Ukraine: L'UE accroît son aide militaire, une région séparatiste de Géorgie va vers la Russie

Le haut représentant de l'Union européenne pour les affaires étrangères  et le ministre ukrainien des Affaires étrangères à Wangels, dans le nord de l'Allemagne, le 13 mai 2022 (Photo, AFP).
Le haut représentant de l'Union européenne pour les affaires étrangères et le ministre ukrainien des Affaires étrangères à Wangels, dans le nord de l'Allemagne, le 13 mai 2022 (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Samedi 14 mai 2022

Ukraine: L'UE accroît son aide militaire, une région séparatiste de Géorgie va vers la Russie

  • L'UE a annoncé qu'elle allait ajouter de 500 millions d'euros à son financement de l'effort militaire ukrainien
  • En Ukraine, les combats ont continué dans l'est entre forces russes et armée ukrainienne, notamment à Marioupol

KIEV:  L'Union européenne s'est engagée vendredi à apporter une aide supplémentaire d'un demi-milliard d'euros pour soutenir le combat de l'Ukraine face à l'invasion russe tandis qu'en Géorgie une région séparatiste prorusse faisait à son tour un pas vers son rattachement à la Russie.

Les autorités de cette "république" séparatiste autoproclamée, indépendante de fait de la Géorgie pro-occidentale et occupée par des forces de Moscou depuis une intervention militaire russe en 2008, ont annoncé vendredi organiser le 17 juillet un référendum sur son intégration à la Russie.

"Le moment est venu de s'unir une fois pour toutes". "L'Ossétie du Sud et la Russie seront ensemble, c'est le début d'une grande nouvelle histoire", a déclaré le "président" d'Ossétie du Sud Anatoli Bibilov, laissant craindre l'apparition d'un autre foyer de tension, cette fois au flanc de la Géorgie, qui a fait voeu de longue date, comme l'Ukraine, de rejoindre l'Union européenne et l'Otan.

En Ukraine, les combats ont continué dans l'est entre forces russes et armée ukrainienne, notamment à Marioupol, la grande ville portuaire du sud-est où résistent encore un millier de soldats ukrainiens retranchés dans les entrailles de l'usine sidérurgique Azovstal.

"Il y a près de 600 blessés sur Azovstal, les Russes continuent de bombarder l'hôpital militaire", a témoigné depuis l'usine Sviatoslav Palamar, le commandant adjoint du régiment Azov, une des formations ukrainiennes qui s'y trouvent. 

«Nous allons résister»

"Nous allons résister tant que nous pourrons (...), si on ne l'avait pas fait, cette horde irait plus loin", a-t-il ajouté.

"Je voudrais que les Etats-Unis aident à évacuer nos blessés et mobilisent tous les efforts pour aider à l'extraction de notre régiment" de cet encerclement, a-t-il encore dit.

Les efforts internationaux, jusqu'à ceux du pape François, se sont révélés infructueux jusqu'à présent pour sauver les soldats ukrainiens retranchés dans cette ville à 90% détruite par les bombardements russes.

Sans préciser si cette question avait été évoquée, le secrétaire américain à la Défense Lloyd Austin a constaté vendredi que son entretien avec son homologue russe Sergueï Choïgou n'avait permis aucun progrès.

Selon un haut responsable du Pentagone, "l'appel en lui-même n'a résolu aucun problème aigu ou mené à des changements directs dans ce que les Russes font ou disent".

Iryna Verechtchouk, vice-Première ministre ukrainienne, a fait le même constat après l'appel à l'aide du régiment Azov. "Il ne faut pas exagérer le pouvoir des dirigeants mondiaux" face à la détermination de Moscou, a-t-elle relevé sur Telegram, ajoutant que les "négociations avec l'ennemi sont très difficiles".

"Nous n'arrêterons pas d'essayer de sauver tous les nôtres à Marioupol et Azovstal", a assuré le président ukrainien Volodymyr Zelensky dans son message quotidien vendredi soir. "Des négociations très difficiles sont en cours sur la prochaine phase d'évacuation, les gravement blessés et le personnel médical. Cela représente un grand nombre de personnes".

Il s'est également dit "reconnaissant envers tous ceux qui oeuvrent à renforcer les sanctions contre la Russie et à accroître le soutien matériel et financier pour nous aider, pour l'Ukraine. C'est la seule recette pour défendre la liberté face à l'invasion russe".

Concernant la situation sur le terrain, il a indiqué que la reprise de territoires tombés aux mains des Russes se poursuivait. "A la date d'aujourd'hui, 1.015 localités ont été libérées, soit six de plus dans les dernières 24 heures".

Ne laisser personne 

Eau, électricité, communications, transports et services publics y ont été rétablis, a-t-il précisé, confiant garder à l'esprit les villes et territoires encore sous occupation russe. "La libération progressive de la région de Kharkiv prouve que nous ne laisserons personne à l'ennemi", a-t-il assuré.

Face à la poursuite des bombardements et de l'offensive russe en Ukraine, l'Union européenne a annoncé vendredi qu'elle allait ajouter 500 millions d'euros à son financement de l'effort militaire ukrainien, en le portant "à 2 milliards d'euros au total".

La recette est "claire", a déclaré le chef de la diplomatie de l'UE Josep Borrell à l'occasion d'une réunion du G7 à Wangels, dans l'extrême nord de l'Allemagne: il faut "plus de la même chose", à savoir plus de sanctions économiques contre la Russie, plus de soutien à Kiev, et aussi "continuer de travailler à isoler la Russie".

Sur le sujet des sanctions, les 27 membres de l'UE n'ont cependant toujours pas réussi à se mettre d'accord pour arrêter progressivement leurs achats de pétrole russe, la Hongrie ayant jugé insuffisante la dérogation obtenue.

Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a assuré Kiev du soutien du G7 "jusqu'à la victoire de l'Ukraine".

"Nous ne sommes pas en guerre contre la Russie, c'est la Russie qui est en guerre contre l'Ukraine: il y a un agresseur et un agressé et nous soutenons l'agressé", a-t-il souligné.

Les ministres des Affaires étrangères du G7 (Allemagne, France, Italie, Canada, Etats-Unis, Japon et Royaume-Uni), rejoints par leurs homologues ukrainien Dmytro Kouleba et moldave Nicu Popescu, sont réunis jusqu'à samedi.

Suède et Finlande aux portes de l'Otan 

Vendredi, un rapport officiel suédois a ouvert la voie à une adhésion du pays à l'Otan, en multipliant les conclusions favorables avant la décision de ce pays nordique et de son voisin finlandais dans les prochains jours.

"Une adhésion de la Suède à l'Otan relèverait le seuil (de déclenchement) de conflits militaires et aurait ainsi un effet dissuasif en Europe du Nord", conclut le rapport préparé ces dernières semaines par le gouvernement et les partis au Parlement.

Conséquence directe de l'invasion russe de l'Ukraine, Suède et Finlande, deux membres de l'UE restés des décennies hors des alliances militaires, doivent annoncer d'ici le début de la semaine prochaine leur candidature à l'Otan.

La Russie avait mis en garde en particulier la Finlande, pays voisin.

Quant au président turc Recep Tayyip Erdogan, il a exprimé vendredi son hostilité à l'adhésion de ces deux pays à l'Otan, au risque de bloquer l'ensemble du processus qui requiert l'unanimité des membres de l'Alliance atlantique.

Il a expliqué reprocher à Stockholm et à Helsinki de servir "d'auberge aux terroristes du PKK", le Parti des Travailleurs du Kurdistan.

Washington "travaille à clarifier la position de la Turquie", a commenté la porte-parole de la Maison Blanche Jen Psaki vendredi.

Premier procès pour crime de guerre 

Les accusations de crimes s'accumulent contre l'armée russe sur le sol ukrainien à la 12e semaine de guerre, notamment pour le déplacement forcé de milliers de personnes dans des "camps de filtration".

Les chaînes américaine CNN et britannique BBC ont diffusé jeudi des images de vidéosurveillance présumées montrer le meurtre de deux civils ukrainiens abattus par des soldats russes dans la banlieue de Kiev mi-mars.

Le premier procès pour crime de guerre depuis l'invasion russe de l'Ukraine doit débuter le 18 mai à Kiev: celui d'un jeune soldat russe suspecté d'avoir tué un homme de 62 ans. L'audience préliminaire s'est déroulée vendredi à Kiev.

Les actes de l'armée russe feront l'objet d'investigations, notamment de la commission spéciale du Conseil des droits de l'homme de l'ONU, qui a reçu le feu vert jeudi, de la Cour pénale internationale.

"Choqué par les atrocités commises par les occupants russes sur notre terre, le monde libre a fixé un nouvel objectif conjoint: non d'arrêter mais de vaincre le Kremlin", a commenté vendredi le ministre ukrainien de la Défense Oleksiï Reznikov, notant néanmoins que les armes lourdes que son pays commence à recevoir mettraient du temps à égaliser les forces face à l'armée russe.


Un essai nucléaire de Pyongyang recevrait une «réponse», prévient l'armée américaine

La vice-présidente américaine Kamala Harris (R) utilise une paire de jumelles alors qu'elle est informée par un membre de l'armée à un poste d'opération militaire lors de sa visite de la zone démilitarisée (DMZ) séparant la Corée du Nord et la Corée du Sud, à Panmunjom, le 29 septembre 2022. (AFP).
La vice-présidente américaine Kamala Harris (R) utilise une paire de jumelles alors qu'elle est informée par un membre de l'armée à un poste d'opération militaire lors de sa visite de la zone démilitarisée (DMZ) séparant la Corée du Nord et la Corée du Sud, à Panmunjom, le 29 septembre 2022. (AFP).
Short Url
  • La Corée du Nord a procédé à quatre tests de missiles balistiques en une semaine, et se prépare vraisemblablement à conduire un essai nucléaire après le prochain congrès du Parti communiste chinois qui débute le 16 octobre
  • «Je pense que la possibilité d'un test est plus probable une ou deux semaines après le congrès», a précisé ce responsable ayant requis l'anonymat

HONOLULU : Un essai nucléaire de la Corée du Nord, qui apparait probable dans les prochaines semaines, "changerait la donne" dans la région et recevrait une "réponse" des Etats-Unis, ont indiqué vendredi à Honolulu plusieurs hauts responsables du commandement américain pour l'Asie-Pacifique.

La Corée du Nord a procédé à quatre tests de missiles balistiques en une semaine, et se prépare vraisemblablement à conduire un essai nucléaire après le prochain congrès du Parti communiste chinois qui débute le 16 octobre, a indiqué à quelques journalistes un responsable du commandement Indo-Pacifique (IndoPacom).

"Je pense que la possibilité d'un test est plus probable une ou deux semaines après le congrès", a précisé ce responsable ayant requis l'anonymat.

Son estimation rejoint celle des services de renseignement sud-coréens, pour lesquels cet essai nucléaire, qui serait le premier depuis 2017, pourrait avoir lieu entre le 16 octobre et les élections de mi-mandat aux Etats-Unis le 7 novembre.

Tout en soulignant qu'aucun lien n'a été établi entre les récents tests balistiques de Pyongyang et la possibilité d'un test nucléaire, le chef de la flotte américaine dans la région, l'amiral Sam Paparo, a reconnu que ce serait "un sujet d'inquiétude très profonde".

"Ce serait très inquiétant, il y aurait une réponse", a-t-il ajouté.

"Cette réponse se ferait en consultation étroite avec notre allié sud-coréen et serait conforme à notre doctrine de dissuasion intégrée: elle incorporerait tous les instruments de pouvoir des Etats-Unis", diplomatique, militaire et économique, a-t-il ajouté.

Vision «inhabituelle»

Pour le chef des forces aériennes dans la région, le général Ken Wilsbach, l'idée que la Corée du Nord dispose d'une arme nucléaire est d'autant plus inquiétante que, contrairement à d'autres puissances nucléaires, le régime de Pyongyang ne considère pas ce genre d'armement comme un outil de dissuasion destiné à ne jamais être utilisé.

"Ils ont menacé d'utiliser ces armes contre leurs voisins et même les Etats-Unis. Et c'est inhabituel", a-t-il remarqué. "Les autres pays qui ont ces armes ne parlent pas comme ça et cela devrait inquiéter tout le monde".

Un essai nucléaire nord-coréen "changerait indubitablement la donne" dans la région, a ajouté le général Wilsbach. "Ce serait une source d'inquiétude pour de nombreux pays. Je pense que ça inquièterait même la Chine et la Russie".

Sous le coup de sanctions internationales pour ses programmes d'armement, la Corée du Nord a adopté début septembre une nouvelle doctrine proclamant qu'elle ne renoncerait jamais à l'arme nucléaire.

Le régime nord-coréen a testé des bombes atomiques à six reprises depuis 2006. Le dernier essai nucléaire en date, et le plus puissant, est survenu en 2017, d'une puissance estimée à 250 kilotonnes. Pyongyang a évoqué une bombe à hydrogène.

Des images satellites ont montré ces derniers mois des signes d'activité dans un tunnel du site d'essais nucléaires de Punggye-ri.

Pyongyang avait assuré avoir démoli ce site en 2018 avant un sommet historique entre Kim Jong Un et le président américain de l'époque Donald Trump, début d'une brève phase de dialogue.

Face à la rhétorique guerrière de Pyongyang, les Etats-Unis et la Corée du Sud ont repris leurs exercices conjoints, suspendus depuis 2018 en raison du Covid-19 et d'un réchauffement diplomatique, désormais terminé, entre Séoul et Pyongyang.

La vice-présidente américaine Kamala Harris s'est rendue cette semaine à Séoul et a visité la zone démilitarisée (DMZ) entre les deux Corée, lors d'un voyage visant à souligner l'engagement "inébranlable" de Washington à défendre la Corée du Sud contre le Nord.

Washington est le principal allié de Séoul en matière de sécurité, avec environ 28 500 de ses soldats stationnés en Corée du Sud.


Un mort et des dizaines de blessés dans un séisme à Sumatra, en Indonésie

La responsable de BKMG, Dwikorita Karnawati, a recommandé la vigilance aux habitants concernant d'éventuelles nouvelles secousses et a appelé la population à trouver un abri en lieu sûr. (Photo d'illustration/AFP).
La responsable de BKMG, Dwikorita Karnawati, a recommandé la vigilance aux habitants concernant d'éventuelles nouvelles secousses et a appelé la population à trouver un abri en lieu sûr. (Photo d'illustration/AFP).
Short Url
  • Le séisme a été enregistré à une profondeur relativement faible de 13 km, peu avant 02H30 locales (19H30 GMT), à environ 40 km de la ville de Sibolga dans la province Nord de Sumatra, selon l'USGS
  • Un homme d'une cinquantaine d'années est mort d'une crise cardiaque provoquée par le séisme et au moins 25 personnes ont été blessées, a indiqué une responsable de l'agence régionale de gestion des catastrophes

JAKARTA : Un séisme de magnitude 5,9 a frappé l'île indonésienne de Sumatra tôt samedi, selon l'Institut d'études géologiques des Etats-Unis (USGS), faisant au moins un mort et des dizaines de blessés.

Le séisme a été enregistré à une profondeur relativement faible de 13 km, peu avant 02H30 locales (19H30 GMT), à environ 40 km de la ville de Sibolga dans la province Nord de Sumatra, selon l'USGS.

Un homme d'une cinquantaine d'années est mort d'une crise cardiaque provoquée par le séisme et au moins 25 personnes ont été blessées, a indiqué à l'AFP une responsable de l'agence régionale de gestion des catastrophes, Febrina Tampubolon.

Les autorités étaient en train d'évaluer les dégâts mais les poteaux électriques et les tours de communications ont été touchés, perturbant les réseaux, a ajouté Mme Tampubolon.

Une cinquantaine de secousses ont été enregistrées par l'Agence indonésienne de météorologie et de géophysique (BKMG).

La responsable de BKMG, Dwikorita Karnawati, a recommandé la vigilance aux habitants concernant d'éventuelles nouvelles secousses et a appelé la population à trouver un abri en lieu sûr.

"Pour ceux dont les maisons ont été endommagées, il est recommandé de ne pas rester à l'intérieur car de possibles répliques pourraient les endommager davantage", a-t-elle indiqué lors d'une conférence de presse virtuelle.

Des répliques pourraient en outre entraîner des glissements de terrain, a-t-elle mis en garde.

L'Indonésie est située sur la "ceinture de feu" du Pacifique, ce qui lui vaut d'être la proie de fréquents tremblements de terre.

En 2018, un séisme de magnitude 7,5 suivi d'un tsunami à Palu, sur l'île de Sulawesi, avait tué plus de 2 200 personnes.

En 2004, un puissant séisme de magnitude 9,1 dans la province d'Aceh avait provoqué un tsunami et tué plus de 170 000 personnes en Indonésie.


Keaveny: L’accord du CCG permettra au commerce anglo-saoudien de se développer «considérablement»

Le lord-maire de la ville de Londres, l'alderman Vincent Keaveny, a été interrogé par Arab News avant sa visite en Arabie saoudite à la fin du mois. (Capture d'écran/photo d'AN)
Le lord-maire de la ville de Londres, l'alderman Vincent Keaveny, a été interrogé par Arab News avant sa visite en Arabie saoudite à la fin du mois. (Capture d'écran/photo d'AN)
Short Url
  • L’ALE entre le Royaume-Uni et le CCG, annoncé en juin, constitue une priorité pour la nouvelle Première ministre britannique, Liz Truss
  • Selon Vincent Keaveny, l'expertise britannique contribuera «massivement» à la réalisation de l'objectif zéro émission nette du Royaume

LONDRES: Un accord de libre-échange (ALE) en cours d'élaboration entre le Royaume-Uni et le Conseil de coopération du Golfe permettra d'accroître considérablement leurs liens financiers au moment où l'économie mondiale est en pleine mutation, a indiqué le lord-maire de la ville de Londres à Arab News avant sa tournée dans la région.

Vincent Keaveny, qui commencera sa tournée à Riyad ce week-end, a déclaré que les investissements saoudiens en Grande-Bretagne dépassaient déjà les 65 milliards de livres sterling (1 livre sterling = 1,14 euro) par an et que les échanges commerciaux du Royaume-Uni avec le Golfe dépassaient les 33 milliards.

« Le CCG est notre quatrième partenaire commercial. Cela montre l'importance et l'ampleur des flux d'investissement qui vont dans les deux sens, et je pense qu'ils augmenteront considérablement au fil des ans », a-t-il ajouté.

« L'Arabie saoudite a de grands projets de transformation pour sa propre économie, et les services financiers et professionnels du Royaume-Uni ont beaucoup à offrir pour contribuer à leur mise en œuvre et à leur soutien ».

Le lord-maire de Londres, l'un des plus anciens officiers municipaux constamment réélus, exerce la fonction de maire de la ville de Londres et dirige la société City of London, dont l'objectif est de représenter, soutenir et promouvoir les entreprises situées au cœur financier de la capitale britannique.

L’ALE entre le Royaume-Uni et le CCG, annoncé en juin, constitue une priorité pour la nouvelle Première ministre britannique, Liz Truss. Il devrait générer 33,5 milliards de livres sterling en termes de nouveaux échanges.

Truss, qui a reçu en décembre dernier les ministres des Affaires étrangères du CCG et qui était alors elle-même ministre des AE, a souligné que « le resserrement des liens économiques et sécuritaires avec les partenaires du Golfe » était une priorité.

 

PHOTO
Vincent Keaveny et son épouse Amanda, au banquet du lord-maire dans le centre de Londres, l'année dernière. (Photo, AFP)

« Un ALE représente une véritable volonté de faire évoluer les relations entre le Royaume-Uni et les pays de la région, et nous soutenons les ambitions de la Première ministre qui souhaite que cet accord soit conclu le plus rapidement possible », a déclaré Keaveny.

« Je pense que Liz Truss y parviendra. C'est une personne que la City connaît très bien. Nous avons travaillé en étroite collaboration avec elle sur l'agenda du commerce international lorsqu'elle était secrétaire d'État au commerce international et elle a effectivement accordé une grande importance au commerce lorsqu'elle était secrétaire d'État aux Affaires étrangères », a-t-il ajouté.

Chris Doyle, directeur du Council for Arab-British Understanding, a indiqué à Arab News que l'ALE serait une priorité pour Truss.

Par ailleurs, Keaveny a déclaré qu'il ne serait pas surpris que des accords au niveau national soient exigés entre les différentes parties pour concrétiser le projet, tout en soulignant qu'il fallait attendre de voir les détails.

« Je pense que les accords de libre-échange permettent de définir le contexte. Il se peut que certains des ALE qui seront conclus au cours des deux prochaines années ne soient pas aussi complets que nous l'aurions souhaité dans la ville », a-t-il poursuivi.

« Je ne peux qu'encourager les négociateurs impliqués dans cet ALE à le finaliser le plus rapidement possible, même si je suis conscient qu'il est difficile de négocier avec un organisme tel que le CCG, qui comprend un groupe de pays aux intérêts divergents ».

PHOTO
Vincent Keaveny commencera une tournée régionale à Riyad ce week-end. (Photo, AFP)

Lorsqu'on lui a demandé si une alliance réglementaire accrue était à l'ordre du jour, Keaveny a dit qu'il n'était « pas assez proche de la négociation pour savoir s'il en résulterait une harmonisation réglementaire », mais a insisté sur le fait qu'une meilleure harmonisation serait positive, notamment en ce qui concerne les services financiers.

« Toute mesure qui rendrait la fourniture de services financiers plus fluide, que ce soit par l'harmonisation réglementaire ou par la libéralisation des flux de données, serait la bienvenue », a-t-il affirmé. « Mais je ne suis sincèrement pas assez proche des négociations pour savoir si un tel résultat est réaliste ».

Keaveny pense que les liens qui unissent le Golfe et le Royaume-Uni sont « forts et historiques » et il envisage « des besoins et des possibilités d'investissement importants ».

L'Arabie saoudite associe son plan « Vision 2030 » – qui vise à réduire sa dépendance aux hydrocarbures, à diversifier son économie et à développer les services publics – à sa résolution de parvenir à zéro émission nette d'ici 2060.

« Tout cela doit être soutenu, et l'expertise et l'approche du Royaume-Uni, quant à l'objectif zéro émission et au financement de la transition, montrent que la ville de Londres ainsi que le pays sont les leaders d'opinion dans ce domaine », a expliqué Keaveny.  

« Nous serons donc en mesure de contribuer massivement aux projets de l'Arabie saoudite sur ce plan. C'est une grande victoire qui entraînera de nombreux avantages et qui permettra d'accroître de manière significative les actifs financiers et les infrastructures britanniques, qu'il s'agisse de structures électriques ou d'autres services publics ».

PHOTO
Keaveny pense que les liens qui unissent le Golfe et le Royaume-Uni sont « forts et historiques » et il envisage « des besoins et des possibilités d'investissement importants ». (Photo fournie, City de Londres) 

La tournée de Keaveny tombe à un moment de fracture dans le monde, alors que le conflit entre la Russie et l'Ukraine en est à son neuvième mois et que l'on craint de plus en plus un hiver de mécontentement pour une Europe devenue dépendante du gaz russe.

Pourtant, il ne pense pas que ce soit un sujet de discussion majeur pour les parties concernées. « Il est clair que la guerre en Ukraine a des répercussions économiques mondiales. Si la question est soulevée, je pense que ce sera pour évoquer les effets de la guerre sur les pressions inflationnistes dans le monde et sur nos ambitions de réduction des émissions », a-t-il précisé.

De plus, il s'est réjoui de la décision d'accueillir la conférence des Nations Unies sur le changement climatique de cette année et de l'année prochaine au Moyen-Orient, respectivement en Égypte et aux Émirats arabes unis.

« Le fait que le la Conférence des Parties se déroule en Afrique cette année et à Dubaï l'année prochaine est très intéressant. Cela permettra en effet de mener des discussions différentes de celles de Glasgow et de mettre en place les mesures nécessaires pour financer la transition dans les économies en développement », a-t-il poursuivi.

 «Personnellement, je trouve que les banques multilatérales de développement qui définissent les institutions financières dans ce processus sont des acteurs essentiels, à condition que les bonnes conditions soient réunies, et je pense que Mark Carney (ancien gouverneur de la Banque d'Angleterre) et John Kerry (envoyé spécial du président américain pour le climat) partagent mon avis.»

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com