Banksy revendique une oeuvre murale à Nottingham

Nouvelle oeuvre de Banksy. (AP)
Short Url
Publié le Samedi 17 octobre 2020

Banksy revendique une oeuvre murale à Nottingham

  • En postant une photo de l'œuvre sur son compte Instagram, l'artiste a mis fin aux spéculations sur sa paternité, qui allaient bon train depuis son apparition mardi sur le mur de briques rouges dans cette ville du centre de l'Angleterre
  • « Tout le monde est très excité, et beaucoup, beaucoup de gens viennent voir le dessin », a-t-elle raconté à l'agence britannique Press Association

LONDRES : Le célèbre artiste de rue britannique Banksy a revendiqué samedi sur les réseaux sociaux le dessin d'une fillette jouant du hula hoop avec un pneu de vélo, apparu récemment sur le mur d'un salon de coiffure de Nottingham. 

En postant une photo de l'œuvre sur son compte Instagram, l'artiste a mis fin aux spéculations sur sa paternité, qui allaient bon train depuis son apparition mardi sur le mur de briques rouges dans cette ville du centre de l'Angleterre.  

Devant le pochoir en noir et blanc, un vélo usé avec un pneu manquant a été attaché à un poteau, qui ne s'y trouvait pas avant l'œuvre murale, selon la gérante du salon de coiffure, Surinder Kaur, 42 ans.

« Tout le monde est très excité, et beaucoup, beaucoup de gens viennent voir le dessin », a-t-elle raconté à l'agence britannique Press Association.

« Malheureusement, je ne possède pas ce bien immobilier, je le loue », a-t-elle ajouté, alors que les œuvres de l'artiste de street art originaire de Bristol atteignent parfois des millions aux enchères.  

Selon elle, les autorités locales ont recouvert l'œuvre d'un film plastique transparent pour la protéger. 

 


Les étangs de Corot au cœur d'une polémique entre sécurité et patrimoine

"Bord de mare à la gardienne de vache", une huile du peintre Jean-Baptiste Camille Corot (Mychele Daniau/ AFP)
Short Url
  • Les étangs de Corot, à Ville-d’Avray, sont au cœur d'une polémique soulevée par des travaux de sécurisation qui, selon leurs détracteurs, défigurent" ce site pittoresque des Hauts-de-Seine
  • Ces étangs ont été créés au XVIIe siècle afin d'alimenter les bassins du domaine national de Saint-Cloud et ont été une source d'inspiration quasi inépuisable de Jean-Baptiste Camille Corot

NANTERRE : Ils ont été immortalisés par le peintre qui leur a légué son nom : les étangs de Corot sont au cœur d'une polémique soulevée par des travaux de sécurisation qui, selon leurs détracteurs, défigurent" ce site pittoresque des Hauts-de-Seine.

Situés à Ville-d'Avray, ces étangs ont été créés au XVIIe siècle afin d'alimenter les bassins du domaine national de Saint-Cloud et ont été une source d'inspiration quasi inépuisable de Jean-Baptiste Camille Corot.

Au fil des ans, notamment après la tempête de 1999 et plus récemment en 2016, les digues ont toutefois laissé transparaître certaines fragilités, poussant les autorités à commander une étude de risques en 2017 qui a conclu à la nécessité de mener des travaux.

A défaut, souligne-t-on à la préfecture des Hauts-de-Seine, pas moins de 33.000 personnes pourraient être directement menacées en cas de rupture totale des barrages. "On ne veut pas être anxiogène, le but n'est pas de faire peur aux gens mais il faut quand même rappeler les faits", dit-on.

Ce "rappel des faits" survient après plusieurs mois de polémique autour de ces travaux de consolidation, entamés en septembre 2019 et qui doivent s'achever en octobre 2021. Lancée en juin, une pétition, qui s'émeut notamment de l'abattage prévu de tilleuls centenaires pour ériger un déversoir, a ainsi recueilli 3.700 signatures.

Les opposants à ce projet, dont le budget a été chiffré à 12 millions d'euros, ont également reçu cet été le soutien de Stéphane Bern, le "monsieur Patrimoine" d'Emmanuel Macron.

"Notre château de Versailles" 

"On ne remet pas en cause le renforcement des digues, ce qu'on remet en cause, c'est la construction d'un déversoir", explique Hélène Seychal, la conseillère municipale d'opposition de Ville-d'Avray à l'origine de la pétition.

"Il est prévu d'abattre 14 tilleuls, il y aura définitivement un trou, c'est une catastrophe écologique et culturelle", détaille-t-elle. "Que vous alliez à New York, à Londres ou à Saint-Petersbourg, vous retrouvez les tableaux de Corot avec ces arbres qu'ils vont abattre et ça c'est monstrueux".

"Le paysage qui est celui des étangs est définitivement défiguré alors que c'est notre château de Versailles à nous", ajoute la représentante locale du Groupe national de surveillance des arbres.

Deux "mises en demeure", une adressée au président du Centre des monuments nationaux, l'autre à la maire de la ville, viennent d'être faites par le groupe d'opposition municipale de Ville-d'Avray pour demander l'arrêt des travaux et de nouvelles études.

A la préfecture, on rappelle le "nombre important d'échanges" au cours des trois dernières années et on défend "le scénario retenu qui permet de diminuer considérablement le risque".

"Les étangs de Corot c'est un symbole fort, un patrimoine connu auquel les gens sont attachés donc forcément cela suscite des passions", souligne l'entourage du préfet en affichant sa détermination. "Mais la gestion de ce type de risque est une responsabilité de l'Etat et nous devons l'assumer pleinement. Il n'est donc en aucun cas question d'arrêter les travaux". (AFP)

 


Tendance ou phénomène littéraire? Dans les librairies, les écrivains noirs comptent

Portrait de l’écrivain Maya Angelou dans une clinique de l’Indiana (Scott Olson/Getty Images via AFP)
Short Url
  • Les auteurs noirs, souvent anglo-saxons, sont plébiscités par des maisons d'édition françaises, dans le sillage du mouvement "Black lives matter"
  • De l'aveu même des éditeurs, cette profusion de romans et essais est propre à la rentrée littéraire 2020

PARIS : Un «manuel» antiraciste, la biographie de l'icône américaine Maya Angelou ou des essais qui parlent de «race»: les auteurs noirs, souvent anglo-saxons, sont plébiscités par des maisons d'édition françaises, dans le sillage du mouvement «Black lives matter».

Les Américains Colson Whitehead (deux prix Pulitzer, en 2017 et 2020), Ta-Nehisi Coates, Ibram X. Kendi, Brit Bennett, ou encore la Britannico-Nigériane Bernardine Evaristo: impossible pour les lecteurs de ne pas avoir vu ces noms ces dernières semaines en librairie.

Leur point commun? Tous sont des auteurs noirs. Et de l'aveu même des éditeurs, cette profusion de romans et essais est propre à la rentrée littéraire 2020.

Une rentrée singulière, avec, en toile de fond, la résurgence des questions liées au racisme et aux discriminations, dans le sillage du mouvement américain «Black lives matter» («les vies noires comptent»).

Ce mouvement, né sous le mandat de Barack Obama, s'est imposé dans l'actualité avec la mort de George Floyd, cet Afro-Américain qui agonisait lors de son interpellation par des policiers blancs, à Minneapolis. Ce fait divers a déclenché une vague de manifestations à travers les États-Unis et ailleurs dans le monde, et a poussé quantité de personnes à se tourner vers de nouvelles ressources, notamment littéraires.

Polémique et récompenses

«Nous n'avons pas attendu “Black lives matter” pour publier des ouvrages d'auteurs noirs», se défend auprès de l'AFP Claire Fercak, de la maison d'édition Autrement, qui a sorti fin août L'Autre Moitié de soi de Brit Bennett.

Sorti en juin aux États-Unis, le roman, sur l'identité afro-américaine, est resté en tête des ventes pendant plusieurs semaines. Les droits ont même été rachetés par la chaîne HBO qui compte en faire une série.

Mais pour la maison d'édition française, pas d'opportunisme: «on suit Brit depuis 2017, date à laquelle nous avions publié son premier roman, Le Coeur battant de nos mères», indique Mme Fercak.

«Engagée» sur les questions liées au racisme, la maison d'édition avait publié dès 2016 l'essai Une colère noire de Ta-Nehisi Coates. Best-seller aux États-Unis, il s'est écoulé à 53 600 exemplaires en France.

Forte de ce succès, elle a publié deux ans plus tard Le Racisme est un problème de Blancs, de la Britannique Reni Eddo-Lodge. Sa version originale, Why I'm no longer talking to white people about race avait fait polémique avant de remporter plusieurs récompenses.

Il est aujourd’hui l'un des ouvrages de référence, loué par des stars comme l'actrice Emma Watson. Depuis, d'autres maisons d'édition ont investi le champs des auteurs noirs.

«Dans l'air du temps» 

Comme l'éditeur Globe qui a notamment publié Fille, femme, autre de Bernardine Evaristo, colauréate du prestigieux Booker Prize en 2019. Le livre raconte la vie de femmes majoritairement noires en Grande-Bretagne.

«Ce sont des sujets qui sont dans l'air du temps et il était donc naturel que nous nous y intéressions», explique son éditrice, Valentine Gay.

Côté essai, l'éditeur Alisio a publié le manuel Comment devenir antiraciste de l'universitaire américain Ibram X. Kendi, vendu à plus d'un million d'exemplaires aux États-Unis. Danaé Tourrand, son éditrice, est convaincue qu'il saura trouver son public. «Si en France les questions de races sont traitées différemment qu’aux États-Unis, les mécanismes à l’œuvre sont les mêmes.»

Pour elle, si l'actualité a donné une visibilité accrue à ces ouvrages, ils étaient «en préparation chez les éditeurs depuis des mois. “Black lives matter” a favorisé la diffusion et la vulgarisation d'idées mais il y a surtout un éveil des consciences», complète Brigitte Bouchard, fondatrice de Notablia, qui republie une partie de la biographie de Maya Angelou, écrivaine et militante des droits civiques américaine décédée en 2014.

Plus qu'une simple tendance éditoriale (et commerciale), la présence de ces auteurs est une lame de fond, selon ces éditrices.

Un mouvement en germe depuis quelques années, avec des auteurs devenus des classiques, comme James Baldwin (1924-1987), redécouvert par les jeunes générations avec le documentaire I'm not your negro (2016), ou la Nigériane Chimamanda Ngozi Adichie, auteure du best-seller Americanah. (AFP)

 


19e édition de Talents des cités: les Talents des cités récompensent la créativité

L’édition 2020 a permis de collecter 674 candidatures à travers 14 régions de France, avec 28 entrepreneurs qui ont participé au concours dans deux catégories: Création et Émergence (Photo, Fournie)
Short Url
  • Ce concours a pour objectif de valoriser les initiatives et les réussites entrepreneuriales dans les quartiers prioritaires de la ville
  • « Cette année, la diversité des projets des lauréats révèle cette vitalité entrepreneuriale, allant de la réalité augmentée à l’artisanat d’art »

PARIS: Créé à l’initiative du ministère de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales et de Bpifrance, ce concours a pour objectif de valoriser les initiatives et les réussites entrepreneuriales dans les quartiers prioritaires de la ville.

L’édition 2020, organisée grâce à la participation des entreprises, de partenaires comme France Télévisions, Radio France, Appui aux entrepreneurs (BGE), Entrepreneuriat pour tous, Art and Blind et le Club XXIe siècle, a permis de collecter 674 candidatures à travers 14 régions de France, avec 28 entrepreneurs qui ont participé au concours dans deux catégories: Création et Émergence.

La première catégorie réunissait les créateurs d’entreprises immatriculés depuis moins de trois ans, issus et/ou implantés dans un quartier prioritaire de la ville; la seconde s’adressait aux porteurs de projets issus des quartiers populaires de la ville ou souhaitant s’y installer.

Autre critère pris en compte: l’entrepreneur doit avoir bénéficié de l’appui ou du suivi d’une structure ayant pour objectif de promouvoir la création d’entreprise.

«Ce prix Talents des cités prend une résonnance particulière cette année, marquée par une crise sanitaire sans précédent qui entraîne avec elle des conséquences économiques et sociales auxquelles le gouvernement s’est attelé à répondre», souligne Nadia Hai, ministre chargée de la Ville. «Les quartiers ont été touchés de plein fouet par la crise […]. C’est dans ce contexte de relance qu’il nous faut, plus que jamais, soutenir l’initiative économique, saluer le courage, la détermination et l’audace créative des femmes et des hommes qui innovent, créent des emplois et dynamisent la vie économique de nos quartiers», ajoute-t-elle.

Prix nationaux et régionaux

Pour la première fois, la remise des prix du concours s’est déroulée à l’UGC Ciné Cité Bercy, à l’occasion de Bpifrance Inno Génération (BIG), cet événement qui concentre les énergies d’entrepreneurs venus de toute la France. «Parce que les Talents des cités sont des entrepreneurs comme tous les autres», a affirmé Nicolas Dufourcq, directeur général de Bpifrance.

Dans la catégorie Émergence, le grand prix, parrainé par Bpifrance, a été attribué à Abderhaman Nour Ebad, Nadir Tayach, Karim Boucenna et Hilel Tagarount pour leur entreprise Qamiab. Installée dans le quartier de Bron à Vaulx-en-Velin, Qamiab est spécialisée dans la commercialisation du safran, exploité pour ses qualités gustatives ou pour ses propriétés médicinales. L’entreprise, certifiée par le contrôle ISO 3632, est accompagnée par Entrepreneurs dans la ville, BoostInLyon, fondation Deloitte, RDI et Singa.

«Cette année, la diversité des projets des lauréats révèle cette vitalité entrepreneuriale, allant de la réalité augmentée à l’artisanat d’art, en passant par les procédés d’innovation technique ou encore la valorisation de la gastronomie des terroirs de France. Plus que jamais, ces femmes et ces hommes qui entreprennent justifient l’ambition du programme Entreprenariat pour tous», déclare le directeur général de Bpifrance.

Dans la catégorie Création, le prix du ministère de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales a été attribué à Redouane Bouchane et Ahmed Belabbas pour leur entreprise Reenbow, située à Châtenay-Malabry, dans le quartier de la Butte-Rouge.

Les fondateurs de la start-up, soutenus par la Station F et le réseau Entreprendre, ont été distingués pour la création de Mirabo, un kit de réalité augmentée et de réalité mixte pour aider les enfants à apprendre l’anglais de manière ludique. «Composé d’un casque de réalité virtuelle et d’un livre avec un chevalet, assortis d’une application mobile, ce kit comprend 60 leçons d’anglais», soulignent les organisateurs. «Grâce à̀ un prix abordable, Reenbow démocratise les technologies de pointe pour l'éducation tout en créant des emplois. Il s’agit d’un produit Made in France, qui met en avant le progrès technologique au service de la pédagogie.» Créé en 2019, ce projet a d’ores et déjà reçu près de 7 000 commandes auprès des grands distributeurs français et internationaux.

Le prix Radio France a été accordée à Fatoumata Sylla (quartier Planoise à Besançon) pour son projet Toc & Miam, soutenu par Émergence et accompagné par BGE. Toc & Miam, une start-up qui se développera sur une plate-forme en ligne combinée à une application, permet d’offrir aux utilisateurs le choix de recevoir des convives pour un repas ou, à l’inverse, d’être invité.

Quant au prix France Télévisions, il a été attribué à Frédérique Longin, venue du quartier Rénovation à Cayenne (Guyane), pour la création de son entreprise Yanakaz, une auberge traditionnelle qui permettra d’accueillir dans le centre-ville de Cayenne les habitants des communes isolées situées à l’intérieur de la région, qui viendraient séjourner dans la capitale à des prix très abordables.

Le Coup de cœur, parrainé par Bpifrance, a été accordé à Mohammed Errafi pour la création de Gravipack, un sac à dos doté de bretelles innovantes qui rendent le poids de la charge presque nul. «Cette innovation, validée par une étude scientifique et médicale, s’adresse aux sportifs, aux randonneurs et aux professionnels. Mohammed souhaite la décliner pour les étudiants dès la rentrée 2020», lit-on sur la fiche de présentation. Le jeune entrepreneur souhaite rassembler des fonds pour créer son unité de production et embaucher des salariés en situation de handicap.

Pour rappel, les lauréats sont considérés comme des ambassadeurs qui vont encourager les jeunes pousses à émerger dans les quartiers défavorisés et qui vont faire connaître d’autres initiatives permettant de créer des activités économiques et des emplois dans les régions les plus défavorisées de France.

En effet, depuis 2002, ce concours a permis à plus de 600 entrepreneurs de créer plus de 2 500 emplois. Les entreprises lauréates affichent également un taux de pérennité à trois ans de 82 %, contre 71 % pour la moyenne nationale.