Fact-check: le point sur le dernier débat présidentiel américain

Le président américain Donald Trump, le candidat démocrate et ancien Vice-président des États-Unis Joe Biden entourant la modératrice Kristen Welket lors du débat présidentiel final à Nashville, Tennessee, le 22 octobre. (Jim Bourg/AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 23 octobre 2020

Fact-check: le point sur le dernier débat présidentiel américain

  • Pandémie, relations avec la Chine, question raciale, le président américain et son rival Joe Biden ont participé à leur dernier débat public avant les élections en avançant des arguments chocs pas toujours précis
  • Vrai ou faux ? Tout est relatif. Ainsi, parlant des relations commerciales avec la Chine, M. Biden a affirmé que Donald Trump a provoqué une augmentation du déficit commercial pas une baisse" ; or ce déficit était supérieur sous Obama

WASHINGTON : Le président Donald Trump et son rival Joe Biden se sont opposés à propos de la pandémie de Covid-19, la guerre commerciale avec la Chine ou encore la question raciale aux États-Unis, lors de leur dernier débat avant les élections du 3 novembre.

L'équipe de fact-checking de l'AFP fait le point.

Pandémie de covid-19

Évoquant le coronavirus, Donald Trump a déclaré : "on s'attendait à 2,2 millions de morts, selon une modélisation (ndlr: de l'épidémie). Nous avons fermé la plus grande économie du monde afin de combattre cette horrible maladie".

D'où vient ce chiffre ?

Le chiffre de 2,2 millions de morts - que le président avait déjà précédemment cité pour défendre sa réponse sanitaire - vient d'un rapport du Comité de réponse au Covid-19 de l'Imperial college. Ce chiffre correspond, selon ce rapport, au nombre total de morts que l'épidémie aurait pu faire aux États-Unis si absolument aucune mesure n'avait été prise.

Les États-Unis, comme d'autres pays, ont imposé des confinements et les Américains ont, à des degrés variables, observé les mesures de distanciation sociale.

Selon l'université Johns Hopkins, la pandémie a fait plus de 223.000 morts dans le pays.

Joe Biden a lui lancé : "il y a maintenant 1.000 morts par jour. 1.000 morts par jour".

Cela n'est pas totalement juste. Durant les mois passés, il y a effectivement eu de nombreux jours où le nombre de morts a dépassé le millier. Par exemple, un bilan de l'AFP établi à partir des données nationales et de celles de l'université Johns Hopkins montre que vendredi à 03H00 GMT, 1.035 décès avaient été enregistrés en 24 heures.

Cependant les bilans varient d'un jour à l'autre. Sur les sept derniers jours ainsi les bilans étaient de 990, 854, 420, 509, 661, 796 et 1.103 décès, soit une moyenne de 762 morts par 24 heures.

Les relations avec la Chine

"La Chine paie, ils paient des milliards et des milliards de dollars", a affimé M. Trump, se référant apparemment à l'argent des droits de douane imposés à la Chine par son administration.

M. Biden a rétorqué que c'était "l'argent des contribuables" américains.

La réponse du candidat démocrate est exacte. Comme le relève le centre de politique fiscale de Urban-Brookings, une taxe douanière "est presque toujours payée directement par l'importateur (généralement une entreprise) et jamais par le pays exportateur".

Parlant des relations commerciales américano-chinoises, M. Biden a affirmé à propos du président : "Il a provoqué une augmentation du déficit (commercial) avec la Chine, pas une baisse".

Ce n'est pas exact. Le déficit commercial s'est monté à 344 milliards de dollars en 2019, après être monté à 418 milliards de dollars en 2018. Comparé à 2016, dernière année de l'administration Obama où le déficit était de 347 milliards de dollars, il a donc baissé.

Depuis le début de son mandat, la politique douanière du locataire de la Maison blanche a visé à réduire le déficit commercial et à mettre fin à ce qu'il qualifie de pratiques commerciales injustes.

Selon une trêve conclue le 15 juin 2020, la Chine s'est engagée à importer pendant deux ans au moins 200 milliards de biens américains, soit plus que le niveau de 2017.

La question raciale

Discutant de la question raciale, sujet brûlant aux États-Unis après la mort de plusieurs citoyens afro-américains tués par la police, M. Trump a accusé l'ancien vice-président démocrate d'avoir qualifié les hommes noirs de "super prédateurs" lorsqu'il était sénateur.

C'est faux. L'expression "super prédateurs" date d'une loi sur la criminalité co-écrite par M. Biden. Mais c'est Hillary Clinton qui a utilisé cette formule en défendant ce texte.

Joe Biden a maintenu jeudi soir n'avoir pas utilisé cette expression. Devant le Sénat il avait cependant parlé de criminels "prédateurs" lors d'un discours en faveur de cette loi. (AFP)


Pakistan: décès de l'ancien Premier ministre Mir Zafarullah Khan Jamali

Jamali avait démissionné à l'été 2004, en raison de divergences avec le président Musharraf et la direction de la PML-Q. (AP).
Short Url
  • L'ancien Premier ministre pakistanais Mir Zafarullah Khan Jamali, qui avait servi sous le président Pervez Musharraf, est décédé à l'âge de 76 ans
  • Il avait été nommé Premier ministre en novembre 2002, après des élections largement remportées, malgré des accusations de fraude massive, par la Ligue musulmane pakistanaise Quaid-i-Azam

ISLAMABAD: L'ancien Premier ministre pakistanais Mir Zafarullah Khan Jamali, qui avait servi sous le président Pervez Musharraf, est décédé à l'âge de 76 ans, a annoncé mercredi sa famille.


Jamali est mort dans la ville de Rawalpindi, accolée à la capitale Islamabad, des suites d'une récente attaque cardiaque, a indiqué son fils Mir Muhammad Khan Jamali.


Il avait été nommé Premier ministre en novembre 2002, après des élections largement remportées, malgré des accusations de fraude massive, par la Ligue musulmane pakistanaise Quaid-i-Azam (PML-Q), un parti soutenant le président Musharraf.


Arrivé au pouvoir par un coup d’État sans effusion de sang en octobre 1999, le général Musharraf s'était autoproclamé président en juin 2001.


En 2002, son putsch avait été légalisé par la justice. Le Parlement nouvellement élu l'avait confirmé comme président, après sa victoire à un référendum controversé prolongeant son mandat de cinq ans.


Jamali avait démissionné à l'été 2004, en raison de divergences avec le président Musharraf et la direction de la PML-Q.


Il a été le premier, et reste le seul, chef du gouvernement originaire du Baloutchistan (sud-ouest). Cette région, riche en hydrocarbures et en minerais, est régulièrement secouée depuis des décennies par une rébellion séparatiste.


Frontalier de l'Iran et de l'Afghanistan, le Baloutchistan est la plus vaste mais aussi la plus pauvre des provinces pakistanaises. Sa population se plaint d'être marginalisée et spoliée de ses ressources naturelles.


Les rebelles baloutches se sont à nouveau soulevés en 2004. Cette insurrection et des violences islamistes ont depuis fait des centaines de morts.


Afghanistan: l'Otan demande un cessez-le-feu total

L'accord sur les procédures des pourparlers de paix entre Afghans est « un premier pas », mais il doit déboucher sur un cessez-le-feu total (Photo, AFP)
Short Url
  • «Il y a encore beaucoup de chemin à parcourir et sans doutes beaucoup d'entraves sur la voie d'un résultat»
  • Jens Stoltenberg avait toutefois averti la veille que l'Otan n'avait aucune garantie sur la réussite des pourparlers de paix entre Afghans

BRUXELLES : L'accord sur les procédures des pourparlers de paix entre Afghans est « un premier pas », mais il doit déboucher sur un cessez-le-feu total et l'Otan décidera en février des suites à donner à sa mission dans ce pays, a déclaré mercredi le secrétaire général de l'Alliance.

« Nous saluons cette avancée, qui constitue un grand pas vers une résolution paisible et durable du conflit, mais  nous attendons des progrès concrets, une feuille de route politique et un cessez-le-feu total », a déclaré Jens Stoltenberg à l'issue d'une visio-conférence avec les ministres des Affaires étrangères de l'Otan.

« Il y a encore beaucoup de chemin à parcourir et sans doutes beaucoup d'entraves sur la voie d'un résultat. Nous ne pouvons pas exclure des revers, mais nous saluons ce résultat annoncé aujourd'hui », a-t-il ajouté.

Le gouvernement afghan et les talibans ont annoncé mercredi un accord sur les procédures des pourparlers, une question parmi d'autres qui empêchaient jusque-là d'avancer dans les négociations de paix.

L'Otan doit décider en février 2021 si les conditions sont réunies pour quitter l'Afghanistan ou si l'Alliance est en mesure de poursuivre sa mission de formation des troupes afghanes malgré le retrait de la moitié du contingent américain.

La mission « Resolute Support » compte 11.000 militaires, mais les Etats-Unis ont décidé de réduire leur contingent de 5.000 à 2.500 effectifs après un accord avec les talibans en février.

« Je ne peux pas dire quelle sera la situation en février 2021. Le moment venu, nous discuterons de la situation du processus de paix et des décisions devront être prises lors de la réunion des ministres de la Défense », a précise M. Stoltenberg.

« Les Etats-Unis ont réitéré mercredi qu'ils continueront à fournir la logistique et le soutien matériel à la mission. Malgré la réduction de leur contingent, la mission de conseil et d'assistance à l'armée afghane pourra se poursuivre avec la base allemande au nord, la base italienne dans l'ouest et les effectifs à Kaboul », a-t-il assuré.

Jens Stoltenberg avait toutefois averti la veille que l'Otan n'avait aucune garantie sur la réussite des pourparlers de paix entre Afghans.

« Nous serons confrontés à un dilemme. Soit l'Alliance quitte l'Afghanistan et le pays risque de devenir un nouveau sanctuaire pour les terroristes qui mènent des opérations contre nous, soit l'Otan reste, avec une nouvelle mission, mais elle sera confrontée au risque de combats », avait-il expliqué.


Biden: Pour un retour à l’accord nucléaire, l’Iran doit cesser ses activités «hostiles»

Joe Biden, qui a vaincu Trump lors de l’élection présidentielle le mois dernier, a déclaré au cours de sa campagne qu’il ne soutenait pas la levée des sanctions, mais qu’il comptait offrir à l’Iran une «voie crédible de retour à la diplomatie». (AFP/Photo)
Short Url
  • Le président élu des États-Unis, Joe Biden, affirme qu’il s’oppose à l’idée que l’Iran se dote de l’arme nucléaire
  • Biden déclare que Téhéran devrait accepter de nouvelles demandes si le retour à un accord était possible

LONDRES: Le président élu des États-Unis, Joe Biden, a affirmé mercredi, lors d’un entretien avec le New York Times, qu’il s’oppose à l’idée que l’Iran se dote de l’arme nucléaire, ajoutant que c’est la «dernière chose» dont le Moyen-Orient a besoin.

Biden indique également que son administration chercherait à prolonger la durée des «restrictions sur la production iranienne de matières fissiles qui pourraient être utilisées pour fabriquer une bombe [nucléaire]» dans toute nouvelle négociation sur un accord nucléaire.

Il ajoute que Téhéran devrait accepter de nouvelles demandes si le retour à un accord était possible, et qu’il doit s’attaquer à ses activités régionales «malveillantes» par l’intermédiaire de ses groupes alliés au Liban, en Irak, en Syrie et au Yémen.

En 2018, Donald Trump, le président sortant, avait unilatéralement retiré les États-Unis du Plan d’action global commun (PAGC) et avait imposé à nouveau des sanctions sévères à l’Iran dans le cadre de sa campagne de «pression maximale» contre la république islamique.

Biden, qui a battu Trump lors de l’élection présidentielle le mois dernier, a déclaré au cours de sa campagne qu’il ne soutenait pas la levée des sanctions mais qu’il comptait offrir à l’Iran une «voie crédible de retour à la diplomatie».

Cependant, dans l’entretien publié dans le New York Times, Biden admet qu’il sera «difficile» de convaincre l’Iran d’accepter un accord modifié.

«Écoutez, on parle beaucoup de missiles de précision et de nombre de facteurs qui déstabilisent la région», fait-il observer. «Le meilleur moyen pour parvenir à une certaine stabilité dans la région, c’est de s’occuper du programme nucléaire.»

Le président élu avertit que si l’Iran se dotait d’une bombe, cela déclencherait une course aux armements nucléaires au Moyen-Orient, et que «la dernière chose dont nous avons besoin dans cette région du monde, c'est un renforcement de la capacité nucléaire».

«En consultation avec nos alliés et partenaires, nous engagerons des négociations et des accords de suivi pour durcir et prolonger les restrictions nucléaires imposées à l’Iran, et pour aborder le programme de missiles», explique Joe Biden.

De même, le président élu affirme que les États-Unis ont toujours eu la possibilité d’imposer à nouveau des sanctions si nécessaire, et que l’Iran le sait.

Le PAGC avait assoupli les sanctions contre l’Iran en échange de restrictions sur son programme nucléaire.

* Avec l’AFP