L'incertitude économique fait encore baisser le pétrole, Biden se démultiplie

Joe Biden en réunion dans la salle Roosevelt de la Maison Blanche le 23 juin 2022 à Washington (Photo, AFP).
Joe Biden en réunion dans la salle Roosevelt de la Maison Blanche le 23 juin 2022 à Washington (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Vendredi 24 juin 2022

L'incertitude économique fait encore baisser le pétrole, Biden se démultiplie

  • Le baril de Brent de la mer du Nord, pour livraison en août, a abandonné 1,51%
  • Les opérateurs ont aussi été confortés dans l'idée qu'un fort ralentissement économique est à l'œuvre par plusieurs mauvais indicateurs

NEW YORK: Les cours du pétrole ont encore reculé jeudi, toujours plombés par les craintes d'une récession, qui asphyxierait la demande, mais les contraintes persistent sur l'offre, malgré les appels du président américain Joe Biden aux producteurs et raffineurs.

Le baril de Brent de la mer du Nord, pour livraison en août, a abandonné 1,51%, pour clôturer à 110,05 dollars.

Quant au baril de West Texas Intermediate (WTI) américain, avec échéance en août également, il a lui perdu 1,80%, à 104,27 dollars.

"Le marché s'inquiète des déclarations (du président de la banque centrale américaine Jerome) Powell et redoute de tomber en récession, ce qui pèserait sur la demande", a expliqué Andy Lipow, de Lipow Oil Associates.

Le responsable de la Réserve fédérale américaine, qui était auditionné jeudi par la commission des finances de la Chambre des représentants, a répété que sa priorité restait la lutte contre l'inflation. "Il va nous falloir des preuves qu'elle redescend vraiment avant de pouvoir déclarer +mission accomplie+", a déclaré Jerome Powell.

Pour Edward Moya, d'Oanda, les opérateurs ont aussi été confortés dans l'idée qu'un fort ralentissement économique est à l'œuvre par plusieurs mauvais indicateurs, notamment les indices d'activité économique PMI en zone euro et aux États-Unis.

Pour lui, ces chiffres "confirment que la contraction de la demande est à l'œuvre".

Fait rare, en proie à des problèmes techniques, l'Agence américaine d'information sur l'énergie (EIA) a annoncé qu'elle ne publierait pas, cette semaine, l'état hebdomadaire des stocks américains de pétrole et les chiffres de demande, qui auraient renseigné sur le niveau de la consommation actuelle.

Mercredi, la fédération du secteur pétrolier API avait fait état d'une hausse de 5,6 millions de barils la semaine dernière, une surprise car les analystes tablaient sur une baisse d'environ 1,5 million de barils, ce qui signalerait une baisse de l'appétit des Américains pour les produits pétroliers.

Côté offre, la ministre de l'Énergie du gouvernement Biden, Jennifer Granholm, a rencontré jeudi les principaux dirigeants du secteur du raffinage afin d'évoquer les moyens d'augmenter leurs capacités avec, pour objectif, de faire descendre le prix de l'essence.

L'API a fait état d'une rencontre "constructive", mais qui s'est conclue sans annonce concrète. Selon un communiqué du ministère de l'Énergie, Mme Granholm "a indiqué clairement que le gouvernement considérait comme impératif" l'augmentation de l'offre de produits raffinés, notamment l'essence.

Par ailleurs, selon plusieurs médias, la proposition de Joe Biden de lever, temporairement, la taxe fédérale sur l'essence et le gasoil, ne disposait pas de soutiens suffisants pour être adoptée au Congrès, point de passage obligé.

Sur le marché du gaz naturel, la journée de jeudi a encore souligné le contraste entre un marché américain ou l'offre est surabondante du fait de l'arrêt d'un important terminal gazier au Texas, et l'Europe, sous forte pression car dépendante du gaz russe.

Le principal contrat à terme américain a ainsi reculé de 9%, quant le contrat de référence européen TTF a lui gagné plus de 3%.

L'Allemagne a activé jeudi le "niveau d'alerte" de son plan d'urgence pour garantir son approvisionnement en gaz.

Les autorités allemandes avaient déjà annoncé qu'elles utiliseraient, pour assurer les besoins du pays en énergie, des centrales à charbon dites de "réserve".

Jeudi, le contrat de référence sur le charbon européen, l'API2 de Rotterdam, a pris 1,3%, à 350 dollars la tonne, au plus haut depuis début mars.


Pfizer annonce le rachat de Global Blood Therapeutics pour 5,4 md USD

Pfizer Inc. cherche à capitaliser sur une augmentation des revenus de son vaccin et de son traitement COVID-19 (Photo, ADP).
Pfizer Inc. cherche à capitaliser sur une augmentation des revenus de son vaccin et de son traitement COVID-19 (Photo, ADP).
Short Url
  • Les conseils d'administration des deux entreprises ont approuvé la transaction à l'unanimité
  • Pfizer précise que l'acquisition sera financée avec ses liquidités existantes

NEW YORK: Le groupe pharmaceutique américain Pfizer a annoncé lundi le rachat pour environ 5,4 milliards de dollars de Global Blood Therapeutics (GBT), fabricant d'un médicament récemment approuvé contre une maladie génétique, la drépanocytose.

Pfizer précise que l'acquisition sera financée avec ses liquidités existantes, en rachetant l'ensemble des actions GBT, au prix de 68,50 dollars par action, précise le groupe dans un communiqué.

Les conseils d'administration des deux entreprises ont approuvé la transaction à l'unanimité, qui doit désormais obtenir les autorisations des autorités de régulation et des actionnaires de GBT.

Le traitement contre la drépanocytose de Global Blood Therapeutics est appelé Oxbryta. Il est, aux États-Unis, autorisé pour les plus de 12 ans depuis 2019 et depuis décembre dernier pour les enfants de 4 à 11 ans. Il est également autorisé au sein de l'Union européenne, aux Émirats arabes unis, à Oman et en Grande-Bretagne.

Le médicament a permis au laboratoire de générer un chiffre d'affaires de 55 millions de dollars au premier trimestre (+41%), mais une perte nette de 81,4 millions de dollars.

"En s'appuyant sur sa plateforme mondiale, Pfizer prévoit d'accélérer la distribution du traitement innovant de GBT dans les régions du monde les plus touchées par la drépanocytose", précise Pfizer.

Global Blood Therapeutics doit publier lundi ses résultats financiers du deuxième trimestre, mais, en raison de l'acquisition, ne tiendra pas la conférence téléphonique qui était prévue.

L'action Pfizer grappillait 0,04% lundi dans les échanges électroniques précédant l'ouverture de la Bourse de New York, à 49,29 dollars. Celle de GBT, qui avait bondi de 33,03% vendredi à la clôture, prenait de nouveau 4,51% lundi matin, à 66,72 dollars.


Qatar Tourism lance un programme de formation pour ses compagnies aériennes partenaires

Le Qatar Specialist Program s’inscrit dans le cadre du plan global du Qatar visant à transformer le pays en une destination touristique de classe mondiale. (Twitter, @VisitQatar)
Le Qatar Specialist Program s’inscrit dans le cadre du plan global du Qatar visant à transformer le pays en une destination touristique de classe mondiale. (Twitter, @VisitQatar)
Short Url
  • Ce programme utilise des technologies d’apprentissage numérique de pointe pour fournir aux partenaires les connaissances et les outils dont ils ont besoin
  • Le programme se focalise sur divers aspects du secteur touristique du Qatar, notamment l’histoire, le patrimoine, les attractions et les expériences

DOHA: Qatar Tourism a lancé un nouveau programme de formation interactif en ligne afin d’améliorer les connaissances de ses compagnies aériennes partenaires sur les diverses offres du pays et de leur fournir des qualifications accréditées, rapporte l’Agence de presse du Qatar.

Le Qatar Specialist Program s’inscrit dans le cadre du plan global du Qatar visant à transformer le pays en une destination touristique de classe mondiale.

Ce programme utilise des technologies d’apprentissage numérique de pointe pour fournir aux partenaires les connaissances et les outils dont ils ont besoin afin de promouvoir et vendre efficacement le Qatar à l’échelle internationale.

«Le Qatar Specialist Program est une nouvelle étape visant à aider l’industrie mondiale du tourisme à travailler aux côtés de Qatar Tourism pour contribuer à accroître considérablement le nombre annuel de touristes internationaux et à accueillir six millions de visiteurs par an d’ici 2030», affirme Philip Dickinson, responsable des marchés internationaux de Qatar Tourism.

Le programme se focalise sur divers aspects du secteur touristique du Qatar, notamment l’histoire, le patrimoine, les attractions et les expériences.

Les partenaires internationaux qui suivent l’intégralité de la formation pourront bénéficier d’avantages exclusifs tels que des conseils d’initiés, des itinéraires et les informations les plus récentes sur l’hébergement et les attractions.

 Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


L’Arabie saoudite conclut 49 accords d'investissement d’une valeur de 925 millions de dollars au deuxième trimestre

La production industrielle du Royaume s’est accrue de 24% en glissement annuel en mai 2022, ce qui témoigne d’une fort reprise des entreprises et de l’appétit des investisseurs à la suite de la pandémie. (Photo fournie)
La production industrielle du Royaume s’est accrue de 24% en glissement annuel en mai 2022, ce qui témoigne d’une fort reprise des entreprises et de l’appétit des investisseurs à la suite de la pandémie. (Photo fournie)
Short Url
  • Parmi les principaux accords conclus au deuxième trimestre figure un contrat de 133,3 millions de dollars entre l’Autorité portuaire saoudienne et DP World pour la construction d’un parc logistique
  • En mars, avril et mai 2022 ont été enregistrés les chiffres les plus élevés de l’Indice de production industrielle sur tous les trimestres des trois dernières années

RIYAD: L’Arabie saoudite a conclu 49 accords d’investissement d’une valeur de 925 millions de dollars (1 dollar = 0,98 euro) au deuxième trimestre, d’après un rapport officiel réalisé par le ministère de l’Investissement.

Dans un communiqué, le ministère de l’Investissement révèle que ces investissements, répartis dans divers secteurs tels que la fabrication de pointe, la construction et l’immobilier, les technologies de l’information et de la communication, le tourisme, les loisirs et le sport, permettront de créer plus de 2000 emplois dans l’économie saoudienne.

Parmi les principaux accords conclus au deuxième trimestre figure un contrat de 133,3 millions de dollars entre l’Autorité portuaire saoudienne et DP World pour la construction d’un parc logistique dans le port islamique de Djeddah.

Par ailleurs, Mastercard, le géant mondial de la finance, a effectué une levée de fonds au profit de la société saoudienne de commerce électronique HyperPay, récoltant 37 millions de dollars afin de développer l’écosystème de paiement numérique du Royaume.

D’autres investissements ont été réalisés, notamment un accord stratégique avec le géant pharmaceutique Novartis pour renforcer les capacités biopharmaceutiques de l’Arabie saoudite, un investissement de 50 millions de dollars par la filiale d’Aramco, Wa’ed Ventures, dans la fintech saoudienne Wahed, et un accord avec Ma’aden pour construire la plus grande usine à vapeur à énergie solaire du monde, qui sera utilisée pour raffiner la bauxite en alumine.

Selon le rapport intitulé Q2 2022 Investment Highlights, le secteur non pétrolier d’Arabie saoudite a connu une croissance de 5,4% en glissement annuel au deuxième trimestre.

Il indique que le PIB réel a également bondi de 11,8% au deuxième trimestre par rapport à la même période de l’année précédente.

De même, il précise que la production industrielle du Royaume s’est accrue de 24% en glissement annuel en mai 2022, ce qui témoigne d’une forte reprise des entreprises et de l’appétit des investisseurs à la suite de la pandémie.

En mars, avril et mai 2022 ont été enregistrés les chiffres les plus élevés de l’Indice de production industrielle sur tous les trimestres des trois dernières années, note le rapport.

En outre, le Royaume a connu une augmentation de 16,6% des transactions au point de vente au deuxième trimestre par rapport à la même période de l’année précédente.

«La Stratégie nationale d’investissement est un catalyseur qui nous permettra de réaliser les objectifs nationaux de la Vision 2030, qui consistent à faire en sorte que le secteur privé contribue à 65% du PIB et à porter les investissements directs étrangers à 5,7% du PIB», explique le ministre de l’Investissement, Khaled al-Faleh.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com