La famille de la journaliste américaine Shireen Abu Akleh demande à Biden d’ouvrir une enquête

Le frère de la journaliste américaine d'origine palestinienne Shireen Abu Akleh, assassinée, a demandé mercredi dernier au président Joe Biden d'enquêter immédiatement sur le meurtre de sa sœur. (Photo, Capture d'écran: Ray Hanania Show)
Le frère de la journaliste américaine d'origine palestinienne Shireen Abu Akleh, assassinée, a demandé mercredi dernier au président Joe Biden d'enquêter immédiatement sur le meurtre de sa sœur. (Photo, Capture d'écran: Ray Hanania Show)
Short Url
Publié le Vendredi 10 juin 2022

La famille de la journaliste américaine Shireen Abu Akleh demande à Biden d’ouvrir une enquête

  • Le frère de la journaliste américaine d'origine palestinienne a demandé mercredi dernier au président Joe Biden d'enquêter immédiatement sur le meurtre de sa sœur
  • M. Abu Akleh a déclaré que sa femme et sa famille et lui ont été «choqués» lorsque la police israélienne a frappé les personnes en deuil pendant le cortège funéraire

CHICAGO: Le frère de la journaliste américaine d'origine palestinienne Shireen Abu Akleh, assassinée, a demandé mercredi dernier au président Joe Biden d'enquêter immédiatement sur le meurtre de sa sœur, affirmant que «quelqu'un doit être incriminé».

Anton Abu Akleh, qui est également citoyen américain et vit avec sa femme à Jérusalem, a déclaré qu'aucune mesure n'avait été prise jusqu'à présent pour déterminer qui avait tué Shireen, 52 ans, alors qu'elle couvrait avec d'autres journalistes un raid israélien sur la ville de Jénine, dans le nord de la Cisjordanie, le 11 mai.

M. Abu Akleh a déclaré avoir été ému lorsqu'il a entendu Biden, une semaine avant que sa sœur ne soit tuée, déclarer avec véhémence, défendant les journalistes tués en Ukraine: «Nous devons faire plus pour protéger et soutenir les médias indépendants ainsi que demander des comptes à ceux qui cherchent à faire taire les voix qui sont essentielles à une gouvernance transparente, digne de confiance et réactive.»

Mais il s'est dit choqué de constater que, plus de quatre semaines plus tard, rien n'ait été fait.

«Je supplie [M. Biden] de mettre fin à cette politique de deux poids, deux mesures. Je pense qu'Israël – ou quiconque a tiré sur Shireen – devrait être tenu pour responsable. C'est ce dont nous avons besoin. Il est de son devoir, en tant que président des États-Unis, de protéger tous les Américains aux États-Unis et à l'étranger», a lancé M. Abu Akleh.

«Les États-Unis sont le pays le plus puissant du monde. Il est inacceptable de voir des Américains se faire tuer alors qu'ils couvrent des événements à l'étranger ou font des reportages à l'étranger. Je lui demande instamment, en tant que président des États-Unis, de prendre des mesures immédiates. C’est Israël qui reçoit le plus d'aide, davantage que tout autre pays. Je suis sûr que s'il s'agissait d'un autre pays, il l'aurait sanctionné jusqu'à ce que quelqu'un soit tenu pour responsable et traduit en justice. C'est le moins qu'il puisse faire. Nous avons besoin de justice pour Shireen.»

Lors de son passage dans le Ray Hanania Show, Abu Akleh a déclaré avoir reçu l'assurance de plusieurs responsables américains qui ont présenté leurs condoléances à la famille à leur domicile – notamment l'ambassadeur américain Tom Nides, le secrétaire d'État, Anthony Blinken, ainsi que des responsables du consulat américain à Jérusalem – qu'une enquête serait ouverte pour identifier la personne ou la partie responsable de sa mort.

M. Abu Akleh a déclaré que si un journaliste américain avait été tué n'importe où ailleurs dans le monde, il y aurait eu une enquête immédiate, des comptes à rendre et des conséquences.

«Nous voulions une enquête américaine indépendante, nous l’avons demandée. Shireen est une citoyenne américaine. Elle est journaliste. Au début du mois de mai, nous avons entendu le président Biden exiger la liberté de la presse. Et nous attendons des États-Unis qu'ils ouvrent une enquête juste sur l'assassinat de Shireen en tant que citoyenne américaine, en tant que journaliste, en tant que chrétienne», a affirmé M. Abu Akleh.

«Je ne peux pas dire que je suis satisfait. Oui, ils ont parlé avec nous. Ils nous ont soutenus. Nous avons reçu des appels de tout le monde. Mais nous avons besoin de quelque chose de solide. Nous voulons la justice pour Shireen. C'est ce dont nous avons besoin. De responsabilité. Celui qui a fait ça doit être tenu pour responsable. Cela ne peut plus durer. Pas seulement pour Shireen, mais pour d'autres Américains, d'autres journalistes qui couvrent les événements en Palestine occupée. Quelque chose doit être mis en route et une décision devrait être prise par cette administration pour empêcher tout futur meurtre d'Américains. Je suis sûr que si cela s'était produit ailleurs, ils auraient agi immédiatement. Si c'était un journaliste israélien, je suis sûr que beaucoup de choses auraient été entreprises. Des sanctions auraient même été imposées à celui qui a fait cela.»

Le 6 juin, les sénateurs américains Mitt Romney, un républicain de l'Utah, et Jon Ossoff, un démocrate de Géorgie, ont envoyé une lettre à Blinken pour demander une enquête. Ils ont déclaré: «Le meurtre d'une citoyenne américaine, d'une journaliste engagée dans son travail de reportage, qui était en train de couvrir une zone de conflit, est inacceptable… Dans le monde entier, les journalistes recherchent la vérité et la responsabilité, prenant de grands risques personnels. La liberté de la presse est une valeur américaine fondamentale et nous ne pouvons accepter l'impunité lorsque des journalistes sont tués dans l'exercice de leurs fonctions. Nous insistons pour que l'administration veille à ce qu'une enquête complète et transparente soit menée à bien et que justice soit rendue pour la mort de Mme Akleh.»

M. Abu Akleh a appelé le Premier ministre israélien, Naftali Bennett, à agir, non seulement pour déterminer qui a tué sa sœur, mais aussi pour mettre fin à la violence et empêcher d'autres meurtres.

«J'aimerais beaucoup parler avec [M. Bennett]. Vous savez, je lui dirais: “En tant que Palestinien, vous devez instaurer la paix et vous devez être suffisamment fort pour le faire. Vous ne faites rien, vous ne faites qu'attiser les radicaux ici, en Israël, comme du côté palestinien. La partie palestinienne perd l'espoir chaque jour et ce n'est pas une bonne chose”», a indiqué M. Abu Akleh.

«“Vous pourriez [...] au moins faire quelque chose de bien pour votre peuple, pour la région. Tendez votre main pour faire la paix, et vous trouverez de nombreux Palestiniens intéressés. Cela suffit. Il n'est pas nécessaire de maintenir ce cycle de massacre. Les deux parties en souffrent. Tout le monde peut faire ces choses. Tout le monde peut faire la guerre. Vous pouvez voir ce qui se passe en Ukraine en ce moment. Pourquoi ne pas être un homme fort et accomplir quelque chose, faire quelque chose pour les deux nations? Ce ne sera pas facile, mais c'est possible.”»

M. Abu Akleh a déclaré que sa femme et sa famille et lui ont été «choqués» lorsque la police israélienne a frappé les personnes en deuil pendant le cortège funéraire.

«Nous avons été choqués de voir tout ce rassemblement de policiers bloquer les routes. Nous avons eu beaucoup de difficultés à entrer dans l'hôpital, nous, les membres de la famille. Des amis, tous les Palestiniens sont venus de partout pour pleurer Shireen et l'escorter jusqu'à l'église. Et puis, tout d'un coup, quand nous avons sorti le cercueil de la morgue, beaucoup – je ne sais pas combien – de policiers de l'occupation israélienne ont fait irruption dans l'hôpital et ont commencé à frapper avec des matraques ceux qui portaient le cercueil. Ils les ont matraqués sauvagement, de façon barbare, de manière à ce qu'ils laissent tomber le cercueil», se souvient M. Abu Akleh.

«Ils ne pouvaient pas atteindre le corbillard pour y déposer le cercueil... J'ai supplié les policiers, à ce moment-là. Je leur ai simplement dit de nous donner une heure. On peut finir cela en une heure, dégagez, laissez-nous aller à l'hôpital, vous n'avez pas besoin de nous attaquer. Ils ont tiré des gaz lacrymogènes, des grenades assourdissantes. Personne ne peut justifier leurs actions à l'hôpital. En aucun cas il ne peut être justifié d'attaquer un enterrement. Ils n'ont laissé aucune dignité aux morts ni aux vivants.»

L’oraison funèbre de Shireen a eu lieu dans l'église catholique romaine melkite, située dans la vieille ville, près de la porte de Jaffa, a dit M. Abu Akleh, et son enterrement dans le cimetière grec orthodoxe, à environ 200 mètres de l'église.

M. Abu Akleh a déclaré que sa sœur s’est efforcée de raconter l'histoire exacte, sans émotion, des défis auxquels les Palestiniens sont confrontés. Il a ajouté que les chrétiens américains doivent savoir que les chrétiens souffrent de l'occupation israélienne.

«Je peux vous dire, Ray, que ce n'est pas facile. Passer par tous ces points de contrôle est un gros souci... Vous ne pouvez rien faire, tout ça parce qu'un prétendu policier, un officier de la police d'occupation, décide de bloquer la rue – et vous êtes soudain bloqué pour toujours. Nous ne pouvons pas obtenir de permis pour construire une maison. De nombreuses habitations de Palestiniens sont démolies parce qu'ils n'ont pas pu obtenir de permis. Ils ont besoin de vivre. Ils ont besoin de construire quelque chose pour que leur famille puisse vivre. Vivre à Jérusalem, même si nous aimons Jérusalem, c'est vraiment beau, mais cela constitue quand même un grand problème, simplement parce que l’occupation y sévit», a-t-il confié.

«Nous sommes clairement discriminés. Ces dix ou douze dernières années, je n'ai pas pu me rendre à l'église du Saint-Sépulcre le Samedi saint ou le vendredi soir, nous ne pouvions pas nous rendre dans les églises à cause des points de contrôle qu'ils imposent dans toute la ville. Cette dernière est interdite aux Palestiniens et nous, les chrétiens, ne pouvons accéder à aucune église. C'est une véritable occupation. C'est probablement la dernière occupation ici sur Terre. Nous avons vu ce qu'ils ont fait lors des funérailles. C’est barbare. Sauvage. Ils ne respectent personne.»

Un hommage à Shireen sera rendu pendant quarante jours à l'église catholique romaine de Beit Hanina, a-t-il précisé.

«Nous voulons que tout le peuple américain soit solidaire avec Shireen et qu’il demande la justice. C'est tout ce dont nous avons besoin. Nous ne voulons rien de plus. Nous avons besoin de justice pour Shireen», s’est-il indigné.

 

Le Ray Hanania Show est diffusé en direct tous les mercredis à 17 heures, heure de l'Est, sur la radio WNZK AM 690 dans le Grand Détroit, y compris dans certaines régions de l'Ohio, et sur la radio WDMV AM 700 à Washington, D.C., y compris dans certaines régions de Virginie et du Maryland. L'émission est rediffusée le jeudi à 7 heures à Détroit sur WNZK AM 690 et à Chicago à midi sur WNWI AM 1080.

Vous pouvez écouter le podcast de l'émission de radio ici.


197 organisations écrivent à la Cour pénale internationale pour exiger une mobilisation face à la situation en Palestine

La lettre appelle le procureur de la Cour pénale internationale et la présidente de l’Assemblée des États parties à riposter aux attaques menées par Israël contre les organisations de la société civile palestinienne. (AFP)
La lettre appelle le procureur de la Cour pénale internationale et la présidente de l’Assemblée des États parties à riposter aux attaques menées par Israël contre les organisations de la société civile palestinienne. (AFP)
Short Url
  • La lettre donne des exemples de déclarations préventives qui se sont déjà révélées efficaces en Palestine
  • Le document fait également référence à un rapport de 2016 du bureau du procureur sur les activités d’examen préliminaire, qui reconnaît que des employés d’organisations palestiniennes ont fait l’objet de menaces

RAMALLAH: Près de deux cents organisations ont envoyé une lettre au procureur de la Cour pénale internationale (CPI) ainsi qu’à la présidente de l’Assemblée des États parties pour leur demander d’agir face à la situation en Palestine, a rapporté lundi l’agence palestinienne d’information et de presse.

Cette initiative précède la 21e session annuelle de l’Assemblée des États parties (AEP), l’organe directeur de la CPI, qui se réunira du 5 au 10 décembre à La Haye, aux Pays-Bas, pour discuter des principales questions relatives aux opérations futures de la Cour.

La lettre adressée au procureur de la CPI, Karim Khan, l’exhorte à agir pour mettre un terme aux crimes commis par le régime d’apartheid israélien en Palestine, lui rappelant que son mandat lui confère non seulement le pouvoir d’enquêter sur les crimes internationaux, mais également de surveiller les situations et de lancer une «alerte précoce».

Cette lettre – envoyée par cent quatre-vingt-dix-sept organisations palestiniennes, régionales et internationales de la société civile – fait allusion à un document d’orientation du bureau du procureur qui définit un cadre pour des déclarations dissuasives et préventives permettant au bureau de répondre aux flambées de violence et autres crimes en s’engageant auprès des États et des organisations non gouvernementales (ONG) pour «vérifier les informations sur les crimes présumés, favoriser la mise en place de véritables procédures nationales et empêcher la répétition des crimes».

Elle donne également des exemples de déclarations préventives qui se sont déjà révélées efficaces en Palestine. En 2018, à titre d’exemple, le bureau du procureur a publié une déclaration préventive concernant l’expulsion forcée de résidents bédouins du village de Khan al-Ahmar en Cisjordanie. Le ministre israélien des Affaires étrangères a par la suite confirmé que les autorités israéliennes n’avaient pas procédé aux expulsions «craignant que la CPI ne mène une enquête».

Ce courrier indique par ailleurs qu’il y a eu «d’importantes occasions manquées pour des déclarations préventives au cours de l’année écoulée».

Quant au document envoyé à la présidente de l’AEP, Silvia Fernandez de Gurmendi, il met en lumière la proposition de l’Assemblée pour la mise en œuvre d’une recommandation du comité d’experts indépendants, dans laquelle l’organisation réaffirme son engagement à «soutenir et défendre les valeurs et les principes inscrits dans le Statut de Rome et à préserver son intégrité sans se laisser décourager par des menaces ou des mesures contre la Cour, ses fonctionnaires et ceux qui coopèrent avec elle, et renouvelle sa détermination à prôner l’unité face à l’impunité».

Le Statut de Rome est le traité qui a établi la CPI. Il a été adopté en juillet 1998 et il est entré en vigueur le 1er juillet 2002.

Selon la proposition de l’AEP, c’est à son président qu’incombe la responsabilité première de coordonner une réponse appropriée à toute menace qui pourrait porter atteinte à l’intégrité, l’efficacité ou l’impartialité de la CPI.

Les deux lettres notent que le 22 octobre 2021, Israël a désigné comme «organisations terroristes» six organisations importantes de la société civile palestinienne. Leurs bureaux, ainsi que ceux d’un septième groupe, ont été perquisitionnés le 18 août 2022 par les forces israéliennes qui ont confisqué des ordinateurs et d’autres équipements, avant de condamner les entrées sur ordre militaire.

Les deux courriers soutiennent que de telles actions israéliennes consistant à «altérer ou à entraver la collecte de preuves» au cours d’une enquête ou d’un procès pourraient constituer des «infractions contre l’administration de la justice» conformément à l’article 70 du Statut de Rome.

Ils font également référence à un rapport de 2016 du bureau du procureur sur les activités d’examen préliminaire, qui reconnaît que des employés d’organisations palestiniennes – dont l’organisation de défense des droits humains Al-Haq (l’une des organisations interdites) et le Centre Al-Mezan pour les droits de l’homme, qui avaient aidé à recueillir des informations pertinentes pour l’examen préliminaire du bureau – ont fait l’objet de menaces et d’autres formes d’intimidation et d’ingérence.

Les lettres appellent le procureur de la CPI et la présidente de l’AEP «à riposter aux dernières attaques d’Israël contre les organisations palestiniennes de la société civile et à protéger les défenseurs des droits humains qui coopèrent avec la Cour».

Elles ajoutent que ces organisations continueront de participer activement au Statut de Rome et de coopérer avec la Cour dans ses enquêtes sur la situation en Palestine.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


La Turquie entend renouer avec l'Égypte et la Syrie

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, serre la main du président égyptien, Abdel Fattah al-Sissi, lors de la cérémonie d'ouverture de la Coupe du monde de la Fifa 2022 au Qatar (Photo, AFP).
Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, serre la main du président égyptien, Abdel Fattah al-Sissi, lors de la cérémonie d'ouverture de la Coupe du monde de la Fifa 2022 au Qatar (Photo, AFP).
Short Url
  • Ankara et Le Caire pourraient renommer des ambassadeurs et rétablir des liens diplomatiques complets dans les mois à venir, selon le ministre turc des Affaires étrangères
  • Recep Tayyip Erdogan s'est entretenu la semaine dernière avec son homologue égyptien, Abdel Fattah al-Sissi, en marge de la Coupe du monde de football au Qatar

ANKARA: Le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, a déclaré lundi que la Turquie et l'Égypte pourraient renommer des ambassadeurs et rétablir des liens diplomatiques complets entre les deux pays dans les mois à venir.
Cette annonce est intervenue quelques jours après que le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a fait part de son intention de rencontrer le président syrien, Bachar al-Assad, lorsque les «conditions seront réunies», dans le but de rétablir les relations.
Ankara a récemment tenté de rétablir les ponts avec plusieurs nations de la région. En effet, le rapprochement avec l'Égypte succède à des années de tensions depuis l'éviction par un coup d'État militaire en 2013 de l'ancien président égyptien, Mohamed Morsi, issu des Frères musulmans.
Dimanche, M. Erdogan a déclaré qu'il s'était entretenu la semaine dernière avec son homologue égyptien, Abdel Fattah al-Sissi, pendant près de quarante-cinq minutes en marge de la Coupe du monde de football au Qatar, où les deux dirigeants se sont serré la main pour relancer les liens bilatéraux.
Les vice-ministres des Affaires étrangères des deux pays devraient se rencontrer prochainement pour entamer le processus d'ouverture de nouvelles voies de coopération.
Ozgur Unluhisarcikli, directeur à Ankara du German Marshall Fund of the United States, a déclaré à Arab News que les mesures de normalisation de la Turquie avec l'Égypte faisaient écho aux mêmes efforts déployés avec l'Arabie saoudite et d'autres pays de la région pour rompre son isolement.
«Il existe également des incitations financières sous la forme d'accords d'échange avec l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis (EAU) et d'investissements en provenance de ces pays», indique-t-il.
«La normalisation de la Turquie avec l'Égypte modifierait l'équilibre entre la Turquie et la Grèce en Méditerranée orientale en faveur de la première», ajoute-t-il.
Ankara et Le Caire devront résoudre de nombreux problèmes dont la question de leurs politiques concurrentes à l'égard de la Libye, en particulier le récent accord d'exploration des hydrocarbures entre le gouvernement libyen d'unité nationale et la Turquie, ainsi que la présence de dirigeants des Frères musulmans et de journalistes égyptiens dissidents en Turquie.
«Tourner la page avec M. Al-Sissi semble être une approche pragmatique, si l'on tient compte de quelques dimensions», souligne Nigar Göksel, directrice du projet Turquie au Crisis Group international.
«L'une d'entre elles est de reconnaître que les Frères musulmans ne seront pas en mesure de faire leur retour dans un avenir proche.»
«Une autre est la conviction que la rupture des relations entre Ankara et Le Caire a renforcé les adversaires traditionnels de la Turquie. En effet, Le Caire et Athènes ont signé un accord de zone économique exclusive et les gisements de gaz naturel découverts par les Chypriotes grecs finiront probablement par être acheminés vers les terminaux égyptiens de gaz naturel liquéfié», ajoute-t-elle.
Mme Göksel estime que la normalisation des relations avec l'Égypte faisait partie intégrante d'une réinitialisation régionale plus large pour la Turquie, incluant l'Arabie saoudite, Israël et les EAU – un ensemble qui, pour Ankara, a une valeur à la fois financière et géostratégique.
Pour Aydin Sezer, spécialiste en géopolitique basé à Ankara, l'accord controversé du 3 octobre sur les hydrocarbures ne risque pas de poser un problème majeur au rétablissement des liens entre Le Caire et Ankara, étant donné que l'accord a été rejeté par le Parlement libyen de l'est et par l'Égypte.
«Les côtes orientales de la Libye sont situées le long des gazoducs potentiels de l'Égypte qui atteindraient les côtes européennes. En cas de normalisation, la Turquie ne s'opposerait pas aux plans égyptiens d'exploration du gaz dans la région», affirme-t-il.
Dimanche, M. Erdogan a tendu un rameau d'olivier au régime de Bachar al-Assad, alors que les deux pays sont en désaccord depuis plus de dix ans en raison du soutien apporté par Ankara aux forces rebelles syriennes.
Recep Tayyip Erdogan a déclaré la semaine dernière qu'il pourrait rencontrer M. Al-Assad après les élections de juin, lorsque les «conditions seront réunies», car «il n'y a pas de place pour d'éternelles rancœurs en politique».
La Russie a également proposé d'organiser une réunion entre les ministres des Affaires étrangères syrien et turc pour entamer des négociations.
Selon les experts, les chefs des services de renseignement de Syrie et de Turquie ont récemment tenu des réunions régulières afin de discuter des moyens d'empêcher l'avancée de la milice kurde syrienne YPG dans le nord de la Syrie et de programmer le retour dans leur pays en toute sécurité des réfugiés syriens en Turquie.
«Les perspectives de discussion avec Bachar al-Assad sont liées aux encouragements de Moscou et aux tentatives de créer un front contre la milice YPG», estime Mme Göksel.
Cependant, M. Unluhisarcikli pense que la normalisation entre la Turquie et la Syrie a peu de chances de se concrétiser dans un avenir proche.
«Du point de vue de la Turquie, la normalisation avec la Syrie doit inclure un retour partiel des réfugiés syriens en Turquie, mais M. Al-Assad n'est pas prêt à l'accepter», souligne-t-il.
«Bachar al-Assad exigerait d'autre part que les troupes turques se retirent de Syrie, mais la Turquie ne peut le faire tant que le statut final de la Syrie n'est pas déterminé, et ce, pour sa propre sécurité frontalière», soutient-il.
Tout effort de normalisation avec le régime de M. Al-Assad permettrait également d'aider les quelque quatre millions de réfugiés syriens vivant en Turquie.
À l'approche des élections générales et présidentielle de l'année prochaine, plusieurs partis d'opposition turcs se sont engagés à normaliser les relations avec le régime syrien afin de soulager la Turquie du poids de l'accueil des réfugiés.
En mai, Meral Aksener, leader du Bon Parti, a juré de se rendre en Syrie, de serrer la main de Bachar al-Assad et de renvoyer les migrants syriens dans leur pays.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


La FAO soutient les engagements de l’Arabie saoudite en faveur du climat

Abdelhakim Elwaer, sous-directeur général de la FAO et représentant régional pour le Proche-Orient et l’Afrique du Nord.
Abdelhakim Elwaer, sous-directeur général de la FAO et représentant régional pour le Proche-Orient et l’Afrique du Nord.
Le directeur général de la FAO, Qu Dongyu, a rencontré le superviseur général du Centre d’aide humanitaire et de secours du roi Salmane, Abdallah al-Rabeeah, au siège du centre à Riyad. (Photo/FAO)
Le directeur général de la FAO, Qu Dongyu, a rencontré le superviseur général du Centre d’aide humanitaire et de secours du roi Salmane, Abdallah al-Rabeeah, au siège du centre à Riyad. (Photo/FAO)
Le directeur général de la FAO, Qu Dongyu, a rencontré le superviseur général du Centre d’aide humanitaire et de secours du roi Salmane, Abdallah al-Rabeeah, au siège du centre à Riyad. (Photo/FAO)
Le directeur général de la FAO, Qu Dongyu, a rencontré le superviseur général du Centre d’aide humanitaire et de secours du roi Salmane, Abdallah al-Rabeeah, au siège du centre à Riyad. (Photo/FAO)
Short Url
  • Le directeur général de la FAO a signé un accord avec le Conseil international des dattes, dont le siège est à Riyad, pour stimuler l’industrie en prévision de l’Année internationale du palmier-dattier en 2027
  • L’Initiative pour un Moyen-Orient vert est l’occasion parfaite pour lutter contre la dégradation des terres grâce à une approche holistique, paysagère et intersectorielle, qui est cruciale pour la sécurité alimentaire

RIYAD: L’Organisation des nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a salué les engagements du Royaume en matière de changement climatique, comme l’Initiative verte saoudienne et l’Initiative pour un Moyen-Orient vert, ainsi que les programmes de protection de l’environnement et de transition énergétique.

Dans un entretien exclusif accordé à Arab News, le sous-directeur général de la FAO et représentant régional pour le Proche-Orient et l’Afrique du Nord, Abdelhakim Elwaer, déclare que ce soutien est aussi celui du directeur général de la FAO, Qu Dongyu.
M. Elwaer affirme que le directeur général de la FAO, qui a récemment visité le Royaume, a signé un accord avec le Conseil international des dattes, dont le siège est à Riyad, pour stimuler l’industrie en prévision de l’Année internationale du palmier-dattier en 2027.

FAO
Le directeur général de la FAO, Qu Dongyu, a rencontré le superviseur général du Centre d’aide humanitaire et de secours du roi Salmane, Abdallah al-Rabeeah, au siège du centre à Riyad. (Photo/FAO)

«Le partenariat entre la FAO et l’Arabie saoudite est solide, stratégique et en perpétuelle croissance depuis que le Royaume a rejoint la FAO en 1948», soutient Abdelhakim Elwaer.

M. Elwaer indique que M. Dongyu s’était déjà entretenu avec le ministre saoudien de l’Environnement, de l’Eau et de l’Agriculture, Abdelrahmane al-Fadley, pour discuter du soutien technique de la FAO au Royaume en matière de sécurité alimentaire, de transformation rurale axée sur l’agriculture et de changement climatique.

Le partenariat entre la FAO et l’Arabie saoudite est solide, stratégique et en perpétuelle croissance depuis que le Royaume a rejoint la FAO en 1948.
Abdelhakim Elwaer, sous-directeur général de la FAO et représentant régional pour le Proche-Orient et l’Afrique du Nord.

«En novembre 2020, le Groupe des vingt (G20) a lancé l’Initiative mondiale pour réduire la dégradation des terres et améliorer la conservation des habitats terrestres. Dans le cadre de ce projet, le prince héritier, Mohammed ben Salmane, a créé l’Initiative verte saoudienne et l’Initiative pour un Moyen-Orient vert. La FAO est fortement engagée dans ces deux initiatives», précise Abdelhakim Elwaer.

«La pression exercée sur les terres et les ressources en eau poussent à la limite la capacité de production des écosystèmes agricoles, forestiers et pastoraux et elle contribue de manière considérable à la tendance croissante à l’insécurité alimentaire aiguë. La région du Moyen-Orient est particulièrement limitée en termes de ressources agricoles.»

fao
Abdelhakim Elwaer, sous-directeur général de la FAO et représentant régional pour le Proche-Orient et l’Afrique du Nord, et Abdelrahmane al-Habib, directeur exécutif du Conseil international des dattes, signent un protocole d’accord sous le patronage du ministre saoudien de l’Environnement, de l’Eau et de l’Agriculture, Abdelrahmane al-Fadley, à Riyad. (Photo/FAO)

«La région compte le moins de terres agricoles au monde (une moyenne de 1,07 hectare par habitant) et de disponibilité en eau (9 % de la moyenne mondiale). Par ailleurs, c’est la seule région où une réduction des zones de récolte est attendue d’ici à 2050», souligne-t-il.

«L’Initiative pour un Moyen-Orient vert est l’occasion parfaite pour lutter contre la dégradation des terres grâce à une approche holistique, paysagère et intersectorielle, qui est cruciale pour la sécurité alimentaire et les moyens de subsistance résistants», ajoute M. Elwaer.

Il insiste sur le fait que la FAO possède une vaste expertise technique et des partenariats stratégiques avec les principales parties prenantes dans ces domaines pour fournir au Royaume le soutien dont il a besoin. Cette initiative s'inscrit dans le cadre de la Décennie des nations unies pour la restauration des écosystèmes 2021-2030.

Abdelhakim Elwaer souligne que M. Dongyu s’était également entretenu avec le superviseur général du Centre d’aide humanitaire et de secours du roi Salmane, le Dr Abdallah al-Rabeeah. La FAO et le centre en question sont des partenaires proches, ayant signé un accord de collaboration de cinq ans en 2021 pour stimuler les efforts d’aide dans le monde, y compris dans des pays comme le Yémen et la Somalie, poursuit-il.

Les deux responsables ont également discuté de la contribution de la FAO à certaines des initiatives stratégiques du centre du roi Salmane, notamment celle baptisée «Global Humanitarian Hub on the Red Sea».

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com