Détresse et consternation au Sénégal après la mort de 11 bébés à l'hôpital

Une mère effondrée devant l'hôpital de Tivaouane. (Photo, AFP)
Une mère effondrée devant l'hôpital de Tivaouane. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 27 mai 2022

Détresse et consternation au Sénégal après la mort de 11 bébés à l'hôpital

Une mère effondrée devant l'hôpital de Tivaouane. (Photo, AFP)
  • Le drame de Tivaoune, provoqué par un court-circuit est le dernier en date à mettre en lumière les carences du système de santé de ce pays pauvre
  • Le président Macky Sall a décrété trois jours de deuil national à partir de ce jeudi

TIVAOUANE: Le président sénégalais Macky Sall a limogé son ministre de la Santé jeudi après l'incendie ayant causé la mort de onze bébés dans un hôpital public de province la veille et qui a semé détresse, consternation et colère parmi les proches et dans l'opinion.

Le drame de Tivaoune (ouest), provoqué par un court-circuit selon les premières informations, est le dernier en date à mettre en lumière les carences du système de santé de ce pays pauvre.

Il a suscité promesses de modernisation et d'investigations de la part des autorités, et appels à la démission dans l'opinion et l'opposition, notamment celle du ministre de la Santé Abdoulaye Diouf Sarr.

Dans la soirée, à l'heure du grand journal de la télévision publique, la présidence a annoncé que le chef de l'Etat avait pris un décret pour "remplacer" M. Sarr par Marie Khemesse Ngom Ndiaye, précédemment directrice générale de la Santé publique.

"Encore des bébés brûlés dans un hôpital public. C'est inacceptable Macky Sall", avait tweeté, parmi beaucoup d'autres, un député de l'opposition, Mamadou Lamine Diallo.

Le chef de l'Etat a décrété trois jours de deuil national. Il avancera son retour de déplacement à l'étranger vendredi pour se rendre à Tivaouane samedi, selon ses services.

Les autorités ont annoncé une enquête et la justice a promis de se montrer intraitable.

"La police scientifique est en train de procéder à des constatations matérielles. Nous ne pouvons pas nous prononcer sur les causes réelles de l'incendie", a dit devant une forêt de caméras au palais de justice le procureur Abdoulaye Ba.

Non loin de là, devant l'hôpital Mame Abdou Aziz Sy Dabakh, une mère tenant à peine debout interpelle un homme dont elle attend qu'il lui dise où est son fils Mohamed, hospitalisé là il y a 10 jours parce qu'il avait "mal au corps" selon son père. "Dieu a pris la meilleure décision", lui répond l'individu, aussitôt repris par le père, Alioune Diouf, un chauffeur de 54 ans.

"Tu ne devais pas le lui dire de cette manière", réprimande Alioune Diouf, tandis que sa femme s'écroule.

Mohamed, baptisé lundi, était le deuxième enfant du couple. Sa mère faisait les allées et venues entre la maison et l'hôpital pour l'allaiter. Son père était venu mercredi apporter ses médicaments. "Les lits me semblaient corrects", se rappelle-t-il. Il a été alerté du drame par les médias.

Ce qui s'est produit exactement à l'intérieur de l'enceinte peinte en vert, inaccessible aux journalistes jeudi, le niveau de surveillance de cet établissement à la taille et aux moyens relativement modestes restent à établir.

Les nouveau-nés étaient réunis dans l'unité néonatale, peut-être dans une même salle, 11 ou plus selon les sources.

La colère gronde

L'incendie se serait déclaré vers 21H00 (locales et GMT). Il a été causé par "un court-circuit et le feu s'est propagé très vite", a indiqué le maire Demba Diop.

Devant l'hôpital ou sur les réseaux sociaux les accusations de négligence fusent. Mais le maire a assuré sur place qu'une sage-femme et une infirmière se trouvaient dans la pièce. 

"Il y a eu un bruit et une explosion, ça a duré trois minutes maximum. Cinq minutes après, les sapeurs-pompiers étaient là. Les gens ont utilisé les extincteurs" mais les produits contenus dans les climatiseurs ont accéléré la propagation, a-t-il dit. Les deux soignantes se sont évanouies mais ont été réanimées, a-t-il rapporté.

"Il n'y a pas eu de négligence", a-t-il tranché.

Des témoins ainsi que le maire ont indiqué qu'un certain nombre de bébés avaient été sauvés des flammes.

Mais onze n'ont pas survécu selon les autorités. Les proches n'ont pas pu récupérer leur dépouille jeudi. 

La colère grondait devant l'hôpital dans un petit groupe de femmes anonymes.

Sanctions

"C'est de la négligence. Laisser les enfants sans personne pour les surveiller et on dit que +c'est Dieu qui l'a voulu+. Une mère prend la précaution de confier son enfant à quelqu'un, même quand elle va aux toilettes", vitupérait l'une d'elles, tandis qu'un homme d'une cinquante d'années invoquait "la volonté divine".

Tivaouane, environ 40.000 habitants, est le fief des Tidianes, l'une des importantes confréries musulmanes qui jouent un rôle social essentiel au Sénégal.

Le khalife des Tidianes, Serigne Babacar Sy Mansour, déplorait il y a plusieurs mois l'état de l'hôpital. Le drame "était prévisible tellement le niveau de délabrement avait dépassé l’entendement", a écrit son neveu Serigne Cheikh Tidiane Sy Al Amine dans une tribune. 


Covid-19: levée des restrictions sanitaires à Maurice

Maurice «entre dans une nouvelle phase», s'est félicité mardi soir le Premier ministre Pravind Jugnauth dans une adresse à la nation pour annoncer ces nouvelles dispositions après deux années de restriction. (Photo d'archives, AFP)
Maurice «entre dans une nouvelle phase», s'est félicité mardi soir le Premier ministre Pravind Jugnauth dans une adresse à la nation pour annoncer ces nouvelles dispositions après deux années de restriction. (Photo d'archives, AFP)
Short Url
  • Maurice «entre dans une nouvelle phase», s'est félicité mardi soir le Premier ministre Pravind Jugnauth dans une adresse à la nation pour annoncer ces nouvelles dispositions après deux années de restriction
  • «Des décisions difficiles ont dû être prises, particulièrement un confinement total qui a eu des conséquences sur l'économie», a rappelé le Premier ministre

PORT-LOUIS : L'île Maurice a levé la plupart des restrictions sanitaires qui prévalaient encore pour contrer la pandémie de Covid-19, permettant notamment la réouverture des bars et nightclubs et la suppresion du port du masque obligatoire en public afin de relancer son activité touristique.

Maurice "entre dans une nouvelle phase", s'est félicité mardi soir le Premier ministre Pravind Jugnauth dans une adresse à la nation pour annoncer ces nouvelles dispositions après deux années de restriction.

"Des décisions difficiles ont dû être prises, particulièrement un confinement total qui a eu des conséquences sur l'économie", a rappelé le Premier ministre en se félicitant notamment du taux de vaccination atteint par Maurice.

"Nous ne nous sommes pas précipités pour rouvrir nos frontières, cela a été fait par étapes et nous constatons que c'est une formule qui a bien fonctionné", a souligné M. Jugnauth en concluant : "Maintenant, c'est avec confiance que nous pouvons entrer dans une nouvelle phase".

Le port du masque ne sera plus obligatoire dans l'espace public, mais restera imposé dans les centres de santé et les transports publics.

Les restrictions sur les rassemblements publics - mariages, funérailles, lieux de culte, etc... - sont levées, a indiqué le Premier ministre.

Bars et nightclubs peuvent rouvrir, tout comme les grandes enceintes sportives et l'interdiction de pique-nique sur les plages est levée.

Le Premier minitre a néanmoins encouragé la population à rester vigilante quant à la propagation du virus et à prendre des précautions.

Maurice avait rouvert ses portes aux visiteurs internationaux début octobre, mais un rebond de la pandémie dès le mois suivant avait imposé une nouvelle vague de mesures de restriction, faisant replonger une industrie touristique vitale pour le pays.


Israël sur la voie d'élections avec la dissolution attendue du Parlement

Les législateurs israéliens se débattent sur la date exacte des élections, soit le 25 octobre, soit le 1er novembre, la cinquième élection en moins de quatre ans. (AFP)
Les législateurs israéliens se débattent sur la date exacte des élections, soit le 25 octobre, soit le 1er novembre, la cinquième élection en moins de quatre ans. (AFP)
Short Url
  • Et comme M. Bennett, un ardent défenseur de ces colonies, pourtant jugées illégales au regard du droit international, ne pouvait risquer ce "chaos", il a préféré faire harakiri à son gouvernement
  • Le lendemain de la dissolution du Parlement, donc jeudi sauf surprise de dernière minute comme un vote in extremis pour renouveler la loi sur les colons, M. Bennett cèdera sa place à Yaïr Lapid, l'actuel chef de la diplomatie israélienne

JERUSALEM : Les députés israéliens doivent voter mercredi soir la dissolution du Parlement, mettant ainsi fin au bref règne de Naftali Bennett qui sera remplacé par son acolyte Yaïr Lapid d'ici la tenue, à l'automne, de cinquièmes élections en moins de quatre ans.

En juin 2021, MM. Bennett et Lapid avaient écrit une page de l'histoire d'Israël en réunissant une coalition de huit partis (droite, gauche, centre), incluant pour la première fois une formation arabe, afin de couper court à 12 ans sans discontinuer de pouvoir de Benjamin Netanyahu.

Mais un an plus tard, la coalition a perdu sa majorité à la chambre au point où Naftali Bennett a jeté l'éponge la semaine dernière en annonçant son intention de dissoudre la chambre pour convoquer de nouvelles élections.

Depuis cette annonce surprise, Israël grouille de rumeurs. Le chef de l'opposition, Benjamin Netanyahu (Likoud, droite) a tenté de coopter des députés de la coalition pour former un "gouvernement alternatif" et ainsi reprendre le poste de Premier ministre sans passer par des élections.

Mais ces tentatives ont échoué. Et un comité parlementaire a acté dans la nuit de lundi à mardi la fin de ces tentatives en indiquant que le Parlement allait bien être dissous mercredi, avant 23H59 (locales).

Pourquoi une telle échéance? Les députés veulent voter une série de lois - mardi et mercredi - avant de dissoudre le Parlement sachant que dès jeudi une disposition protégeant les plus de 475 000 colons israéliens vivant en Cisjordanie occupée sera caduque si le Parlement n'est pas dissous.

Afin de fragiliser la coalition de MM. Bennett et Lapid, l'opposition lui avait infligé le 6 juin un camouflet en réunissant une majorité de voix contre le renouvellement de la "loi sur les colons", une disposition que la chambre doit renouveler tous les cinq ans.

Or cette loi devait être renouvelée d'ici jeudi 30 juin sans quoi les colons en Cisjordanie --territoire palestinien occupé depuis 1967-- risquaient de perdre leur protection légale en vertu du droit israélien.

Chaos ou élections ?

Et comme M. Bennett, un ardent défenseur de ces colonies, pourtant jugées illégales au regard du droit international, ne pouvait risquer ce "chaos", il a préféré faire harakiri à son gouvernement.

Le lendemain de la dissolution du Parlement, donc jeudi sauf surprise de dernière minute comme un vote in extremis pour renouveler la loi sur les colons, M. Bennett cèdera sa place à Yaïr Lapid, l'actuel chef de la diplomatie israélienne.

Leur accord de coalition prévoyait un partage du pouvoir, incluant une clause selon laquelle M. Lapid assurait l'intérim jusqu'à la formation d'un nouveau gouvernement en cas de dissolution de la Knesset (parlement).

"Ce dont nous avons aujourd'hui besoin est de retourner au concept d'unité israélienne et non de laisser les forces de l'ombre nous diviser", a déclaré la semaine dernière M. Lapid, qui n'aura pas le temps de célébrer longtemps son accession aux plus hautes marches du pouvoir israélien.

Cet ex-journaliste vedette qui a fondé il y a une décennie le parti centriste "Yesh Atid" ("Il y a un futur" en hébreu) devra rapidement mettre ses troupes en ordre de bataille pour les élections, en plus d'être à la fois Premier ministre et ministre des Affaires étrangères.

Et c'est lui qui accueillera en Israël le président américain Joe Biden pour sa première tournée au Moyen-Orient, à la mi-juillet, depuis son arrivée à la Maison Blanche.

De son côté, M. Bennett devrait garder un titre de Premier ministre par alternance en gardant ses yeux rivés sur le dossier d'un potentiel nouvel accord sur le programme nucléaire iranien auquel l'Etat hébreu s'oppose.

"Nous nous sommes battus comme des lions, jusqu'au dernier moment, et qu'il devienne impossible" de sauver le gouvernement, a déclaré récemment M. Bennett qui, à en croire les sondages d'opinion, devra aussi se battre pour sauver sa formation politique Yamina (droite radicale) menacée d'implosion et de déconfiture électorale.


Un suspect de double infanticide en Allemagne interpellé en France

Incarcéré à Fresnes (région parisienne) depuis son interpellation, l'homme doit être remis aux autorités allemandes dans les prochains jours. (AFP).
Incarcéré à Fresnes (région parisienne) depuis son interpellation, l'homme doit être remis aux autorités allemandes dans les prochains jours. (AFP).
Short Url
  • Le drame est intervenu dans un «contexte de séparation du couple». La mère était absente au moment des faits
  • L'homme est soupçonné d'être responsable de la mort de sa fille de 7 ans et de celle de son fils de 11 ans

PARIS : Un homme recherché pour un double infanticide, commis le 11 mai à Hanau près de Francfort en Allemagne, a été interpellé en région parisienne peu après les faits par la police française, a-t-on appris mercredi auprès de la police judiciaire française.

Né en 1972 et de nationalité indienne, l'homme a été interpellé le 14 mai "sans difficulté" dans un temple sikh situé à Bobigny où il avait trouvé refuge, a expliqué à l'AFP, Guillaume Lacassin, chef de la Brigade nationale de recherche des fugitifs (BNRF).

Il est soupçonné d'être responsable de la mort le 11 mai de sa fille de 7 ans, égorgée dans l'appartement familial situé au neuvième étage d'un immeuble de Hanau dans la banlieue de Francfort, et de celle de son fils de 11 ans, retrouvé inanimé au pied du bâtiment.

Le drame est intervenu dans un "contexte de séparation du couple". La mère était absente au moment des faits.

L'homme avait ensuite pris la fuite. Sa cavale semble avoir été "préparée", puisqu'il avait effectué "un gros retrait de près de 3.000 euros le matin des faits", a souligné le commissaire Lacassin.

Il a ensuite pris un train vers Aix-la-Chapelle, passé une nuit dans un temple sikh en Belgique, avant d'être localisé dans le temple de Bobigny.

Selon les premiers éléments de l'enquête, "il n'avait pas d'attache en France", a expliqué M. Lacassin, qui a souligné la "bonne coordination" entre les polices et autorités judiciaires, belges, allemandes et françaises, qui a permis d'aboutir à cette arrestation.

Incarcéré à Fresnes (région parisienne) depuis son interpellation, il doit être remis aux autorités allemandes dans les prochains jours.