Candidats, duels, triangulaires: Cinq choses à savoir sur le 2e tour des législatives

Un électeur dépose son bulletin de vote dans un bureau de vote le 18 juin 2022 (Photo, AFP).
Un électeur dépose son bulletin de vote dans un bureau de vote le 18 juin 2022 (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Dimanche 19 juin 2022

Candidats, duels, triangulaires: Cinq choses à savoir sur le 2e tour des législatives

  • Ce sont 1148 candidats qui seront en lice lors du second tour, contre 6.293 au premier dimanche dernier
  • Cinq candidats ont été élus dès le premier tour, quatre pour la Nupes et un pour la majorité présidentielle sortante Ensemble!

PARIS: Sept triangulaires, 1.148 candidats en lice -dont trois sans adversaire- ou encore 62 duels entre la Nupes et le RN : ce qu'il faut savoir sur le deuxième tour des législatives dimanche.

Nombre de candidats

Ce sont 1148 candidats qui seront en lice lors du second tour, contre 6.293 au premier dimanche dernier, dont 655 hommes et 493 femmes. Parmi les prétendants, il y aura 370 sortants, 70 d'entre eux ayant mordu la poussière lors du premier tour. Les candidats de la majorité sortante (LREM, Modem, Horizons et Agir) sont les plus nombreux (415), devant l'alliance de gauche Nupes (380), sans compter trois dissidents socialistes qui ont refusé de se joindre à cette coalition. Quant au Rassemblement national, il aligne 209 candidats au second tour et Les Républicains 71 (en plus de cinq UDI et 14 DVD).

Les duels

Au second tour, les duels les plus fréquents opposeront un candidat d'Ensemble! à un rival de la Nupes. Selon un décompte de l'AFP réalisé à partir des chiffres du ministère de l'Intérieur, la majorité sortante et l'alliance de gauche s'affronteront dans 270 circonscriptions sur 577. Ensemble! sera confronté au RN dans 108 d'entre elles. La question du barrage à l'extrême droite se posera également dans les 62 circonscriptions où le parti de Marine Le Pen affrontera la Nupes menée par Jean-Luc Mélenchon. Il y aura également 25 duels entre le RN et Les Républicains, qui affronteront également la Nupes dans 24 circonscriptions et Ensemble dans 18.

Des candidats contre eux-mêmes
Aussi curieux que cela puisse paraître, certains candidats n'auront pas d'adversaire, leurs rivaux, qualifiés pour le second tour, ayant finalement choisi de jeter l'éponge. Trois candidats de l'alliance de gauche Nupes se retrouvent ainsi seuls en lice et donc assurés de gagner: Clémentine Autain (2e de Seine-St-Denis), Soumya Bourouaha (4e de Seine-St-Denis) et Elie Califer (4e de Guadeloupe).

Cinq députés déjà élus

Cinq candidats ont été élus dès le premier tour, quatre pour la Nupes et un pour la majorité présidentielle sortante Ensemble!. Les quatre députés de gauche qui n'auront pas besoin de croiser le fer dimanche prochain sont tous basés en Ile-de-France: il s'agit des sortants Insoumis de Seine-Saint-Denis, Alexis Corbière (7e circonscription) et de Paris, Danièle Obono (17e circonscription), ainsi que deux nouvelles députées LFI à Paris, Sophia Chikirou (6e) et Sarah Legrain (16e).

Pour sa part, Yannick Favennec-Bécot (64 ans), ex-UDI passé à Horizons, est parvenu à se faire réélire pour un 5e mandat (57,13%) dans la 3e circonscription de Mayenne.

En raison de la faible participation, certains candidats ayant dépassé la barre des 50% devront tout de même se soumettre à un second tour, car le nombre de voix obtenues devait être au moins égal à 25% du nombre des électeurs inscrits. C'est le cas, par exemple, de Marine Le Pen dans sa circonscription du Pas-de-Calais (11e) où elle s'est imposée avec 53,96% des suffrages. Pour les mêmes raisons, l'insoumis Manuel Bompard, qui se présentait dans la 4e circonscription des Bouches-du-Rhône du sortant Jean-Luc Mélenchon, n'a pas encore certifié son siège, bien qu'il ait recueilli 56,04% des voix.

Sept triangulaires

Les triangulaires seront au nombre de sept lors du second tour, contre une seule il y a cinq ans. Malgré cette progression, elles demeurent rares en raison également de l'abstention, le candidat arrivé troisième devant obtenir un nombre de voix au moins égal à 12,5% des inscrits. Quatre circonscriptions mettront aux prises un candidat d'Ensemble!, de gauche et du RN: la 3e de la Dordogne, la 2e du Lot-et-Garonne, la 2e de la Nièvre et la 2e du Tarn.

Dans deux circonscriptions des Hauts-de-Seine, la 2e et la 3e, la triangulaire opposera LR à la Nupes et à Ensemble. Enfin, dans la 2e du Lot, il y aura un candidat PS dissident face à la Nupes et à Ensemble!.

Une huitième triangulaire était prévue dans la première circonscription du Lot-et-Garonne, mais la candidate de la Nupes Maryse Combres a appliqué strictement le front républicain et s'est retiré pour laisser place à un duel Ensemble!/RN.
 


A l'approche des JO, l'industrie de la vidéosurveillance dans les starting-blocks

Les jeux olympiques de Paris se tiendront du 26 juillet au 11 août 2024. (Photo, AFP
Les jeux olympiques de Paris se tiendront du 26 juillet au 11 août 2024. (Photo, AFP
Short Url
  • Mardi, le Sénat a très largement adopté l'article phare du projet de loi olympique, très axé sur la sécurité, qui va autoriser l'expérimentation de caméras dotées d'algorithmes à compter de cette année
  • L'objectif invoqué est de repérer des comportements suspects dans la rue, des armes lourdes ou des colis abandonnés

PARIS: Dix-huit mois avant les JO de Paris 2024, la question des caméras de vidéosurveillance, avec ou sans biométrie, vient seulement d'arriver devant le Parlement et les industriels alertent sur le temps désormais limité pour adopter ces technologies.

Mardi, le Sénat a très largement adopté l'article phare du projet de loi olympique, très axé sur la sécurité, qui va autoriser l'expérimentation de caméras dotées d'algorithmes à compter de cette année. L'objectif invoqué est de repérer des comportements suspects dans la rue, des armes lourdes ou des colis abandonnés.

Mais le débat sur ces technologies controversées pourrait ressurgir au moment du passage du texte devant l'Assemblée nationale, lors duquel les opposants au projet comptent faire entendre leur voix.

"La procédure accélérée ne laisse pas forcément le temps de mener campagne", se désole Noémie Levain, juriste de l'association de défense des libertés la Quadrature du net, qui a lancé un plaidoyer national contre la "technopolice".

"A chaque étape de la conception de ces algorithmes, il y a des problèmes", explique-t-elle à l'AFP. "L'entraînement des intelligences artificielles (IA) implique de traiter des données personnelles" et "l'algorithme décide un peu tout seul des paramètres à retenir pour détecter les personnes suspectes", et pourrait par exemple se baser sur la couleur de la peau.

Plus généralement, l'association s'oppose au projet de "surveiller tout, tout le temps".

Mais selon elle, c'est "le marché et la police qui dictent le tempo", et les "méga-évènements" comme les JO ou le mondial de Rugby "sont toujours un prétexte pour faire passer des lois exceptionnelles", qui pourront ensuite être pérennisées.

«Vitrine industrielle»

Du côté des entreprises, l'impression est plutôt d'avoir perdu du temps sur ce sujet, en raison notamment de la crise sanitaire et d’atermoiements au niveau politique.

"Du point de vue technologique, tout est prêt. On sait trop en faire, et c'est la raison pour laquelle beaucoup de monde s'interroge sur la pertinence éthique, par rapport à ce qui existe en Chine par exemple", reconnait Dominique Legrand, président de l'Association nationale de la vidéoprotection, qui compte 161 membres.

"Un projet technique, ça se manie en 6 mois. Ce n'est pas trop tard pour les JO mais ça commence presque à l'être pour la Coupe du monde de Rugby" de 2023 qui aurait pu être un moment d'expérimentation, explique-t-il.

Plus d'une centaine de solutions, dont beaucoup ont recours à la vidéo "intelligente", ont été auditées fin 2022. Ces acteurs, dont de grands groupes comme Thalès ou Atos, ou des start-up spécialisées comme Idemia, attendent désormais que le législateur définisse les règles qui encadreront ces technologies.

Lors des débats, le gouvernement a pour l'instant écarté la reconnaissance faciale. Mais certaines entreprises veulent pousser des solutions de "comparaison faciale" permettant par exemple d'accélérer les contrôles d'accès en vérifiant qu'une personne correspond bien à son badge.

"Si on attend trop, on va acheter sur étagère des produits américains, chinois, israéliens ou japonais", met en garde un industriel, qui rêve d'une "vitrine industrielle" pour le secteur français de la sécurité, mais aussi d'un test grandeur nature pour préparer le marché qui va s'ouvrir ensuite.

Car l'IA est présentée à terme comme la seule solution pour viabiliser les systèmes de caméras vendus depuis des années à presque chaque collectivité. Sans algorithme pour repérer et signaler des évènements, "au-delà de 8 écrans, (un superviseur humain) ne voit plus rien", confirme Dominique Legrand.

Selon un bon connaisseur du secteur, l'efficacité de ces algorithmes n'est démontrée qu'en laboratoire et reste encore à démontrer en conditions réelles.


Coran brûlé: mise en garde de pays occidentaux à leurs ressortissants en Turquie

La police sécurise la zone devant l'ambassade de Turquie à Copenhague, le 27 janvier 2023. (Photo de Sergei Gapon / AFP)
La police sécurise la zone devant l'ambassade de Turquie à Copenhague, le 27 janvier 2023. (Photo de Sergei Gapon / AFP)
Short Url
  • «Le risque d’attentat terroriste en Turquie restant élevé, les Français résidant ou de passage en Turquie sont appelés à faire preuve de vigilance maximale » a alerté la représentation française à Ankara
  • «A la lumière des récents incidents de Corans brûlés en Europe, le Gouvernement américain met en garde ses citoyens contre de possibles attentats terroristes visant des lieux de culte par mesure de représailles en Turquie», indique l'ambassade américaine

ISTANBUL : Plusieurs pays occidentaux dont la France, l'Allemagne et les Etats-Unis ont appelé vendredi leurs ressortissants en Turquie à faire preuve de «vigilance» face au risque d'attentats, en représailles aux exemplaires du Coran brûlés en Suède et au Danemark lors de manifestations anti-turques.

«A la lumière des récents incidents de Corans brûlés en Europe, le Gouvernement américain met en garde ses citoyens contre de possibles attentats terroristes visant des lieux de culte par mesure de représailles en Turquie», indique l'ambassade américaine à Ankara.

«Les terroristes pourraient attaquer sans prévenir et viser des lieux de culte fréquentés par les Occidentaux», estime-t-elle.

La représentation américaine recommande de rester «vigilant, d'éviter les foules et de faire profil bas».

Simultanément, la représentation française à Ankara a adressé par courriel un message similaire à ses ressortissants présents dans le pays en se référant à l'alerte des Etats-Unis.

«Le risque d’attentat terroriste en Turquie restant élevé, comme le rappelle l’alerte sécuritaire émise par l’ambassade des Etats-Unis le 27 janvier 2023, les Français résidant ou de passage en Turquie sont appelés à faire preuve de vigilance maximale, tout particulièrement dans les lieux de rassemblement susceptibles d’être fréquentés par des ressortissants étrangers, y compris les lieux de culte», indique-t-elle.

Ce communiqué devait être mis en ligne dans la soirée sur le site du ministère des Affaires étrangères et celui de l'ambassade de France à Ankara, a précisé un diplomate à l'AFP.

L'Allemagne et l'Italie ont également mis en garde leurs ressortissants.

Plusieurs manifestations ont eu lieu la semaine dernière à Stockholm et vendredi à Copenhague, durant lesquelles des exemplaires du Coran, le livre sacré des Musulmans, ont été brûlés par un extrémiste qui prétend ainsi protester contre le véto de la Turquie à l'entrée de la Suède dans l'Otan.

Ankara bloque depuis mai l'élargissement de l'Alliance atlantique à ce pays, ainsi qu'à la Finlande, exigeant de Stockholm l'extradition de réfugiés kurdes qu'elle considère comme des «terroristes».

Ces incidents ont été dénoncés et condamnés par les gouvernements concernés et par les capitales occidentales, notamment Washington.

Mais le président turc Recep Tayyip Erdogan a prévenu que la Suède ne pouvait plus compter sur le «soutien» de la Turquie pour rejoindre l'Otan et les négociations sont officiellement suspendues.


Tour de chauffe sur les retraites pour les députés à partir de lundi

La Première ministre française Elisabeth Borne prononce un discours lors d'une séance de questions au gouvernement à l'Assemblée nationale à Paris, le 17 janvier 2023. (Photo de Thomas SAMSON / AFP)
La Première ministre française Elisabeth Borne prononce un discours lors d'une séance de questions au gouvernement à l'Assemblée nationale à Paris, le 17 janvier 2023. (Photo de Thomas SAMSON / AFP)
Short Url
  • Près de 7 000 amendements ont été déposés avant le début lundi de l'examen du texte en commission des Affaires sociales, prélude à la véritable épreuve du feu de l'hémicycle, à partir du 6 février
  • L'exécutif, décidé à ne pas céder sur le recul de l'âge légal de départ à 64 ans, n'a pas fermé la porte à des «enrichissements». «A condition qu'ils ne coûtent pas très cher», nuance un cadre de la majorité

PARIS: Les députés s'emparent lundi en commission du très contesté projet de réforme des retraites, pour un galop d'essai sur 7.000 amendements, sous l'oeil des opposants qui organisent mardi un temps fort de mobilisation dans la rue.

C'est le coup d'envoi des travaux pratiques à l'Assemblée, avant l'épreuve dans l'hémicycle à compter du 6 février sur la réforme phare du nouveau quinquennat Macron.

A partir de 9H30 lundi, la soixantaine de parlementaires de la commission des Affaires sociales va plancher article par article sur le texte qui prévoit un recul de l'âge légal de 62 à 64 ans et une accélération de l'allongement de la durée de cotisation.

Au menu, dès l'article 1er figure la suppression progressive de la plupart des régimes spéciaux existants, dont ceux de la RATP et des industries électriques et gazières.

Le temps est compté au Palais Bourbon. Les députés ont jusqu'à mercredi 20H pour se prononcer sur les quelque 7.000 amendements déposés, dont près de 6.000 par l'alliance de gauche Nupes.

C'est loin des 22.000 amendements en commission sur la précédente tentative de réforme de 2020, mais les députés risquent là aussi de ne pouvoir aller au bout.

Les délais resserrés sont imposés par le vecteur choisi par l'exécutif, un projet de budget rectificatif de la Sécu, qui limite à cinquante jours au total les débats au Parlement.

La présidente de la commission Fadila Khattabi (Renaissance) en "appelle à la responsabilité des uns et des autres" pour avancer mais des cadres de la majorité craignent que certains cherchent à "bordéliser".

Un avant-goût a été donné vendredi en commission des Finances, qui a donné un avis favorable au projet de loi moyennant quelques accrocs entre LFI, RN et macronistes.

Les échanges pourraient être particulièrement tendus au Palais Bourbon mardi prochain, alors que se tiendra en parallèle une journée nationale de mobilisation interprofessionnelle.

Après celle du 19 janvier, qui a vu de 1 à 2 millions de personnes, selon les sources, manifester contre la réforme, les syndicats espèrent faire au moins aussi bien, en vue d'une montée en puissance du mouvement.

Les parlementaires, nombreux à avoir rencontré les leaders de la CGT ou de la CFDT, et à avoir reçu des amendements des syndicats, sont sous pression alors que l'opposition des Français s'accroît selon les sondages.