Kani, légende du théâtre, revisite le destin de l'Afrique du Sud avec Shakespeare

L'acteur de théâtre et de cinéma sud-africain John Kani, 79 ans, qui est également auteur, metteur en scène et dramaturge, pose pour un portrait dans les coulisses du Johannesburg Theatre de Johannesburg, le 3 juin 2022 (AFP)
L'acteur de théâtre et de cinéma sud-africain John Kani, 79 ans, qui est également auteur, metteur en scène et dramaturge, pose pour un portrait dans les coulisses du Johannesburg Theatre de Johannesburg, le 3 juin 2022 (AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 12 juin 2022

Kani, légende du théâtre, revisite le destin de l'Afrique du Sud avec Shakespeare

  • La dernière production de John Kani, «Kunene et le Roi», a été lancée avec la Royal Shakespeare Company, l'une des troupes de théâtre britanniques les plus célèbres du Royaume-Uni
  • Elle reprend aujourd'hui sa tournée en Afrique du Sud, que le Covid et son cortège de fermetures de théâtres avait interrompue

JOHANNESBURG, Afrique du Sud : Quand John Kani a débuté sa carrière dans les années 1960, il avait pour seule scène une fosse à serpents vide au bord d'un musée sud-africain fermé.

Aujourd'hui, sa dernière production, «Kunene et le Roi», a été lancée avec la Royal Shakespeare Company, l'une des troupes de théâtre britanniques les plus célèbres du Royaume-Uni, et jouée dans le West End, le quartier des grands théâtres de Londres.

Elle reprend aujourd'hui sa tournée en Afrique du Sud, que le Covid et son cortège de fermetures de théâtres avait interrompue.

John Kani a commencé à l'imaginer en 2018, en prévoyant de fêter «l'année suivante le 25e anniversaire de la démocratie en Afrique du Sud» et de «l'avènement de la nouvelle nation arc-en-ciel, non raciale et non-sexiste», explique le comédien, âgé de 79 ans.

La pièce met en scène Lunga Kunene, un infirmier noir d'âge mûr chargé de s'occuper d'un acteur blanc en train de mourir d'un cancer du foie, mais déterminé à vivre assez longtemps pour pouvoir jouer une dernière fois le rôle du vieux Roi Lear de Shakespeare.

«Je voulais créer une intrigue qui force l'un à ne pas pouvoir survivre sans l'autre», explique John Kani. Une pièce de théâtre sur le théâtre, irriguée par Shakespeare.

«Je me suis soudain retrouvé pris dans l'histoire de ces deux hommes, venus de camps opposés et qui voient l'Afrique du Sud différemment, et que seul l'amour de Shakespeare peut rapprocher». «Voilà comment le Roi Lear s'est retrouvé tissé dans leur histoire».

Les deux personnages déclament la tragédie shakespearienne, mettant en exergue le combat de Lear avec la mort. Dont des vers de Jules César, tirées de la pièce originale et d'une traduction en xhosa, la langue maternelle de Kani, qu'il avait jouée à l'école en 1959.

Dans la tournée en cours, Kani joue avec le prolifique acteur sud-africain Michael Richard.

«Lear apprend l'humanité au fil de la pièce», explique ce dernier. «Dans cette adaptation, mon personnage apprend l'humanité, comme l'a fait d'une certaine manière l'Afrique du Sud».

- De Mandela à Marvel -

La tragédie portée par la pièce de Kani est contre toute attente devenue réalité.

Dans la production britannique, il partageait l'affiche avec l'acteur sud-africain anobli Anthony Sher, spécialiste de Shakespeare. Et Sher est mort en décembre d'un cancer du foie, la même maladie qui finit par emporter son personnage dans la pièce de Kani. Son jeune frère était lui aussi mort d'un cancer du foie en 2019, au moment où la pièce se montait.

Tragique, la pièce n'en est pas moins parfois très drôle, et fera peut-être redécouvrir Kani à ses jeunes fans qui le connaissent surtout pour avoir joué le père de la Panthère Noire, un super-héros Marvel, en 2018, ou prêté sa voix au shaman mandrill Rafiki dans le remake du Roi Lion en 2019.

Mais en Afrique du Sud, il est surtout une légende du théâtre protestataire. Sa pièce des années 1960 dans la fosse aux serpents l'a amené à collaborer avec Athol Fugard, considéré comme l'un des plus grands auteurs de théâtre nationaux.

Ils ont défié les lois de ségrégation sous l'apartheid en se rencontrant en secret, en organisant des répétitions dans des classes ou garages, sous le harcèlement constant de la très redoutée police.

Ils se sont baptisés les comédiens du Serpent, jouant des classiques comme Antigone dans la fosse aux serpents d'un musée délaissé.

Au début des années 1970, Kani, Fugard et un autre comédien, Winston Ntshona, ont écrit de nouvelles pièces révélant la cruelle réalité de la vie sous l'apartheid.

En 1975, Kani et Ntshona ont gagné un Tony - l'oscar du théâtre - pour «Sizwe Banzi est mort», une pièce qu'ils ont jouée à New York.

Les trois acteurs ont également écrit «L'Ile» sur les conditions de détention à Robben Island, où Nelson Mandela et d'autres militants anti apartheid ont été emprisonnés.

Aujourd'hui, le théâtre sud-africain survit comme il le peut, avec un taux d'occupation des salles toujours limité à 50% par les mesures anti Covid.

Après cette pandémie et ses effets meurtriers à travers le monde, le public reçoit «Kunene et le Roi» d'une manière un peu différente, note Kani.

Avec le Covid, les gens «comprennent le processus» de la maladie et de la mort, dit-il. «Les Africains ont un grand respect pour la mort. Et s'ils comprennent le parcours (vers la mort), ils la voient comme la suite de la vie».


«Un ours sur Mars?» La Nasa publie une intrigante photo de la planète rouge

Intrigante, la photographie a été prise le mois dernier par le satellite Mars Reconnaissance Orbiter (Photo, AFP).
Intrigante, la photographie a été prise le mois dernier par le satellite Mars Reconnaissance Orbiter (Photo, AFP).
Short Url
  • Le visage de l'ours est en réalité formé par «deux cratères», qui forment les yeux et une «colline» éventrée qui ressemble à un museau
  • Le tout donne l'impression d'apercevoir le visage souriant d'un ourson en peluche

LOS ANGELES: Baloo, Winnie et les Bisounours ont désormais de la compagnie au firmament des ursidés célèbres: une étrange formation géologique ressemblant à une tête d'ourson a été repérée à la surface de Mars par la Nasa.

Intrigante, la photographie a été prise le mois dernier par le satellite Mars Reconnaissance Orbiter de l'agence spatiale américaine, qui tourne en orbite autour de la planète rouge avec la caméra embarquée haute résolution HiRISE, la plus puissante jamais envoyée par l'être humain dans le système solaire.

"Un ours sur Mars?", s'interroge ainsi le compte Twitter du projet HiRISE, qui a publié le cliché mercredi.

Selon les scientifiques de l'université d'Arizona, qui pilotent le projet, le visage de l'animal est en réalité formé par "deux cratères", qui forment les yeux et une "colline" éventrée qui ressemble à un museau. Ces éléments sont entourés par une "fracture circulaire", qui délimite les contours de la tête et pourrait être formée par un dépôt de lave ou de boue.

Le tout donne l'impression d'apercevoir le visage souriant d'un ourson en peluche. Un sacré hasard, pour donner une formation géologique qui s'étale sur deux kilomètres.

La caméra HiRISE est l'un des six instruments embarqués par ce satellite de la Nasa, qui tourne autour de Mars depuis 2006. Ultra-précise, elle permet de prendre des clichés très détaillés pour cartographier la surface de la planète rouge en vue de futures missions menées par des robots ou des humains.

Depuis dix ans, les scientifiques qui la gèrent ont par exemple pu photographier des avalanches sur Mars, et ont découvert des traces sombres qui pourraient être de l'eau salée s'écoulant le long de ravines.

Ils ont également repéré des tourbillons de poussière sur la surface de la planète, et une autre formation géologique qui ressemble étrangement à l'insigne de la force Starfleet, chargée d'explorer l'espace dans la série télévisée Star Trek.

Mais même avec des images en haute définition, les petits bonshommes verts censés peupler Mars dans l'imaginaire populaire s'avèrent jusqu'ici introuvables.


Plainte d'héritiers de Juifs allemands contre un musée new-yorkais pour récupérer un Picasso

L'histoire extraordinaire de "La Repasseuse" commence en 1916 quand Karl Adler l'achète à un galeriste allemand juif de Munich, Heinrich Thannhauser (Photo, Facebook).
L'histoire extraordinaire de "La Repasseuse" commence en 1916 quand Karl Adler l'achète à un galeriste allemand juif de Munich, Heinrich Thannhauser (Photo, Facebook).
Short Url
  • Cela fait une dizaine d'années que les héritiers des Adler cherchent à remettre la main sur le Picasso
  • L'arrivée de Hitler et des nazis au pouvoir à Berlin sonne le début des terribles persécutions contre les Juifs

NEW YORK: En 1938, les Juifs allemands Karl et Rosi Adler fuient le régime nazi et vendent un Picasso pour financer leur voyage: 85 ans après, leurs héritiers veulent récupérer le tableau, propriété d'un musée de New York et évalué entre 100 et 200 millions de dollars.

Les descendants de ce couple d'Allemands ont déposé une plainte au civil devant la cour suprême de l'État de New York contre le musée d'art moderne Solomon R. Guggenheim de Manhattan qui expose depuis 1978 "La Repasseuse", une huile sur toile que le maître espagnol Pablo Picasso a peinte en 1904.

Le groupe de plaignants -- des héritiers aux États-Unis et en Argentine -- s'estiment les propriétaires légitimes de l'œuvre et invoquent dans leur plainte du 20 janvier une vente "forcée" en octobre 1938 par les Adler qui auraient agi sous contrainte.

Dans un communiqué, le musée Guggenheim conteste une procédure "sans fondement", ce qui laisse augurer un procès au civil.

«La Repasseuse» achetée en 1916 

L'histoire extraordinaire de "La Repasseuse" -- comme celles de nombre de peintures européennes volées par les nazis ou disparues pendant la Seconde guerre mondiale -- commence en 1916 quand Karl Adler l'achète à un galeriste allemand juif de Munich, Heinrich Thannhauser.

Adler, patron d'une usine de confection de cuir, et sa femme Rosi, jouissent d'une "vie prospère" à Baden-Baden, au sud-ouest de l'Allemagne, juste en face de Strasbourg.

L'arrivée de Hitler et des nazis au pouvoir à Berlin sonne le début des terribles persécutions contre les Juifs en Allemagne et le gel ou la confiscation de leurs biens et patrimoines.

Les Adler se résolvent en juin 1938 à fuir leur pays pour s'installer tour à tour aux Pays-Bas, en France et en Suisse avant de chercher un visa pour l'Argentine.

Mais pour obtenir leur sésame, les Adler, qui ont déjà quitté l'Allemagne depuis quelques semaines, vendent en octobre 1938 "La Repasseuse" au fils de Thannhauser, Justin, qui, Juif lui aussi, vient de se réfugier à Paris.

1.552 dollars en 1938 

La vente est conclue pour 1.552 dollars de l'époque -- soit environ 32.000 dollars d'aujourd'hui -- neuf fois moins que les 14.000 dollars qu'Adler espérait en tirer au début des années 1930.

C'est l'argument central de la plainte qui avance que l'œuvre -- évaluée aujourd'hui sur le marché de l'art entre 100 et 200 millions de dollars -- a été cédée sous la contrainte.

"Thannhauser était parfaitement conscient de la détresse de la famille Adler. S'ils n'avaient pas été persécutés par les nazis, les Adler n'auraient jamais vendu la toile à tel prix", selon les plaignants, des personnes physiques et des organisations juives américaines qui s'appuient sur une loi de 2016 qui encadre la restitution d'oeuvres d'art aux victimes de l'Holocauste.

Les décennies s'écoulent et en 1976, à la mort de Justin Thannhauser, sa collection est donnée au Guggenheim, un musée à l'architecture avant-gardiste qui trône depuis 1939 dans le quartier huppé de l'Upper East Side près de Central Park.

Pour l'établissement, la plainte "évite étonnamment de reconnaître" que le musée avait contacté un fils Adler avant de prendre possession de "La Repasseuse" dans les années 1970: il "n'a jamais exprimé la moindre réserve quant à l'œuvre et sa vente à Justin Thannhauser" en 1938.

Cela fait une dizaine d'années que les héritiers des Adler cherchent à remettre la main sur le Picasso.

En 2014, Thomas Bennigson, petit-fils d'un autre enfant du couple Adler apprend que sa grand-mère fut à un moment en possession de l'œuvre.

La plainte rappelle ainsi que les avocats de Bennigson ont longtemps correspondu avec le Guggenheim, avant d'exiger en juin 2021 la restitution du tableau.

Sans succès: le musée rétorque aujourd'hui que même s'il prend "très au sérieux" les plaintes pour restitution, il est le "propriétaire légal" de "La Repasseuse".


Trois réalisatrices du Moyen-Orient récompensées lors de la clôture du Festival du film de Sundance 2023

Le film The Persian Version de la réalisatrice irano-américaine Maryam Keshavarz. (Instagram)
Le film The Persian Version de la réalisatrice irano-américaine Maryam Keshavarz. (Instagram)
Short Url
  • The Persian Version a remporté le prix du public et le prix Waldo Salt pour le meilleur scénario dans la compétition dramatique américaine
  • Animalia, réalisé par la Marocaine Sofia Alaoui, a reçu le Prix spécial du jury pour sa vision créative

DUBAÏ: L’édition 2023 du Festival du film de Sundance, qui a été clôturée ce week-end à Park City, Utah et qui s’est tenue en présentiel pour la première fois depuis 2020, a vu trois films du Moyen-Orient remporter des prix: The Persian Version, Shayda et Animalia.  

Le film The Persian Version de la réalisatrice irano-américaine Maryam Keshavarz a remporté le Prix du public et le Prix Waldo Salt pour le meilleur scénario dans la compétition dramatique américaine.  

Il raconte l’histoire d’une grande famille irano-américaine qui se réunit pour la greffe du cœur du père lorsqu’un secret de famille entraîne la mère et la fille dans une exploration du passé.   

Ce film est l’un des trois films réalisés par des femmes iraniennes à Sundance cette année, les autres étant Joonam et Shayda.  

Shayda, de Noora Niasari, a remporté le Prix du public dans la Compétition dramatique du cinéma du monde. Le film porte sur Shayda, une mère iranienne courageuse, qui trouve refuge dans un foyer pour femmes australien avec sa fille de six ans. Cependant, lorsque son mari, dont elle est séparée, réintègre leur vie, le chemin de la liberté de Shayda est mis en péril.  

Le troisième film régional à remporter un prix à Sundance est Animalia, réalisé par la Marocaine Sofia Alaoui, qui a reçu le Prix spécial du jury pour sa vision créative. Le film relate l’histoire d’une jeune future maman qui fait face à une invasion extraterrestre avec un sentiment d’effroi qui se transforme lentement en libération. 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com