Course à Downing Street: Face-à-face, Liz Truss et Rishi Sunak s'opposent sur les taxes

Rishi Sunak a affirmé que «non», Boris Johnson ne ferait pas partie de son gouvernement tandis que Liz Truss a d'abord tourné autour du pot (Photo, AFP).
Rishi Sunak a affirmé que «non», Boris Johnson ne ferait pas partie de son gouvernement tandis que Liz Truss a d'abord tourné autour du pot (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mardi 26 juillet 2022

Course à Downing Street: Face-à-face, Liz Truss et Rishi Sunak s'opposent sur les taxes

  • La cheffe de la diplomatie Liz Truss et l'ex-ministre des Finances Rishi Sunak sont les deux finalistes pour succéder à Boris Johnson
  • Truss, 46 ans, est en avance dans les sondages auprès de ce corps électoral très réduit

LONDRES: Les deux candidats pour succéder au Premier ministre britannique Boris Johnson se sont retrouvés face-à-face lundi soir pour un premier duel à la télévision, s'opposant frontalement sur la question des taxes et de la crise du coût de la vie.

La cheffe de la diplomatie Liz Truss et l'ex-ministre des Finances Rishi Sunak sont les deux finalistes pour succéder à M. Johnson, qui a démissionné le 7 juillet après une série de scandales et de mensonges. Ils seront départagés par les quelque 200.000 membres du Parti conservateur avant une annonce des résultats début septembre.

Mme Truss, 46 ans, est en avance dans les sondages auprès de ce corps électoral très réduit, très masculin et âgé, mais son rival, réputé meilleur débatteur et orateur, a tenté de rattraper son retard lors du premier duel organisé sur la BBC, coup d'envoi de la campagne éclair qui va rythmer le mois d'août.

Et le ton est rapidement monté à Stoke-on-Trent, ville du centre de l'Angleterre où était organisé le duel. Les deux candidats se sont opposés frontalement sur la façon dont ils comptent faire face à la crise du coût de la vie qui étrangle les ménages britanniques, avec une inflation à 9,4% sur un an en juin.

Liz Truss a promis de baisser drastiquement les impôts, une stratégie "irresponsable" et de court terme s'apparentant à un "shot de sucre" selon M. Sunak, qui veut d'abord maîtriser l'inflation avant d'alléger les taxes.

Mais selon Liz Truss, une telle politique mènerait le pays "à la récession". "L'augmentation des taxes empêche la croissance", a-t-elle affirmé alors que son ancien collègue au gouvernement a augmenté les impôts "au taux le plus haut depuis 70 ans" quand il était aux Finances.

Campagne intense

La campagne s'accélère désormais pour les deux candidats. Dès la semaine prochaine, les membres du parti conservateur doivent recevoir leur bulletin de vote et auront jusqu'au 2 septembre pour se prononcer, par correspondance ou en ligne, avant que le résultat soit connu le 5 septembre.

Concernant le futur ex-Premier ministre, Rishi Sunak a affirmé que "non", Boris Johnson ne ferait pas partie de son gouvernement tandis que Liz Truss a d'abord tourné autour du pot, assurant finalement qu'il n'aurait pas sa place au gouvernement mais pourrait "jouer un rôle".

Après une heure de débat parfois animé, les deux candidats ont affirmé qu'ils seraient prêts à travailler ensemble au gouvernement.

L'ancien banquier de 42 ans s'est lancé ces derniers jours dans une série de promesses sur des thèmes chers à la droite du parti, comme l'immigration, pour tenter de rallier à sa cause la base des Tories qui penche pour l'instant plutôt vers sa rivale, selon les sondages.

Considéré comme plus modéré et cultivant une image très lisse, Rishi Sunak a parfois monopolisé la parole, débitant à un rythme effréné ses idées devant le regard souvent las de Liz Truss et malgré les tentatives de la présentatrice de l'interrompre.

Le prochain chef du gouvernement - le quatrième depuis le référendum du Brexit en 2016 - devra aussi gérer les répercussions de la sortie de l'Union européenne et la guerre en Ukraine, un front sur lequel les deux candidats sont apparus unis.

Se refusant aux attaques personnelles et répétant à l'envi le respect qu'ils avaient l'un envers l'autre, Liz Truss et Rishi Sunak sont revenus sur la polémique qui a animé les réseaux sociaux lundi, quand la ministre de la Culture Nadine Dorries - soutien de Liz Truss - a critiqué Rishi Sunak sur ses chaussures Prada et son costume coûteux contrastant avec les boucles d'oreilles à 4,50 livres portées par la cheffe de la diplomatie.

Liz Truss a balayé le sujet, estimant qu'elle n'avait aucun problème avec la façon dont s'habillait son rival et saluant même le "sens de l'élégance" de M. Sunak, qui a lui affirmé qu'il préférait juger les gens sur leur "personnalité" et non sur leurs vêtements.

L'ancien ministre des Finances est régulièrement critiqué en raison de sa fortune, alors qu'il est accusé de ne pas en avoir fait assez pour soulager les ménages étranglés par la crise.

Les deux candidats conservateurs se retrouvent dès mardi pour un nouveau duel, cette fois sur la chaîne TalkTV. Ils s'opposeront dans les jours et semaines qui viennent dans une série de duels devant les caméras ou face à des électeurs.


«Nous pouvons arriver subitement la nuit»: Erdogan menace la Grèce et les pays qui l’«agacent»

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, prend la parole lors d’une conférence de presse qui s’est déroulée après une réunion de la Communauté politique européenne au château de Prague, à Prague, en République tchèque. (AP)
Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, prend la parole lors d’une conférence de presse qui s’est déroulée après une réunion de la Communauté politique européenne au château de Prague, à Prague, en République tchèque. (AP)
Short Url
  • La Grèce doit prendre au sérieux les avertissements concernant la réponse de la Turquie à toute menace, a déclaré le président Erdogan
  • Le Premier ministre grec, Kyriakos Mitsotakis, a affirmé que son pays était ouvert au dialogue avec tout pays voisin

PRAGUE: Lors de la lancée de la nouvelle plateforme de concertation continentale à Prague, la Communauté politique européenne, le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a indiqué que la Grèce, et d’autres pays qui l’«agacent», ont compris le message d’Ankara lorsque des responsables turcs ont déclaré: «Nous pouvons arriver subitement la nuit», un commentaire que les responsables grecs et d’autres responsables occidentaux considèrent comme une menace.

Il a accusé Athènes de fonder ses politiques sur des «mensonges». «Ils ne sont pas là où ils sont censés être», a lancé M. Erdogan lors d’une conférence de presse à Prague. «Toute leur politique est fondée sur des mensonges. Ils ne sont pas honnêtes. Nous n’avons rien à discuter avec la Grèce.»

Il a souligné que la Grèce devait prendre au sérieux ses avertissements concernant la réponse de la Turquie à toute menace, et a également déclaré au sommet qu’il attendait de l’UE qu’elle «appelle la Grèce à un dialogue bilatéral au lieu de soutenir des initiatives illégales déguisées en unité ou en solidarité». De son côté, le Premier ministre grec, Kyriakos Mitsotakis, a affirmé que son pays était ouvert au dialogue avec tout pays voisin.

«La Grèce ne provoque jamais, et elle répond toujours avec confiance lorsqu’elle est provoquée», a dit M. Mitsotakis. «Il est insensé d’accuser la Grèce de faire monter la tension en mer Égée alors que la Turquie soulève même les questions de souveraineté des îles», a-t-il ajouté. «La Grèce ne ferme pas la porte au dialogue. Nous sommes certains que le droit international est de notre côté.»

Jeudi, des dirigeants de toute l’Europe ont entamé leurs réunions à Prague dans le cadre du sommet inaugural. Le premier rassemblement au grand complexe du château de Prague a réuni un groupe hétéroclite de 44 nations, du Caucase (sud-est) à l’Islande (nord-ouest).

Le président russe, Vladimir Poutine, qui n’a pas été invité, dominait les discussions lors de la réunion en raison des crises économique et sécuritaire provoquées par son invasion de l’Ukraine.

* Avec Reuters and AFP

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


La fête des lumières à Berlin promet d'économiser l'énergie comme jamais

Le festival des lumières de Berlin démarre vendredi soir. (Photo, Berlin.de , © www.enrico-verworner.de)
Le festival des lumières de Berlin démarre vendredi soir. (Photo, Berlin.de , © www.enrico-verworner.de)
Short Url
  • Lors de cette fête qui a lieu tous les ans depuis 2005, les principaux monuments historiques sont illuminés de mille couleurs avec des motifs créatifs et changeants
  • Le festival éteindra ses lumières une heure plus tôt que les années précédentes, à 23H00 contre minuit auparavant, et réduira le nombre de sites illuminés à 35, contre près d'une centaine les années passées

BERLIN : Attendu au tournant en période de sobriété énergétique, le festival des lumières de Berlin, qui démarre vendredi soir, se targue d'avoir cette année la plus faible consommation d'électricité de son histoire.

Lors de cette fête qui a lieu tous les ans depuis 2005, les principaux monuments historiques, comme la Porte de Brandebourg, la tour de télévision et le château de Charlottenbourg, sont illuminés de mille couleurs avec des motifs créatifs et changeants.

Juste avant le week-end, Bild, quotidien lu par près de 8 millions d'Allemands, a fustigé la maire de la ville, Franziska Giffey, lui reprochant d'autoriser cet événement alors que les citoyens sont appelés à moins se chauffer et s'éclairer.

Une critique rejetée par l'un des porte-paroles de la ville, Matthias Kuder, interrogé par l'AFP. Rappelant que le gouvernement allemand avait prévu «en matière d'économies d'énergie des exceptions pour les illuminations de Noël et les manifestations culturelles», M. Kuder a affirmé que la ville avait demandé aux organisateurs de ce genre d'événements de se montrer particulièrement économes. «On n'utilisera pas l'argent du contribuable», a-t-il ajouté.

De son côté, le «festival of lights» s'engage à consommer 75% d'électricité de moins que l'an passé. Et celle-ci sera issue à 100% d'énergie renouvelable, écrit-il sur son site internet.

De plus, il éteint ses lumières une heure plus tôt que les années précédentes: à 23H00 contre minuit auparavant. Il a également réduit le nombre de sites illuminés: 35 contre près d'une centaine les années passées.

«Nous avons aussi fait le choix de performances moins énergivores», a expliqué à l'AFP Birgit Zander, fondatrice du festival.

Elle a cité en exemple le «Berliner Dom» (cathédrale de Berlin, en réalité un temple luthérien) sur lequel on pouvait voir l'an passé d'immenses projections et qui sera cette année décoré par des «luminéoles», des oiseaux imaginaires avec un éclairage basse consommation, créés par l'entreprise française «Porté par le vent».

Comme l'an passé, Mme Zander attend environ deux millions de visiteurs à ce festival gratuit qui dure jusqu'au 16 octobre.


Réchauffement climatique: Washington va détailler une nouvelle stratégie pour l'Arctique

Face à l'impact croissant du réchauffement climatique, Washington souhaite aider l'Alaska -- son Etat le plus septentrional -- à renforcer sa résilience et à s'adapter, et entend aussi suivre les initiatives internationales visant à réduire les émissions dans l'Arctique. (AFP).
Face à l'impact croissant du réchauffement climatique, Washington souhaite aider l'Alaska -- son Etat le plus septentrional -- à renforcer sa résilience et à s'adapter, et entend aussi suivre les initiatives internationales visant à réduire les émissions dans l'Arctique. (AFP).
Short Url
  • Le réchauffement climatique fait notamment fondre la banquise, ouvrant à la navigation des zones auparavant fermées et offrant de nouvelles opportunités à des pays comme les Etats-Unis, la Russie et la Chine, de se disputer ressources et influence
  • «La stratégie présente la vision américaine d'un Arctique pacifique, stable, prospère et coopératif»

WASHINGTON : L'administration Biden va dévoiler vendredi une nouvelle stratégie concernant l'Arctique, intégrant les conséquences de plus en plus marquées du réchauffement climatique dans la région et la concurrence accrue, ont annoncé des haut responsables américains.

Le réchauffement climatique fait notamment fondre la banquise, ouvrant à la navigation des zones auparavant fermées et offrant de nouvelles opportunités à des pays comme les Etats-Unis, la Russie et la Chine, de se disputer ressources et influence.

"La stratégie présente la vision américaine d'un Arctique pacifique, stable, prospère et coopératif", a indiqué un des responsables.

Elle comprend quatre grands domaines: la sécurité, le changement climatique et la protection de l'environnement, un développement économique durable et une coopération internationale.

En matière de sécurité, les Etats-Unis s'engagent à "dissuader les menaces qui pèsent sur le territoire américain et sur nos alliés", ainsi qu'à mieux comprendre comment opérer dans cette région, a déclaré le haut responsable.

Face à l'impact croissant du réchauffement climatique, Washington souhaite aider l'Alaska -- son Etat le plus septentrional -- à renforcer sa résilience et à s'adapter, et entend aussi suivre les initiatives internationales visant à réduire les émissions dans l'Arctique.

En matière économique, les Etats-Unis veulent identifier des manières d'accentuer la croissance dans la région "et d'améliorer les moyens d'existence en Alaska, surtout pour les communautés autochtones", a dit un responsable.

La coopération entre Etats dans la région a été rendue plus difficile depuis l'invasion de l'Ukraine par la Russie. Mais "les Etats-Unis sont toujours engagés à soutenir les institutions en place pour la coopération arctique", a-t-il noté.

Le dernier document détaillant la stratégie américaine en l'Arctique remonte à près de 10 ans.