Nigeria: dernière élection test locale avant la présidentielle

Une affiche de campagne du candidat du Parti démocratique des peuples, Ademola Adeleke, et de son colistier, Kola Adewusi, à Osogbo, dans l'État d'Osun, dans le sud-ouest du Nigéria, le 15 juillet 2022 (Photo, AFP).
Une affiche de campagne du candidat du Parti démocratique des peuples, Ademola Adeleke, et de son colistier, Kola Adewusi, à Osogbo, dans l'État d'Osun, dans le sud-ouest du Nigéria, le 15 juillet 2022 (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Samedi 16 juillet 2022

Nigeria: dernière élection test locale avant la présidentielle

  • Le Nigeria a une longue histoire de troubles et de malversations liés aux élections
  • En 2011, plus de 800 personnes avaient été tuées dans des violences post-électorales dans le pays

OSOGBO: Les électeurs de l'Etat d'Osun, dans le sud-ouest du Nigeria, ont voté samedi pour choisir un nouveau gouverneur et le dépouillement des bulletins de vote a commencé, dans un scrutin dont l'issue pourrait donner la tendance de la présidentielle prévue en février 2023.

Le résultat et les conditions dans lesquelles se déroulent cette élection feront figure d'ultimes indicateurs pour les formations politiques dominantes, à sept mois du scrutin présidentiel dans le pays le plus peuplé d'Afrique.

Car il s'agit de la dernière élection d'un gouverneur au Nigeria avant l'élection présidentielle. Les deux principaux partis ont d'ores et déjà désigné leur candidat et le président Muhammadu Buhari, qui termine son deuxième mandat, a annoncé ne pas se représenter, comme le prévoit la Constitution.

Selon la Commission électorale nationale indépendante (INEC) du Nigeria, l'Etat d'Osun compte 1.9 million d'électeurs inscrits. Les bureaux de vote ont officiellement ouvert à 07h30 GMT puis fermé à 13h30 GMT.

Le vainqueur de ce scrutin sera connu d'ici dimanche, a déclaré le responsable électoral Opemipo Adelusi à Osogbo, la capitale de l'Etat.

Parmi les candidats en lice pour le poste de gouverneur d'Osun, deux favoris se distinguent: le gouverneur sortant Gboyega Oyetola du Congrès des progressistes (APC), parti au pouvoir, et le sénateur Ademola Adeleke du Parti démocratique populaire (PDP), principal parti d'opposition.

Les deux hommes s'étaient déjà affrontés en 2018 dans un scrutin qui avait vu M. Oyetola s'imposer grâce à une infime avance de moins de 500 voix d'écart.

Tous deux sont soutenus par des stars de la musique: M. Adeleke, surnommé le "sénateur dansant" pour son penchant pour la fête, est l'oncle de Davido, artiste parmi les plus célèbres au Nigeria.

M. Oyetola, lui, peut compter sur le soutien de Portable, artiste aimé de la jeunesse mais bien moins connu que Davido.

Osun fait partie des huit Etats du Nigeria, sur un total de 36, où les élections des gouverneurs n'ont pas lieu en même temps que dans le reste du pays en raison de contestations juridiques des résultats précédents.

Mercredi, les candidats ont signé un accord de paix, s'engageant à accepter le résultat de l'élection. La police a quant à elle indiqué avoir déployé plus de 23 000 agents, des hélicoptères et des drones pour garantir une élection sans heurts.

Des violences ont toutefois été signalées avant le scrutin. Lundi, des hommes armés ont attaqué la résidence du candidat du parti travailliste, Yusuf Lasun, qui n'était pas chez lui.

Le Nigeria a une longue histoire de troubles et de malversations liés aux élections. En 2011, plus de 800 personnes avaient été tuées dans des violences post-électorales dans le pays.


Les prix mondiaux des produits alimentaires restent stables en novembre, selon la FAO

Les prix mondiaux des produits alimentaires restent stables en novembre, selon la FAO
Les prix mondiaux des produits alimentaires restent stables en novembre, selon la FAO
Short Url
  • L'indice FAO des prix des denrées alimentaires, qui suit la variation des cours internationaux d'un panier de produits de base, a très légèrement diminué par rapport à son niveau du mois d'octobre
  • L'ONU a lancé jeudi un appel de fonds record pour 2023 et réclamé 51,5 milliards de dollars pour répondre à l'aggravation des besoins humanitaires

PARIS : Les prix mondiaux des produits alimentaires ont continué de se stabiliser en novembre, avec une baisse des prix des céréales liée notamment à la prolongation du corridor maritime en mer Noire, a annoncé vendredi l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO).

L'indice FAO des prix des denrées alimentaires, qui suit la variation des cours internationaux d'un panier de produits de base, a très légèrement diminué par rapport à son niveau du mois d'octobre, et «n'est plus que de 0,3% supérieur à son niveau de novembre 2021».

L'indice FAO des prix des céréales a amorcé une baisse de 1,3% en novembre, le blé se repliant de 2,8% et le maïs de 1,7%, «en partie sous l'effet de la prolongation de l'accord sur les exportations de céréales ukrainiennes en mer Noire».

L'indice des prix des huiles végétales, à l'inverse, «a augmenté de 2,3% en novembre, mettant fin à sept mois consécutifs de baisse», souligne la FAO, sous l'effet d'une hausse de l'huile de palme et du soja.

Par ailleurs, l'indice FAO des prix du sucre a rebondi de 5,2% en novembre. Les retards de récolte dans les principaux pays producteurs et l'abaissement du quota d'exportation en Inde suscitent des tensions et entraînent une recrudescence des achats. L'organisation économique a une nouvelle fois abaissé vendredi ses perspectives de production céréalière mondiale: elle devrait se replier de 2% en 2022 comparé à l'année précédente, une réduction qui «reflète en partie les faibles perspectives de production de maïs en Ukraine».

«45 pays, dont 33 en Afrique, neuf en Asie, deux en Amérique latine et dans les Caraïbes et un en Europe ont besoin d'une aide alimentaire extérieure pour faire face aux conflits, aux évènements météorologiques extrêmes et à l'inflation galopante», rappelle aussi la FAO vendredi.

L'ONU a lancé jeudi un appel de fonds record pour 2023 et réclamé 51,5 milliards de dollars pour répondre à l'aggravation des besoins humanitaires. Ils ont été dopés ces derniers mois par le conflit en Ukraine et par les effets du changement climatique, qui est à l'origine d'une sécheresse dramatique dans la Corne de l'Afrique.

Pour «sauver la vie et préserver les moyens de subsistance des personnes les plus exposées à l'insécurité alimentaire aiguë», la FAO aura besoin de 1,9 milliard de dollars l'an prochain, une somme qui devrait permettre de fournir une assistance «vitale» à 48 millions de personnes.


Ukraine: le Kremlin rejette les conditions de Biden pour des discussions avec Poutine

Le Kremlin a rejeté vendredi les conditions évoquées la veille par le président américain Joe Biden qui s'était dit prêt à discuter avec son homologue russe Vladimir Poutine si ce dernier retirait ses troupes d'Ukraine. (AFP)
Le Kremlin a rejeté vendredi les conditions évoquées la veille par le président américain Joe Biden qui s'était dit prêt à discuter avec son homologue russe Vladimir Poutine si ce dernier retirait ses troupes d'Ukraine. (AFP)
Short Url
  • Biden «a dit de facto que des négociations seraient possibles uniquement après que Poutine sera parti d'Ukraine», ce que Moscou rejette «bien évidemment», a déclaré Peskov
  • Tout en rejetant les conditions de M. Biden, M. Poutine «est et reste ouvert à des contacts, à des négociations, ce qui est très important», a affirmé le porte-parole du Kremlin

MOSCOU: Le Kremlin a rejeté vendredi les conditions évoquées la veille par le président américain Joe Biden qui s'était dit prêt à discuter avec son homologue russe Vladimir Poutine si ce dernier retirait ses troupes d'Ukraine.

Le président américain "a dit de facto que des négociations seraient possibles uniquement après que Poutine sera parti d'Ukraine", ce que Moscou rejette "bien évidemment", a déclaré le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

"L'opération militaire continue", a-t-il insisté.

Jeudi, M. Biden s'est dit "prêt" à parler avec M. Poutine si ce dernier "cherche un moyen de mettre fin à la guerre" en Ukraine. Il a fixé comme première condition un retrait des troupes russes.

"Si tel était le cas, alors en consultation avec mes amis français et l'Otan, je serais heureux de m'asseoir avec Poutine pour voir ce qu'il a en tête. Il ne l'a pas encore fait", a-t-il ajouté, lors d'une conférence de presse commune avec le président français Emmanuel Macron.

Tout en rejetant les conditions de M. Biden, M. Poutine "est et reste ouvert à des contacts, à des négociations, ce qui est très important", a affirmé le porte-parole du Kremlin.

Mais les Etats-Unis ne reconnaissent pas l'annexion de quatre territoires ukrainiens revendiquée par Moscou en septembre, ce qui "complique de manière significative la recherche d'un terrain (d'entente) pour une possible discussion", a ajouté M. Peskov.


Un migrant rentre dans l'enclave de Melilla en parapente

Un migrant rentre dans l'enclave de Melilla en parapente
Short Url
  • «Vers 18h15 (17H15 GMT), deux personnes qui circulaient en voiture (à Melilla) ont vu une personne en parapente» survoler la haute barrière ultra-sécurisée séparant l'enclave du Maroc et rentrer à Melilla
  • Situées sur la côte nord du Maroc, les petites enclaves de Melilla et de Ceuta constituent les deux seules frontières de l'UE sur le continent africain

MADRID: Un migrant est parvenu à rentrer jeudi dans l'enclave espagnole de Melilla depuis le Maroc voisin en parapente, a-t-on appris vendredi auprès des autorités espagnoles.

"Vers 18h15 (17H15 GMT), deux personnes qui circulaient en voiture (à Melilla) ont vu une personne en parapente" survoler la haute barrière ultra-sécurisée séparant l'enclave du Maroc et rentrer à Melilla, a indiqué à l'AFP un porte-parole de la préfecture de l'enclave.

Ces deux personnes ont "prévenu la Garde civile" mais ce "migrant n'a pas pu être localisé" pour le moment, a-t-il ajouté.

Selon ce porte-parole, c'est "la première fois" qu'un migrant entre à Melilla en parapente.

Situées sur la côte nord du Maroc, les petites enclaves de Melilla et de Ceuta constituent les deux seules frontières de l'UE sur le continent africain.

Les barrières grillagées de plusieurs mètres de haut, équipées de caméras et de miradors, qui marquent la frontière entre le Maroc et ces enclaves font régulièrement l'objet de tentatives de franchissement parfois mortelles.

Le 24 juin dernier, au moins 23 migrants ont péri en tentant de pénétrer à Melilla, le bilan humain le plus lourd jamais enregistré lors des tentatives d'intrusion de migrants dans l'une des deux enclaves espagnoles.

Cette tragédie avait provoqué l'indignation internationale, l'Onu dénonçant un "usage excessif de la force" de la part des autorités marocaines et espagnoles.

Des migrants tentent parfois aussi de rentrer à la nage dans ces enclaves depuis les localités marocaines voisines.