.

Il s'agit de la 14e épidémie d'Ebola en RDC depuis 1976.

Bien que Mbandaka ait connu deux épidémies d'EVD en 2020 et 2018, l'OMS souligne que certaines des améliorations apportées au système de santé lors des précédentes épidémies n'ont pas été maintenues.

"Il est nécessaire de soutenir les professionnels de santé de la province pour mener une réponse efficace. En outre, un soutien logistique est nécessaire pour réactiver l'infrastructure sanitaire mise en place lors des épidémies précédentes", demande l'OMS.

Selon l'organisation, 200 doses de vaccin ont été expédiées à Mbandaka. La vaccination a commencé le 27 avril. D'autres doses seront expédiées en fonction des besoins.

Identifié pour la première fois en 1976 en RDC (ex-Zaïre), le virus Ebola se transmet à l'homme par des animaux infectés. La transmission humaine se fait par les liquides corporels, avec pour principaux symptômes des fièvres, vomissements, saignements, diarrhées.


Niger: neuf morts dans l'attaque d'un site de réfugiés maliens

En novembre 2021, 25 civils avaient été tués dans une attaque de djihadistes présumés contre le campement de Bakorat. (Photo, AFP)
En novembre 2021, 25 civils avaient été tués dans une attaque de djihadistes présumés contre le campement de Bakorat. (Photo, AFP)
Short Url
  • «Des civils ont bien été ciblés par une attaque mercredi dans la zone de Tillia», a confirmé une source sécuritaire, sans fournir de bilan ni de détails sur cette attaque
  • Les « terroristes lourdement armés» sont venus sur « une dizaine de motos», puis ont « fait  irruption» dans le campement et ont « ouvert le feu» avant de fuir vers le Mali

NIAMEY: Neuf personnes ont été tuées mercredi dans une attaque menée par "des terroristes lourdement armés" contre un site de réfugiés maliens dans l'ouest du Niger proche du Mali, a appris samedi l'AFP de sources locale et sécuritaire.

"Le bilan de l'attaque est de neuf morts, un blessé et six portés disparus", selon un élu local. "Des civils ont bien été ciblés par une attaque mercredi dans la zone de Tillia", a confirmé une source sécuritaire, sans fournir de bilan ni de détails sur cette attaque.

Selon l'élu local, l'attaque a visé dans la soirée du 1er février un campement de réfugiés maliens près d'une localité située à 65 km au nord-ouest de Tillia, dans la région de Tahoua, frontalière du Mali.

Les "terroristes lourdement armés" sont venus sur "une dizaine de motos", puis ont "fait  irruption" dans le campement et ont "ouvert le feu" avant de fuir vers le Mali, a-t-il dit.

Tahoua et Tillabéri - dans la zone des trois frontières entre le Burkina Faso, le Niger et le Mali - sont deux régions immenses et instables, théâtres depuis 2017 d'actions meurtrières de groupes armés liés à Al-Qaïda et au groupe Etat islamique (EI).

C'est dans la même région de Tillia que 141 civils avaient été massacrés le 21 mars 2021 par des jihadistes présumés dans plusieurs attaques menées contre les localités de Bakorat, Intezayane, Woursanat et plusieurs autres hameaux et campements.

En novembre 2021, 25 civils avaient été tués dans une attaque de djihadistes présumés contre le campement de Bakorat.

Et en mai de la même année, 16 soldats nigériens avaient trouvé la mort dans une embuscade tendue par des hommes armés dans cette même zone.

Il y a un an, Tillabéri et Tahoua abritaient 61 042 réfugiés maliens qui avaient fui en 2012 le nord du Mali tombé sous la coupe de groupes jihadistes, selon l'ONU.

En avril 2022, des milliers d'autres Maliens et Nigériens vivant au Mali, s'étaient installés dans ces régions après avoir fui de violents combats dans le nord du Mali opposant différents groupes armés.

Après le départ forcé en 2022 des soldats français du Mali, et bientôt du Burkina Faso, quelque 3.000 d'entre eux restent déployés au Niger et au Tchad pour participer à la lutte antijihadiste dans la région.


Une adolescente tuée par un requin en Australie

Un avis d'ordre public est vu près du site d'une attaque mortelle de requin au large de Little Bay Beach à Sydney le 17 février 2022, alors que les autorités ont déployé des lignes appâtées pour tenter d'attraper un grand requin blanc géant qui a dévoré un nageur (Photo, AFP).
Un avis d'ordre public est vu près du site d'une attaque mortelle de requin au large de Little Bay Beach à Sydney le 17 février 2022, alors que les autorités ont déployé des lignes appâtées pour tenter d'attraper un grand requin blanc géant qui a dévoré un nageur (Photo, AFP).
Short Url
  • La jeune fille a été grièvement blessée par ce requin d'une espèce inconnue dans la rivière Swan, à Fremantle
  • La dernière attaque mortelle dans une rivière en Australie remonte elle à 1960

SYDNEY: Une adolescente de 16 ans est morte samedi après avoir été attaquée par un requin pendant qu'elle nageait dans une rivière dans l'ouest de l'Australie, ont annoncé les autorités.

La jeune fille a été grièvement blessée par ce requin d'une espèce inconnue dans la rivière Swan, à Fremantle dans la banlieue de Perth, selon un communiqué du gouvernement de l'Etat.

Elle a été sortie de l'eau puis déclarée décédée sur place après l'échec des tentatives de réanimation, a précisé Paul Robinson, de la police de Fremantle.

"C'est encore très tôt, ce qu'on sait c'est qu'elle était à la rivière avec des amis", a-t-il dit lors d'une conférence de presse.

"Ils étaient sur des jet skis. Un groupe de dauphins aurait été vu dans les environs et la jeune fille aurait sauté dans l'eau pour nager avec les dauphins", a-t-il poursuivi.

La famille de la jeune fille, originaire de Perth, est "totalement anéantie par la nouvelle" de cet "incident très, très traumatisant", a-t-il ajouté.

Selon les experts, ce n'est pas courant de trouver des requins dans cette partie de la rivière, a indiqué M. Robinson.

Le gouvernement de l'Etat a appelé la population à faire preuve de "davantage de prudence " dans la rivière Swan et à respecter les fermetures de plages.

C'est la première attaque mortelle dans la rivière Swan depuis la mort d'un adolescent de 13 ans en janvier 1923, à Claremont dans la banlieur de Perth, selon des informations de l'époque ainsi qu'une base de données tenue à jour par la Société de conservation de Taronga.

La dernière attaque mortelle dans une rivière en Australie remonte elle à 1960, quand un requin bouledogue d'une longueur estimée à 3,3 mètres s'en est pris à un plongeur à Roseville Bridge à Sydney, selon cette base de données.

En février 2022, un moniteur de plongée britannique âgé de 35 ans, Simon Nellist, avait été dévoré au large de la plage de Little Bay à Sydney, première attaque de ce genre depuis 1963 dans la plus grande ville du pays.

Selon Sports Australia, 4,5 millions d'Australiens nagent régulièrement et au moins 500 000 pratiquent le surf.


Birmanie: l'Asean exhorte la junte à mettre en œuvre le plan de paix convenu

Le ministre indonésien des Affaires étrangères, Retno Marsudi, s'exprime lors d'une conférence de presse après la retraite des ministres des Affaires étrangères de l'ANASE (Association des nations de l'Asie du Sud-Est) à Jakarta, le 4 février 2023. (AFP).
Le ministre indonésien des Affaires étrangères, Retno Marsudi, s'exprime lors d'une conférence de presse après la retraite des ministres des Affaires étrangères de l'ANASE (Association des nations de l'Asie du Sud-Est) à Jakarta, le 4 février 2023. (AFP).
Short Url
  • L'Indonésie, première économie d'Asie du Sud-Est, préside l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est (Asean) pour 2023 et accueillera les réunions annuelles des dirigeants de cette organisation dans le courant de l'année
  • Mais la réunion ministérielle de Jakarta a été dominée par la crise en Birmanie déclenchée par le coup d'Etat de la junte en 2021

JAKARTA : A l'issue de pourparlers de deux jours en Indonésie, des ministres d'Asie du Sud-Est ont exhorté samedi la junte birmane à mettre en œuvre un plan de paix en cinq points convenu il y a deux ans pour ouvrir un chemin vers la fin de la crise politique du pays.

L'Indonésie, première économie d'Asie du Sud-Est, préside l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est (Asean) pour 2023 et accueillera les réunions annuelles des dirigeants de cette organisation dans le courant de l'année.

Mais la réunion ministérielle de Jakarta a été dominée par la crise en Birmanie déclenchée par le coup d'Etat de la junte en 2021.

La ministre indonésienne des Affaires étrangères, Retno Marsudi, a déclaré que Jakarta avait proposé aux membres de l'Asean un plan de mise en œuvre du "consensus en cinq points" (5PC) convenu avec la junte en avril 2021, qui appelait à la fin des violences et au dialogue entre les militaires et les rebelles.

"Tous les Etats membres ont apporté un large soutien à ce plan", a-t-elle fait savoir aux journalistes à la fin des discussions, sans donner de détails sur le moment et la manière dont ils espèrent que l'accord sera appliqué.

"Ce plan est très important pour l'Asean, en particulier pour la présidence, en tant qu'orientation pour faire face à la situation en Birmanie de manière unie. Il montre une forte unité des membres de l'Asean pour mettre en œuvre le 5PC."

La Birmanie reste membre de l'Asean. Mais les responsables de la junte birmane n'ont pas été autorisés à participer aux réunions de haut niveau à cause du manque de progrès dans l'application du plan visant à rétablir la paix entre l'armée et l'opposition birmane.

Le ministre birman des affaires étrangères, Than Swe, nommé cette semaine, n'était pas présent aux négociations de l'Asean vendredi, le bloc ayant refusé d'inviter un membre de la junte et n'acceptant qu'un "représentant apolitique", une offre rejetée par Naypyidaw.

Les responsables indonésiens ont souligné que l'absence de progrès de la part de la junte mettait à l'épreuve la crédibilité du bloc et qu'ils s'efforçaient de trouver des solutions à la crise.

Jakarta a annoncé son intention de mettre en place un bureau d'envoyé spécial sous l'égide du ministère des Affaires étrangères afin d'établir un dialogue de niveau inférieur avec la junte.