Quai d'Orsay: La grève des diplomates interpelle et inquiète

Si la politique étrangère est la chasse gardée du président de la République, ce dernier s’appuie sur l’expertise du quai d’Orsay, qui est une formidable machine à décoder le monde et à préparer les décisions les plus appropriées. Le quai d'Orsay, dans une photo d'archives. (AFP)
Si la politique étrangère est la chasse gardée du président de la République, ce dernier s’appuie sur l’expertise du quai d’Orsay, qui est une formidable machine à décoder le monde et à préparer les décisions les plus appropriées. Le quai d'Orsay, dans une photo d'archives. (AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 02 juin 2022

Quai d'Orsay: La grève des diplomates interpelle et inquiète

  • C’est le corps diplomatique avec son cortège de conseillers, ambassadeurs et ambassadeurs plénipotentiaires qui est voué à la disparition, par cette mesure présentée comme une réforme
  • En pratique, cela veut dire que dorénavant « pour les fonctions supérieures d’encadrement du ministère il sera possible de nommer n’importe quelle personne »

PARIS : Dans un pays comme la France où les grèves sont de l’ordre du sport national, un appel à une grève sectorielle a toutes les chances de passer inaperçu.

Pourtant, le préavis de grève déposé par des syndicats du ministère des Affaires étrangères interpelle et suscite des inquiétudes.

Il interpelle par son caractère presque inédit: «La grève n’est pas du tout dans la culture du quai d’Orsay, pour en arriver là, il fallait que la colère soit vraiment grande», affirme à Arab News en français l’ex-diplomate Nada Yafi.

L’objet du courroux est le décret promulgué entre les deux tours de l’élection présidentielle qui entérine à compter de janvier 2023 la disparition du corps diplomatique.

C’est le corps diplomatique avec son cortège de conseillers, ambassadeurs et ambassadeurs plénipotentiaires qui est voué à la disparition, par cette mesure présentée comme une réforme.

De quoi s’agit-il précisément?

Jusqu’à présent, dans la fonction publique, tous les agents appartenaient à un même corps, celui des administrateurs civils.

Il y avait par ailleurs deux ministères, dotés de corps spécifiques en raison des particularités des fonctions exercées: le ministère de l’Intérieur et son corps préfectoral, d’une part, et le quai d’Orsay et son corps diplomatique, d’autre part.

C’est ce corps diplomatique avec son cortège de conseillers, ambassadeurs et ambassadeurs plénipotentiaires qui est voué à la disparition, par cette mesure présentée comme une réforme.

Dès son entrée en vigueur, les deux corps diplomatique et préfectoral  fusionneront et auront pour nom «le corps des administrateurs de l’État».

En pratique, cela veut dire que, dorénavant, «pour les fonctions supérieures d’encadrement du ministère, il sera possible de nommer n’importe quelle personne», explique à Arab News en français un ambassadeur en exercice qui requiert l’anonymat.

Ce qui est sous-jacent et soulève l’inquiétude, ajoute-t-il, «c’est que ça donne le sentiment qu’en haut lieu on considère qu’être diplomate n’est pas un métier, puisque tout le monde peut le faire».

Yafi va plus loin, étant libérée du droit de réserve imposé à tout diplomate en exercice: «Je ne vois aucune raison à cette réforme, sauf à ouvrir la voie à des nominations de complaisance et non pas de compétence», indique-t-elle.

«On ne s’improvise pas diplomate, il s’agit d’un vrai métier qui exige une formation et une expérience qui s’acquiert sur le long terme, au contact de la réalité du terrain», assure Yafi,

Le diplomate de carrière acquiert, par sa connexion avec les divers services de l’ambassade, dans les divers postes où il est affecté, « un savoir pluridimensionnel: affaires consulaires, économiques, culturelles, militaires et bien sûr politiques. Ce ne serait pas le cas des personnes parachutées de l’extérieur».

Même réaction de la part de l’ambassadeur en exercice qui précise que «Personne auparavant n’avait jamais émis l’idée de supprimer le corps diplomatique. Aucun pays en Europe ou dans le monde ne l’a fait.»

D’ailleurs, ajoute-t-il, tout cela « participe d’une vision curieuse de l’État et de la fonction publique» de la part du président Emmanuel Macron qui a décidé sans concertation que cette spécificité est archaïque et obsolète et qu’il n’y a pas de raison de maintenir des corps spécifiques.

En effet, Macron n’a jamais caché les griefs qu’il nourrit à l’égard des diplomates.

Tout le monde se souvient des reproches qu’il a formulés à leur égard dans un discours prononcé en 2019 lors de la réunion annuelle des ambassadeurs, soulignant qu’ils ne font pas preuve de beaucoup de créativité dans l’exercice de leur métier.

Cette réforme porte des risques «de dissolution du ministère des Affaires étrangères».

De même, tout le monde se souvient du tollé suscité autour de la nomination par l’Élysée de l’écrivain Philippe Besson, un proche du couple présidentiel, au poste de consul général de France à Los Angeles, ainsi que du démantèlement de la prestigieuse École nationale d’administration (ENA) d’où sont issus les cadres du corps diplomatique français.

Il n’en est pas moins vrai que les conséquences peuvent être lourdes en ce qui concerne la diplomatie française et son rayonnement dans le monde.

C’est ce que souligne Yafi en affirmant que «La perte d’une telle expertise priverait la France de capteurs indispensables dans la conduite de sa politique étrangère.»

Cette réforme porte des risques «de dissolution du ministère des Affaires étrangères».

Si la politique étrangère est la chasse gardée du président de la République, ce dernier s’appuie sur l’expertise du quai d’Orsay, qui est une formidable machine à décoder le monde et à préparer les décisions les plus appropriées.

S’en passer «serait grave pour notre politique étrangère et la défense de nos intérêts», selon l’ambassadeur.

Concernant le rôle qu’aurait pu jouer l’ancien ministre des Affaires étrangères Jean-Yves le Drian, l’ambassadeur estime qu’il «n’a pas été très courageux, il est monté au créneau mais il n’a pas eu gain de cause».

Sur une telle affaire, renchérit-il, «il n’avait rien à perdre, il pouvait mettre sa démission sur la table. Mais il a manqué de courage».

Il faut bien dire que cette réforme est loin d’être un cadeau de bienvenue pour la nouvelle cheffe de la diplomatie française, Catherine Colonna.

Il lui incombe désormais de mettre en œuvre une réforme qui n’est ni facile ni agréable, et qui mènera à la mise à mort d’un corps de métier auquel elle est certainement attachée, ayant mené l’ensemble de sa carrière dans ses rangs.


JO-2030: le CIO va voter mercredi sur les Alpes françaises, sous "conditions"

Cette photographie montre le pont Alexandre III, lieu des épreuves de natation du triathlon et du marathon, à Paris le 23 juillet 2024, en vue des Jeux olympiques de Paris 2024. (Photo AFP)
Cette photographie montre le pont Alexandre III, lieu des épreuves de natation du triathlon et du marathon, à Paris le 23 juillet 2024, en vue des Jeux olympiques de Paris 2024. (Photo AFP)
Short Url
  • comme le gouvernement français ne peut pas nous donner cette garantie pour des raisons constitutionnelles, nous allons attacher des conditions au vote", a déclaré à la presse le dirigeant allemand.
  • Faute de gouvernement de plein exercice, la France n'a pas pu fournir un document exigé par l'organisation olympique

PARIS : Le Comité international olympique va mettre au vote mercredi l'attribution des JO d'hiver de 2030 aux Alpes françaises mais le fera "sous conditions", puisqu'il manque la garantie de l'Etat, a annoncé mardi le président de l'instance Thomas Bach.

"Sans garantie confirmée, il ne peut y avoir de vote inconditionnel. Donc comme le gouvernement français ne peut pas nous donner cette garantie pour des raisons constitutionnelles, nous allons attacher des conditions au vote", a déclaré à la presse le dirigeant allemand.

Il n'a pas précisé la teneur de ces conditions, ni l'éventuelle tenue d'un vote ultérieur pour ratifier définitivement la désignation des Alpes françaises comme hôtes des JO-2030.

Réunis pour leur 142e session, les membres du CIO étaient censés attribuer mercredi par un double vote les Jeux d'hiver 2030 et 2034, respectivement aux Alpes françaises et à la ville américaine de Salt Lake City, sans concurrence.

Mais si la désignation de la capitale de l'Utah, déjà hôte des JO-2002, ne fait aucun doute, "la situation politique rend les choses un peu plus compliquées" pour le dossier français, reconnaissait samedi Mark Adams, le porte-parole du CIO.

Faute de gouvernement de plein exercice, la France n'a pas pu fournir un document exigé par l'organisation olympique: la garantie de livraison des Jeux, qui doit être signée par le Premier ministre, sans qu'Emmanuel Macron n'ait la compétence pour s'y substituer.

Ce contretemps n'implique pas un rejet de la candidature française, d'autant qu'elle a franchi au printemps toutes les étapes requises par le CIO -- dont les visites des sites -- et que Suède et Suisse apparaissent clairement hors course.

Mais jusqu'à ces derniers jours, selon des sources concordantes, la question se posait de la voie qu'allait choisir le CIO pour ménager le pays hôte à quelques jours des Jeux de Paris (26 juillet-11 août), puisqu'il avait aussi la possibilité de repousser le vote à une session ultérieure.


Proposée par la gauche pour Matignon, Lucie Castets dit accepter "en toute humilité mais avec beaucoup de conviction"

Cette photo montre un écran de télévision diffusant le président français Emmanuel Macron en direct sur la chaîne de télévision française France 2, Le 23 juillet 2024, sur un plateau installé sur le toit du Musée de l’Homme (Museum of Mankind) au Trocadero, avec les anneaux olympiques vus en arrière-plan, à Paris.
Cette photo montre un écran de télévision diffusant le président français Emmanuel Macron en direct sur la chaîne de télévision française France 2, Le 23 juillet 2024, sur un plateau installé sur le toit du Musée de l’Homme (Museum of Mankind) au Trocadero, avec les anneaux olympiques vus en arrière-plan, à Paris.
Short Url
  • La candidate surprise du Nouveau Front populaire, âgée de 37 ans et issue de la société civile, a déclaré avoir parmi ses "grandes priorités" l'"abrogation de la réforme des retraites" d'Emmanuel Macron.
  • Contactée lundi par le NFP, et après avoir parlé avec les chefs des quatre partis qui composent l'alliance de gauche, "j'ai accepté la proposition en toute humilité mais avec beaucoup de conviction", a-t-elle expliqué.

PARIS : Lucie Castets, la haute fonctionnaire proposée par la gauche pour le poste de Première ministre, a affirmé mardi à l'AFP avoir accepté "en toute humilité mais avec beaucoup de conviction", estimant être une candidate "crédible et sérieuse" pour Matignon.

La candidate surprise du Nouveau Front populaire, âgée de 37 ans et issue de la société civile, a déclaré avoir parmi ses "grandes priorités" l'"abrogation de la réforme des retraites" d'Emmanuel Macron, une "grande réforme fiscale pour que chacun, individus et multinationales, paie sa juste part", une "amélioration du pouvoir d'achat" par la revalorisation des salaires et le relèvement des minima sociaux, ainsi que la "fin de la régression des services publics".

Contactée lundi par le NFP, et après avoir parlé avec les chefs des quatre partis qui composent l'alliance de gauche, "j'ai accepté la proposition en toute humilité mais avec beaucoup de conviction", a-t-elle expliqué.

"Je pense qu'il est indispensable de donner une incarnation au résultat des urnes" tout en prenant acte "du fait qu'il n'y a pas de majorité absolue", avec un profil issu de la société civile, a-t-elle ajouté.

Le chef de l'Etat va-t-il la nommer à Matignon? "Je pense que je suis une candidate crédible et sérieuse pour un président qui valorise les profils techniques", répond-elle.

Interrogée sur ses intentions, en cas de nomination à la tête du gouvernement, alors que le NFP, tout en étant arrivé en tête des élections législatives, n'a pas la majorité absolue, elle a estimé que plusieurs "sujets exprimés dans les urnes" pouvaient "donner lieu à des majorités". "L'idée, c'est de faire respecter le résultat des urnes en partant du programme du NFP, et de trouver des majorités texte par texte", a-t-elle plaidé.


Matignon: la gauche propose Lucie Castets, une haute fonctionnaire engagée pour la défense des services publics

Matignon: la gauche propose Lucie Castets, une haute fonctionnaire engagée pour la défense des services publics
Short Url
  • Mme Castets, 37 ans, est engagée dans les "luttes associatives pour la défense et la promotion des services publics", mais aussi "dans le combat d'idées contre la retraite à 64 ans" et elle est une "haute fonctionnaire ayant travaillé à la répression de l
  • Mme Castets est une des figures de proue du collectif  "Nos services publics", résolument opposé à la politique du gouvernement sortant pour la fonction publique.

PARIS : Le Nouveau Front populaire s'est mis d'accord mardi pour proposer au président de la République le nom de Lucie Castets, une haute fonctionnaire engagée pour la défense des services publics, pour le poste de Première ministre.

Mme Castets, 37 ans, est engagée dans les "luttes associatives pour la défense et la promotion des services publics", mais aussi "dans le combat d'idées contre la retraite à 64 ans" et elle est une "haute fonctionnaire ayant travaillé à la répression de la fraude fiscale et de la criminalité financière", précise un communiqué du NFP.

Une heure avant l'interview d'Emmanuel Macron à la télévision et après 16 jours de négociations qui ont failli faire imploser l'union de la gauche, les partenaires du Nouveau Front populaire ont enfin réussi à s'accorder sur un nom.

Le NFP, qui revendique le poste de Premier ministre depuis qu'il est arrivé en tête des législatives, mais sans majorité absolue, juge que Mme Castets sera "forte de notre engagement complet à ses côtés dans le gouvernement qu'elle dirigera".

Mme Castets est inconnue du grand public. Actuellement directrice des finances et des achats à la ville de Paris, Mme Castets est une des figures de proue du collectif  "Nos services publics", résolument opposé à la politique du gouvernement sortant pour la fonction publique.

"Elle a un parcours professionnel au service de l'Etat et des collectivités territoriales remarquable, avec des engagements forts sur la justice fiscale, la lutte contre l’évasion fiscale", souligne auprès de l'AFP le cofondateur de "Nos Services publics" Arnaud Bontemps.

"C’est une personne très engagée sur l’école, l’hôpital, la justice sociale", a-t-il ajouté. "Elle va très vite sur des sujets parfois très complexes, elle est très humaine, proche des gens", a-t-il assuré.