Steve Bannon, ex-conseiller de Trump, reconnu coupable d'entrave à l'enquête sur l'assaut du Capitole

M. Bannon a iignoré les ordres d'obtempérer, même après que le Congrès a rejeté ses prétextes (Photo, AFP).
M. Bannon a iignoré les ordres d'obtempérer, même après que le Congrès a rejeté ses prétextes (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Samedi 23 juillet 2022

Steve Bannon, ex-conseiller de Trump, reconnu coupable d'entrave à l'enquête sur l'assaut du Capitole

  • L'homme de 68 ans, figure du populisme de droite aux États-Unis, connaîtra sa peine en octobre
  • Il encourt entre un mois et un an de prison pour chacun de ces chefs

WASHINGTON: Steve Bannon, ex-proche conseiller de Donald Trump, a été reconnu vendredi coupable d'entrave aux prérogatives d'enquête du Congrès par un tribunal fédéral, après avoir refusé de coopérer avec la commission sur l'assaut du Capitole.

L'homme de 68 ans, figure du populisme de droite aux États-Unis et directeur de la campagne à succès de Donald Trump en 2016, connaîtra sa peine en octobre.

Le jury d'un tribunal fédéral de Washington a délibéré pendant moins de trois heures vendredi pour conclure à sa culpabilité sur les deux chefs d'inculpation qui pesaient contre lui.

Il encourt entre un mois et un an de prison pour chacun de ces chefs.

Même après avoir été écarté de la Maison Blanche en août 2017, Steve Bannon était resté proche de Donald Trump et avait échangé avec lui le jour précédant l'attaque du 6 janvier 2021 contre le siège du Congrès.

Pour connaître la nature de leurs discussions, la commission d'enquête parlementaire chargée de faire la lumière sur le rôle de l'ancien président dans ce coup de force avait assigné Steve Bannon à témoigner et à produire des documents.

Il avait refusé, invoquant le droit des présidents à garder certaines conversations secrètes, ce qui lui avait valu d'être inculpé d'"entrave" au travail du Congrès.

"Nous avons peut-être perdu une bataille aujourd'hui mais nous ne perdrons pas la guerre", a lancé M. Bannon à des journalistes après l'énoncé du verdict. "Je soutiens Trump et la Constitution".

Le président de la commission d'enquête parlementaire sur l'assaut du Capitole, Bennie Thompson, et la présidente adjointe, la républicaine Liz Cheney, ont tous deux salué la décision du tribunal comme "une victoire pour l'État de droit".

"Tout comme chaque personne responsable des événements du 6 janvier doit être tenue pour responsable, quiconque fait obstruction à notre enquête sur les faits doit faire face aux conséquences", ont-ils déclaré dans un communiqué.

Défense silencieuse 

À l'ouverture des débats mardi, la procureure Amanda Vaughn avait accusé Steve Bannon de se croire "au-dessus de la loi".

M. Bannon a "ignoré les ordres d'obtempérer, même après que le Congrès a rejeté ses prétextes, et a balayé de nombreux avertissements selon lesquels il ferait face à des poursuites s'il ne se pliait pas à l'assignation à comparaître comme il était tenu de le faire", avait ajouté Mme Vaughn.

Selon elle, la commission avait des raisons légitimes de penser qu'il pourrait avoir, comme d'autres proches du président, des informations sur les liens entre Donald Trump et ses partisans qui ont pris d'assaut le Capitole alors que les parlementaires certifiaient la victoire du démocrate Joe Biden à la présidentielle.

La défense n'a pas produit de témoins au procès, débuté lundi par la sélection des jurés, et Steve Bannon n'a pas pris la parole pour se défendre.

Son avocat, Evan Corcoran, a cependant dénoncé des poursuites politiques, assurant que "personne n'a(vait) ignoré l'assignation à comparaître" et que des négociations avaient même eu lieu avec la commission concernant sa date de déposition.

A l'approche de son procès, Steve Bannon, avait accepté de coopérer avec les parlementaires. Les procureurs avaient dénoncé "un revirement de dernière minute afin d'éviter" une condamnation et le juge en charge du dossier avait souhaité maintenir le procès.

Contempteur virulent de l'establishment politique, Steve Bannon est étroitement associé aux idées de la droite extrême, dont il a assuré la promotion directement auprès de Donald Trump, quand le magnat des affaires est entré à la Maison Blanche en 2017.

Il dirigeait auparavant le site d'information controversé Breitbart, plaque tournante de la "droite alternative", mouvement associé à certaines thèses conspirationnistes et comptant nombre de militants convaincus de la supériorité de la race blanche.


«Pas de solution diplomatique» à la guerre en Ukraine, selon une responsable de Memorial

 Irina Chtcherbakova, historienne et membre du conseil d'administration du groupe de défense des droits Memoria (Photo, AFP).
Irina Chtcherbakova, historienne et membre du conseil d'administration du groupe de défense des droits Memoria (Photo, AFP).
Short Url
  • Selon la militante russe, des appels prématurés à la paix sont «puérils»
  • «La solution qui se présente maintenant est une solution militaire»

HAMBOURG: Il n'y actuellement "pas de solution diplomatique" à la guerre en Ukraine, a estimé dimanche Irina Chtcherbakova, qui a cofondé l'ONG russe de défense des droits de l'homme Memorial, dissoute par les autorités et lauréate du prix Nobel de la Paix 2022.

"Je suis absolument convaincue qu'il n'y a pas de solution diplomatique avec le régime de Poutine, tant qu'il est encore là", a déclaré à Hambourg Irina Chtcherbakova, qui a quitté la Russie après l'invasion de l'Ukraine par les forces russes et réside actuellement en Allemagne.

"La solution qui se présente maintenant est une solution militaire", même si ultérieurement, la diplomatie peut jouer un rôle pour la résolution du conflit, a estimé Mme Chtcherbakova, qui a reçu à Hambourg le prix Marion Doenhoff pour ses années de militantisme en Russie au service de la cause des droits de l'homme.

"Mais ces décisions, cette diplomatie ne pourront intervenir que lorsque l'Ukraine estimera avoir gagné la guerre et pouvoir y mettre fin", a-t-elle estimé.

Selon la militante russe, des appels prématurés à la paix sont "puérils". "Rien ne sera jamais plus comme avant", a-t-elle relevé.

Le prix Marion Doenhoff a été remis à Mme Chtcherbakova par le chancelier allemand Olaf Scholz.

Les efforts de Mme Chtcherbakova montrent la voie vers un "meilleur avenir pour la Russie", même si cette perspective "parait encore invraisemblable", a déclaré le chancelier.

La guerre ne devrait pas se terminer par "une victoire de l'expansionnisme" russe", mais il ne faut pas oublier que la Russie sera "toujours là" après la fin des hostilités, a poursuivi M. Scholz.

Memorial, lauréat du prix Nobel 2022 avec le militant des droits de l'homme bélarusse Ales Bialiatski et le Centre pour les libertés civiles (Ukraine), recevra la récompense à Oslo samedi 10 décembre.

Fondée en 1989, Memorial a œuvré pendant des décennies pour faire la lumière sur les crimes commis sous le régime totalitaire de Staline et pour préserver la mémoire de ses victimes tout en collectant des informations sur la violation des libertés et des droits en Russie.

L'organisation a été dissoute par la justice russe fin 2021.


Critiques aux Etats-Unis après un appel de Trump à abandonner la Constitution

L'ancien président américain Donald Trump (Photo, AFP).
L'ancien président américain Donald Trump (Photo, AFP).
Short Url
  • Trump a affirmé qu'une «fraude de ce genre et de cette envergure permet l'abrogation de toutes les règles, y compris celles de la Constitution»
  • Des propos qui ont été immédiatement condamnés par la Maison Blanche

WASHINGTON: La classe politique américaine a vivement condamné dimanche un appel la veille de l'ancien président Donald Trump à abandonner la Constitution américaine pour revenir sur le résultat de l'élection présidentielle de 2020 remportée par Joe Biden.

Réitérant ses allégations infondées de fraude massive lors du scrutin, Donald Trump a affirmé samedi sur son réseau Truth Social qu'une "fraude de ce genre et de cette envergure permet l'abrogation de toutes les règles, réglementations et articles, y compris ceux de la Constitution".

Des propos qui ont été immédiatement condamnés par la Maison Blanche.

"La Constitution américaine est un document sacro-saint qui garantit depuis 200 ans que la liberté et l'État de droit prévalent dans notre beau pays", a commenté samedi un porte-parole de l'exécutif, Andrew Bates, dans un communiqué.

"Attaquer la Constitution et tout ce qu'elle représente est un anathème pour l'âme de notre pays et il faut le condamner", a-t-il ajouté. "On ne peut pas n'aimer l'Amérique que lorsqu'on gagne."

Dimanche, des élus des deux partis se sont offusqués des propos de l'ancien président, qui a par ailleurs récemment annoncé qu'il comptait se présenter à l'élection présidentielle de 2024.

"La semaine dernière, il dînait avec des antisémites. Maintenant, il appelle à mettre fin à la démocratie constitutionnelle en Amérique", a tweeté le chef des démocrates au Sénat, Chuck Schumer, à propos d'un dîner dans la résidence de Floride de Donald Trump auquel a participé Nick Fuentes, un suprémaciste blanc et négationniste notoire.

Donald Trump "est hors de contrôle et un danger pour notre démocratie. Tout le monde doit condamner cette attaque contre notre démocratie", a ajouté M. Schumer.

Questionné sur les propos de M. Trump sur Fox News, l'ancien vice-président Mike Pence, qui a pourtant pris ses distances avec le milliardaire américain depuis l'attaque contre le Capitole le 6 janvier 2021, s'est abstenu de les condamner.

"Les candidats qui se sont concentrés sur le passé, particulièrement ceux qui se sont concentrés sur la remise en cause de la dernière élection, n'ont pas eu de bons résultats aux élections de mi-mandat" le mois dernier, a-t-il simplement rappelé.

L'ancien conseiller à la sécurité nationale de M. Trump, le très conservateur John Bolton, s'est quant à lui offusqué de la suggestion de son ancien patron. "Tous les vrais conservateurs doivent s'opposer à sa campagne pour l'élection présidentielle de 2024", a-t-il tweeté.


Blinken met en garde Netanyahou contre la création de nouvelles colonies en Cisjordanie

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou et le secrétaire d'État américain Antony Blinken (Photo, AFP).
Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou et le secrétaire d'État américain Antony Blinken (Photo, AFP).
Short Url
  • Le bloc de droite et ses alliés ultra-orthodoxes et d'extrême droite est arrivé majoritaire aux législatives israéliennes
  • Plus de 475.000 Israéliens vivent actuellement dans des colonies en Cisjordanie, illégales au regard du droit international

WASHINGTON: Le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken a prévenu dimanche que les Etats-Unis s'opposeraient à l'établissement de nouvelles colonies par le prochain gouvernement israélien en Cisjordanie occupée, au moment où Benjamin Netanyahou s'apprête à retrouver le pouvoir grâce à une coalition avec l'extrême droite.

"Nous continuerons également à nous opposer sans équivoque à toute action qui mette la solution à deux États en danger, notamment l'extension des colonies, des mesures en vue de l'annexion de la Cisjordanie, le fait de perturber le statu quo historique des lieux saints, les démolitions et les expulsions, et l'incitation à la violence", a indiqué le secrétaire d'État lors d'une intervention auprès du groupe progressiste américain pro-Israël J Street.

Le bloc de droite et ses alliés ultra-orthodoxes et d'extrême droite est arrivé majoritaire aux législatives israéliennes du 1er novembre, avec 64 sièges sur 120, permettant à Benjamin Netanyahou d'entamer des négociations pour former un gouvernement.

Lors de son intervention dimanche, Antony Blinken a félicité M. Netanyahou, dont les relations avec les Etats-Unis ont parfois été orageuses.

"Nous jugerons le gouvernement (israélien) à l'aune de ses politiques et non à celle de ses personnalités individuelles", a toutefois noté le secrétaire d'État, ajoutant que l'administration Biden travaillerait "sans relâche" pour préserver un "horizon d'espoir" en vue de la création d'un État palestinien.

«Développer la colonisation»

Plus de 475.000 Israéliens vivent actuellement dans des colonies en Cisjordanie, illégales au regard du droit international, soit environ quatre fois plus qu'à la signature, dans les années 1990, des accords d'Oslo qui n'ont pas débouché à une paix durable entre Israéliens et Palestiniens.

Engagé dans les négociations gouvernementales, Benjamin Netanyahou a signé jeudi un accord de coalition avec une des trois formations d'extrême droite, qui a ainsi obtenu un posté clé dans l'essor de la colonisation en Cisjordanie, territoire palestinien occupé depuis 1967 par Israël.

En vertu de cet accord, le parti "Sionisme religieux" obtient notamment le portefeuille -- en rotation -- des Finances, celui de l'Immigration, ainsi que des "fonctions" dans la branche du ministère de la Défense chargée des colonies israéliennes en Cisjordanie.

Le chef de cette formation, Bezalel Smotrich, a dit son intention de "développer la colonisation", dans un communiqué conjoint avec M. Netanyahou.

En vertu des lois israéliennes, il a jusqu'au 11 décembre pour former un gouvernement, mais peut aussi demander une extension de 14 jours.