Air France-KLM dégage son premier bénéfice trimestriel depuis la pandémie

Cette vue générale montre l'assemblée générale du groupe Air France- KLM à Tremblay-en-France, près de l'aéroport de Roissy-Charles de Gaulle. (AFP).
Cette vue générale montre l'assemblée générale du groupe Air France- KLM à Tremblay-en-France, près de l'aéroport de Roissy-Charles de Gaulle. (AFP).
Short Url
Publié le Vendredi 29 juillet 2022

Air France-KLM dégage son premier bénéfice trimestriel depuis la pandémie

  • Air France-KLM a vu son activité reprendre entre avril et juin, avec trois fois plus de passagers sur un an, et un chiffre d'affaires trimestriel multiplié par près de deux et demi, à 6,7 milliards d'euros
  • Pour le directeur général du groupe Benjamin Smith, c'est le «dévouement» et le «sens de la responsabilité collective» des salariés qui ont permis ces résultats «supérieurs aux attentes»

PARIS : Air France-KLM a dégagé un bénéfice net de 324 millions d'euros au deuxième trimestre, pour la première fois depuis l'été 2019 avant que la crise sanitaire liée à l'épidémie de Covid-19 ne plombe le secteur aérien.

Alors que la pandémie et les restrictions de circulation qu'elle a entraînées lui ont fait perdre quelque 11 milliards d'euros en deux ans, l'entreprise franco-néerlandaise a vu son activité reprendre entre avril et juin, avec trois fois plus de passagers sur un an, et un chiffre d'affaires trimestriel multiplié par près de deux et demi, à 6,7 milliards d'euros.

Pour le directeur général du groupe Benjamin Smith, c'est le "dévouement" et le "sens de la responsabilité collective" des salariés qui ont permis ces résultats "supérieurs aux attentes".

Par rapport à 2019, dernière année pleine avant la crise, le groupe a déployé au deuxième trimestre 82% de sa capacité, mesurée en sièges-kilomètres offerts (SKO), l'un des indices de référence du secteur.

Il revoit toutefois un peu à la baisse la capacité pour l'été et l'automne, tablant sur une proportion "entre 80% et 85% au troisième trimestre", soit 5 points de moins qu'auparavant, et entre 85 et 90% au quatrième trimestre.

Pour la low-cost Transavia, l'un des fers de lance de son développement, cet indice restera "supérieur à 100" au second semestre, a réaffirmé le groupe.

"Malgré les efforts d'anticipation de la croissance estivale, depuis janvier, des difficultés opérationnelles sont apparues en Europe et aux États-Unis, principalement en raison de pénuries de main-d'œuvre dans les aéroports", justifie-t-il dans un communiqué.

Le manque de personnels dans les aéroports, qui peut conduire à des retards et annulations de vols, touche de nombreuses plateformes en Europe. Pour Air France-KLM, l'impact est le plus fort à l'aéroport d'Amsterdam-Schiphol, où KLM est implanté.

Amsterdam-Schiphol a annoncé mi-juin qu'il allait limiter le nombre de voyageurs cet été et annuler des vols pour éviter l'engorgement de l'aéroport.

"La forte reprise que nous observons cet été met à l'épreuve l'ensemble du secteur aérien", observe Benjamin Smith. "La satisfaction de nos clients est au cœur de nos priorités et nous savons que nous n'avons pas été en mesure de fournir la qualité de service que l'on attend de nous", regrette-t-il.


La croissance du commerce d'armes ralentie par des problèmes d'approvisionnement, selon un rapport

Les 100 plus grandes entreprises d'armement ont vendu des armes et des services destinés au secteur militaire pour un total de 592 milliards de dollars en 2021 (Photo, Reuters).
Les 100 plus grandes entreprises d'armement ont vendu des armes et des services destinés au secteur militaire pour un total de 592 milliards de dollars en 2021 (Photo, Reuters).
Short Url
  • Les problèmes d'approvisionnement devraient s'aggraver avec la guerre en Ukraine
  • Dans le même temps, les ventes des huit plus grandes entreprises chinoises d'armement ont grimpé de 6,3% en 2021

STOCKHOLM: La vente d'armes et de services destinés au secteur militaire a augmenté en 2021, toutefois affectée par des problèmes d'approvisionnement liés à la pandémie et la guerre en Ukraine qui devrait à la fois amplifier ces difficultés et stimuler la demande, selon un nouveau rapport publié lundi.

Selon le rapport de l'Institut international de recherche sur la paix de Stockholm (SIPRI), les 100 plus grandes entreprises d'armement ont vendu des armes et des services destinés au secteur militaire pour un total de 592 milliards de dollars (environ 562 milliards d'euros) en 2021, soit une augmentation de 1,9% par rapport à 2020.

Cette croissance a cependant été sévèrement affectée par des problèmes généralisés sur la chaîne d'approvisionnement.

"L'impact durable de la pandémie commence vraiment à se manifester dans les entreprises d'armement", a déclaré à l'AFP Nan Tian, chercheur au SIPRI et co-auteur du rapport.

Des problèmes en termes de pénurie de main-d'œuvre et d'approvisionnement en matières premières ont "ralenti la capacité des entreprises à produire des systèmes d'armement et de les livrer à temps".

"Ce que l'on voit réellement, c'est une croissance possiblement plus lente que ce que beaucoup avait prévu dans la vente des armes en 2021", a-t-il souligné.

Les problèmes d'approvisionnement devraient s'aggraver avec la guerre en Ukraine, notamment "parce que la Russie est un grand fournisseur de matières premières utilisées dans la production d'armes", selon les auteurs du rapport, mais aussi parce que ce conflit a entraîné une hausse de la demande.

Il reste pourtant difficile d'évaluer le niveau de cette hausse selon Nan Tian, qui dépend à la fois du besoin des pays ayant aidé l'Ukraine avec des armes de reconstituer leurs stocks et de l'aggravation de l'environnement sécuritaire, signifiant que "les pays cherchent à se procurer plus d'armes".

Bien que les entreprises américaines dominent toujours le marché mondial de la production d'armes, représentant plus de la moitié des ventes globales (soit 299 milliards de dollars), les États-Unis sont la seule région dans le monde ayant connu une baisse de ses ventes par rapport à 2020.

Parmi les cinq plus grosses entreprises du marché - Lockheed Martin, Raytheon Technologies, Boeing, Northrop Grumman et General Dynamics - seule Raytheon a vu ses ventes croître.

Dans le même temps, les ventes des huit plus grandes entreprises chinoises d'armement ont grimpé de 6,3% en 2021, à 109 milliards de dollars.

Les entreprises européennes, qui représentent maintenant 27 des 100 plus grandes entreprises, totalisent un chiffre d'affaires de 123 milliards de dollars, soit une hausse de 4,2% par rapport à 2020.

Le rapport note également une tendance chez les sociétés d'investissement privé à acheter des entreprises d'armement, une évolution que les auteurs du rapport estiment plus visible ces trois ou quatre dernières années.

Selon eux, cette tendance menace de rendre l'industrie de l'armement plus opaque et donc plus difficile à tracer.

"Car ces sociétés d'investissement privé vont acheter ces entreprises et pratiquement plus produire de données financières publiques", explique Mr Tian.


Subventions américaines: UE et Etats-Unis doivent «se coordonner»

Le ministre français de l'Industrie Roland Lescure s'exprime lors d'une session de questions au gouvernement à l'Assemblée nationale, à Paris, le 29 novembre 2022 (Photo, AFP).
Le ministre français de l'Industrie Roland Lescure s'exprime lors d'une session de questions au gouvernement à l'Assemblée nationale, à Paris, le 29 novembre 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • L'UE doit prendre des mesures de «rééquilibrage» pour aplanir les «distorsions» de concurrence causées par l'IRA
  • Ce plan prévoit entre autres des réformes favorisant les entreprises implantées aux Etats-Unis, notamment dans les secteurs des véhicules électriques, des batteries, de la tech, des énergies renouvelables

PARIS: Europe et Etats-Unis doivent "se coordonner" pour éviter une coûteuse course aux subventions et jouer sur un pied d'égalité, a estimé dimanche le ministre français de l'Industrie, interrogé sur l'Inflation Reduction Act (IRA) américain, critiqué par Emmanuel Macron lors de sa visite aux Etats-Unis.

"Il faut que l'on évite la course à l'échalote (...) des subventions maximales qui font qu'on se retrouve en concurrence au détriment de nos finances publiques", a déclaré Roland Lescure au cours de l'émission Questions politiques de France Inter/France Télévisions/Le Monde.

"Il faut que la concurrence soit forte et loyale, donc on a besoin de se coordonner pour s'assurer qu'on est sur un terrain de jeu qui est juste", en ce qui concerne notamment les subventions à l'installation d'usines, a-t-il poursuivi.

L'Union européenne s'inquiète depuis plusieurs mois des effets de l'IRA, plan de 420 milliards de dollars du président américain Joe Biden largement consacré au climat et adopté l'été dernier, au cœur d'une visite officielle d'Emmanuel Macron outre-Atlantique ces derniers jours.

Ce plan prévoit entre autres des réformes favorisant les entreprises implantées aux Etats-Unis, notamment dans les secteurs des véhicules électriques, des batteries, de la tech, des énergies renouvelables ou encore de l'hydrogène.

Si une usine qui s'installe en France a bien des subventions, "le problème c’est l'échelle de niveaux, bien plus importants aux Etats-Unis qu'en Europe" avec des "dispositions un peu plus rapides et efficaces que les nôtres", constate le ministre.

Et concernant les subventions à l'achat, pour "un véhicule électrique aux Etats-Unis vous avez 7 000 dollars de prime mais il faut qu’il soit américain jusqu’au circuit électrique", "en France vous avez 6 000 ou 7 000 euros selon votre niveau de revenu et le véhicule peut venir de Chine", fait-il remarquer, ajoutant que sur ce point Europe et Etats-Unis étaient "déjà en train de discuter" de possibles exemptions.

"On a été naïf, il y a aujourd'hui en Chine et aux Etats-Unis des dispositions qu'il faut qu'on intègre dans notre politique européenne", a déclaré M. Lescure, soulignant notamment le peu de critères permettant de "privilégier les achats européens" pour les appels d'offres publics.

"Sans fermer les frontières" afin de préserver les marchés de l'Europe, plus exportatrice que les Etats-Unis, ajoute-t-il.

L'UE doit prendre des mesures de "rééquilibrage" pour aplanir les "distorsions" de concurrence causées par l'IRA, a estimé dimanche la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, tandis que le commissaire européen au Marché intérieur, Thierry Breton, appelait à la création d'un "fonds européen de souveraineté pour soutenir des projets industriels".


L'OPEP+ maintient le statu quo sur la production dans un contexte de plafonnement du prix du pétrole russe

La décision a été prise lors de la 34e réunion ministérielle de l'OPEP et des pays non OPEP, qui s'est tenue virtuellement, le 4 décembre 2022.  (Photo d'archive/Reuters)
La décision a été prise lors de la 34e réunion ministérielle de l'OPEP et des pays non OPEP, qui s'est tenue virtuellement, le 4 décembre 2022. (Photo d'archive/Reuters)
Short Url
  • Plus tôt en octobre, l'OPEP+ avait convenu de réduire la production de 2 millions de barils par jour, ce qui équivaut à environ 2 % de la demande mondiale, à partir de novembre et jusqu'à la fin de 2023
  • Vendredi, les pays du G7 et l'Australie ont convenu de plafonner le prix du pétrole russe à 60 dollars le baril, un prix supérieur à celui auquel la Russie vend déjà la majeure partie de son brut

RIYAD : L'Organisation des pays exportateurs de pétrole et ses alliés, OPEP+, ont accepté de reconduire leur politique de production actuelle, un jour seulement après que le Groupe des sept nations a décidé de plafonner les prix de l'énergie russe.  

La décision a été prise lors de la 34e réunion ministérielle de l'OPEP et des pays non OPEP, qui s'est tenue virtuellement le 4 décembre 2022.  

Plus tôt en octobre, l'OPEP+ avait convenu de réduire la production de 2 millions de barils par jour, ce qui équivaut à environ 2 % de la demande mondiale, à partir de novembre et jusqu'à la fin de 2023.  

Mohammed Al Suwayed, PDG de la société de conseil en investissement Razeen Capital, a déclaré que l'OPEP+ fait preuve de prudence avant de s'engager dans une quelconque réduction de la production alors que le plafonnement du prix du pétrole russe par l'UE entre en vigueur cette semaine. « Une décision autre pourrait intervenir lors de la prochaine réunion après l'évaluation des implications du plafonnement du prix du pétrole russe. » a-t-il ajouté. 

La décision de l'OPEP+ d'adopter une approche prudente semble être une décision très réfléchie, selon Hassan Balfakeih, ancien analyste en chef de la demande de pétrole au Secrétariat de l'OPEP.

Il a ajouté : « Compte tenu de l'incertitude croissante sur les marchés pétroliers, tant du côté de l'offre que de la demande, la décision de l'OPEP+ d'adopter une approche prudente semble être une décision très réfléchie. Parmi celles-ci, citons la politique floue de plafonnement des prix du pétrole russe, les perspectives économiques mondiales moroses, l'augmentation des cas de Covid-19 en Chine et les fluctuations de la demande tout au long de la saison hivernale dans l'hémisphère occidental. »  

Les principaux ministres de l'OPEP+ se réuniront le 1er février pour un comité de suivi, tandis qu'une réunion plénière est prévue les 3 et 4 juin.

Vendredi, les pays du G7 et l'Australie ont convenu de plafonner le prix du pétrole russe à 60 dollars le baril, un prix supérieur à celui auquel la Russie vend déjà la majeure partie de son brut, dans le but ultime de maintenir l'écoulement du pétrole russe sur les marchés mondiaux.  

Après la décision de l'UE, un haut collaborateur de la présidence ukrainienne a déclaré que le plafond du prix du pétrole brut maritime russe convenu par les pays du G7 et l'Australie devrait être abaissé à 30 dollars le baril, rapporte Reuters.  

« C'est tout ce qui a été proposé par le groupe McFaul-Yermak, mais il serait nécessaire de l'abaisser à 30 dollars pour détruire plus rapidement l'économie de l'ennemi », a écrit Andriy Yermak, chef de l'administration présidentielle ukrainienne, sur Telegram.  

Pendant ce temps, la Russie a déclaré qu'elle n'acceptera pas le plafond de prix imposé par les pays du G7 et l'Australie.  

« Nous n'accepterons pas ce plafond », a déclaré le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a rapporté l'agence de presse russe Tass.  

Le Kremlin a également souligné que la Russie n'expédiera pas son pétrole sous le plafond énergétique proposé par le G7, et a ajouté que le pays étudie comment répondre à ces nouvelles sanctions.  

Leonid Slutsky, président de la commission des affaires étrangères de la Chambre basse russe, a déclaré à l'agence de presse Tass que l'UE mettait en péril sa propre sécurité énergétique en fixant un plafond sur le prix du pétrole russe transporté par voie maritime.  

Il a également ajouté que la décision de l'UE violait les lois du marché. Au milieu de ces développements, la Russie semble confiante quant à la demande pour son pétrole.  

Dans des commentaires publiés sur Telegram, l'ambassade de Russie aux États-Unis a critiqué la décision du G7 et a clairement indiqué que le pays continuera à trouver des acheteurs pour son pétrole.  

« Indépendamment des flirts actuels avec un instrument dangereux et illégitime, nous sommes convaincus que le pétrole russe continuera d'être demandé », a déclaré l'ambassade russe.  

(Avec des contributions de Reuters)

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com