Un ancien interprète afghan séparé de son fils en raison de retards dans la délivrance de visas au Royaume-Uni

Les forces britanniques en Afghanistan embauchent des locaux comme interprètes, et bon nombre d’entre eux ont été réinstallés au Royaume-Uni dans le cadre du Programme d’aide à la réinstallation des Afghans. (Photo, AFP)
Les forces britanniques en Afghanistan embauchent des locaux comme interprètes, et bon nombre d’entre eux ont été réinstallés au Royaume-Uni dans le cadre du Programme d’aide à la réinstallation des Afghans. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 22 juillet 2022

Un ancien interprète afghan séparé de son fils en raison de retards dans la délivrance de visas au Royaume-Uni

  • Sajid Naeemi n’a pas vu son fils de deux ans depuis plus de six mois
  • Les fonctionnaires du ministère peinent à traiter des milliers de demandes d’asile depuis la chute de Kaboul aux mains des talibans l’année dernière

LONDRES: Un ancien interprète afghan et son épouse, qui habitent en Grande-Bretagne, sont séparés de leur fils en bas âge depuis plus de six mois en raison de problèmes de visa, rapporte le quotidien The Times.

Sajid Naeemi, 29 ans, affirme à The Times que la situation est dévastatrice pour lui, ajoutant que sa femme Mena «pleure tous les jours» depuis qu’ils ont laissé leur fils en Afghanistan à cause de retards dans la délivrance de visas.

En janvier, le ministère britannique de la Défense a demandé des copies du passeport et du certificat de naissance de l’enfant afin d’entamer une procédure de réunification, mais le couple n’a toujours rien obtenu en raison du nombre croissant de dossiers à traiter par les fonctionnaires.

«Je suis dévasté, confie M. Naeemi à The Times. J’ai l’impression d’avoir été trahi par le ministère de la Défense et par le gouvernement dans son ensemble. Mon épouse ressent la même chose. Elle pleure toujours lorsqu’elle voit notre fils au téléphone. Elle me demande tous les jours de la renvoyer en Afghanistan.»

Les fonctionnaires du ministère peinent à traiter des milliers de demandes d’asile depuis la chute de Kaboul aux mains des talibans l’année dernière.

Les règles déterminant qui peut quitter l’Afghanistan pour s’installer se sont progressivement assouplies ces dernières années, les membres de la famille se voyant offrir la possibilité de rejoindre les interprètes.

Cependant, de nombreuses personnes ayant travaillé avec les troupes britanniques ont du mal à obtenir les autorisations nécessaires et la permission de s’installer au Royaume-Uni, même si les restrictions sont assouplies.

Sajid Naeemi a eu plus de chance que la plupart des interprètes puisqu’il s’est installé en Grande-Bretagne en 2016, avant la chute de Kaboul, dans le cadre d’un programme de réinstallation mis en place par le gouvernement. Il a passé deux ans sur la ligne de front dans la province de Helmand, servant aux côtés des troupes britanniques.

Il a déménagé avec sa dernière femme, avec qui il a divorcé après s’être installé dans le nord-ouest de l’Angleterre, et a épousé sa femme actuelle, Mena, en 2019 lors d’une visite dans son pays d’origine.

M. Naeemi, qui a trouvé du travail avec Amazon, a déposé une demande pour que Mena le rejoigne en Grande-Bretagne. Il précise avoir dépensé 1400 livres sterling (1 livre sterling = 1,17 euro) pour un service de visa accéléré.

Il était annoncé que le traitement de la demande prendrait six semaines, mais leur fils est né pendant qu’ils attendaient. M. Naeemi a été informé que s’il relançait la demande pour le nouveau membre de la famille, celle-ci serait rejetée en raison des fonds limités que lui procure son travail.

La vie de l’interprète est devenue encore plus difficile lorsque les talibans ont pris le pouvoir à l’automne dernier.

Mena, 25 ans, a tenté d’embarquer sur un vol à destination de la Grande-Bretagne mais a été refusée car elle ne possédait pas tous les documents requis.

Son frère, Halimjan, a été abattu alors qu’il se rendait au travail. Sa famille pense qu’il s’agit d’une vengeance en raison du soutien qu’ils apportent en tant qu’interprètes.

M. Naeemi a alors demandé au ministère de faire venir sa femme, son fils et les cinq enfants de Halimjan en Grande-Bretagne.

En octobre dernier, Mena s’est vu accorder un visa de courte durée par le Bureau de l’intérieur britannique. Elle l’a accepté, craignant de ne jamais pouvoir retrouver son mari en Grande-Bretagne si elle attendait un meilleur accord.

Cette année, M. Naeemi a répondu à une demande de documentation du ministère concernant son fils et les cinq enfants de Halimjan, qui ont été adoptés par l’interprète avec la bénédiction de leur mère.

Il a présenté la documentation officielle complète mais n’a pas reçu de réponse. Il a donc envoyé des demandes pour être informé de l’évolution de la situation.

«Ils ne m’ont pas envoyé une seule lettre pendant tout ce temps. Maintenant, j’ai peur qu’ils ne pensent plus qu’à la crise ukrainienne et qu’ils s’intéressent de moins en moins à nous», dit-il à The Times.

«Nous ne pouvons pas commenter les détails de cas individuels, mais veuillez nous excuser pour tout retard dû au fait que nous travaillons sur des cas complexes, qui comprennent souvent des demandes en double ou inadmissibles. Nous investissons dans un nouveau système de traitement des dossiers, qui permettra un traitement plus rapide et une meilleure communication avec les demandeurs, et nous consacrons davantage de ressources au traitement des demandes», déclare le ministère.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


La Cédéao décide de créer une force régionale face au djihadisme et aux coups d'Etat

Les dirigeants des Etats d'Afrique de l'Ouest se sont réunis dimanche à Abuja (Photo, AFP).
Les dirigeants des Etats d'Afrique de l'Ouest se sont réunis dimanche à Abuja (Photo, AFP).
Short Url
  • Plusieurs pays de la région sont en proie à la propagation djihadiste qui, partie du nord du Mali, a gagné le centre de ce pays,
  • Les armées nationales sont impuissantes et coopèrent avec des acteurs extérieurs, l'ONU, la France ou encore la Russie

ABUJA, Nigeria: Les dirigeants d'Afrique de l'Ouest ont décidé dimanche à Abuja la création d'une force régionale vouée à intervenir non seulement contre le djihadisme, mais aussi en cas de coup d'État, comme la région en a connu plusieurs depuis deux ans, a indiqué un haut responsable.

Propagation djihadiste 

Plusieurs pays de la région sont en proie à la propagation djihadiste qui, partie du nord du Mali, a gagné le centre de ce pays, mais aussi le Burkina Faso et le Niger, et s'étend vers le sud et le golfe de Guinée. Les armées nationales sont largement impuissantes et coopèrent avec des acteurs extérieurs, l'ONU, la France ou encore la Russie.

L'insécurité est un facteur primordial des coups d'État militaires qui ont secoué la région depuis 2020, au Mali, au Burkina et, pour d'autres raisons, en Guinée.

Des responsables militaires de la région se réuniront dans la deuxième moitié de janvier pour discuter des modalités d'établissement de la force régionale, a dit M. Touray.


«Pas de solution diplomatique» à la guerre en Ukraine, selon une responsable de Memorial

 Irina Chtcherbakova, historienne et membre du conseil d'administration du groupe de défense des droits Memoria (Photo, AFP).
Irina Chtcherbakova, historienne et membre du conseil d'administration du groupe de défense des droits Memoria (Photo, AFP).
Short Url
  • Selon la militante russe, des appels prématurés à la paix sont «puérils»
  • «La solution qui se présente maintenant est une solution militaire»

HAMBOURG: Il n'y actuellement "pas de solution diplomatique" à la guerre en Ukraine, a estimé dimanche Irina Chtcherbakova, qui a cofondé l'ONG russe de défense des droits de l'homme Memorial, dissoute par les autorités et lauréate du prix Nobel de la Paix 2022.

"Je suis absolument convaincue qu'il n'y a pas de solution diplomatique avec le régime de Poutine, tant qu'il est encore là", a déclaré à Hambourg Irina Chtcherbakova, qui a quitté la Russie après l'invasion de l'Ukraine par les forces russes et réside actuellement en Allemagne.

"La solution qui se présente maintenant est une solution militaire", même si ultérieurement, la diplomatie peut jouer un rôle pour la résolution du conflit, a estimé Mme Chtcherbakova, qui a reçu à Hambourg le prix Marion Doenhoff pour ses années de militantisme en Russie au service de la cause des droits de l'homme.

"Mais ces décisions, cette diplomatie ne pourront intervenir que lorsque l'Ukraine estimera avoir gagné la guerre et pouvoir y mettre fin", a-t-elle estimé.

Selon la militante russe, des appels prématurés à la paix sont "puérils". "Rien ne sera jamais plus comme avant", a-t-elle relevé.

Le prix Marion Doenhoff a été remis à Mme Chtcherbakova par le chancelier allemand Olaf Scholz.

Les efforts de Mme Chtcherbakova montrent la voie vers un "meilleur avenir pour la Russie", même si cette perspective "parait encore invraisemblable", a déclaré le chancelier.

La guerre ne devrait pas se terminer par "une victoire de l'expansionnisme" russe", mais il ne faut pas oublier que la Russie sera "toujours là" après la fin des hostilités, a poursuivi M. Scholz.

Memorial, lauréat du prix Nobel 2022 avec le militant des droits de l'homme bélarusse Ales Bialiatski et le Centre pour les libertés civiles (Ukraine), recevra la récompense à Oslo samedi 10 décembre.

Fondée en 1989, Memorial a œuvré pendant des décennies pour faire la lumière sur les crimes commis sous le régime totalitaire de Staline et pour préserver la mémoire de ses victimes tout en collectant des informations sur la violation des libertés et des droits en Russie.

L'organisation a été dissoute par la justice russe fin 2021.


Critiques aux Etats-Unis après un appel de Trump à abandonner la Constitution

L'ancien président américain Donald Trump (Photo, AFP).
L'ancien président américain Donald Trump (Photo, AFP).
Short Url
  • Trump a affirmé qu'une «fraude de ce genre et de cette envergure permet l'abrogation de toutes les règles, y compris celles de la Constitution»
  • Des propos qui ont été immédiatement condamnés par la Maison Blanche

WASHINGTON: La classe politique américaine a vivement condamné dimanche un appel la veille de l'ancien président Donald Trump à abandonner la Constitution américaine pour revenir sur le résultat de l'élection présidentielle de 2020 remportée par Joe Biden.

Réitérant ses allégations infondées de fraude massive lors du scrutin, Donald Trump a affirmé samedi sur son réseau Truth Social qu'une "fraude de ce genre et de cette envergure permet l'abrogation de toutes les règles, réglementations et articles, y compris ceux de la Constitution".

Des propos qui ont été immédiatement condamnés par la Maison Blanche.

"La Constitution américaine est un document sacro-saint qui garantit depuis 200 ans que la liberté et l'État de droit prévalent dans notre beau pays", a commenté samedi un porte-parole de l'exécutif, Andrew Bates, dans un communiqué.

"Attaquer la Constitution et tout ce qu'elle représente est un anathème pour l'âme de notre pays et il faut le condamner", a-t-il ajouté. "On ne peut pas n'aimer l'Amérique que lorsqu'on gagne."

Dimanche, des élus des deux partis se sont offusqués des propos de l'ancien président, qui a par ailleurs récemment annoncé qu'il comptait se présenter à l'élection présidentielle de 2024.

"La semaine dernière, il dînait avec des antisémites. Maintenant, il appelle à mettre fin à la démocratie constitutionnelle en Amérique", a tweeté le chef des démocrates au Sénat, Chuck Schumer, à propos d'un dîner dans la résidence de Floride de Donald Trump auquel a participé Nick Fuentes, un suprémaciste blanc et négationniste notoire.

Donald Trump "est hors de contrôle et un danger pour notre démocratie. Tout le monde doit condamner cette attaque contre notre démocratie", a ajouté M. Schumer.

Questionné sur les propos de M. Trump sur Fox News, l'ancien vice-président Mike Pence, qui a pourtant pris ses distances avec le milliardaire américain depuis l'attaque contre le Capitole le 6 janvier 2021, s'est abstenu de les condamner.

"Les candidats qui se sont concentrés sur le passé, particulièrement ceux qui se sont concentrés sur la remise en cause de la dernière élection, n'ont pas eu de bons résultats aux élections de mi-mandat" le mois dernier, a-t-il simplement rappelé.

L'ancien conseiller à la sécurité nationale de M. Trump, le très conservateur John Bolton, s'est quant à lui offusqué de la suggestion de son ancien patron. "Tous les vrais conservateurs doivent s'opposer à sa campagne pour l'élection présidentielle de 2024", a-t-il tweeté.