Musique contemporaine: la fermeture du centre de création musicale de Nice actée

Dirigé de 2000 à 2020 par le compositeur François Paris, le Cirm organisait depuis 1978 le festival Manca, consacré à la musique classique contemporaine. (Twitter: @Cirm_Nice)
Dirigé de 2000 à 2020 par le compositeur François Paris, le Cirm organisait depuis 1978 le festival Manca, consacré à la musique classique contemporaine. (Twitter: @Cirm_Nice)
Short Url
Publié le Lundi 04 juillet 2022

Musique contemporaine: la fermeture du centre de création musicale de Nice actée

Dirigé de 2000 à 2020 par le compositeur François Paris, le Cirm organisait depuis 1978 le festival Manca, consacré à la musique classique contemporaine. (Twitter: @Cirm_Nice)
  • Le Conseil d'administration, qui s'est réuni jeudi, «a voté la fin de l'activité du Cirm à la fin 2022»
  • Le Cirm, créé par Jean-Étienne Marie en 1968, est l'un des huit sites en France à posséder depuis 1997 le label de Centre national de création musicale

NICE: Le Centre international de création musicale (Cirm) de Nice, l'un des huit centres nationaux de création musicale qui organisait depuis 1978 le festival Manca de musique contemporaine, va cesser ses activités à la fin de l'année, selon des sources concordantes. 

Le Conseil d'administration, qui s'est réuni jeudi, « a voté la fin de l'activité du Cirm à la fin 2022 », a-t-on appris auprès de Camille Giuglaris, directeur technique et représentant du personnel. 

« Le matériel du Cirm va aller au conservatoire régional de Nice et le patrimoine, à savoir les nombreux enregistrements, iront à l'Université Côte d'Azur, tous deux partenaires », a ajouté M. Giuglaris, qui dénonce « un gâchis » et s'interroge sur « les conditions de cession et l'avenir de ce patrimoine ». 

Les trois salariés restants devraient quitter leur emploi dans le cadre d'un licenciement économique, a encore précisé M. Giuglaris. 

Le Cirm, créé par Jean-Étienne Marie en 1968, est l'un des huit sites en France à posséder depuis 1997 le label de Centre national de création musicale. Dirigé de 2000 à 2020 par le compositeur François Paris, le Cirm organisait depuis 1978 le festival Manca, consacré à la musique classique contemporaine. 

A sa présidence depuis un an, Sylvain Lizon, qui évoque des « difficultés structurelles », déplore que « le Cirm n'ait pas connu le développement qu'ont connu les autres centres nationaux, comme celui de Marseille », le GMEM (Groupe de musique expérimentale de Marseille). 

M. Lizon, par ailleurs directeur de la Villa Arson à Nice, assure que la musique contemporaine « continuera à vivre à Nice » et qu'une « mission de préfiguration » a été mise place. 

Jointe par l'AFP, Bénédicte Lefeuvre, directrice régionale des affaires culturelles, a indiqué que la Direction régionale des affaires culturelles (DRAC) « soutient l'initiative qui va consister à préserver la création contemporaine à Nice » sans donner de précisions. 

Le Cirm disposait d'un budget d'environ 700 000 euros, assuré à parité par l'Etat à travers la Drac et les collectivités (ville de Nice, département et région). 

Interpellée jeudi par les élus Verts qui s'émeuvent de la disparition d'un « nouveau lieu de culture » à Nice alors que la ville est candidate au label de capitale européenne de la culture en 2028, Anthony Borré, Premier adjoint au maire a assuré que la ville « n'a jamais fait défaut au Cirm » et « n'est pas décisionnaire » et « va poursuivre son soutien financier à la recherche musicale ». 


Islande: l’activité de l’éruption volcanique diminue considérablement

Sur cette photo d'archive prise le 07 août 2022, de la lave s'écoule du volcan de Fagradalsfjall, en Islande, à environ 40 kilomètres de la capitale Reykjavik. (AFP).
Sur cette photo d'archive prise le 07 août 2022, de la lave s'écoule du volcan de Fagradalsfjall, en Islande, à environ 40 kilomètres de la capitale Reykjavik. (AFP).
Short Url
  • Des ruisseaux de lave rouge s’écoulent toujours du cratère bouillonnant dans la vallée inhabitée de Meradalir, dans le sud-ouest de l’Islande, où une fissure a fendu le sol il y a près de deux semaines
  • Des jets expulsant du magma en fusion à plusieurs mètres de haut, accompagnés d’un panache de fumée transportant des gaz volcaniques sont visibles sur des images en direct des médias locaux

MERADALIR : Le débit de lave s’écoulant du petit cratère à Meradalir en Islande où une éruption volcanique est en cours depuis le 3 août a "fortement diminué", a indiqué mardi l’Institut des sciences de la Terre.

Des ruisseaux de lave rouge s’écoulent toujours du cratère bouillonnant dans la vallée inhabitée de Meradalir, dans le sud-ouest de l’Islande, où une fissure a fendu le sol il y a près de deux semaines.

Des jets expulsant du magma en fusion à plusieurs mètres de haut, accompagnés d’un panache de fumée transportant des gaz volcaniques sont visibles sur des images en direct des médias locaux.

Le flux est toutefois estimé à environ quatre mètres cubes par seconde ces derniers jours, contre 11 il y a une semaine et près de 33 mètres cubes par seconde dans les premières heures de l’éruption.

"L’incertitude est élevée lors de mesures ponctuelles sur des périodes aussi courtes", prévient l’Institut des sciences de la terre, à l’origine de l’évaluation. "Mais globalement les mesures (...) montrent que l’éruption a nettement diminué" en intensité, ajoute-t-il.

Les coulées se déversent moins loin dans la vallée et la taille des fontaines s’est réduite. Du cône volcanique désormais presque entièrement refermé ne s’écoule plus qu’un canal de lave.

"Il est impossible de dire à ce stade si la fin de l’éruption est proche ou s’il ne s’agit que d’un creux temporaire de l’éruption", conclut l’analyse des spécialistes.

La décharge de lave se situe à des niveaux proches de ceux de l’éruption l’an dernier près du mont Fagradalsfjall, où le flux a varié entre quatre et huit mètres cubes par seconde pendant près d’un mois et demi avant d’augmenter soudainement.

Le site, très populaire et à moins de 40 kilomètres de Reykjavik, a battu des records de fréquentation ce week-end avec un pic à près de 6.700 visiteurs enregistré dimanche.

Au total, plus de 50.000 randonneurs ont arpenté le sentier menant au volcan et son champ de lave - qui recouvre désormais 126 hectares - d’après les chiffres de l’Office du tourisme islandais.


Jeff Bezos à la première de la série à gros budget «Le Seigneur des Anneaux»

Jeff Bezos et Lauren Sánchez assistent à la première du « Seigneur des Anneaux: les Anneaux du Pouvoir », le 15 août 2022, à Los Angeles, Californie. (Photo, AFP)
Jeff Bezos et Lauren Sánchez assistent à la première du « Seigneur des Anneaux: les Anneaux du Pouvoir », le 15 août 2022, à Los Angeles, Californie. (Photo, AFP)
Short Url
  • La série, qui sera lancée le 2 septembre sur la plateforme d'Amazon, est considérée comme étant une obsession personnelle de Jeff Bezos
  • La série prévoit cinq saisons, chacune d'une durée de dix heures

LOS ANGELES: Elle a été qualifiée de série la plus chère au monde mais Amazon, producteur du « Seigneur des Anneaux: les Anneaux du Pouvoir », a estimé que le budget d'un milliard de dollars était « une bonne affaire », lors de la première mondiale lundi soir à Los Angeles en présence du PDG Jeff Bezos. 

La série, qui sera lancée le 2 septembre sur la plateforme d'Amazon, est considérée comme étant une obsession personnelle de M. Bezos, le fondateur multi-milliardaire du site d'achats en ligne qui s'est lancé dans le streaming. 

L'ambitieuse adaptation de l'univers créé par J.R.R. Tolkien dans ses romans a débuté lorsqu'Amazon Prime a fait l'achat des droits pour 250 millions de dollars, voici environ cinq ans. 

La série prévoit cinq saisons, chacune d'une durée de dix heures. 

Jeff Bezos s'est joint lundi soir aux stars et producteurs de la série aux studios Culver à Los Angeles, où les deux premiers épisodes ont été projetés avant un grandiose spectacle de lumière mettant en vedette des dizaines de drones illuminés. 

La productrice Lindsey Weber a estimé que le budget d'un milliard de dollars était « un gros titre très accrocheur dont les gens aiment parler » mais elle a promis que les spectateurs allaient voir « que l'argent est vraiment à l'écran ». 

Le coût faramineux de la série s'explique par « la construction de cinq saisons », a-t-elle dit depuis le tapis rouge. 

« Si vous regardez ce qu'il en coûte pour faire un long-métrage, par comparaison, c'est vraiment une bonne affaire », a-t-elle ajouté, en référence aux blockbusters à méga-budget des studios d'Hollywood les plus prestigieux. 

« Les Anneaux du Pouvoir » se déroulent 4 000 ans avant la trilogie de films tournée par Peter Jackson et les livres originaux, dans un « Deuxième Age », une période historique fictive de l'univers inventé par Tolkien et sur laquelle il a livré relativement peu de détails. 

Le casting de la série est relativement peu connu à l'échelle mondiale. 

Morfydd Clark et Robert Aramayo jouent des versions très rajeunies de Galadriel et Elrond, des personnages déja familiers des fans des films du « Seigneur des Anneaux ». 

« C'est une histoire d'aventure épique, avec des thèmes universels, et il y a un vrai travail d'amour -- nous avons tous travaillé très très dur dessus, et j'espère que les gens apprécieront », a commenté Robert Aramayo à la première lundi. 


Dans le sud de l'Ukraine, sauver le patrimoine culturel à tout prix

Natalia Tcherguik, conservatrice de Khortytsia, une île-musée à Zaporijjia, répond aux questions des journalistes le 12 août 2022. (Photo, AFP)
Natalia Tcherguik, conservatrice de Khortytsia, une île-musée à Zaporijjia, répond aux questions des journalistes le 12 août 2022. (Photo, AFP)
Des employés de Khortytsia, une île-musée à Zaporijjia préparent des œuvres d'art à emporter pour les conserver dans l'ouest du pays à Zaporizhzhia, le 12 août 2022. (Photo, AFP)
Des employés de Khortytsia, une île-musée à Zaporijjia préparent des œuvres d'art à emporter pour les conserver dans l'ouest du pays à Zaporizhzhia, le 12 août 2022. (Photo, AFP)
Short Url
  • Natalia Tcherguik a pris la route vers l'ouest: dans son camion, une tonne de tableaux, d'armes de collection et de céramiques du 17e siècle
  • «Nous avons fait 1 000 kilomètres en cinq jours. C'était un voyage épouvantable, nous roulions avec des avions passant au-dessus de nos têtes sans même savoir s'ils étaient ukrainiens», se souvient cette femme de 50 ans

ZAPORIJJIA: Début mars, quand l'avancée de l'armée russe dans la région de Zaporijjia semblait inéluctable, Natalia Tcherguik a pris la route vers l'ouest: dans son camion, une tonne de tableaux, d'armes de collection et de céramiques du 17e siècle. 

« Nous avons fait 1 000 kilomètres en cinq jours. C'était un voyage épouvantable, nous roulions avec des avions passant au-dessus de nos têtes sans même savoir s'ils étaient ukrainiens », se souvient cette femme de 50 ans, commissaire d'exposition du musée de Khortytsia. 

« Le plus difficile, c'était de convaincre les gens aux barrages de ne pas fouiller les collections et de laisser passer le camion au plus vite », poursuit-elle. 

L'île-musée de Khortytsia, sur le fleuve Dnipro, fut occupée dès le 16e siècle par les cosaques ukrainiens, qui en firent leur base jusqu'à sa destruction par l'impératrice russe Catherine II en 1775. 

C'est là que vit le jour la première « Sitch » zaporogue, un régime politique pratiquant la démocratie directe. 

C'est « un lieu sacré pour l'histoire de l'Ukraine », confie Maksym Ostapenko, 51 ans, qui dirige le musée créé sur place, un haut-lieu culturel ukrainien abritant notamment des dizaines d'objets historiques trouvées au fil des fouilles archéologiques. 

« Plan d'évacuation »  

Originaire de la région, M. Ostapenko a rejoint l'armée ukrainienne au début de l'invasion russe, comme la plupart de ses collègues. Mais ils n'ont pas abandonné leur musée pour autant. 

« A vrai dire, nous avions esquissé un plan d'évacuation en 2014, après l'annexion de la Crimée » par la Russie, reprend M. Ostapenko: »Nous avions élaboré une 'liste prioritaire' d'une centaine d'œuvres, les plus précieuses, qui devaient être évacuées en cas de danger ». 

« Le patrimoine culturel ne peut pas être reconstitué. Nous sommes obligés de prendre des précautions », insiste le directeur. 

Dès le 23 février, deux jours après un discours de Vladimir Poutine laissant peu de doutes quant à la réalité de l'invasion, les équipes du musée commençaient à démonter les collections. Quand l'offensive de Moscou a été lancée le lendemain, c'est sous les pilonnages russes qu'ils démarraient l'évacuation. 

Arrêtée une quarantaine de kilomètres au sud de Zaporijjia, l'armée russe n'a finalement pas pris possession de Khortytsia même si trois missiles sont tombés sur l'île, sans toucher les bâtiments du musée. 

La « Sitch Kamianska », une de ses filiales située plus au sud, dans la région de Kherson, où fut pensée la première Constitution ukrainienne, a en revanche été rapidement occupée par les troupes russes. 

« Le personnel n'a plus d'accès au site. D'ailleurs, nous n'avons plus de contact avec nos collègues depuis un moment », déplore M. Ostapenko. 

Pillage 

D'après l'Unesco, 175 sites culturels ont été endommagés en Ukraine depuis le début de l'invasion le 24 février. Le ministère ukrainien de la Culture considère qu'environ 100 musées, et près de 17 000 objets du patrimoine culturel, se trouvent dans les territoires occupés. 

À 60 kilomètres de Khortytsia, Vassylivka, proche de la ligne de front, a été occupée par l'armée russe dans les premiers jours de l'invasion. 

La ville héberge le manoir de Popov, une étrange bâtisse néogothique datant du 19e siècle et endommagée par des tirs début mars. 

Une partie de l'équipe du musée a décidé de rester. Sa directrice Anna Golovko, 39 ans, vit à Zaporijjia mais tente de garder le contact avec ses collègues. 

« Ils font tout pour préserver les bâtiments mais ça reste extrêmement compliqué. Dès qu'ils recouvrent une fenêtre, un nouveau bombardement la fait sauter », confie-t-elle. 

L'équipe du musée n'a pas eu le temps d'évacuer hors des territoires occupés les collections du manoir qui, dès le lendemain de la chute de la ville, a reçu la visite de militaires russes cherchant, selon Mme Golovko, à piller les bâtiments. 

Début août, deux de ses collègues ont été emprisonnés quatre jours et interrogés pour qu'ils dévoilent l'emplacement des collections, ajoute-t-elle. 

Quant à Natalia Tcherguik, elle est revenue vivre à Zaporijjia après son périple dans l'ouest mais confie que le sort du patrimoine ukrainien, notamment dans les régions occupées, est une question « douloureuse, omniprésente » pour elle. 

« Si nous n'arrivons pas à sauver notre patrimoine culturel, la victoire de l'Ukraine ne vaudra rien ».