La Turquie menace de bloquer l'adhésion de la Suède et de la Finlande à l'Otan

Le président turc Tayyip Erdogan s'entretient avec les médias à Istanbul, Turquie, le 13 mai 2022 (Photo, Reuters).
Le président turc Tayyip Erdogan s'entretient avec les médias à Istanbul, Turquie, le 13 mai 2022 (Photo, Reuters).
Short Url
Publié le Samedi 14 mai 2022

La Turquie menace de bloquer l'adhésion de la Suède et de la Finlande à l'Otan

  • La candidature finlandaise, défendue par le président et la Première ministre, doit être officialisée par le tandem exécutif ce dimanche, après la réunion d'un conseil gouvernemental
  • Et vendredi, un rapport officiel suédois a ouvert la voie à l'adhésion du pays à l'Otan, multipliant les conclusions favorables avant la décision du pays nordique et de son voisin finlandais dans les prochains jours

ISTANBUL: Le président turc Recep Tayyip Erdogan a exprimé vendredi son hostilité à l'adhésion de la Finlande et de la Suède à l'Otan, au risque de bloquer l'ensemble du processus qui requiert l'unanimité des membres de l'Alliance atlantique.

"Nous n'avons pas un avis positif", a déclaré M. Erdogan, disant ne pas vouloir voir "se répéter la même erreur que celle commise au moment de l'adhésion de la Grèce", un voisin avec lequel la Turquie entretient historiquement des relations compliquées.

Le chef de l'Etat turc a notamment reproché à ces deux pays nordiques de servir d'"auberge aux terroristes du PKK", le Parti des travailleurs du Kurdistan, considéré comme une organisation terroriste par Ankara, mais aussi par l'Union européenne et les Etats-Unis.

Ces déclarations jettent un froid sur un processus appuyé jusqu'ici par la plupart des membres de l'Otan et par son secrétaire général, Jens Stoltenberg, qui s'est dit prêt à les accueillir "à bras ouverts".

Une fois la décision prise par un pays tiers d'adhérer, les Etats appartenant à l'Alliance doivent en effet accepter à l'unanimité de l'inviter à les rejoindre. 

La Suède et la Finlande ont simultanément fait savoir qu'elles souhaitaient continuer de discuter de la situation avec la Turquie, au cours de la réunion ce week-end des ministres des Affaires étrangères des membres de l'Otan à Berlin.

Rendez-vous à Berlin

La cheffe de la diplomatie suédoise Ann Linde a déclaré à l'AFP qu'elle aurait "l'occasion de discuter" pendant cette rencontre avec son homologue turc Mevlut Cavusoglu, qui a confirmé sa participation.

Le président américain Joe Biden s'est quant à lui entretenu vendredi un peu plus d'une demi-heure avec la Première ministre suédoise Magdalena Andersson et le président finlandais Sauli Niinistö, a annoncé Washington. 

La porte-parole de la Maison Blanche Jen Psaki avait répété jeudi que les Etats-Unis soutiendraient une demande d'adhésion de la Suède et de la Finlande.

La secrétaire d'Etat américaine adjointe chargée de l'Europe, Karen Donfried, a quant à elle assuré vendredi qu'il existait "un fort soutien" à l'entrée de ces deux pays nordiques dans l'Alliance et que le nécessaire serait fait pour "clarifier la position de la Turquie" sur le sujet.

Helsinki avait exprimé sa confiance dans le soutien turc : après s'être entretenu début avril avec M. Erdogan, son homologue finlandais, Sauli Niinistö, avait alors estimé sur Twitter que "la Turquie sout[enait] les objectifs de la Finlande".

La candidature finlandaise, défendue par le président et la Première ministre, doit être officialisée par le tandem à la tête de l'exécutif dimanche, après la réunion d'un conseil gouvernemental.

Vendredi, un rapport officiel suédois a ouvert la voie à l'adhésion de la Suède à l'Otan, multipliant les conclusions favorables avant la décision de ce pays et de son voisin finlandais dans les jours suivants.

Moscou avait par avance dénoncé une décision qui "assurément" constituerait une menace contre la Russie et aurait des "conséquences (...) pour l'architecture sécuritaire européenne dans son ensemble".

Dès avant de déclenchement par la Russie de l'invasion de l'Ukraine, la Turquie a pour sa part tout fait pour maintenir de bonnes relations avec les deux pays, dont dépend étroitement son économie et bien qu'elle fournisse des drones de combat à Kiev.

Elle a même accueilli par deux fois en mars, à Antalya (sud), puis à Istanbul, des pourparlers entre les deux belligérants.

Pour Soner Cagaptay, un analyste du Washington Institute sollicité par l'AFP, l'attitude de la Turquie sur la Suède et la Finlande "risque de la faire apparaître au sein de l'Otan comme un pays prorusse, à l'image de la Hongrie en Europe".

"Ses raisons sont peut-être légitimes, mais cela risque de détériorer son image au sein de l'Otan", a-t-il ajouté, jugeant que ces objections "auraient dû se négocier à huis clos".

Pour d'autres, la Turquie cherche avant tout à profiter d'un avantage tactique.

"Le président Erdogan est un tacticien intelligent et il sait que c'est une opportunité d'avoir quelque chose en échange de la part des membres de l'Otan (...) des avions de combat F-35, par exemple", dit à l'AFP Elisabeth Braw, de l'American Enterprise Institute.

Après des décennies hors des alliances militaires, la Suède et la Finlande, toutes deux non alignées, sont prêtes à annoncer officiellement leur candidature à l'adhésion à l'Alliance atlantique, conséquence directe de l'attaque par la Russie de l'Ukraine.

Selon les derniers sondages, la moitié des quelque dix millions de Suédois sont désormais favorables à une entrée dans l'alliance, les deux tiers si les Finlandais  la rejoignent également.

Et en Finlande, qui a 1.300 kilomètres de frontière avec la Russie, ce sont plus des trois quarts de ses 5,5 millions d'habitants qui veulent rejoindre le parapluie de l'Otan.


La contre-offensive ukrainienne gagne du terrain dans le Sud

De leur côté, les forces ukrainiennes gardent le silence sur leurs avancées dans le Sud du pays (Photo, AFP).
De leur côté, les forces ukrainiennes gardent le silence sur leurs avancées dans le Sud du pays (Photo, AFP).
Short Url
  • Après une série de défaites cuisantes dans le Nord et l'Est de l'Ukraine, la Russie de Vladimir Poutine a décidé d'annexer quatre régions ukrainiennes
  • Dans le Sud, les avancées des forces ukrainiennes ont jusqu'ici été plus modestes

MOSCOU: Les forces russes sont en difficulté dans le Nord de la région ukrainienne de Kherson, où l'armée de Kiev mène une contre-offensive depuis plusieurs semaines, selon des représentants de l'occupation et des blogueurs spécialisés suivant les mouvements militaires russes.

Le chef de l'occupation russe de Kherson (Sud), Vladimir Saldo, a le premier admis une "percée" ukrainienne et notamment la perte du village de Doudtchany, avant d'assurer que l'aviation russe avait "stoppé" l'avancée ukrainienne, selon un entretien lundi après-midi publié mardi sur la page Telegram de l'intéressé.

"L'avancé des Ukraïno-nazis dans la zone de de Doudtchany a été arrêtée (...) il ne faut pas paniquer", a martelé ensuite l'un de ses adjoints, Kirill Stremooussov, dans une vidéo diffusée mardi sur sa chaîne Telegram.

La chaîne Telegram russe Rybar qui suit les mouvements des forces russes a, elle, relevé que les Ukrainiens progressaient dans les zones de Arkhanguelské et Doudtchany afin de "couper les approvisionnements du groupement russe se trouvant sur la rive droite du Dniepr".

De leur côté, les forces ukrainiennes gardent le silence sur leurs avancées dans le Sud du pays. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky s'est borné à dire dans son adresse du soir lundi que "de nouvelles localités ont été libérées dans plusieurs régions".

"De plus en plus d'occupants cherchent à fuir, de plus en plus de pertes sont infligées à l'armée ennemie", a-t-il encore dit.

Après une série de défaites cuisantes dans le Nord et l'Est de l'Ukraine, la Russie de Vladimir Poutine a décidé d'annexer quatre régions ukrainiennes qu'elle contrôle au moins en partie et décrété une mobilisation de centaines de milliers de réservistes.

Dans le Sud, les avancées des forces ukrainiennes ont jusqu'ici été plus modestes, mais depuis plusieurs jours des vidéos de soldats ukrainiens hissant leur drapeau dans des villages du Nord de la région de Kherson se sont multipliées en ligne.


L'ex-chancelière allemande Angela Merkel reçoit le prix Nansen de l'ONU pour les réfugiés

L'ex-chancelière allemande Angela Merkel réagit sur scène avant le début de sa première conférence publique depuis sa démission, au théâtre Berliner Ensemble, à Berlin, le 7 juin 2022 (Photo, AFP).
L'ex-chancelière allemande Angela Merkel réagit sur scène avant le début de sa première conférence publique depuis sa démission, au théâtre Berliner Ensemble, à Berlin, le 7 juin 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • Le prix Nansen, attribué chaque année, a été créé en 1954 en l'honneur du premier Haut Commissaire de l'ONU aux réfugiés
  • Angela Merkel recevra son prix et les 150 000 dollars (151 500 euros) qui l'accompagnent lors d'une cérémonie à Genève le 10 octobre

GENEVE: L'ex-chancelière allemande Angela Merkel (2005-2021) a gagné mardi le prix Nansen du Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), pour sa détermination à accueillir des demandeurs d'asile lorsqu'elle était en fonction.

Rappelant que l'Allemagne a accueilli plus de 1,2 million de réfugiés et demandeurs d'asile en 2015 et 2016, au pic de la crise des migrants notamment alimentée par la guerre en Syrie, le comité de sélection du HCR a loué "le leadership, le courage et la compassion" de l'ex-chancelière.

A l'époque, Mme Merkel, qui a dirigé l'Allemagne pendant 16 ans, avait jugé que la situation "est un test pour nos valeurs européennes comme rarement auparavant", pointant "un impératif humanitaire".

Le chef du HCR, Filippo Grandi, a salué la détermination de l'ancienne dirigeante à protéger les demandeurs d'asile et défendre les droits humains et les principes humanitaires.

"En aidant plus d'un million de réfugiés à survivre et se reconstruire, Angela Merkel a montré un grand courage moral et politique", a déclaré M. Grandi dans un communiqué. "C'était un vrai leadership faisant appel à notre compassion à tous, restant ferme face à ceux qui prêchaient la peur et la discrimination".

"Elle a montré ce qui peut être accompli lorsque les politiciens suivent la bonne ligne de conduite et oeuvrent à trouver des solutions aux défis mondiaux plutôt que de simplement en transférer la responsabilité à d'autres", a ajouté M. Grandi.

Le comité de sélection a souligné qu'en plus de protéger des personnes fuyant la guerre, Mme Merkel était la force motrice derrière les efforts collectifs allemands pour recevoir et intégrer les réfugiés.

Le prix Nansen, attribué chaque année, a été créé en 1954 en l'honneur du premier Haut Commissaire de l'ONU aux réfugiés, l'explorateur arctique norvégien et humanitaire Fridtjof Nansen (1861-1930), pour récompenser des accomplissements exceptionnels dans le domaine humanitaire.

Angela Merkel recevra son prix et les 150 000 dollars (151 500 euros) qui l'accompagnent lors d'une cérémonie à Genève (Suisse) le 10 octobre.


Mozambique: replanter les champs à Palma, décimée par les djihadistes

Des policiers rwandais le 27 septembre 2022 devant un centre de jeunesse abandonné à Palma, dans la province septentrionale de Cabo Delgado, au Mozambique. (Camille LAFFONT/AFP)
Des policiers rwandais le 27 septembre 2022 devant un centre de jeunesse abandonné à Palma, dans la province septentrionale de Cabo Delgado, au Mozambique. (Camille LAFFONT/AFP)
Short Url
  • La province pauvre et à majorité musulmane du Cabo Delgado, frontalière avec la Tanzanie, est frappée depuis 2017 par des attaques de groupes armés affiliés au groupe Etat islamique
  • Depuis, la vie et les gens reviennent lentement mais tout manque

PALMA, MOZAMBIQUE: La brousse est silencieuse, la faune a disparu. Autour de la ville portuaire de Palma, dans le nord-est du Mozambique, théâtre il y a plus d'un an d'une violente attaque djihadiste, ceux qui osent revenir replantent les champs, survivant dans l'attente des premières récoltes.

La province pauvre et à majorité musulmane du Cabo Delgado, frontalière avec la Tanzanie, est frappée depuis 2017 par des attaques de groupes armés affiliés au groupe Etat islamique.

En mars 2021, un raid meurtrier minutieusement planifié a dévasté Palma, 75.000 habitants. Le mégaprojet de gaz naturel du groupe français TotalEnergies, à seulement quelques kilomètres, a été stoppé net.

Depuis, la vie et les gens reviennent lentement mais tout manque: "Quand nous avons fui dans la brousse nous avons mangé ce que nous avons trouvé, des singes, des éléphants. Nous commençons à replanter nos champs, mais nous avons besoin que le gouvernement nous aide", confie à l'AFP Henriques Laba, chef du village de Mute, dans le district de Palma.

Mais les autorités locales ont déserté. Le centre administratif de Palma n'est plus que ruines. Les djihadistes se sont acharnés sur les bâtiments gouvernementaux, symboles d'un Etat accusé d'avoir depuis longtemps abandonné la population locale.

Les rangs des groupes armés ont été grossis pas le ressentiment d'une jeunesse locale, pauvre et sans emploi, qui accuse les autorités de s'emparer sans partage des richesses locales.

Racines du mal

"Si on laisse des jeunes ici, sans éducation, avec seulement leurs croyances religieuses, c'est facile de les manipuler et de les recruter pour un peu d'argent", explique à l'AFP Jonas Alvaro José, un enseignant de Palma où seulement deux écoles ont rouvert.

La province du Cabo Delgado compte le plus fort taux d'analphabétisme du pays, environ 67% selon l'Agence américaine pour l'aide au développement (USAID).

A Mute, le chef de village assure qu'aucun des jeunes n'a rejoint les djihadistes, pour l'instant. "Je voudrais que le gouvernement fasse le nécessaire pour que ça n'arrive jamais. Les recrutés sont principalement des Mozambicains, ce qui conduit un jeune à rejoindre leurs rangs, c'est la pauvreté", est convaincu Henriques Laba.

Le gouvernement a "significativement augmenté son budget destiné aux provinces du nord, ce qui démontre qu'il y a une prise de conscience des enjeux", souligne auprès de l'AFP Mirko Manzoni, envoyé spécial des Nations unies au Mozambique.

Mais selon lui, les connaissances sur le fonctionnement et le mode de recrutement de ces groupes armés sont insuffisantes pour tirer des conclusions.

L'armée mozambicaine en difficulté est épaulée depuis l'an dernier par plus de 3.100 soldats rwandais et des pays voisins d'Afrique australe.

Ces derniers mois, les violences ont connu une relative accalmie dans les deux districts sous protection des forces rwandaises. Mais des attaques sporadiques se poursuivent, notamment dans le sud de la province. Les organisations humanitaires restreignent encore leurs déplacements sur des routes peu sûres.

A Olumbi, un autre village à quelques dizaines de kilomètres de Palma, la plupart des maisons ont été détruites et l'aide se fait attendre. "Nous souffrons parce que nous manquons de nourriture et nous n'avons plus de moyens de gagner notre vie", explique Najum Ntete, un commerçant.

Il a perdu plusieurs membres de sa famille dans les violences et sa maison. Le village est à 85% musulman mais les djihadistes n'ont pas fait de distinction.

Pour certains locaux, la présence des troupes étrangères est la seule planche de salut: "Si les Rwandais s'en vont, je m'en vais aussi", jure Markito, qui ne donne pas son nom.