Covid, guerre, faim font planer un large éventail de risques sur l'Europe

La pandémie, la guerre en Ukraine, et la crise alimentaire qui se profile, font planer sur l'Europe des menaces durables de tensions et soubresauts politiques (Photo, AFP).
La pandémie, la guerre en Ukraine, et la crise alimentaire qui se profile, font planer sur l'Europe des menaces durables de tensions et soubresauts politiques (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mercredi 25 mai 2022

Covid, guerre, faim font planer un large éventail de risques sur l'Europe

  • Avec une inflation forte, des prix des carburants au plus haut, une nourriture de plus en plus chère, les populations européennes sont sous pression
  • Des populations européennes paupérisées pourraient se tourner vers des choix politiques radicaux, surtout si les gouvernements décidaient des politiques d'austérité pour redresser leurs trajectoires budgétaires

PARIS: La pandémie, la guerre en Ukraine, et la crise alimentaire qui se profile, font planer sur l'Europe des menaces durables de tensions et soubresauts politiques, affaiblissement industriel, vague migratoire, autant de défis pour ses dirigeants.

Voici une liste non exhaustive des facteurs de risque.

Le coût politique de l'inflation

Avec une inflation forte, des prix des carburants au plus haut, une nourriture de plus en plus chère, les populations européennes sont sous pression.

Pour manger par exemple, "le pire est à venir",  anticipe l'assureur crédit Allianz Trade dans une étude publiée mardi, avec une hausse moyenne attendue du budget alimentaire au sein de l'Union européenne de 243 euros par an et par personne.

"A moyen terme, la crise du coût de la vie accroit la pression sur les gouvernements pour qu'ils en limitent l'impact", relève Laurence Allan, directeur risque pays Europe chez S&P Global Market Intelligence.

Des populations européennes paupérisées pourraient se tourner vers des choix politiques radicaux, surtout si les gouvernements décidaient des politiques d'austérité pour redresser leurs trajectoires budgétaires affectées depuis des années par le Covid et la guerre.

M. Allan rappelle que l'austérité après la crise de 2008 "a été le catalyseur de l'expansion de partis dits anti-système comme Syriza (Grèce), Cinq étoiles, Lega (Italie), Podemos (Espagne), qui ont mis en difficulté les partis traditionnels".

On le voit bien aussi en France, "où les trois grandes forces politiques sont désormais, le centre, l'extrême gauche et l'extrême droite", toutes deux portées par la question du pouvoir d'achat, relève Agathe Demarais, directrice de la prévision pour l'unité de recherche de The Economist, Economist Intelligence Unit (EIU).

Une industrie menacée

"L'économie européenne est plus exposée au poids des sanctions que l'américaine", estime Elvire Fabry chercheuse senior à l'Institut Jacques Delors sur l'UE dans la mondialisation.

"Les sanctions occidentales contre la Russie pèsent essentiellement sur l'Union européenne, profitent à la Chine et ne coûtent rien aux Etats-Unis", relève le diplomate Jean de Gliniasty dans le numéro de mai de la Revue Défense nationale (RDN).

"Prenez l'industrie automobile allemande par exemple. Pour eux, c'est vraiment compliqué, ils avaient la pénurie de semi-conducteurs (provoquée par le Covid, NDLR), puis la hausse des coûts, notamment des métaux, induite par la guerre en Ukraine, et en plus, leur exposition au marché russe est forte", illustre Mme Demarais.

Dans l'aéronautique, Airbus achète la moitié de son titane au fournisseur russe VSMPO-Avisma (qui continue de fournir), mais est en train de chercher d'autres approvisionnements. Boeing n'achète lui qu'un tiers de son titane à la Russie et a annoncé le 7 mars avoir cessé de se fournir auprès de VSMPO.

A court terme, "on peut craindre que Xi s'entête dans sa stratégie zéro Covid" qui perturbe les flux du commerce mondial, estime Mme Fabry.

Et à plus long terme, la guerre a un "impact sur le découplage structurel entre Etats-Unis et Chine", souligne-t-elle. 

Dans ce monde qui se scinde, "l'Europe est un nain entre d'un côté la Chine, de l'autre les Etats-Unis", assène Mme Demarais.

Elle devra engager de très gros moyens pour tirer son épingle du jeu et tenter de se préserver une forme d'autonomie.

Des moyens qui seront d'autant plus limités que le secteur risque de voir sa marge de manoeuvre financière réduite par la pression subie pour augmenter les salaires afin de contrer l'inflation.

Crise migratoire ? 

"Dans les prochains mois on va sentir l’effet de souffle de la crise ukrainienne en Afrique" au niveau alimentaire, anticipe Jean-Marc Balencie, analyste géopolitique français auteur du blog "Horizons incertains".

La crise alimentaire "est une préoccupation majeure pour les Européens, avec les risques de déplacement de population que cela peut créer", estime Mme Fabry.

D'autant que l'Europe gère déjà l'afflux des réfugiés ukrainiens ayant fui la guerre.

En cas d'arrivée massive de migrants, "il y a des dissensions à prévoir" entre pays européens, comme en 2015 avec les réfugiés syriens, prévoit Mme Demarais.

Et "le sujet sera instrumentalisé politiquement par certains mouvements", avec des conséquences incertaines, pense M. Allan. "Comme en Espagne, où vous avez une coalition très fragile" au pouvoir et des élections générales en 2023.

Au final, "dans un contexte de forte inflation, les crispations peuvent structurer le paysage politique européen", prévient Mme Fabry.

La division ?

Les Européens pourraient donc se diviser sur la question migratoire, mais d'autres ferments de rupture les travaillent déjà, notamment sur la position vis-à-vis de la Russie.

"En dépit du discours sur l'unité européenne, il y a des fissures, on voit que dans les faits, il y a un problème sur la dépendance aux gaz et pétrole russes" de certains pays, estime M. Balencie.

De la part de certains pays de l'Est notamment, "il y a une virulente remise en cause de la primauté franco allemande, qui va durer bien au-delà de la guerre, et qui risque de fissurer durablement l'UE", selon lui.


Covid-19: levée des restrictions sanitaires à Maurice

Maurice «entre dans une nouvelle phase», s'est félicité mardi soir le Premier ministre Pravind Jugnauth dans une adresse à la nation pour annoncer ces nouvelles dispositions après deux années de restriction. (Photo d'archives, AFP)
Maurice «entre dans une nouvelle phase», s'est félicité mardi soir le Premier ministre Pravind Jugnauth dans une adresse à la nation pour annoncer ces nouvelles dispositions après deux années de restriction. (Photo d'archives, AFP)
Short Url
  • Maurice «entre dans une nouvelle phase», s'est félicité mardi soir le Premier ministre Pravind Jugnauth dans une adresse à la nation pour annoncer ces nouvelles dispositions après deux années de restriction
  • «Des décisions difficiles ont dû être prises, particulièrement un confinement total qui a eu des conséquences sur l'économie», a rappelé le Premier ministre

PORT-LOUIS : L'île Maurice a levé la plupart des restrictions sanitaires qui prévalaient encore pour contrer la pandémie de Covid-19, permettant notamment la réouverture des bars et nightclubs et la suppresion du port du masque obligatoire en public afin de relancer son activité touristique.

Maurice "entre dans une nouvelle phase", s'est félicité mardi soir le Premier ministre Pravind Jugnauth dans une adresse à la nation pour annoncer ces nouvelles dispositions après deux années de restriction.

"Des décisions difficiles ont dû être prises, particulièrement un confinement total qui a eu des conséquences sur l'économie", a rappelé le Premier ministre en se félicitant notamment du taux de vaccination atteint par Maurice.

"Nous ne nous sommes pas précipités pour rouvrir nos frontières, cela a été fait par étapes et nous constatons que c'est une formule qui a bien fonctionné", a souligné M. Jugnauth en concluant : "Maintenant, c'est avec confiance que nous pouvons entrer dans une nouvelle phase".

Le port du masque ne sera plus obligatoire dans l'espace public, mais restera imposé dans les centres de santé et les transports publics.

Les restrictions sur les rassemblements publics - mariages, funérailles, lieux de culte, etc... - sont levées, a indiqué le Premier ministre.

Bars et nightclubs peuvent rouvrir, tout comme les grandes enceintes sportives et l'interdiction de pique-nique sur les plages est levée.

Le Premier minitre a néanmoins encouragé la population à rester vigilante quant à la propagation du virus et à prendre des précautions.

Maurice avait rouvert ses portes aux visiteurs internationaux début octobre, mais un rebond de la pandémie dès le mois suivant avait imposé une nouvelle vague de mesures de restriction, faisant replonger une industrie touristique vitale pour le pays.


Israël sur la voie d'élections avec la dissolution attendue du Parlement

Les législateurs israéliens se débattent sur la date exacte des élections, soit le 25 octobre, soit le 1er novembre, la cinquième élection en moins de quatre ans. (AFP)
Les législateurs israéliens se débattent sur la date exacte des élections, soit le 25 octobre, soit le 1er novembre, la cinquième élection en moins de quatre ans. (AFP)
Short Url
  • Et comme M. Bennett, un ardent défenseur de ces colonies, pourtant jugées illégales au regard du droit international, ne pouvait risquer ce "chaos", il a préféré faire harakiri à son gouvernement
  • Le lendemain de la dissolution du Parlement, donc jeudi sauf surprise de dernière minute comme un vote in extremis pour renouveler la loi sur les colons, M. Bennett cèdera sa place à Yaïr Lapid, l'actuel chef de la diplomatie israélienne

JERUSALEM : Les députés israéliens doivent voter mercredi soir la dissolution du Parlement, mettant ainsi fin au bref règne de Naftali Bennett qui sera remplacé par son acolyte Yaïr Lapid d'ici la tenue, à l'automne, de cinquièmes élections en moins de quatre ans.

En juin 2021, MM. Bennett et Lapid avaient écrit une page de l'histoire d'Israël en réunissant une coalition de huit partis (droite, gauche, centre), incluant pour la première fois une formation arabe, afin de couper court à 12 ans sans discontinuer de pouvoir de Benjamin Netanyahu.

Mais un an plus tard, la coalition a perdu sa majorité à la chambre au point où Naftali Bennett a jeté l'éponge la semaine dernière en annonçant son intention de dissoudre la chambre pour convoquer de nouvelles élections.

Depuis cette annonce surprise, Israël grouille de rumeurs. Le chef de l'opposition, Benjamin Netanyahu (Likoud, droite) a tenté de coopter des députés de la coalition pour former un "gouvernement alternatif" et ainsi reprendre le poste de Premier ministre sans passer par des élections.

Mais ces tentatives ont échoué. Et un comité parlementaire a acté dans la nuit de lundi à mardi la fin de ces tentatives en indiquant que le Parlement allait bien être dissous mercredi, avant 23H59 (locales).

Pourquoi une telle échéance? Les députés veulent voter une série de lois - mardi et mercredi - avant de dissoudre le Parlement sachant que dès jeudi une disposition protégeant les plus de 475 000 colons israéliens vivant en Cisjordanie occupée sera caduque si le Parlement n'est pas dissous.

Afin de fragiliser la coalition de MM. Bennett et Lapid, l'opposition lui avait infligé le 6 juin un camouflet en réunissant une majorité de voix contre le renouvellement de la "loi sur les colons", une disposition que la chambre doit renouveler tous les cinq ans.

Or cette loi devait être renouvelée d'ici jeudi 30 juin sans quoi les colons en Cisjordanie --territoire palestinien occupé depuis 1967-- risquaient de perdre leur protection légale en vertu du droit israélien.

Chaos ou élections ?

Et comme M. Bennett, un ardent défenseur de ces colonies, pourtant jugées illégales au regard du droit international, ne pouvait risquer ce "chaos", il a préféré faire harakiri à son gouvernement.

Le lendemain de la dissolution du Parlement, donc jeudi sauf surprise de dernière minute comme un vote in extremis pour renouveler la loi sur les colons, M. Bennett cèdera sa place à Yaïr Lapid, l'actuel chef de la diplomatie israélienne.

Leur accord de coalition prévoyait un partage du pouvoir, incluant une clause selon laquelle M. Lapid assurait l'intérim jusqu'à la formation d'un nouveau gouvernement en cas de dissolution de la Knesset (parlement).

"Ce dont nous avons aujourd'hui besoin est de retourner au concept d'unité israélienne et non de laisser les forces de l'ombre nous diviser", a déclaré la semaine dernière M. Lapid, qui n'aura pas le temps de célébrer longtemps son accession aux plus hautes marches du pouvoir israélien.

Cet ex-journaliste vedette qui a fondé il y a une décennie le parti centriste "Yesh Atid" ("Il y a un futur" en hébreu) devra rapidement mettre ses troupes en ordre de bataille pour les élections, en plus d'être à la fois Premier ministre et ministre des Affaires étrangères.

Et c'est lui qui accueillera en Israël le président américain Joe Biden pour sa première tournée au Moyen-Orient, à la mi-juillet, depuis son arrivée à la Maison Blanche.

De son côté, M. Bennett devrait garder un titre de Premier ministre par alternance en gardant ses yeux rivés sur le dossier d'un potentiel nouvel accord sur le programme nucléaire iranien auquel l'Etat hébreu s'oppose.

"Nous nous sommes battus comme des lions, jusqu'au dernier moment, et qu'il devienne impossible" de sauver le gouvernement, a déclaré récemment M. Bennett qui, à en croire les sondages d'opinion, devra aussi se battre pour sauver sa formation politique Yamina (droite radicale) menacée d'implosion et de déconfiture électorale.


Un suspect de double infanticide en Allemagne interpellé en France

Incarcéré à Fresnes (région parisienne) depuis son interpellation, l'homme doit être remis aux autorités allemandes dans les prochains jours. (AFP).
Incarcéré à Fresnes (région parisienne) depuis son interpellation, l'homme doit être remis aux autorités allemandes dans les prochains jours. (AFP).
Short Url
  • Le drame est intervenu dans un «contexte de séparation du couple». La mère était absente au moment des faits
  • L'homme est soupçonné d'être responsable de la mort de sa fille de 7 ans et de celle de son fils de 11 ans

PARIS : Un homme recherché pour un double infanticide, commis le 11 mai à Hanau près de Francfort en Allemagne, a été interpellé en région parisienne peu après les faits par la police française, a-t-on appris mercredi auprès de la police judiciaire française.

Né en 1972 et de nationalité indienne, l'homme a été interpellé le 14 mai "sans difficulté" dans un temple sikh situé à Bobigny où il avait trouvé refuge, a expliqué à l'AFP, Guillaume Lacassin, chef de la Brigade nationale de recherche des fugitifs (BNRF).

Il est soupçonné d'être responsable de la mort le 11 mai de sa fille de 7 ans, égorgée dans l'appartement familial situé au neuvième étage d'un immeuble de Hanau dans la banlieue de Francfort, et de celle de son fils de 11 ans, retrouvé inanimé au pied du bâtiment.

Le drame est intervenu dans un "contexte de séparation du couple". La mère était absente au moment des faits.

L'homme avait ensuite pris la fuite. Sa cavale semble avoir été "préparée", puisqu'il avait effectué "un gros retrait de près de 3.000 euros le matin des faits", a souligné le commissaire Lacassin.

Il a ensuite pris un train vers Aix-la-Chapelle, passé une nuit dans un temple sikh en Belgique, avant d'être localisé dans le temple de Bobigny.

Selon les premiers éléments de l'enquête, "il n'avait pas d'attache en France", a expliqué M. Lacassin, qui a souligné la "bonne coordination" entre les polices et autorités judiciaires, belges, allemandes et françaises, qui a permis d'aboutir à cette arrestation.

Incarcéré à Fresnes (région parisienne) depuis son interpellation, il doit être remis aux autorités allemandes dans les prochains jours.