«C'est déprimant»: le Covid en Chine éreinte entreprises et salariés

Un ouvrier est assis à côté d'une clôture érigée pour fermer une zone résidentielle sous verrouillage de Covid-19 dans le district de Huangpu à Shanghai le 10 juin 2022. (AFP)
Un ouvrier est assis à côté d'une clôture érigée pour fermer une zone résidentielle sous verrouillage de Covid-19 dans le district de Huangpu à Shanghai le 10 juin 2022. (AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 19 juin 2022

«C'est déprimant»: le Covid en Chine éreinte entreprises et salariés

  • La Chine est la dernière grande économie à maintenir une stricte stratégie sanitaire, qui repose sur le placement en quarantaine des personnes testées positives
  • Confinements et fermetures inopinés de commerces, de bureaux ou d'usines sont devenus pour les entrepreneurs une préoccupation du quotidien en termes d'organisation

PÉKIN : Restrictions, incertitude et licenciements: en Chine, la politique zéro Covid rend la vie dure aux employés et aux entreprises, contraintes de s'adapter au jour le jour, voire de mettre la clé sous la porte.

La Chine est la dernière grande économie à maintenir une stricte stratégie sanitaire, qui repose sur le placement en quarantaine des personnes testées positives, sur des confinements ciblés ou encore sur des tests PCR obligatoires.

Mais cette politique a de lourdes répercussions sur l'économie, avec nombre de commerces fermés, un tourisme en berne, des usines qui fonctionnent au ralenti et des chaînes de production très perturbées.

Si le géant asiatique s'était rapidement remis en 2020 du premier choc épidémique, il a affronté ces derniers mois sa pire flambée de Covid-19 depuis deux ans.

Cette situation a provoqué en avril le confinement total pour deux mois de la capitale économique Shanghai, avec pour conséquence des répercussions désastreuses sur l'activité et un chômage record.

Fiona Shi a perdu son emploi à deux reprises à cause de la pandémie.

En 2020, cette Pékinoise de 38 ans occupait un poste de direction dans l'hôtellerie, quand la propagation du Covid a porté un rude coup au secteur du tourisme.

Deux ans plus tard, Fiona, qui avait retrouvé du travail dans une multinationale, se retrouve de nouveau sans emploi, cette fois à cause des restrictions sanitaires.

«La pandémie a rendu les choses plus compliquées», avec de nombreuses entreprises qui hésitent désormais à embaucher ou réduisent leur masse salariale, déclare-t-elle à l'AFP.

- «Vraiment inquiète» -

Autre obstacle: un certain nombre de patrons «ne recrutent pas de plus de 35 ans», constate amère Fiona, soulignant la difficulté à retrouver un poste d'encadrement.

«Je suis vraiment inquiète», confie-t-elle.

Confinements et fermetures inopinés de commerces, de bureaux ou d'usines sont devenus pour les entrepreneurs une préoccupation du quotidien en termes d'organisation.

Et à cause de mesures anti-Covid qui peuvent évoluer d'un jour sur l'autre, les entreprises n'ont que peu de visibilité.

L'épidémie fragilise également des groupes aux reins solides, mais déjà éprouvés par un durcissement réglementaire visant l'immobilier et la tech.

Mme Bai, 27 ans, qui travaillait pour une entreprise américaine du secteur technologique, a été licenciée.

A cause du tour de vis des autorités pour réguler les géants du numérique, son ex-employeur avait déjà «perdu de l'argent» et a préféré jeter l'éponge en quittant le marché chinois.

«Ce ne sera pas le premier ni le dernier», prévient la Pékinoise, qui ne souhaite pas révéler son nom complet.

En termes de logistique, les restrictions sanitaires relèvent du casse-tête.

La chaîne de vêtements qui employait Andrew Zhang a d'abord tenté de s'adapter pour garder les boutiques ouvertes.

Mais ses patrons ont «réalisé que ce n'était pas possible» à cause des règles de quarantaine, qui auraient perturbé l'approvisionnement.

Résultat, la société ne vend plus qu'en ligne et Andrew a quitté son poste.

- Heures supplémentaires -

Sur le seul mois de mars en Chine, quelque 1,3 million d'entités ont annulé leur inscription au registre du commerce, selon les chiffres officiels. Un bond de 24% sur un an...

La stratégie sanitaire actuelle est fermement défendue par le président Xi Jinping et personne n'ose publiquement la remettre en cause.

Selon les analystes, le zéro Covid devrait donc être pérennisé. Même si l'économie doit en payer le prix et si les restrictions rendent la vie insupportable pour patrons et salariés.

«Etre en télétravail, surtout dans un secteur comme le nôtre où les heures supplémentaires sont la norme, ça a encore plus brouillé la frontière entre vie professionnelle et personnelle», se désole M. Ning.

Ce jeune homme de 26 ans, qui ne souhaite pas révéler son prénom, travaillait à Pékin dans le service marketing d'une entreprise technologique.

Il finissait normalement vers 23h. Mais à partir de la mise en télétravail le mois dernier du district pékinois où il habite, il n'arrêtait qu'après minuit et voyait ses week-ends rabotés par les heures supplémentaires.

«J'étais vraiment exténué. Du coup, j'ai démissionné», explique à l'AFP M. Ning.

Depuis, il a envoyé 200 CV mais n'a obtenu que trois entretiens d'embauche.

«C'est déprimant», explique-t-il. «Mais il faut bien trouver un moyen de survivre.»

 

 


L'échange Griner-Bout n'a pas mis fin à la «crise» russo-américaine

Américains et Russes s'accusent mutuellement de détenir leurs ressortissants respectifs à des fins politiques. Plusieurs échanges de prisonniers ont eu lieu ces dernières années. (AFP)
Américains et Russes s'accusent mutuellement de détenir leurs ressortissants respectifs à des fins politiques. Plusieurs échanges de prisonniers ont eu lieu ces dernières années. (AFP)
Short Url
  • Américains et Russes s'accusent mutuellement de détenir leurs ressortissants respectifs à des fins politiques
  • Selon M. Peskov, «le principal résultat c'est qu'un citoyen russe qui était prisonnier pendant 14 ans des Américains, de façon absolument illégale, a pu rentrer au pays»

MOSCOU: Le Kremlin a souligné vendredi que l'échange de prisonniers entre les Etats-Unis et la Russie impliquant la basketteuse américaine Brittney Griner et l'ex-marchand d'armes Viktor Bout n'avait pas mis fin à la "crise" entre les deux pays.

"Ces négociations concernaient uniquement l'échange, il est probablement incorrect de faire des conclusions hypothétiques disant que ce serait un pas vers une sortie de la crise que nos relations bilatérales traversent actuellement", a indiqué le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov.

"Nos relations bilatérales sont toujours dans un état déplorable", a-t-il ajouté, dans une interview au média russe Izvestia.

Selon M. Peskov, "le principal résultat" de cet échange, qui s'est déroulé jeudi, "c'est qu'un citoyen russe qui était prisonnier pendant 14 ans des Américains, de façon absolument illégale, a pu rentrer au pays".

Brittney Griner, 32 ans, qui avait été arrêtée en Russie en février pour des accusations de trafic de cannabis, et Viktor Bout, 55 ans, qui purgeait une peine de 25 ans dans une prison américaine, ont été échangés dans un aéroport aux Emirats arabes unis.

Un haut responsable américain a affirmé que la discussion avec Moscou était restée focalisée sur la libération de Brittney Griner, et les Etats-Unis l'ont fait savoir à l'Ukraine ainsi qu'à d'autres alliés.

Américains et Russes s'accusent mutuellement de détenir leurs ressortissants respectifs à des fins politiques. Plusieurs échanges de prisonniers ont eu lieu ces dernières années.


Londres sanctionne 30 personnalités et entités pour violations des droits humains

«C'est notre devoir de promouvoir des sociétés ouvertes et libres dans le monde», a déclaré le ministre des Affaires étrangères britannique James Cleverly, cité dans un communiqué
«C'est notre devoir de promouvoir des sociétés ouvertes et libres dans le monde», a déclaré le ministre des Affaires étrangères britannique James Cleverly, cité dans un communiqué
Short Url
  • Ces sanctions visent «des personnes corrompues, celles ayant violé et abusé les droits humains, ainsi que les auteurs de violences sexuelles dans des conflits», a détaillé le ministère
  • Londres cible aussi dix officiels iraniens liés au système judiciaire et carcéral du pays

LONDRES: Le Royaume-Uni a annoncé vendredi avoir sanctionné 30 entités ou personnalités originaires de 11 pays, dont l'Iran, la Russie, la Birmanie, la Serbie ou la Moldavie, "opprimant les libertés fondamentales dans le monde".

"C'est notre devoir de promouvoir des sociétés ouvertes et libres dans le monde. Aujourd'hui nos sanctions vont plus loin pour exposer ceux qui sont derrière les violations odieuses de nos droits les plus fondamentaux", a déclaré le ministre des Affaires étrangères britannique James Cleverly, cité dans un communiqué.

Elles visent "des personnes corrompues, celles ayant violé et abusé les droits humains, ainsi que les auteurs de violences sexuelles dans des conflits", a détaillé le ministère.


Mondial: le bourreau marocain du Portugal en 1986 prédit une nouvelle «surprise» samedi

L'entraîneur marocain # 00 Walid Regragui est projeté dans les airs alors que les joueurs marocains célèbrent leur victoire aux tirs au but lors du match de football des huitièmes de finale de la Coupe du monde Qatar 2022 entre le Maroc et l'Espagne au stade Education City d'Al-Rayyan, à l'ouest de Doha, en décembre. 6, 2022. (AFP)
L'entraîneur marocain # 00 Walid Regragui est projeté dans les airs alors que les joueurs marocains célèbrent leur victoire aux tirs au but lors du match de football des huitièmes de finale de la Coupe du monde Qatar 2022 entre le Maroc et l'Espagne au stade Education City d'Al-Rayyan, à l'ouest de Doha, en décembre. 6, 2022. (AFP)
Short Url
  • Abderrazak Khairi croit en un nouvel exploit des Lions de l'Atlas contre la bande à Cristiano Ronaldo, samedi en quart de finale du Mondial au Qatar
  • «Il n'y a pas d'impossible dans le football, c'est ça la magie de ce sport. Aujourd'hui, la sélection marocaine le prouve», avertit l'ex-attaquant marocain

RABAT: Son doublé contre le Portugal à la Coupe du Monde de 1986 au Mexique avait envoyé le Maroc au deuxième tour et la Seleçao à la maison: Abderrazak Khairi croit en un nouvel exploit des Lions de l'Atlas contre la bande à Cristiano Ronaldo, samedi en quart de finale du Mondial au Qatar.

"Face au Portugal, le Maroc est capable de créer la surprise", prédit l'ex-international marocain, principal artisan de la victoire surprise contre le Portugal (3-1) il y a 36 ans.

"La mission ne sera pas facile mais j'y crois", assure Khairi, 60 ans, dans un entretien téléphonique avec l'AFP à Rabat, depuis le Qatar, où il officie comme consultant auprès d'une chaîne arabe.

Le 11 juin 1986, il fut élevé au rang de héros après avoir crucifié les Portugais en inscrivant un doublé lors du dernier match de la phase de poules.

Un triomphe historique qui avait permis au Maroc de devenir la première équipe africaine et arabe à se hisser en huitièmes de finale d'une Coupe du monde. Si les hommes de Walid Regragui l'emportent samedi, les Lions de l'Atlas deviendront la première équipe africaine à atteindre la demi-finale d'un Mondial.

"Après les deux matches nuls contre la Pologne et l'Angleterre, la pression était à son comble", se remémore Khairi, qui jouait avec le numéro 17.

"Le Portugal était redoutable mais on portait les espoirs d'un peuple, d'un continent et de tout le monde arabe", témoigne l'ex-ailier gauche.

"Mentalement, ce n'était pas facile mais on voulait tout donner".

«Joie indescriptible»

Khairi, en état de grâce, avait ouvert le score à la 19e minute et doublé la marque huit minutes plus tard à peine, avant qu'Abdelkrim Merry, alias "Krimau", ne marque un troisième but à la 62e minute. La Seleçao avait sauvé l'honneur à la 80e par Diamantino Miranda.

Cet exploit, toujours vivace dans la légende du football marocain, est aujourd'hui évoqué par les fans qui rêvent d'une nouvelle victoire samedi, après avoir vu les Lions éliminer l'Espagne aux tirs au but en huitièmes de finale mardi.

"Quand j'ai marqué les deux buts, ma joie était indescriptible. Ces mêmes joueurs qu'on regardait à la télé, on a réussi à les battre", se souvient encore l'ancienne icône des FAR de Rabat, le club de l'armée marocaine dont il était devenu entraineur.

"Quand j'en parle, je suis instinctivement submergé d'un formidable flot d'émotions. Les souvenirs sont intacts, c'est comme si c'était hier", souffle-t-il.

Après la prouesse face aux Portugais, tout le Maroc avait jubilé comme il l'a fait après la victoire de mardi contre la Roja.

"Personne ne croyait en nous, mais on l'a fait !", exulte fièrement Khairi, tant d'années plus tard.

Le Maroc, dirigé alors par le brésilien José Faria, s'inclinera ensuite face à l'Allemagne au deuxième tour au Mexique, sur un coup franc de Lothar Matthäus à la 88e minute.

«Le plus loin possible»

Malgré la défaite, les Lions sont sortis de la compétition la tête haute.

"On a gagné l'amour du public et on a surtout ouvert la voie à une plus importante représentation des nations africaines en Coupe du monde", se félicite Abderrazak Khairi.

Au Mondial suivant, en Italie, le Cameroun est entré à son tour dans l'histoire en devenant la première équipe africaine à atteindre les quarts, avant le Sénégal en 2002.

En 2010, le Ghana a échoué à la porte des demi-finales lors d'un match épique, et controversé, contre l'Uruguay.

"Il n'y a pas d'impossible dans le football, c'est ça la magie de ce sport. Aujourd'hui, la sélection marocaine le prouve", avertit l'ex-attaquant marocain.

"Certes, cette équipe marocaine est différente (de la nôtre) car le football a beaucoup évolué en 36 ans, mais sa constante est la détermination et l'envie de représenter au mieux son pays", analyse-t-il, "et les joueurs le font à merveille".

Dernier facteur déterminant, les supporters: "Jouer dans un pays arabe avec une présence soutenue du public marocain est une bénédiction", reconnaît-il.

"J'espère qu'ils iront le plus loin possible !".