La crise de la vie dans le passé

Le logo du site affiché devant le siège social de Netflix en Californie (Photo, AFP).
Le logo du site affiché devant le siège social de Netflix en Californie (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mercredi 22 juin 2022

La crise de la vie dans le passé

  • Une autre raison de ce changement est la technologie moderne qui a changé la donne pour la chute de l'humanité
  • Nous vivons à une époque où les troglodytes et les citadins ont la même vie

Nous rencontrons encore ces personnes qui ont l'intention de censurer Netflix et d'interdire les magazines de mangas japonais et certaines séries diffusées sur les chaînes MBC. Puisqu'ils vivent encore dans un passé proche, ils ne peuvent pas gérer le fait que le monde offre suffisamment d'espace pour toutes les idées et les êtres humains. Par conséquent, ils persistent à harceler les autres, ne se lassant jamais de tenter de mobiliser la société et de priver les autres de leurs libertés.

Nous vivons à une époque où les troglodytes et les citadins ont la même vie ou, plutôt, font face aux mêmes défis, et où presque tout ce que l'on souhaite vivre est disponible, quels que soient le statut social, la position idéologique ou le pouvoir d'achat de la population. au grand. Certains ont du mal à vivre avec ceux dont les choix ont un goût différent, que ce soit dans les films qu'ils aiment regarder, les livres qu'ils aiment lire, la musique qu'ils aiment entendre, les conférences auxquelles ils aiment assister ou les destinations qu'ils aime voyager. Il n'est pas facile pour ceux-là de coexister avec d'autres qui sont différents.

Pendant ce temps, la scène mondiale évolue encore davantage, de nouvelles réalités apparaissant presque chaque décennie. Plusieurs raisons motivent ce changement, notamment la façon dont la nouvelle génération prend le relais à la place de l'ancienne et apporte ses propres idées qui ont toujours été le cours de la vie. Une autre raison de ce changement est la technologie moderne qui a changé la donne pour la chute de l'humanité.

Récemment j'ai visité la ville de Djeddah, et là je suis passé devant une librairie que je connais assez bien. J'ai remarqué qu'il était rempli d'appareils électroniques contenant des livres qui, jusqu'à il y a quelques années, étaient interdits, mais qui sont maintenant disponibles sous forme de livres électroniques. Il est tout à fait judicieux de les proposer sous forme de livres électroniques ou papier, et il était agréable de les voir affichés sans éveiller l'inquiétude ou la condamnation de personne.

Lire la suite 

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


Le porteur de cercueils demande à être excusé

Walid Joumblatt est le principal chef politique héréditaire de la communauté druze du Liban et aussi une personnalité influente de la communauté druze du Proche-Orient (Photo, Asharq Al Awsat).
Walid Joumblatt est le principal chef politique héréditaire de la communauté druze du Liban et aussi une personnalité influente de la communauté druze du Proche-Orient (Photo, Asharq Al Awsat).
Short Url
  • Pendant près d'un demi-siècle, Walid a été le chef d'une petite secte qui ne pouvait se protéger qu'en jouant un rôle majeur
  • Pendant cinq ans, il a occupé le siège que son père occupait dans le triangle difficile qui comprenait Yasser Arafat et Assad

Il s'occupe des préoccupations des villages et de leurs besoins. Il se fortifie dans leurs petites cartes, tout en gardant un œil constant sur les vents du changement dans le Moyen-Orient violent et misérable. Il est le chef d'une petite secte qui a joué un rôle dans la formation d'un pays qui sera constamment balayé par des tempêtes régionales. Un pays qui sera influencé par les dirigeants arabes, qui laisseront leur marque dans la région, comme l'Égyptien Gamal Abdel Nasser, le Syrien Hafez al-Assad et l'Iranien Khomeiny.

Pendant près d'un demi-siècle, Walid a été le chef d'une petite secte qui ne pouvait se protéger qu'en jouant un rôle majeur. C'était le destin qui permettait au chef d'al-Mokhtara d'être en avance sur ses rivaux dans certains cas, et parfois de s'asseoir et de panser ses blessures lorsque les vents ne soufflaient pas en sa faveur.

Il a commencé sa carrière comme porteur du cercueil de son père. Kamal a été enterré à al-Mokhtara et Walid mordrait sa blessure profonde. Quarante jours plus tard, il serrerait la main de Hafez al-Assad. Walid devrait mettre ses sentiments en attente.

Pendant cinq ans, il a occupé le siège que son père occupait dans le triangle difficile qui comprenait Yasser Arafat et Assad. Le jour où Arafat a été contraint de quitter le Liban pour s'exiler, Walid n'a eu d'autre choix que d'emprunter la route Beyrouth-Damas. C'est ainsi qu'il sortit vainqueur de la Guerre de la Montagne en 1983 contre les Maronites. Il profita du soutien et des approvisionnements en armes de Damas et du russe Yuri Andropov.

Lire la suite 

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


Festival Jidar: 9 nouvelles fresques street-art habillent les murs de Rabat

Parmi les autres temps forts du Jidar-Rabat Street Art Festival, les visites guidées, le mur collectif qui est un espace d’expérimentation où incubent les talents de demain (Photo, Le Matin).
Parmi les autres temps forts du Jidar-Rabat Street Art Festival, les visites guidées, le mur collectif qui est un espace d’expérimentation où incubent les talents de demain (Photo, Le Matin).
Short Url
  • Pendant deux semaines, les artistes ont réalisé leurs œuvres sous l’œil admiratif des habitants venus à leur rencontre
  • Parmi eux, l’Argentin Franco Fasoli Jaz qui a dû s’adapter à un changement de mur à la dernière minute

Clap de fin pour la 8e édition du Jidar-Rabat Street Art Festival, marqué par la réalisation de neuf nouvelles fresques signées par les plus grands noms du street art marocain et international.

Pendant deux semaines, les artistes ont réalisé leurs œuvres sous l’œil admiratif des habitants venus à leur rencontre. Parmi eux, l’Argentin Franco Fasoli Jaz qui a dû s’adapter à un changement de mur à la dernière minute. C’est sur une surface en aluminium, inhabituelle pour lui, qu’il a dépeint un coin de salon dans lequel un groupe de chats cernent deux humains miniatures, dans un malicieux inversement des rôles.

Le Marocain Machima, qui intervenait sur un mur qu’il avait déjà réalisé en 2016 (dégradé depuis), a imaginé comment aurait pu grandir le petit garçon qu’il avait représenté à l’époque, tandis que Meriam Benkirane déployait ses abstractions géométriques sur le thème du passage. MED, quant à lui, poursuit son travail sur la mémoire de sa famille.

Lire la suite 

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


Où se cachent les Algériens à Cannes ?

Maïwenn et Johnny Depp au festival de Cannes (Photo, El Watan).
Maïwenn et Johnny Depp au festival de Cannes (Photo, El Watan).
Short Url
  • Pour le reste, on notera surtout, pour rester en Algérie, Omar la fraise dans la section «Séances de minuit», film d'Elias Belkeddar
  • La célèbre Franco-Algérienne Maïwenn a fait flasher tout le monde, photographes, journalistes et invités avec la projection

On pourrait croire à ce titre l'Algérie absente mais non, la célèbre Franco-Algérienne Maïwenn a fait flasher tout le monde, photographes, journalistes et invités avec la projection, en hors compétition mais pour l'ouverture et la cérémonie inaugurale du prestigieux festival, son dernier film, Jeanne de Barry, 24 marches sur tapis rouge au bras de Johnny Depp, 60 mètres de long et 240 mètres carrés de surface exactement, le tapis, pas Johnny Depp, Maïwenn raconte l'histoire d'amour entre une courtisane, Maïwenn, et Louis XV, Depp, roi de France et de Navarre qui a préféré signer un traité de paix avec la Régence d'Alger contrairement à son prédécesseur Louis XIV qui avait choisi de bombarder la ville aux 1000 canons. 

Pour le reste, on notera surtout, pour rester en Algérie, Omar la fraise dans la section «Séances de minuit», film d'Elias Belkeddar, Franco-Algérien, auteur du clip à succès de DJ Snake, «Disco Maghreb» tourné à Oran, avec Reda Kateb, autre Franco-Algérien, accessoirement fils d'un homme de théâtre et militant nationaliste algérien, petit-neveu du poète Kateb Yacine et donc cousin du musicien Amazigh Kateb. Un film de gangsters tourné en partie à Ouargla et Alger, qui raconte la tendance des Algériens, français, d'aller se réfugier en Algérie pour échapper à la justice, «un thème contemporain pouvant être raconté de manière originale sans passer par le misérabilisme», selon les explications du réalisateur. C'est tout ? 

Lire la suite 

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.