Les Jeudis de la philosophie à l'IMA: « Le prophète comme modèle chez Avicenne »

Averroès, détail d'une fresque d'Andrea di Bonaiuto, Florence. Levan Ramishvili / Flickr
Averroès, détail d'une fresque d'Andrea di Bonaiuto, Florence. Levan Ramishvili / Flickr
Short Url
Publié le Mercredi 04 mai 2022

Les Jeudis de la philosophie à l'IMA: « Le prophète comme modèle chez Avicenne »

  • En collaboration avec le philosophe Jean-Baptiste Brenet, l’Institut du monde arabe a lancé depuis octobre 2021 un nouveau cycle de rencontres autour de la philosophie
  • Le jeudi 5 mai,  l'IMA propose comme thème « Le prophète comme modèle chez Avicenne », une séance animée par Meryem Sebti

PARIS: En collaboration avec le philosophe Jean-Baptiste Brenet, l’Institut du monde arabe a lancé depuis octobre 2021 un nouveau cycle de rencontres autour de la philosophie, pour découvrir et approfondir les grandes questions de la pensée arabe, encore peu connue en dehors de quelques classiques.

Si des grandes figures, comme celle d’Averroès, sont fréquemment mises en lumière dans la littérature grand public et les médias, les autres dimensions de cette Pensée, qui a pourtant beaucoup apporté à l’Humanité et au dialogue des esprits, des cultures, sont peu étudiées et partagées. Elles ont pourtant des résonnances résolument contemporaines, et éclairent notre actualité.

Le jeudi 5 mai,  l'IMA propose comme thème « Le prophète comme modèle chez Avicenne », une séance animée par Meryem Sebti. Docteur en philosophie et docteur habilitatus, dont le champ de recherche est la philosophie médiévale arabe, elle est, par ailleurs, chargée de recherche au CNRS et depuis 2018, chargée de conférences invitée à l’École Pratique des Hautes Études.

Elle a publié de nombreux travaux sur Avicenne, dont le dernier, Avicenne. Prophétie et gouvernement du monde, est paru aux éditions du Cerf en 2021.
Retrouvez toutes les informations complémentaires dans le communiqué de presse ci-joint.

Pour elle, il s'agit de montrer que "le prophète n’est pas seulement celui qui transmet la Loi révélée à l’être humain, ni simplement celui qui assure le meilleur gouvernement possible de la cité : il est aussi un modèle de perfection pour les hommes. Cette exemplarité du prophète trouve son fondement dans la structure même de la métaphysique d’Avicenne. La médiation du prophète – explicitement désignée par Avicenne, conformément à la révélation coranique, comme un homme, un simple mortel – manifeste pleinement la continuité ininterrompue qui relie le monde sensible au monde c leste. Le monde sensible n’est pas un monde d’exil, coupé de sa source. La présence du prophète – la perfection noétique, psychique et éthique qu’il incarne – indique à  l’humanité que le Retour est possible, que la voie du retour vers Dieu n’est pas fermée".


La justice américaine restitue au Cambodge 30 oeuvres d'art khmères volées

Le collectionneur américain Michael Steinhardt a été forcé de restituer en 2021 environ 180 antiquités volées (Photo, AFP).
Le collectionneur américain Michael Steinhardt a été forcé de restituer en 2021 environ 180 antiquités volées (Photo, AFP).
Short Url
  • La justice de l'État de New York s'est engagée dans une vaste restitution d'œuvres 
  • Au moins 700 pièces ont été rendues à 14 pays, dont le Cambodge, l'Inde, le Pakistan, l'Égypte, l'Irak, la Grèce ou l'Italie

NEW YORK: La justice américaine a restitué lundi au Cambodge 30 œuvres d'art khmères volées près des célébrissimes temples d'Angkor et qui avaient fait l'objet d'un trafic international jusqu'aux États-Unis.

C'est le procureur fédéral de Manhattan, Damian Williams, à la tête du parquet le plus important du pays, qui a remis officiellement les antiquités dérobées à l'ambassadeur du Cambodge aux États-Unis, Keo Chhea, devant la presse.

"Nous célébrons en ce jour la restitution du patrimoine culturel du Cambodge au peuple cambodgien et réaffirmons notre engagement à réduire le trafic illicite d'œuvres d'art et d'antiquités", a lancé le magistrat.

Parmi ces 30 pièces, une sculpture du Xe siècle de la divinité hindoue "Skanda monté sur un paon" et une autre de la même époque du dieu Ganesh. Les deux avaient été volées à Koh Ker, une ancienne capitale khmère, à 80 km des temples d'Angkor, selon la justice fédérale américaine.

Ces 30 œuvres -- s'étalant de l'Âge de Bronze au XIIe siècle -- avaient été dérobées, comme des milliers d'autres, à la fin du XXe siècle à la faveur des guerres au Cambodge dans les années 1970, suivies par la réouverture du pays dans les années 1990.

La justice fédérale rappelle que des milliers de statues, sculptures et linteaux khmers ont fait l'objet pendant des décennies d'un trafic international depuis le Cambodge vers des antiquaires ayant pignon sur rue à Bangkok, en Thaïlande, avant d'être exportés illégalement pour des collectionneurs, hommes d'affaires, voire des musées en Asie, Europe et aux États-Unis.

L'un de ces marchands, le Britannique Douglas Latchford, avait été inculpé en 2019 aux États-Unis de trafic d'œuvres d'art, mais son décès a éteint l'action en justice.

La justice de l'État de New York s'est engagée dans une vaste restitution d'œuvres : de l'été 2020 à la fin 2021, au moins 700 pièces ont été rendues à 14 pays, dont le Cambodge, l'Inde, le Pakistan, l'Égypte, l'Irak, la Grèce ou l'Italie.

Le collectionneur américain Michael Steinhardt a ainsi été forcé de restituer en 2021 environ 180 antiquités volées ces dernières décennies, d'une valeur totale de 70 millions de dollars.

Cet accord entre la justice et M. Steinhardt, 80 ans, lui a permis d'échapper à une inculpation, mais lui interdit à vie d'acquérir des œuvres sur le marché licite de l'art.

Angkor, plus grand site archéologique au monde (400 km²), fut la capitale de l'empire khmer (du IXe au XIVe siècle). Classé au patrimoine mondial de l'Unesco depuis 1992, ce joyau a rouvert aux touristes après deux années de pandémie.


Tennis: Serena remporte au courage sa première victoire de l'année à Toronto

Serena Williams lors d'un match contre Nuria Parrizas-Diaz lors du tournoi de tennis Open Banque Nationale à Toronto, le lundi 8 août 2022 (Photo, AP).
Serena Williams lors d'un match contre Nuria Parrizas-Diaz lors du tournoi de tennis Open Banque Nationale à Toronto, le lundi 8 août 2022 (Photo, AP).
Short Url
  • Soulagée, l'Américaine de 40 ans a assuré que cette victoire renforçait sa confiance après une longue période d'absence sur le circuit
  • Au prochain tour, elle affrontera la vainqueure du match Belinda Bencic - Tereza Matincova

TORONTO: L'Américaine Serena Williams a signé sa première victoire de l'année, six semaines après son retour manqué à Wimbledon, en battant Nuria Parrizas Diaz (N.57) en deux sets (6-3, 6-4) au premier tour du tournoi WTA 1000 sur dur de Toronto, lundi.

Battue d'entrée par la Française Harmony Tan le 28 juin dernier sur le gazon londonien, l'ex-N.1 mondiale a souffert face à l'Espagnole, mais a retrouvé des ressources pour s'imposer dans un match compliqué, en près de deux heures (1h57).

Soulagée, l'Américaine de 40 ans a assuré que cette victoire renforçait sa confiance après une longue période d'absence sur le circuit.

"Je suppose qu'il y a une lumière au bout du tunnel. Je me rapproche de la lumière", a-t-elle déclaré à l'issue de la rencontre. "J'ai hâte d'arriver à cette lumière. J'adore jouer, c'est génial, mais je ne peux pas faire ça pour toujours".

"Parfois, vous voulez seulement essayer de profiter du moment et faire du mieux que vous pouvez", a-t-elle ajouté.

Williams remporte ainsi sa première victoire depuis le 4 juin 2021 et son 3e tour victorieux à Roland-Garros 2021, signant son premier succès en 2022, elle qui, avant Wimbledon, n'était plus apparue sur le circuit depuis un an.

La championne aux 23 titres en Grand Chelem a remporté la première manche avec panache. Moins véloce, mais s'appuyant sur un service rapide comme à l'époque de sa splendeur, Williams a pris la mise en jeu de son adversaire à 4-3 avant de servir pour le gain du set qu'elle a conclu avec autorité.

Portée par un public énamouré, Williams a lâché des coups spectaculaires pour sauver une balle de break à 2-1 contre elle, s'attirant une énième ovation du public au terme d'un échange incroyable, au cours duquel les deux joueuses se sont rendues coup pour coup.

Jeu interminable

La suite a été un combat âpre, aucune des deux protagonistes ne voulant lâcher son service, avec toutefois un léger ascendant de l'Espagnole sur son illustre adversaire.

Chaque fois que cette dernière a semblé vaciller sur les retours bien sentis de Parrizas Diaz, la Floridienne a trouvé un coup décisif pour écarter le danger, comme dans ce 8e jeu interminable de la seconde manche. L'ex-N.1 mondiale désormais retombée à la 407e place mondiale, poussée dans ses retranchements, a dû sauver plusieurs balles de break pour enfin convertir son service (9 égalités).

Ce fut le tournant du match, car dans la foulée, elle a encore breaké pour s'ouvrir le chemin de la victoire sur sa propre mise en jeu, à la grande satisfaction du public de Toronto.

Au prochain tour, elle affrontera la vainqueure du match Belinda Bencic - Tereza Matincova prévu en fin de soirée à Toronto.

Autre multiple titrée en Grand Chelem, la Roumaine Simona Halep a balayé la Croate Donna Vekic 6-0, 6-2 pour se qualifier pour le second tour. L'ancienne N.1 mondiale n'a pas perdu de temps, concluant son match en 62 minutes sous un ciel menaçant.

Dernière gagnante de Wimbledon, la Kazakhe Elena Rybakina a pour sa part battu la Tchèque Marie Bouzkova 7-5, 6-7(3/7), 6-1.

La Lettone Jelena Ostapenko a écarté l'Ukrainienne Anhelina Kalinina 6-4, 6-2, tandis que la Tchèque Karolina Pliskova a pris le dessus sur sa compatriote Barbora Krejcikova 6-3, 6-4.


L'actrice Olivia Newton-John, star de «Grease», meurt à 73 ans

John Travolta et Olivia Newton-John lors d'une projection du 40e anniversaire de "Grease" à l'Académie des arts et des sciences du cinéma à Beverly Hills, Californie, États-Unis, le 15 août 2018 (Photo, Reuters).
John Travolta et Olivia Newton-John lors d'une projection du 40e anniversaire de "Grease" à l'Académie des arts et des sciences du cinéma à Beverly Hills, Californie, États-Unis, le 15 août 2018 (Photo, Reuters).
Short Url
  • La comédienne est «décédée paisiblement dans son ranch en Californie du Sud ce matin, entourée par sa famille et ses amis», précise le communiqué
  • Elle luttait depuis 30 ans contre un cancer du sein

LOS ANGELES: L'actrice et chanteuse australienne Olivia Newton-John, star du film "Grease", est morte à 73 ans, a annoncé lundi son mari dans un communiqué publié sur les réseaux sociaux.

La comédienne est "décédée paisiblement dans son ranch en Californie du Sud ce matin, entourée par sa famille et ses amis", précise John Easterling dans le communiqué. Elle luttait depuis 30 ans contre un cancer du sein.

Cheveux laqués et blousons de cuir, Olivia Newton-John s'était rendue mondialement célèbre avec son rôle au cinéma dans la comédie musicale culte "Grease", au côté de John Travolta.

A son actif, une quarantaine d'albums country et pop rock - dont "Physical", énorme succès en 1981 - et des centaines de concerts donnés à travers la planète.

Depuis que le cancer s'était abattu sur elle à la quarantaine - cancer du sein et mastectomie en 1992 puis deux récidives en 2013 et 2017, avec métastases - la star mettait toute son énergie et sa notoriété au service de la lutte contre la maladie.

"Olivia a été un symbole de triomphe et d'espoir depuis 30 ans en partageant son expérience sur le cancer du sein", a écrit son mari, précisant qu'un fonds à son nom avait été créé afin de financer la recherche sur les plantes médicinales et le cancer, le "Olivia Newton-John Foundation Fund".

"You're the one that I want" 

Née le 26 septembre 1948 à Cambridge, celle que la reine Elizabeth II a titré "Dame commandeur de l'ordre de l'Empire britannique" est la petite-fille du physicien allemand Max Born, dont les travaux sur la théorie des quanta sont couronnés du prix Nobel.

Son père a lui combattu dans les forces britanniques durant la Seconde guerre mondiale, participant à l'arrestation de Rudolf Hess.

Celle qu'on surnomme "Livvy" a tout juste cinq ans quand sa famille déménage aux antipodes. Destination Melbourne, Australie.

Passionnée de musique, elle remporte à 16 ans un concours local de chant. Sa mère la pousse à exploiter son talent et les voilà toutes deux reparties pour l'Angleterre.

Premiers singles, premiers succès. En 1974, elle représente la Grande-Bretagne à l'Eurovision et termine 4e, s'inclinant derrière... Abba.

Cap alors sur la Californie, où elle se fait un nom sur la scène country et western. L'Anglo-australienne est même consacrée à deux reprises "chanteuse la plus populaire des Etats-Unis" et remporte un Grammy award face à la reine Dolly Parton.

John Travolta, auréolé de son succès dans "La Fièvre du samedi soir", souffle son nom pour "Grease".

Sorti en 1978, le film est immédiatement un énorme succès mondial. En France, il fait 6 millions d'entrées... Plus que "Les Demoiselles de Rochefort" ou "West Side Story"! Tout le monde fredonne "Summer nights" et "You're the one that I want".

Malgré ce succès planétaire, Olivia Newton-John n'a pas poursuivi longtemps sur sa lancée au cinéma. Après quelques films, elle s'est consacrée surtout à la chanson et à son ranch californien où elle vivait entourée d'animaux.