L'armée britannique aurait commis des crimes de guerre en Afghanistan, selon la BBC

L'enquête de la BBC a identifié 54 personnes tuées par balles dans des circonstances suspectes par une unité de SAS entre novembre 2010 et mai 2011 dans la province de Helmand. (Photo, AFP)
L'enquête de la BBC a identifié 54 personnes tuées par balles dans des circonstances suspectes par une unité de SAS entre novembre 2010 et mai 2011 dans la province de Helmand. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mardi 12 juillet 2022

L'armée britannique aurait commis des crimes de guerre en Afghanistan, selon la BBC

  • Des Afghans non armés ont été tués « de sang froid» par les SAS lors de raids nocturnes entre novembre 2010 et mai 2011 et des armes ont ensuite été disposées sur leurs cadavres pour justifier ces crimes
  • Selon la loi britannique régissant les forces armées, le fait pour un commandant de ne pas informer la police militaire s'il a connaissance de crimes de guerre potentiels constitue une infraction pénale, note la BBC

LONDRES : Un commando des Special Air Service (SAS), les forces spéciales britanniques, a tué au moins 54 personnes dans des circonstances suspectes, des faits dissimulés par leur hiérarchie, selon une enquête de la BBC diffusée mardi.

Des Afghans non armés ont été tués "de sang froid" par les SAS lors de raids nocturnes entre novembre 2010 et mai 2011 et des armes ont ensuite été disposées sur leurs cadavres pour justifier ces crimes, rapporte la chaîne britannique à l'issue d'une enquête de quatre ans.

De hauts responsables, dont le général Mark Carleton-Smith, qui dirigeait les forces spéciales britanniques à l'époque, étaient au courant des inquiétudes que suscitaient ces opérations au sein des SAS mais n'en ont pas informé la police militaire, selon la BBC.

Selon la loi britannique régissant les forces armées, le fait pour un commandant de ne pas informer la police militaire s'il a connaissance de crimes de guerre potentiels constitue une infraction pénale, note la BBC.

M. Carleton-Smith, parti à la retraite le mois dernier après avoir dirigé l'ensemble de l'armée britannique, a décliné tout commentaire auprès de la BBC, dont l'enquête se base sur des documents judiciaires, des e-mails ayant fuité et sur le travail de terrain de ses journalistes en Afghanistan.

Le ministère de la Défense a affirmé qu'il manquait de preuve pour entamer des poursuites. "Aucune nouvelle preuve n'a été présentée, mais la police étudiera toute allégation si de nouvelles preuves sont mises en lumière", a-t-il dit dans un communiqué à la BBC.

L'enquête de la BBC a identifié 54 personnes tuées par balles dans des circonstances suspectes par une unité de SAS entre novembre 2010 et mai 2011 dans la province de Helmand.

"Trop de gens étaient tués lors de raids nocturnes et les explications n'avaient pas de sens. Quand quelqu'un est détenu, il ne doit pas finir tué", a réagi un responsable militaire auprès de la BBC.

"C'était clair à l'époque que quelque chose n'allait pas".

Plusieurs avertissements sont remontés, selon la BBC, mais le commando a été autorisé à finir sa mission et a même été déployé pour une autre mission en 2012.

En 2014, la Royal Military Police (RMP) a lancé une enquête sur plus de 600 infractions présumées commises par les forces britanniques en Afghanistan, dont les SAS.

Se enquêteurs ont affirmé à la BBC qu'ils avaient été "entravés" par l'armée et l'enquête a pris fin en 2019


Kenya: le président William Ruto nomme son gouvernement

Le président kényan William Ruto prend la parole lors de la 77e session de l'Assemblée générale des Nations Unies, au siège de l'ONU, le 21 septembre 2022, à New York (Photo, AFP).
Le président kényan William Ruto prend la parole lors de la 77e session de l'Assemblée générale des Nations Unies, au siège de l'ONU, le 21 septembre 2022, à New York (Photo, AFP).
Short Url
  • Si le Kenya est l'économie la plus dynamique d'Afrique de l'Est, elle fait face à d'importantes difficultés, à commencer par l'explosion des prix des carburants et des produits de première nécessité
  • L'inflation a atteint 8,5% en août, un plus haut depuis cinq ans

NAIROBI: Le nouveau président kényan William Ruto, élu le mois dernier au terme d'une élection serrée, a annoncé mardi la composition de son gouvernement, nommant notamment au ministère des Finances un ancien gouverneur de la Banque centrale du Kenya.

"Je suis fier d'annoncer les hommes et femmes qui vont servir dans le gouvernement", a déclaré le chef de l'Etat.

Si William Ruto s'était engagé durant la campagne à instaurer la parité dans son gouvernement, seules sept femmes ont été nommées, sur un total de 22 ministres.

M. Ruto, 55 ans, qui s'est présenté durant la campagne comme le candidat des "débrouillards" et a annoncé vouloir relancer l'économie, a nommé Njuguna Ndung'u, ancien gouverneur de la Banque centrale du Kenya, au poste de ministre des Finances.

Si le Kenya est l'économie la plus dynamique d'Afrique de l'Est, elle fait face à d'importantes difficultés, à commencer par l'explosion des prix des carburants et des produits de première nécessité.

L'inflation a atteint 8,5% en août, un plus haut depuis cinq ans, combinée à une chute du shilling kényan, la monnaie nationale. Depuis 2013, la dette du pays a été multipliée par six.

Abraham Kithure Kindiki, qui a défendu M. Ruto devant la Cour suprême du pays après les recours déposés par l'opposant Raila Odinga, a été nommé au ministère de l'Intérieur. Aden Barre Duale prend de son côté les rênes du ministère de la Défense.

Simon Chelugi est le seul ministre qui a servi sous l'ancien président Uhuru Kenyatta à avoir été prolongé par le nouveau chef de l'Etat, passant du ministère du Travail à celui des Petites et moyennes entreprises.

Lors de sa cérémonie d'investiture le 13 septembre, William Ruto a promis de "travailler avec tous les Kenyans".

La Cour suprême a confirmé le 5 septembre, près d'un mois après le scrutin du 9 août, la victoire électorale de M. Ruto, qui est à la tête de l'une des plus grandes fortunes du pays, avec environ 233 000 voix d'avance (sur 14 millions de votes) sur Raila Odinga, figure historique de la politique kényane qui avait crié à la fraude.


L'annexion russe de régions ukrainiennes imminente, Moscou brandit la menace nucléaire

Un homme vote pour un référendum dans un bureau de vote à Marioupol le 27 septembre 2022. (AFP)
Un homme vote pour un référendum dans un bureau de vote à Marioupol le 27 septembre 2022. (AFP)
Short Url
  • Revendiquant son emprise sur ses nouveaux territoires, Moscou a de nouveau menacé mardi de faire usage de l'arme nucléaire
  • Par ailleurs, les gazoducs Nord Stream construits au fond de la mer Baltique pour acheminer le gaz russe vers l'Europe ont été touchés par des fuites majeures

KIEV: La Russie et les autorités des régions qu'elle occupe en Ukraine ont affirmé mardi que le "oui" était largement en tête selon de premiers résultats des "référendums" d'annexion de ces régions, dénoncés par avance par Kiev et les Occidentaux.

Moscou a en outre brandi encore une fois la menace de l'arme nucléaire pour défendre ces territoires.

La Commission électorale russe a affirmé que le "oui" emportait entre 97 et 98% des suffrages après le dépouillement partiel de votes dans les bureaux de vote en Russie, où étaient appelés à voter des centaines de milliers d'Ukrainiens réfugiés sur place.

Le comptage commençait aussi dans les régions ukrainiennes sous contrôle total ou partiel de Moscou, à savoir Donetsk et Lougansk (est) et Kherson et Zaporijjia (sud).

Dans celle de Zaporijjia, la commission locale revendiquait 92% de "oui" après dépouillement de 3% des bulletins et celle de Kherson 87% de "oui" sur 12% des votes.

Parlant à la presse russe, le chef de l'administration d'occupation de Kherson, Vladimir Saldo, revendiquait déjà la victoire lors de ce vote organisé dans l'urgence sur cinq jours, malgré les bombardements et en présence des forces armées russes.

"Il est déjà clair que la majorité écrasante des gens ont soutenu la sortie de l'Ukraine et l'union avec la Russie, a-t-il dit.

Le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Dmytro Kouleba a balayé la valeur de ces votes, qui "ne changeront rien" aux actions militaires de Kiev.

Les alliés de l'Ukraine ont aussi dénoncé ces scrutins, organisés dans l'urgence face à la progression des forces de Kiev. Le G7 a juré de ne "jamais en reconnaître" les résultats et Washington a promis une réplique "sévère" par la voie de sanctions économiques.

Le président russe Vladimir Poutine a de son côté assuré que le but était de "sauver les populations" locales, Moscou justifiant son invasion en accusant Kiev de "nazisme" et d'orchestrer un "génocide" des russophones en Ukraine.

Ces votes concernent plus de 20% de la surface de l'Ukraine.

 "Pour que la guerre s'arrête" 

En Crimée, péninsule annexée en 2014 par la Russie, des bureaux de votes étaient ouvert pour des réfugiés de la région de Donetsk, partiellement contrôlée par Moscou et ses alliés séparatistes.

"Avec ma voix je veux essayer d'apporter ma petite contribution pour que la guerre s'arrête", a dit à l'AFP Galina Korsakova, 63 ans.

"J'espère que la paix et la stabilité viendront pour les gens ordinaires, pour les travailleurs", abonde Rouslan Iouchkevitch, un mécanicien de 37 ans originaire de Marioupol, ville portuaire en grande partie détruite par de féroces combats.

Revendiquant son emprise sur ses nouveaux territoires, Moscou a de nouveau menacé mardi de faire usage de l'arme nucléaire.

"La Russie a le droit d'utiliser des armes nucléaires si nécessaire", a martelé l'ancien président et numéro deux du Conseil de sécurité russe Dmitri Medvedev.

Une position confirmée par le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, qui a rappelé la doctrine militaire russe, qui prévoit la possibilité de telles frappes en cas d'attaque contre le territoire russe.

 Fuites sur Nord Stream 

La Russie continue parallèlement de mener une mobilisation de ses réservistes afin de recruter 300.000 combattants pour son invasion de l'Ukraine, cherchant la parade à la contre-offensive des troupes ukrainiennes qui ont, fortes des livraisons d'armes occidentales, repris des milliers de kilomètres carrés de territoire début septembre.

En Crimée, une journaliste de l'AFP a vu des rangées d'hommes mobilisés, souvent d'âge mûr, en treillis militaire et kalachnikov en main, attendre leur tour avant de monter dans des bus, tandis que leurs proches les saluaient et versaient des larmes.

Cette campagne de recrutement, menée par moments de manière chaotique, a poussé de nombreux Russes à fuir, un exode confirmé mardi par deux pays voisins, la Géorgie et le Kazakhstan, tandis qu'un afflux est également observé aux frontières de la Mongolie et de la Finlande.

La Géorgie a fait état de 10.000 Russes franchissant la frontière chaque jour depuis l'annonce de la mobilisation, soit près du double de la normale. Le Kazakhstan a lui fait état de 98.000 citoyens Russes arrivés depuis le 21 septembre.

"Je ne suis pas de la chair à canon, je ne suis pas un meurtrier", a expliqué à l'AFP Nikita, un jeune Russe de 23 ans passé côté géorgien au poste frontière de Kazbegui.

Par ailleurs, les gazoducs Nord Stream construits au fond de la mer Baltique pour acheminer le gaz russe vers l'Europe ont été touchés par des fuites majeures.

Bien qu'ils soient hors service, les deux tubes étaient remplis de gaz.

Le Kremlin s'est dit "extrêmement préoccupé", disant n'exclure "aucune" hypothèse, y compris celle d'un sabotage.

L'Ukraine a de son côté dénoncé "une attaque terroriste" russe et "un acte d'agression contre l'Union européenne".

Deux explosions sous-marines "très probablement dues à des détonations" ont été enregistrées à proximité des sites des fuites des gazoducs Nord Stream 1 et 2 peu avant leur détection, a annoncé mardi un institut sismique suédois.

"Nos partenaires européens mènent l'enquête. Nous sommes prêts à soutenir leurs efforts", a déclaré à Washington un porte-parole du Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche.

"Cela illustre l'importance de nos efforts conjoints pour trouver des approvisionnements de gaz alternatifs pour l'Europe", a-t-il ajouté.


Meta démantèle un réseau de désinformation sur la guerre en Ukraine

Meta, la maison mère de Facebook et Instagram, a annoncé mardi avoir démantelé un important réseau de désinformation sur la guerre en Ukraine mené depuis la Russie (Photo, AFP).
Meta, la maison mère de Facebook et Instagram, a annoncé mardi avoir démantelé un important réseau de désinformation sur la guerre en Ukraine mené depuis la Russie (Photo, AFP).
Short Url
  • Au centre de l'opération figuraient environ 60 sites internet imitant les sites de médias reconnus, dont les journaux allemands Spiegel et Bild, le quotidien anglais The Guardian ou l'agence italienne ANSA
  • Mais des journalistes d'investigation ont commencé à mettre en doute l'authenticité de ces sites, poussant Meta à ouvrir sa propre enquête

NEW YORK: Meta, la maison mère de Facebook et Instagram, a annoncé mardi avoir démantelé un important réseau de désinformation sur la guerre en Ukraine mené depuis la Russie, ainsi qu'un réseau de plus faible ampleur ciblant, depuis la Chine, les Américains à l'approche d'élections importantes.

L'opération russe a débuté en mai et visait principalement l'Allemagne, mais aussi la France, l'Italie, l'Ukraine et le Royaume-Uni , a expliqué David Agranovich, un responsable de Meta, lors d'un point presse avec des journalistes.

Au centre de l'opération figuraient environ 60 sites internet imitant les sites de médias reconnus, dont les journaux allemands Spiegel et Bild, le quotidien anglais The Guardian ou l'agence italienne ANSA.

Le réseau russe y postait des articles critiquant l'Ukraine et les réfugiés ukrainiens, ou soutenant la Russie, avant de les partager sur YouTube, Facebook, Instagram, Telegram, Twitter ou des sites de pétitions en ligne.

Mais des journalistes d'investigation ont commencé à mettre en doute l'authenticité de ces sites, poussant Meta à ouvrir sa propre enquête.

"Il s'agit probablement de l'opération d'origine russe la plus importante et la plus complexe que nous ayons interrompue depuis le début de la guerre en Ukraine", avec "une combinaison vraiment inhabituelle de sophistication et de force brute", selon M. Agranovich.

D'un côté, l'imitation de sites existants, dans plusieurs langues, a nécessité un "investissement technique et linguistique important", a-t-il relevé.

De l'autre, la propagation des articles sur les réseaux sociaux s'est principalement faite via l'achat de publicités ou de faux comptes peu aboutis, souvent détectés automatiquement par les systèmes d'alerte de Meta.

Au total, la société californienne dit avoir bloqué 1.633 comptes, 703 pages et un groupe sur Facebook ainsi que 29 comptes sur Instagram.

Le réseau opéré depuis la Chine et repéré par Meta, beaucoup plus petit, a tenté plusieurs opérations, dont deux ciblant les Américains.

Dans la première, de faux comptes se sont fait passer pour des conservateurs et abordaient des sujets comme les armes à feu ou l'avortement, ou encore critiquaient Joe Biden. Les messages étaient principalement en anglais mais aussi parfois en chinois ou en français.

Dans une autre opération, de soi-disant progressistes critiquaient les positions du parti républicain sur les armes à feu ou l'avortement, ou visaient personnellement des politiques républicains.

C'est la première fois qu'une opération de désinformation se focalise à la fois sur des démocrates et des républicains en soulevant des sujets polémiques à l'approche des élections législatives de mi-novembre, a souligné Meta.

Le même réseau basé en Chine a aussi ciblé les internautes tchèques avec des informations critiquant le soutien de leur gouvernement à l'Ukraine et sa politique envers la Chine, et a plus généralement tenté de propager des informations sur des problématiques géopolitiques critiquant les Etats-Unis.

Au total, concernant ce second réseau, Meta a bloqué 81 comptes, 8 pages et un groupe sur Facebook ainsi que deux comptes Instagram.

La société a précisé n'avoir pas assez d'éléments pour incriminer des groupes particuliers en Russie ou en Chine.