L’exposition Hunna («Elles») rend hommage à la femme

Aya Abu Hawash et Ranine el-Homsi. (Photo fournie).
Aya Abu Hawash et Ranine el-Homsi. (Photo fournie).
Short Url
Publié le Lundi 23 mai 2022

L’exposition Hunna («Elles») rend hommage à la femme

  • L’exposition regroupe des artistes d’âges divers (de 25 à 75 ans) venus du Liban, de Syrie, d’Égypte, de Palestine, d’Europe ou d’Amérique
  • «En tant que femme artiste, j'ai toujours été inspirée par l'histoire censurée et la mémoire politique au Moyen-Orient», confie Aya Abu Hawash

BEYROUTH:  Née à l’initiative de deux femmes militantes passionnées d’art et de culture, Aya Abu Hawash et Ranine el-Homsi, l’exposition Hunna («Elles») expose plus de trois cents œuvres originales à l’ABC Art Space, dans le quartier Verdun de Beyrouth. L ’exposition regroupe des artistes d’âges divers (de 25 à 75 ans) venus du Liban, de Syrie, d’Égypte, de Palestine, d’Europe ou d’Amérique. Elle a pour objectif de prouver que les femmes peuvent mener leur combat et communiquer avec le monde grâce à l'art. Elles sont d’ailleurs appelées à s’impliquer au sein de la société libanaise pour la changer.

En ce sens, le descriptif de l’exposition fait office de manifeste. On peut en effet y lire: «Nous, en tant que femmes, sommes les soldats de demain, l’espoir de nos enfants et de nos communautés. Nous sommes plus fortes lorsque nous nous encourageons, lorsque nous nous inspirons et lorsque nous nous responsabilisons les unes les autres!»

aya abu ayash
Aya Abu Hawash, peinture à l’huile. (Photo fournie).

«En tant que femme artiste, j'ai toujours été inspirée par l'histoire censurée et la mémoire politique au Moyen-Orient», confie Aya Abu Hawash a Arab News en français. Elle-même est également créatrice: elle peint des œuvres figuratives qui abordent le thème de l'exploration de soi et réinterprètent des histoires sociales.

 

hawa
Kameel Hawa, The day she sat sideways («Le jour où elle s’est assise de travers»), huile sur toile. (Photo fournie).

 

Ici les genres et les matières se mélangent: peintures et sculptures côtoient les installations audiovisuelles, allant de l’art naïf aux NFT (jetons non fongibles, désignés en français par l’acronyme «JNF»). Tous les moyens «artistiques» sont mis en œuvre pour dévoiler aux visiteurs les différentes représentations de la femme, de la féminité, et pour transmettre un message.

«Nous avons opéré à la sélection en fonction du contexte des femmes. Après avoir voyagé et rencontré un grand nombre d’entre elles, nous voulions que chaque artiste raconte une histoire différente à travers une perspective et un médium différents. Nous avons contacté des artistes de divers horizons et travaillé avec différentes galeries et des artistes qui vivent hors du Liban», précise Ranine el-Homsi.

eid
Wissam Eid. (Photo fournie).

Quant aux œuvres, «elles sont créées à partir de différentes matières telles que l’or, la céramique, le bronze, la résine, la peinture à l’huile et l’acier émaillé», indique l’experte.

«Seul l’art est à même de représenter la condition féminine dans toute sa splendeur – et dans sa laideur aussi. Figure maternelle, femme forte, tantôt masculine, ou androgyne, en souffrance, victime d’inégalités et de préjugés, elle présente une multitude de facettes. Éthérée, décomposée, rejetée, adorée, critiquée, sacralisée, la femme ne peut être cernée», souligne Aya Abu Hawash.

baydoun
Photo de Hussein Baydoun.

La préparation de l’exposition a réclamé de nombreux mois et les différentes étapes ont été mûrement réfléchies. Il fallait «penser aux artistes, en premier lieu ceux qui abordent les femmes dans leur travail, ainsi qu’à l’espace: comment l’habiter, l'améliorer et surtout l’animer pour une période assez longue – trois mois?», explique Ranine el-Homsi. «Il a fallu solliciter les artistes, puis accueillir leurs œuvres, en conseiller certains, les accompagner dans leur parcours d’exposition, ce qui n’est pas une démarche anodine», explique-t-elle. «Puis nous avons adapté le lieu aux œuvres, au thème, ce qui a représenté de longues heures de travail avec les équipes de l’ABC: personnaliser certains espaces, comme celui de la vidéo, avec toutes les problématiques techniques liées.» En outre, il a été nécessaire de «créer des partenariats pour habiter le lieu et mettre en valeur des associations, des artistes, des personnalités publiques».

Les deux organisatrices avaient également à cœur de rendre l’exposition vivante. Elles proposent ainsi aux visiteurs une rencontre avec les artistes de l’exposition, qui animent des ateliers, des discussions autour de l'art et de la femme. May Abboud, May Haddad, Nicolas Tak, Eddy Choueiry, Philippe Aractingi, entre autres, se sont prêtés à l’exercice. Des formations sont offertes par l'organisation féministe Fe-male. Elles présentent plusieurs thèmes, comme la formation susceptible de permettre aux femmes de s’investir dans la vie politique ou à un autre niveau, la cybersécurité…

Par ailleurs, cette exposition a vocation à se déplacer hors des frontières libanaises. «Des contacts ont été pris à Paris et à Dubaï», confie Ranine el-Homsi. En effet, le message qu’elle veut transmettre est universel. «Nous voulons exposer les œuvres de ces artistes qui portent la femme dans leurs œuvres et montrent sa beauté, sa détermination, ses émotions; ils se font ambassadeurs», précisent les deux initiatrices de l’exposition. «Au-delà du soutien aux artistes, notamment dans le contexte économique particulièrement difficile que connaît le Liban, il nous semble important de permettre à chacun de venir se ressourcer, de prendre plaisir à observer, imaginer, se nourrir de couleurs et de formes, accueillir un peu de poésie, de légèreté dans un quotidien si pesant pour beaucoup d’entre nous.»

«Il s’agit de dialoguer et communiquer autrement, entre générations et histoires différentes. Hunna est une célébration de toutes les possibilités qu'offre la vie à chacun et chacune. C'est l'histoire de femmes qui ont cru, qui ont fait et qui continuent de créer la vie», concluent Aya Abu Hawash et Ranine Homsi.


Les lauréats de Mawhiba représenteront l'Arabie saoudite lors de cinq olympiades scientifiques internationales

Ces étudiants talentueux avaient déjà suivi plus de dix mille heures de formation avant de participer aux séances préparatoires. (Fourni)
Ces étudiants talentueux avaient déjà suivi plus de dix mille heures de formation avant de participer aux séances préparatoires. (Fourni)
Short Url
  • Deux équipes d'étudiants ont déjà terminé leur programme de formation dans le Royaume à l'Université des sciences et technologies du roi Abdallah
  • L’épreuve de formation de l'équipe de physique se déroule à l'Université de technologie et d'économie de Budapest et celui de l'équipe de biologie à la Société hongroise de biologie

DJEDDAH : Les meilleurs étudiants de la Fondation du roi Abdelaziz et de ses compagnons pour le talent et la créativité, également connue sous le nom de «Mawhiba», s’apprêtent à participer à cinq olympiades scientifiques internationales qui se tiendront, virtuellement et en présentiel, aux mois de juillet et d’août.

Deux équipes d'étudiants ont déjà terminé leur programme de formation dans le Royaume à l'Université des sciences et technologies du roi Abdallah. Elles participeront à l'Olympiade internationale de mathématiques à Oslo, en Norvège, du 6 au 16 juillet, et à l'Olympiade internationale d'informatique en Indonésie du 7 au 15 août. L'épreuve d'informatique comporte des défis de programmation et de résolution de problèmes algorithmiques.

mawhiba
Ces étudiants talentueux avaient déjà suivi plus de dix mille heures de formation avant de participer aux séances préparatoires. (Fourni)

Par ailleurs, trente-huit femmes et hommes de trois autres équipes sont arrivés lundi dernier à Budapest, en Hongrie, pour entamer des programmes de formation intensive de deux semaines dans certaines des universités les plus prestigieuses du pays.

Parmi eux, quatorze étudiants espèrent gagner une place dans l'équipe qui participera à l'Olympiade internationale de chimie, organisée par la Chine; douze étudiants sont nominés pour l'équipe qui participera à l'Olympiade internationale de physique 2022, en Suisse; et douze autres tentront d’obtenir une place dans l'équipe qui participera à l'Olympiade internationale de biologie 2022, en Arménie. Les deux premiers événements seront virtuels et le troisième se déroulera en présentiel; tous trois auront lieu entre le 10 et le 18 juillet.

L’épreuve de formation de l'équipe de physique se déroule à l'Université de technologie et d'économie de Budapest et celui de l'équipe de biologie à la Société hongroise de biologie. En ce qui concerne la chimie, les candidats se rendront à l'université Lorand-Eotvos, à Budapest.

Ces équipes suivront en moyenne huit heures de cours et de tutorat par jour dans leurs matières de spécialisation, dispensés par des formateurs internationaux reconnus et expérimentés. Les cours comprendront des éléments pratiques et théoriques ainsi qu'une formation à la recherche de solutions à des problèmes scientifiques avancés.

Selon Mawhiba, à la fin de l’entraînement, les meilleurs éléments de chaque équipe seront sélectionnés pour représenter l'Arabie saoudite lors de leurs olympiades respectives.

Amel al-Hazzaa, secrétaire générale par intérim de Mawhiba, a déclaré à Arab News que ces étudiants talentueux avaient déjà suivi plus de dix mille heures de formation avant de participer aux séances préparatoires.

Elle a ajouté qu'ils avaient tous atteint des niveaux élevés de compétence et d'expérience afin de représenter dignement le Royaume dans une compétition internationale.

Au cours des dix dernières années, a révélé Mme Al-Hazzaa, les étudiants saoudiens ont remporté plus de cinq cents médailles, entre autres prix, lors de ces olympiades.

«Nous espérons que ces étudiants enregistreront de nouveaux succès lors des cinq prochaines olympiades», a-t-elle confié.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Festival Days Off, exigence et différence

Dans cette photo d'archive prise le 15 juillet 2017, la chanteuse française Camille Dalmais alias Camille se produit sur scène lors de la troisième journée de la 26e édition du festival de musique "Vieilles Charrues", à Carhaix-Plouguer, dans l'ouest de la France. FRED TANNEAU / AFP
Dans cette photo d'archive prise le 15 juillet 2017, la chanteuse française Camille Dalmais alias Camille se produit sur scène lors de la troisième journée de la 26e édition du festival de musique "Vieilles Charrues", à Carhaix-Plouguer, dans l'ouest de la France. FRED TANNEAU / AFP
Short Url
  • Le festival Days Off (2-13 juillet) marque sa singularité à la Philharmonie de Paris
  • Après une annulation en 2020 et un festival 2021 réduit pour cause de crise sanitaire, cette 12e édition est celle «du plaisir retrouvé»

PARIS: Jarvis Cocker et ses perles de pop française, Camille et ses spectateurs pour instruments, relève et vétéran du hip-hop sur le toit: le festival Days Off (2-13 juillet) marque sa singularité à la Philharmonie de Paris.

Après une annulation en 2020 et un festival 2021 réduit pour cause de crise sanitaire, cette 12e édition est celle "du plaisir retrouvé, avec l'ADN de Days Off, entre têtes d'affiche internationales, créations, ouverture sur la musique contemporaine et croisement d'esthétiques", synthétise pour l'AFP Vincent Anglade, programmateur.

Il y aura notamment le dandy anglais préféré des Français, Jarvis Cocker, pour un "concert unique dans tous les sens du terme" comme le dit le responsable. D'abord parce que le leader de Pulp jouera pour la seule fois sur scène son album "Chansons d'ennui Tip-Top", composé dans le cadre du film "The French Dispatch" de Wes Anderson. Et qu'il sera entouré d'une section de cordes.

"Chansons d'ennui" est "un titre un peu trompeur, ça n'a rien d'ennuyeux, ça se rapporte à la ville fictive d'Ennui-sur-Blasé", comme le souligne Vincent Anglade. Cocker a en réalité livré une "B.O. imaginaire en hommage à la pop française en reprenant plein de classiques, c'est assez touchant".

Un autre concept fait saliver avec la chanteuse Camille. "Lalàlive" est "une expérience participative ouverte aux familles, aux enfants (à partir de 8 ans)". "C'est une des grosses marques de fabrique de Camille: faire chanter les gens. Mais elle a poussé le truc encore plus loin, il n'y a plus d'orchestre, tout se fait a capella avec le public".

Intense Kae Tempest

Pour Days Off, le public sera autour de Camille et d'autres chanteurs professionnels, à 360°. Des groupes de personnes seront formés par ces chanteurs en fonction des tessitures et quelques exercices vocaux. "Le concert se créée avec les spectateurs, chaque groupe est pris en charge par un chanteur pro, c'est participatif de A à Z", déroule le programmateur.

Days Off a ses habitués. C'est le cas de l'artiste britannique venu en 2017 en tant que Kate Tempest (en ouverture du groupe de rock de filles Savages, sous le regard de l'écrivaine Virginie Despentes dans la salle) et qui revient débarrassé de tout genre sous le nom de Kae Tempest.

Reste la même intensité entre slam, rap, chant et poésie, comme le prouve "The line is a curve", un des albums de l'année. "Kae nous passionne à la Philharmonie, son champ esthétique s'élargit d'année en année, on a envie d'aller plus loin, on espère que ce sera une étape pour d'autres projets", confie Vincent Anglade.

Et puis, il y a la soirée "Toi, toi, mon toit", concert-apéro sur le toit de la Philharmonie au coucher du soleil, instauré il y a une poignée d'années. La prestation dans ce cadre de Laurent Garnier, en 2019, a déjà marqué la jeune histoire de Days Off.

Ce DJ culte se produisit dans le sillage de l'exposition consacrée à l'électro cette année-là à la Philharmonie. Cette fois, l'expo phare, c'est "Hip-Hop 360" (jusqu'au 24 juillet): place à la culture rap, entre la relève -- Andy 4000, Edge -- et la mémoire, Solo, membre fondateur d'Assassin, groupe pionnier oublié dans l'ombre de NTM et IAM.


«  Je serai libre seulement quand », la liberté rêvée par des artistes arabes

Chansons, danses, poèmes avec un brin d'humour. Dans un théâtre en plein air en bord de mer en Tunisie, des jeunes arabes ont exprimé par l'art leur vision d'une liberté qui fait souvent défaut dans leurs pays. (AFP).
Chansons, danses, poèmes avec un brin d'humour. Dans un théâtre en plein air en bord de mer en Tunisie, des jeunes arabes ont exprimé par l'art leur vision d'une liberté qui fait souvent défaut dans leurs pays. (AFP).
Short Url
  • La cérémonie, la 4ème du genre, s'est paradoxalement déroulée en Tunisie, berceau du Printemps arabe
  • Le concours a également servi de vitrine pour des talents qui montent comme le Palestinien Ahmed Al-Qrinawi, venu de la bande de Gaza, enclave sous blocus israélien

HAMMAMET: Chansons, danses, poèmes avec un brin d'humour. Dans un théâtre en plein air en bord de mer en Tunisie, des jeunes arabes ont exprimé par l'art leur vision d'une liberté qui fait souvent défaut dans leurs pays.

Le spectacle, organisé ce weekend dans la station balnéaire de Hammamet au sud de Tunis et retransmis en direct par douze chaînes de télévision arabes, mettait à l'honneur les lauréats d'un concours en ligne consistant à compléter par une expression artistique la phrase débutant par: "Je serai libre seulement quand..."

Connu sous le nom de #DDX, le show est organisé par le groupe de production Munathara (Débat), créé dans la foulée des révoltes de 2011 du Printemps arabe qui ont suscité de grands espoirs de démocratie dans une région à la population très majoritairement jeune.

La cérémonie, la 4ème du genre, s'est paradoxalement déroulée en Tunisie, berceau du Printemps arabe, au moment où sa jeune démocratie vacille depuis le coup de force du président Kais Saied qui s'est arrogé les pleins pouvoirs en juillet 2021.

Cet évènement vise "à susciter des échanges indispensables sur les droits, les libertés et le changement sociétal dans le monde arabe", dit à l'AFP le fondateur algéro-allemand de Munathara, Belabbas Benkredda, 43 ans.

Les "grands espoirs" suscités par le Printemps arabe se sont estompés avec une reprise en main autoritaire ou des conflits civils et "l'optimisme a cédé la place au cynisme, y compris chez les jeunes", regrette-il.

Selon lui "la génération Z du monde arabe a atteint sa maturité politique dans un contexte de désespoir et de division sociale".

« Rébellion »

"La liberté des jeunes est restreinte et pas seulement dans le monde arabe", opine le réfugié syrien et comédien de stand-up Mohamed Al-Kurdi, 22 ans, l'un des 20 lauréats présents à la cérémonie.

Assis au bord de la scène illuminée par des projecteurs pendant une pause, M. Kurdi, dont le compte TikTok "MidoKrdi" compte plus de 2,3 millions d'abonnés, aborde dans ses sketchs "les limites qu'on s'impose, la peur de l'échec et la peur du succès: ces choses qui freinent notre liberté".

Dans ce spectacle, il s'est associé à la Libanaise Dana Ali Makki, 22 ans, dans une comédie sur la relation entre une femme et son mari autoritaire.

"Je suis libre quand je peux dire ce que je veux, à haute voix, sans avoir peur de personne. Libre de toutes les restrictions que la société impose, en particulier aux femmes", dit Mme Makki, originaire de Nabatiyeh, dans le sud du Liban, pour expliquer sa vision de la "liberté".

En dépit des difficultés, la comédienne estime que les jeunes dans le monde arabe jouissent de davantage de liberté que leurs parents.

"Il y de plus en plus de rébellion contre les coutumes, les traditions, la religion et la société", souligne-t-elle

« Résistez »

M. Benkredda estime que son show offre un modèle alternatif pour les échanges "dans une région où les débats publics, même sur les droits fondamentaux, peuvent être polarisants, en particulier sur les réseaux sociaux".

Le concours a également servi de vitrine pour des talents qui montent comme le Palestinien Ahmed Al-Qrinawi, venu de la bande de Gaza, enclave sous blocus israélien.

Ce jeune poète de 25 ans a appris, seul, à jouer du luth, dont il a fabriqué un modèle spécial à sept cordes avec l'aide d'un ami charpentier.

"Je ne serai libre que lorsque j'aurai un pays normal, où la mort ne me guette pas", dit le premier couplet de sa chanson.

"A Gaza, il n'y a pas de liberté", déplore M. Qrinawi. "La liberté n'est pas une question de nourriture et de boisson. Vous pouvez apportez de la nourriture à un oiseau que vous avez mis dans une cage mais il sera toujours en captivité".

Pour Mme Makki, l'actrice libanaise, le spectacle était une opportunité de livrer un autre message.

"Vous ne pouvez pas rester chez vous les bras croisés ou garder le silence. Apprenez à dire non à l'oppression et à la répression", dit-elle en montrant un tatouage sur son avant-bras: "Résistez!".