Les Saoudiennes sont responsables de la gestion des foules pendant le Hajj

Le Royaume est devenu un leader mondial dans la gestion des grands groupes grâce à l’organisation du pèlerinage annuel, au cours duquel des millions de musulmans se rendent en Arabie saoudite pour effectuer le Hajj et l’Omra. (SPA)
Le Royaume est devenu un leader mondial dans la gestion des grands groupes grâce à l’organisation du pèlerinage annuel, au cours duquel des millions de musulmans se rendent en Arabie saoudite pour effectuer le Hajj et l’Omra. (SPA)
Short Url
Publié le Vendredi 08 juillet 2022

Les Saoudiennes sont responsables de la gestion des foules pendant le Hajj

  • L’objectif principal est de permettre aux pèlerins d’accomplir tous leurs rituels aisément et en paix, en plus d’enrichir leur expérience au pays des deux Saintes Mosquées
  • L’expert en gestion des foules, Akram Jan, déclare que les spécialistes du Royaume jouent un rôle de premier plan dans la découverte et la mise en œuvre des dernières pratiques exemplaires à l’échelle internationale

LA MECQUE: Les femmes saoudiennes sont, pour la première fois, au premier rang de la gestion des foules féminines pendant le Hajj cette année, conformément aux directives du président général pour les affaires de la Grande Mosquée et de la Mosquée du Prophète, cheikh Abdelrahman al-Sudaia.
Nouf Qahl, sous-secrétaire de l’Agence d’assistance pour les foules et les regroupements de femmes, déclare à Arab News que le Royaume est devenu un leader mondial dans la gestion des grands groupes grâce à l’organisation du pèlerinage annuel, au cours duquel des millions de musulmans se rendent en Arabie saoudite pour effectuer le Hajj et l’Omra.

hajj
Photo SPA


«La gestion des foules est l’une des sciences les plus difficiles. Elle nécessite la coopération de dizaines d’autres organismes administratifs de divers services. La difficulté réside surtout dans la façon de gérer des foules ayant des cultures, des langues et des comportements différents», déclare-t-elle.
Elle affirme que son agence a été fondée au début de cette année et compte environ 130 employées.

La gestion des foules est l’une des sciences les plus difficiles. Elle nécessite la coopération de dizaines d’autres organismes administratifs de divers services. La difficulté réside surtout dans la façon de gérer des foules ayant des cultures, des langues et des comportements différents.

Nouf Qahl, sous-secrétaire de l’Agence d’assistance pour les foules et les regroupements de femmes

Elle précise que son objectif premier, dans le cadre de la présidence générale pour les affaires de la Grande Mosquée et de la Mosquée du Prophète, est de «permettre aux pèlerins d’accomplir tous leurs rituels aisément et en paix, en plus d’enrichir leur expérience au pays des deux Saintes Mosquées».
«Notre mission à l’agence est de conduire en douceur les foules de femmes vers les zones qui leur sont spécifiquement réservées afin qu’elles puissent prier et accomplir leurs rituels dans un environnement sûr. Ainsi, nous pourrons garantir le regroupement des femmes venant pour l’Omra et le Hajj au mataf pour le rite de la circumambulation, évacuer la zone de prière des femmes une fois les prières récitées et se préparer à recevoir d’autres groupes de femmes vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Être au service des pèlerins est pour nous un très grand honneur», ajoute-t-elle.
L’agence est prête à recevoir des pèlerines tous les jours jusqu’à 21 heures à la Grande Mosquée de La Mecque. La plupart des femmes viendront après la prière d’Al-Asr, pour rompre leur jeûne et prier lors du Maghrib et de l’Icha.
«Nous combinerons nos efforts à ceux des administrations responsables des foules en vue d’achever les phases de regroupement pour Tawaf al-Ifadah et Tawaf al-Wada», soutient-elle.
L’expert en gestion des foules Akram Jan déclare que les spécialistes du Royaume jouent un rôle de premier plan dans la découverte et la mise en œuvre des dernières pratiques exemplaires à l’échelle internationale.
Il ajoute que l’Arabie saoudite est pionnière dans l’organisation des foules. Le pays a réussi à fournir les meilleurs services et installations et à assurer une circulation fluide dans l’espace de circumambulation autour de la Kaaba, ses étages supérieurs, son toit et tous les étages de la masa.
Il note qu’il existe des moyens technologiques pour analyser les foules et déterminer les nombres optimaux en fonction du calcul de l’espace disponible. Cette méthode est également utilisée pour gérer les foules sur les grandes places en Europe. Elle calcule avec une grande précision, permettant aux observateurs et aux analystes de faire des estimations sur le nombre de personnes.
Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


La maison familiale de la grimpeuse iranienne démolie dans le cadre d'une polémique sur le hijab

Elnaz Rekabi a fait fi du code vestimentaire obligatoire en Iran lors d'une compétition en Corée du Sud, mais a affirmé que le hijab était tombé par inadvertance (Photo, Capture d'écran).
Elnaz Rekabi a fait fi du code vestimentaire obligatoire en Iran lors d'une compétition en Corée du Sud, mais a affirmé que le hijab était tombé par inadvertance (Photo, Capture d'écran).
Short Url
  • La maison d'Elnaz Rekabi n'avait pas de permis, selon l'agence de presse nationale
  • L'athlète a été « obligée de s'excuser » après une compétition à l'étranger

LONDRES : La maison de la grimpeuse iranienne qui a participé à une compétition à l'étranger sans porter de foulard a été démolie, selon des rapports.

Elnaz Rekabi a fait fi du code vestimentaire obligatoire en Iran lors d'une compétition en Corée du Sud, mais a affirmé que le hijab était tombé par inadvertance.

Elle a été contrainte de s'excuser, selon la BBC.

Les manifestants iraniens ont salué Rekabi, qui a été ramenée de Corée du Sud et accueillie par des dizaines de supporters à l'aéroport.

Des manifestations de grande ampleur secouent l'Iran depuis des mois suite à la mort de Mahsa Amini, Kurde de 22 ans, décédée le 16 septembre après son arrestation à Téhéran pour une prétendue infraction au code vestimentaire.

Une vidéo montrant les ruines de la maison de la famille Rekabi avec des médailles de sport sur le sol a commencé à circuler cette semaine avec Davood, le frère de Rekabi, en larmes dans le clip.

L'agence de presse Tasnim a confirmé que la maison avait été détruite, mais a précisé que cela était dû au fait que la famille de Rekabi ne disposait pas d'un permis valide pour sa construction, et que celle-ci avait eu lieu avant qu'elle ne participe à des compétitions à l'étranger.

On ne sait pas exactement quand la séquence vidéo a été tournée.

En octobre, les États-Unis ont critiqué le traitement réservé à Rekabi par le régime iranien et ont prévenu que « le monde entier observait. »

Le porte-parole du département d'État, Vedant Patel, a déclaré aux journalistes que « le régime iranien et ses dirigeants ont à leur actif une longue histoire d'abus des droits des femmes et de violation de leur liberté d'expression, notamment par le biais de menaces, d'intimidation et de violence ».

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Maroc: Importante manifestation contre «la vie chère et la répression» politique

Des manifestants participent à une marche appelée par la coalition du Front social marocain (FSM) pour protester contre "la flambée des prix, la répression politique et l'oppression sociale", dans la capitale Rabat, le 4 décembre 2022 (Photo, AFP).
Des manifestants participent à une marche appelée par la coalition du Front social marocain (FSM) pour protester contre "la flambée des prix, la répression politique et l'oppression sociale", dans la capitale Rabat, le 4 décembre 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • Cette marche nationale, l'une des plus importantes des derniers mois, a rassemblé environ 3 000 personnes dans le centre de la capitale Rabat, selon des journalistes présents, en l'absence d'estimation officielle
  • Le Maroc est revenu « au niveau de pauvreté et de vulnérabilité de 2014», à cause de la pandémie de Covid-19 et de l'inflation, selon une note récente du Haut-commissariat au Plan (HCP)

RABAT: Entre 1.200 et 3.000 Marocains ont manifesté dimanche à Rabat contre "la vie chère et la répression" politique, à l'appel d'organisations de gauche, sur fond d'accélération de l'inflation et de montée de la grogne sociale.

Cette marche nationale, l'une des plus importantes des derniers mois, a rassemblé entre 1.200 et 1.500 personnes dans le centre de la capitale, selon une estimation de la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN).

Des journalistes présents ont quant à eux évalué la foule à environ 3.000 protestataires.

La manifestation était organisée par le Front social marocain (FSM), qui fédère des partis politiques et des organisations syndicales de gauche.

"Le peuple veut la baisse des prix... Le peuple veut faire tomber le despotisme et la corruption", scandaient les manifestants.

"Nous sommes venus protester contre un gouvernement qui incarne le mariage de l'argent et du pouvoir et qui soutient un capitalisme monopolistique", a déclaré le coordinateur national du FSM, Younès Ferachine.

Le Maroc est revenu "au niveau de pauvreté et de vulnérabilité de 2014", à cause de la pandémie de Covid-19 et de  l'inflation, selon une note récente du Haut-commissariat au Plan (HCP).

La flambée des prix (+7,1% en octobre sur un an), les hausses du coût des carburants, des denrées alimentaires et des services, combinées à une sécheresse exceptionnelle, plombe la croissance (+0,8% seulement prévue pour 2022).

Le pouvoir d'achat des plus pauvres mais également de la classe moyenne s'en trouve particulièrement touché dans un pays qui souffre déjà de disparités sociales et territoriales.

Venus de tout le royaume, les manifestants ont également dénoncé "toutes les formes de répression" politique, anti-syndicale et contre la liberté d'expression tandis que plusieurs blogueurs et journalistes, critiques du pouvoir, sont emprisonnés.

"C'est une régression inacceptable", a estimé M. Ferachine.

Pour leur part, des militants pro-palestiniens ont fustigé la normalisation avec Israël depuis décembre 2020, qui passe mal auprès d'une bonne partie de la population. De nombreux drapeaux palestiniens étaient visibles dans le défilé.

Face aux protestations des dernières semaines, le gouvernement libéral de l'homme d'affaires Aziz Akhannouch met en avant sa "politique sociale", avec notamment une généralisation de la couverture médicale pour tous.

Plus de 10 millions de Marocains aux faibles revenus ont été admis dans ce programme depuis le début du mois.

Le gouvernement a aussi lancé en octobre un fonds souverain, doté de 4,1 milliards d'euros, afin de dynamiser l'investissement public et relancer l'économie du pays.


Manifestation dans le sud de la Syrie, deux morts selon une ONG

Une photo publiée par le site d'information Suwayda 24 montre des manifestants se rassemblant pour protester contre la dégradation des conditions de vie devant le bâtiment du gouvernorat de Suwaida dans la ville éponyme du sud de la Syrie, le 4 décembre 2022 (Photo, AFP).
Une photo publiée par le site d'information Suwayda 24 montre des manifestants se rassemblant pour protester contre la dégradation des conditions de vie devant le bâtiment du gouvernorat de Suwaida dans la ville éponyme du sud de la Syrie, le 4 décembre 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • Des centaines de personnes sont descendues dans la rue dans la ville de Soueida, avant que des manifestants en colère ne prennent d'assaut le bâtiment du gouvernorat
  • La chaîne d'information locale Suwayda 24 a confirmé les deux décès, ajoutant que quatre blessées ont été transportés à l'hôpital

BEYROUTH: Un manifestant et un policier ont été tués dimanche dans le sud de la Syrie après que les forces de sécurité ont ouvert le feu sur des manifestants qui protestaient contre la dégradation de leurs conditions de vie, selon une ONG.

Des centaines de personnes sont descendues dans la rue dans la ville de Soueida, avant que des manifestants en colère ne prennent d'assaut le bâtiment du gouvernorat, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Les forces du régime syrien chargées de le protéger ont ouvert le feu pour les disperser, a ajouté cette ONG, basée au Royaume-Uni et qui dispose d'un vaste réseau de sources en Syrie.

"Au moins un manifestant et un officier de police ont été tués", a déclaré à l'AFP le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane.

Selon lui, les manifestants ont aussi "arraché une grande photo du président Bachar al-Assad accrochée sur la façade" du bâtiment.

La chaîne d'information locale Suwayda 24 a confirmé les deux décès, ajoutant que quatre blessées ont été transportés à l'hôpital.

Cette chaîne a diffusé des images montrant des dizaines de personnes scandant "Le peuple veut la chute du régime" devant les bureaux du gouverneur.

Sur d'autres prises de vue, on voit un véhicule militaire blindé en feu et on entend des coups de feu nourris.

Le pouvoir syrien est présent dans la province de Soueida par le biais d'institutions officielles et de centres de sécurité, protégés par des forces de sécurité. L'armée est déployée à proximité des bureaux du gouverneur.

Le ministère de l'Intérieur a accusé "un groupe de hors-la-loi" d'avoir tué un policier en tentant de s'introduire dans le quartier général de la police.

Pénuries d'électricité

Certains "portaient des armes", selon le ministère de l'Intérieur, qui a dit vouloir "prendre toutes les mesures légales contre toute personne essayant de porter atteinte à la sécurité et la stabilité du gouvernorat et à la sécurité des citoyens".

La télévision d'Etat a annoncé que "des hors-la-loi ont pris d'assaut le bâtiment du gouvernorat et brûlé des dossiers" sans plus de détails.

Ces derniers jours, le gouvernement syrien a décidé de plusieurs mesures d'austérité, dont un rationnement accru de l'électricité. Le pays subit en outre des pénuries de carburant.

Selon les Nations unies, 90% de la population syrienne vit sous le seuil de pauvreté et 12,4 millions d'habitants souffrent d'insécurité alimentaire.

La province et le chef-lieu de Soueida, majoritairement peuplés de Druzes, sont restés relativement à l'abri des combats depuis le début de la guerre en Syrie en 2011, à l'exception d'attaques menées par les rebelles en 2013 et 2015 et d'un assaut du groupe djihadiste Etat islamique (EI) en 2018, ayant tué plus de 280 personnes.

Si certains membres de la minorité druze ont rejoint l'opposition au début du conflit, d'autres soutiennent toujours le régime de Bachar al-Assad.